•   
  •   

Entreprise Carlos Ghosn au Liban, une épine de plus dans le pied de Nissan

16:40  10 janvier  2020
16:40  10 janvier  2020 Source:   latribune.fr

Carlos Ghosn a quitté le Japon et se trouve au Liban!

  Carlos Ghosn a quitté le Japon et se trouve au Liban! L'ancien patron de l'alliance Renault Nissan Carlos Ghosn a quitté le Japon où il était en résidence surveillée. Il est arrivé en avion privé au Liban dans des circonstances encore floues.Ses avocats ont demandé en octobre à la justice japonaise d'annuler les poursuites le visant accusant les procureurs et des représentants du constructeur japonais de collusion dans le but d'"évincer" Carlos Ghosn et de l'empêcher de renforcer l'alliance avec Renault.

la nouvelle de la fuite de l'ex-patron de Renault- Nissan vers Beyrouth enflamme les réseaux «Malgré tous les passeports qui lui ont été confisqués, le Liban accueille donc Carlos Ghosn Carlos Ghosn - cité de la réussite 2010 - 1/3 - Продолжительность: 26:00 CitedelareussiteTV 6 373

Carlos Ghosn a fui le Japon pour le Liban alors qu'il était en résidence surveillée dans l 'attente de son procès pour "malversations financières". Comment l'ancien PDG de Renault- Nissan a-t-il fait pour prendre la fuite ? Que risque-t-il ? Peut-il encore être inquiété par la justice japonaise ?

La parole libérée et vengeresse de Carlos Ghosn depuis le Liban est un problème supplémentaire pour le constructeur automobile japonais Nissan alors que le groupe peine déjà à restaurer son image.

Désormais libre de s'exprimer sans contraintes, Carlos Ghosn n'a pas hésité à mettre le peid dans le plat s'agissant de Nissan. © Fournis par La Tribune Désormais libre de s'exprimer sans contraintes, Carlos Ghosn n'a pas hésité à mettre le peid dans le plat s'agissant de Nissan.

Nissan est amer. La fuite de Carlos Ghosn vers le Liban, alors qu'il était assigné à résidence au Japon, n'est pas une sinécure pour le constructeur automobile nippon. De fait, maintenant que M. Ghosn a rallié Beyrouth pour échapper à la justice japonaise qui le poursuivait pour malversations financières présumées, "il peut dire ce qu'il veut, il n'a plus de contraintes ", constate une source proche de Nissan. Tout le contraire de Nissan, qui continue de faire face à ses propres responsabilités dans l'affaire Ghosn, que le groupe avait lui-même enclenchée en dénonçant son emblématique président au parquet japonais fin 2018.

Petite revanche pour Renault, qui recrute l'ancien patron de la R&D de PSA

  Petite revanche pour Renault, qui recrute l'ancien patron de la R&D de PSA L'an dernier, Renault a souffert du départ de plusieurs de ses cadres vers PSA, dans le contexte des soubresauts de l'affaire Ghosn qui ont déstabilisé l'alliance avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi. L'officialisation de l'Italien Luca de Meo comme nouveau directeur général, attendue prochainement, devrait aussi aider à tourner la page et remonter le moral des troupes. Départs en série vers PSA En septembre, PSA avait recruté le responsable de la stratégie produits de Mitsubishi Motors, Vincent Cobee, qui pourrait succéder à Linda Jackson à la tête de la marque Citroën.

Carlos Ghosn ne sortira pas encore de prison. Sa demande de libération sous caution, qui avait été déposée par ses avocats mardi, a été rejetée En novembre dernier, le tout-puissant dirigeant se voit reprocher le fait d'avoir dissimulé une partie de sa rémunération dans les rapports remis par Nissan

Arlos Ghosn , l ’emblématique patron du groupe Renault- Nissan a été arrêté au Japon. Il est soupçonné de dissimulation de revenus et de malversations à la

Car Nissan, en tant qu'entité morale, est également poursuivi au Japon comme M. Ghosn sur deux chefs d'inculpation liés aux rémunérations différées passées sous silence dans ses anciens rapports boursiers. A défaut d'un "procès Ghosn", un procès contre Nissan et Greg Kelly - l'ancien bras droit de Ghosn arrêté en même temps que lui - devrait donc bien se tenir. "Nissan doit montrer patte blanche. Nous, on a des responsabilités, on doit respecter la loi, on a des obligations. Cela va être pénible, mais on le fera", commente une source interrogée par l'AFP.

"Pour l'instant il n'y a rien de neuf dans les déclarations de M. Ghosn contre Nissan (...). Mais s'il persiste dans sa campagne négative, cela pourrait faire douter les marchés du redressement fondamental de l'entreprise et de son image de marque", estime Koji Endo, analyste automobile chez SBI Securities interrogé par l'AFP. Sans parler de la lassitude des salariés du groupe, qui "en ont ras-le-bol" de voir leur entreprise faire tous les jours la Une des médias, confie-t-on en interne. La fuite des cerveaux continue par ailleurs au sein du groupe, notamment parmi ses jeunes ingénieurs, selon M. Endo.

Luca De Meo, pressenti chez Renault, annonce sa démission de Seat (Volkswagen)

  Luca De Meo, pressenti chez Renault, annonce sa démission de Seat (Volkswagen) La rumeur court depuis bientôt deux mois nos confrères du Figaro avaient annoncé à la mi-novembre que Luca de Meo, un ancien cadre de Renault, était le favori pour prendre la tête du constructeur automobile français. Début décembre, c'est l'AFP qui confirmait que le conseil d'administration de Renault aurait validé le choix du patron de Seat pour succéder à Thierry Bolloré, brutalement remercié le 11 octobre dernier. Aujourd'hui, même si VW,Le président du comité exécutif de Seat, Luca De Meo, pressenti pour prendre la tête de Renault, a démissionné de son poste au sein de la filiale espagnole de Volkswagen.

Soupçonné de malversations, l’ancien patron de l’alliance Renault- Nissan -Mitsubishi a été arrêté au Japon, pays qui avait fait de lui une star. Fuite de Ghosn : l ’exfiltration, une spécialité rare et… chère. Ce Carlos Ghosn que l’on ne connaît pas. Japon : Nissan aurait des preuves irréfutables

Pour les articles homonymes, voir Ghosn . Carlos Ghosn [kaʁlɔs gon] (en libanais ['karlos ɣʊsˁn̩]) , né le à Porto Velho (Brésil), est un chef d'entreprise libano-brésilo-français. À la fin des années 1990, il met en place chez Renault une politique radicale de réduction de coûts et de restructuration qui permet

Impact financier conséquent

L'affaire Ghosn a déjà coûté cher à Nissan, pas seulement en termes de réputation. Depuis son arrestation en novembre 2018, sa valorisation en Bourse "a baissé de plus de 10 milliards de dollars", a pointé mercredi Carlos Ghosn, même si la chute du titre est aussi liée à la crise du marché automobile qui a entre-temps fait fondre ses résultats. En outre, Nissan aurait déjà englouti plus de 200 millions de dollars en frais d'avocats, d'enquêteurs et détectives privés dans l'affaire Ghosn, selon l'agence d'informations financières Bloomberg.

"Ce chiffre est ridiculement exagéré, il faudrait probablement enlever un zéro", assure la source interne de l'entreprise interrogée par l'AFP. Mais il y a d'autres frais: en septembre dernier, Nissan a dû payer une amende de 15 millions de dollars pour éviter des poursuites du gendarme boursier américain, la SEC, sur le volet des rémunérations différées absentes de ses anciens rapports financiers.

EN DIRECT > Carlos Ghosn : suivez sa conférence de presse à 14H

  EN DIRECT > Carlos Ghosn : suivez sa conférence de presse à 14H Suivez, avec le direct de FranceInfoTV, la conférence de presse que Carlos Ghosn, ex-patron de l'alliance Renault-Nissan en fuite, va donner à partir de 14H ce mercredi depuis le Liban où il s'est réfugié.Lire aussi : Ghosn va parler, le monde politico-judiciaire japonais en émoi

Carlos Ghosn a été interpellé ce 4 avril dans la matinée à son domicile de Tokyo sur de nouveaux soupçons de malversations financières, un mois à peine «[Cette arrestation] fait partie d'une nouvelle manœuvre de certains individus chez Nissan qui vise à m'empêcher de me défendre en manipulant

En prison depuis presque trois semaines, accusé de fraude fiscale, Carlos Ghosn , ancien grand patron de Nissan -Renault, garde des soutiens au Liban . Un pays

Le constructeur a aussi accepté en décembre de payer une pénalité de 2,4 milliards de yens (près de 22 millions de dollars) requise par l'Agence japonaise des services financiers sur la même partie de l'affaire. Le groupe doit par ailleurs répondre prochainement aux questions du TSE, l'opérateur de la Bourse de Tokyo, sans quoi il risque d'être radié de la cote, et il fait aussi face à des plaintes d'actionnaires aux Etats-Unis.

Conseil d'administration mardi prochain

Nissan a péniblement fait le ménage dans sa gouvernance ces derniers mois pour en finir avec l'ère Carlos Ghosn. En septembre dernier, celui qui était alors directeur général, Hiroto Saikawa, l'un des critiques les plus acerbes de son ancien mentor, a notamment pris la porte après avoir reconnu avoir lui aussi touché des primes en excès par le passé.

"Je n'ai pas de temps à perdre avec quelqu'un qui joue un drame écrit par lui-même, après avoir fui un pays en violant la loi", a sèchement répliqué jeudi Masakazu Toyoda, un administrateur extérieur de Nissan également dans le viseur de M. Ghosn. La nouvelle direction du groupe, arrivée aux commandes début décembre, a en effet d'autres fers au feu: selon des informations de l'AFP, elle doit exposer mardi prochain sa stratégie au conseil d'administration pour redresser au plus vite les bénéfices, tombés à leurs plus bas niveaux depuis dix ans.

L'alliance Renault-Nissan semble quant à elle être repartie du bon pied, après un an d'incertitudes sur son avenir. Mais là encore, Carlos Ghosn ne s'est pas privé mercredi de décocher quelques flèches assassines, dénonçant une "mascarade d'alliance" et balayant la stratégie du consensus, qui ne "fonctionne pas".

En parlant de "complot", Carlos Ghosn élude les questions qui fâchent .
Train de vie fastueux, vols privés en jet, "réunion de famille" à Versailles Renault et Nissan attendent toujours des justifications de leur ancien patron, actuellement réfugié au Liban.Tour d'horizon des soupçons communiqués à la justice française et pour lesquels le dirigeant, réfugié au Liban après avoir fui le Japon, pourrait devoir s'expliquer.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 5
C'est intéressant!