•   
  •   

Entreprise Le plan à 100 milliards de l'OCDE pour taxer les multinationales

09:40  14 février  2020
09:40  14 février  2020 Source:   capital.fr

BNP Paribas signe une bonne année 2019 mais appréhende les taux bas en 2020

  BNP Paribas signe une bonne année 2019 mais appréhende les taux bas en 2020 La première banque française enregistre un bénéfice de 8,17 milliards d'euros en 2019, en hausse de 8,6%. Il surpasse les attentes des analystes qui tablaient sur un résultat bien inférieur, à 7,8 milliards d'euros en moyenne. Pour autant, la banque dit s'attendre en 2020 à une "baisse modérée" des revenus de sa banque de détail en zone euro, sous l'effet de taux bas persistants. Pour contrebalancer en partie le phénomène, elle compte sur une hausse de son activité et une forte progression de métiers spécialisés, très rémunérateurs, comme la location longue durée de véhicules (Arval), d'équipements (Leasing solutions) ou encore sa banque de déta

La réforme de la taxation des bénéfices des multinationales , en particulier les entreprises du numérique, proposée par l ' OCDE pourrait engendrer jusqu'à 4% de recettes supplémentaires d'impôt sur les bénéfices au niveau mondial.

La réforme de la taxation des bénéfices des multinationales , en particulier les entreprises du numérique, proposée par l ' OCDE pourrait engendrer jusqu'à 4% de recettes supplémentaires d'impôt sur les bénéfices au niveau mondial.

Le plan à 100 milliards de l'OCDE pour taxer les multinationales © Thierry Falise / Contributeur / Getty Images Le plan à 100 milliards de l'OCDE pour taxer les multinationales

Fin janvier, les 137 pays engagés depuis plusieurs années sous l'égide de l'OCDE dans la négociation d'un accord sur la taxation des multinationales et en particulier des géants du numérique, se sont mis d'accord pour aboutir à un tel accord d'ici la fin de l'année.

C'est une réforme qui pourrait rapporter gros. L'OCDE souhaite en effet modifier la taxation des bénéfices des multinationales, en particulier du numérique. Une mesure qui pourrait engendrer jusqu'à 4% de recettes supplémentaires d'impôt sur les bénéfices au niveau mondial, selon une analyse dévoilée jeudi 13 février par l'organisation internationale. Cela représente "100 milliards de dollars par an", une somme qui "serait globalement homogène pour les économies à haut, moyen et faible revenus", indique l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un communiqué.

Les actionnaires des grandes entreprises n'ont jamais gagné autant d'argent

  Les actionnaires des grandes entreprises n'ont jamais gagné autant d'argent En 2019, les dividendes versés aux actionnaires à travers le monde ont atteint 1.430 milliards de dollars, soit une augmentation de 3,5%. Il s'agit d'un nouveau record.Sur le seul quatrième trimestre, les dividendes ont progressé de 4,6% pour atteindre le montant record de 291,8 milliards de dollars en dépit d'un ralentissement de la croissance des bénéfices en Amérique du Nord.

La réforme de la fiscalité des multinationales numérisées en discussion à l ' OCDE pourrait rapporter un total de 100 milliards de dollars d'impôts Le pactole vaudrait 100 milliards de dollars chaque année. Tel est le montant supplémentaire de l 'impôt sur les sociétés qui serait collecté si la réforme

L'analyse de l ' OCDE montre que la première partie de la réforme "procurerait un faible gain de recettes fiscales à la plupart des juridictions", même si elle ne détaille pas les impacts pays par pays. Le plan à " 100 milliards de dollars par an" de l ' OCDE pour taxer les multinationales . BFM Business.

Fin janvier, les 137 pays engagés depuis plusieurs années sous l'égide de l'OCDE dans la négociation d'un accord sur la taxation des multinationales et en particulier des géants du numérique, se sont mis d'accord pour aboutir à un tel accord d'ici la fin de l'année, malgré les exigences américaines qui pourraient menacer le processus.

Réduire la concurrence entre États

Cette réforme repose sur deux piliers : le premier vise à redistribuer les droits de perception de l'impôt sur les sociétés, non plus seulement en fonction de la présence physique d'une entreprise dans un pays, mais de l'activité qu'elle y réalise. C'est ce volet qui permettrait à de nombreux Etats de taxer les multinationales du numérique, comme les géants américains Google, Amazon, Facebook et Apple. Le deuxième volet consiste à fixer un niveau minimum d'imposition à 12,5%, pour réduire la concurrence fiscale entre les Etats et les stratégies de transfert de bénéfices des multinationales vers des pays à faible fiscalité.

Alstom s'offre les trains de Bombardier pour 7 milliards d'euros

  Alstom s'offre les trains de Bombardier pour 7 milliards d'euros Cette décision permettrait à Bombardier de réduire en partie sa dette colossale. Contactées par l'AFP, les deux entreprises n'ont pas voulu commenter cette information. Nouveau mastodonte Avec cette acquisition de sa branche transports, dont la division a son siège à Berlin et emploie environ 1.500 personnes au Québec, Alstom formera un nouveau grand groupe dans le ferroviaire avec un chiffre d'affaires d'environ 15 milliards d'euros, selon le quotidien économique.

L ' OCDE estime que le projet de réforme de la fiscalité transfrontalière qu'elle propose aurait un impact «considérable» et pourrait augmenter les recettes de l 'impôt sur les sociétés au niveau mondial de 4% ou 100 milliards de dollars par an.

A quelques semaines des élections municipales, le bilan 2019 du marché immobilier régional se regarde à la loupe. Certains points noirs continuent de scléroser le marché du logement neuf à Montpellier

>> A lire aussi - Google, Amazon, Facebook, Apple… l’OCDE propose une “approche unifiée” pour taxer les Gafa

L'analyse de l'OCDE montre que la première partie de la réforme "procurerait un faible gain de recettes fiscales à la plupart des juridictions", même si elle ne détaille pas les impacts pays par pays. Les économies à faibles revenus et à revenus moyens seraient toutefois un peu favorisées par rapport aux économies avancées. A l'inverse, les pays considérés comme des "centres d'investissement" des multinationales mais où elles ne réalisent pas l'essentiel de leur activité, "subiraient une perte modérée de recettes fiscales".

Aider les économies en développement

L'analyse révèle également que plus de la moitié de la réattribution des bénéfices qui en découle proviendrait des 100 plus grandes entreprises mondiales. C'est le deuxième pilier de la réforme qui "pourrait générer un accroissement considérable de recettes fiscales", en réduisant les transferts de bénéfices des multinationales. "C'est une conséquence importante pour les économies en développement qui sont généralement davantage pénalisées par les transferts de bénéfices que les économies à revenu élevé", note l'OCDE.

>> A lire aussi - La France toujours championne des impôts dans l'OCDE

De plus, ces changements "atténueraient l'influence du niveau de l'impôt sur les sociétés sur les décisions relatives à la destination des investissements". L'OCDE prévient toutefois que cette analyse est susceptible d'évoluer en fonction de l'évolution du processus de négociation.

Nucléaire : malgré la fermeture de Fessenheim, le parc français reste le 2e mondial .
Les deux réacteurs de Fessenheim vont fermer en février et en juin prochains. Malgré cela, le parc nucléaire français reste le deuxième plus important au monde. Un quasi-leadership resté intact. Le parc nucléaire français reste le deuxième plus important au monde, juste derrière celui des Etats-Unis (98 réacteurs), malgré la fermeture programmée en février et en juin 2020 des deux réacteurs de Fessenheim. Après l'arrêt de la doyenne des centrales françaises située dans le Haut-Rhin (est), la France comptera au total 56 réacteurs nucléaires d'une puissance de production cumulée d'environ 61.000 mégawatts (MW).

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!