•   
  •   

Entreprise Rachat d’actions : le scandale financier qui couve aux États-Unis

10:00  20 mars  2020
10:00  20 mars  2020 Source:   capital.fr

L'application de rencontres Grindr revendue par son propriétaire chinois

  L'application de rencontres Grindr revendue par son propriétaire chinois Les Etats-Unis lui mettaient la pression pour qu'il cède cette application, qui va être rachetée par une firme américaine. Grindr va repasser sous pavillon américaine. Le propriétaire chinois de l'application de rencontres pour homosexuels a annoncé avoir conclu un accord pour revendre à une firme américaine. Invoquant des raisons de sécurité nationale, les Etats-Unis lui mettaient la pression depuis mois pour qu'il la cède.

Dividendes et rachats d ' actions vont forcer les entreprises à licencier. Celles qui ont dépensé ainsi leurs bénéfices n'ont plus assez de liquidités pour Face à la pandémie de Covid-19, le DIY à la rescousse. Les «makers» tentent de bidouiller des équipements médicaux hors des circuits classiques.

Une offre publique de rachat d ’ actions (OPRA) permet à une entreprise de racheter ses propres actions en bourse pour les annuler. Pendant les périodes de baisse des taux d'intérêt et de marché favorable

Rachat d’actions : le scandale financier qui couve aux États-Unis © Matteo Colombo / Getty Images Rachat d’actions : le scandale financier qui couve aux États-Unis

Alors qu’elles réclament des dizaines de milliards de dollars pour leur sauvetage, les grandes compagnies aériennes sont accusées de brûler leur trésorerie en rachetant leurs propres actions. Le “buyback”, un outil polémique qui soutient artificiellement les cours.

Le secteur aérien traverse sa plus grande crise depuis le 11-Septembre, cloué au sol à cause de l’épidémie de coronavirus. Sans un soutien massif des États, la quasi-totalité des compagnies aériennes seront en faillite d’ici une poignée de semaines. American Airlines, United Airlines et Delta Air Lines ont ainsi estimé que l'industrie avait besoin de 25 milliards de dollars de subventions et de 25 milliards de dollars de prêts et allègements fiscaux pour survivre. Elles réclament aussi un allègement des charges jusqu'à au moins fin 2021, qui pourrait s'élever à des dizaines de milliards de dollars.

Étranglées par la dette, de nombreuses entreprises risquent d’être privées de financement

  Étranglées par la dette, de nombreuses entreprises risquent d’être privées de financement Avec la propagation de l'épidémie de coronavirus, tout un pan de la cote risque d'avoir de plus en plus de mal à se financer, alors que la dette des entreprises a explosé depuis la crise de 2008 et que leur chiffre d'affaires est affecté par le ralentissement de l'économie.Les entreprises chinoises, encore quasi-absentes sur le marché obligataire avant 2008, sont devenues le deuxième émetteur mondial avec 590 milliards de dollars émis en 2016. En ajoutant les emprunts contractés auprès des banques, la dette des entreprises "est à un plus haut historique de 94% du produit intérieur brut" mondial, profitant de taux d'intérêt historiquement bas, selon une note du cabinet Capital Economics.

Le riche financier américain Jeffrey Epstein a versé de l'argent à deux témoins potentiels afin de les influencer dans une affaire de «trafic sexuel» de mineures à la fin de Cette accusation fait partie de la requête des procureurs visant à maintenir Jeffrey Epstein écroué dans l'attente de son procès.

Un reporting financier aux États - Unis (compte rendu) est le document ou l'opération consistant, pour une entreprise, à faire un rapport financier de son activité en fonction des normes en cours aux États - Unis .

Dès lors, certaines voix s’élèvent dans les rangs des parlementaires américains pour souligner le comportement irresponsable des dirigeants de ces compagnies. Les quatre plus grosses compagnies (Delta, American, Southwest et United) ont collectivement dépensé 39 milliards de dollars pour racheter leurs propres actions lors des cinq dernières années, selon S&P Dow Jones Indices, une société américaine qui fournit des données financières. Ces opérations ont été réalisées à partir de leur trésorerie, celle qui manque cruellement aujourd’hui.

“Nous avons dit au Congrès que tout financement destiné à l'industrie aéronautique devait être assorti de règles strictes", a déclaré Sara Nelson, présidente de l'Association of Flight Attendants, un syndicat de personnels navigants. “Il n’y aura pas d'argent public pour les bonus du P-DG, les rachats d'actions ou les dividendes”, a-t-elle précisé. “Si autant d’argent public est mobilisé, alors cela devrait inclure une interdiction de rétablir les rachats d’actions”, a tweeté la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez.

Volvo rappelle plus de 700.000 voitures dans le monde

  Volvo rappelle plus de 700.000 voitures dans le monde Le constructeur automobile suédois vient de rappeler plus de 700.000 véhicules pour un problème de freinage automatique. 736.000, c'est le nombre de voitures du constructeur automobile Volvo Cars, propriété du chinois Geely, qui font l'objet d'un rappel. La raison ? Un problème lié au système de freinage automatique d'urgence. Ce rappel intervient après "l'introduction d'un logiciel en janvier 2019 qui s'est avéré défectueux" dans neuf de ses modèles, a expliqué à l'AFP un porte-parole du constructeur suédois, Stefan Elfström.

Des propos tenus par le numéro deux de la Maison Blanche devant l’Organisation des États américains, l’OEA. Mike Pence a aussi exhorté le président Ortega à laisser entrer la Commission interaméricaine des Etats - Unis : Grindr au centre d'un nouveau scandale d'utilisation des données.

Aux États - Unis , les rachats d ' actions se sont développés pour des raisons fiscales, depuis qu'en 1995 l'imposition des dividendes est devenue plus lourde que celle des plus-values ; par ailleurs, la volatilité des cours des actions des sociétés de haute technologie telles qu'Apple, Facebook, Google

>> À lire aussi - Des nationalisations sont envisageables, annonce Bruno Le Maire

>> À lire aussi - Les compagnies aériennes ont besoin d’un montant d’aides colossal, avertit l’Iata

Le rachat de ses propres actions, à quoi ça sert ?

Les entreprises utilisent leur cash pour racheter leurs actions pour plusieurs raisons. Cela sert à “brûler” des actions, ce qui augmente mécaniquement le revenu par action de celles qui restent. Cela peut servir, par exemple, dans le cas d’une société qui émettrait beaucoup d’actions nouvelles pour rémunérer ses dirigeants. Le rachat d’actions peut alors atténuer la dilution au capital des autres actionnaires. La plupart du temps, cet outil soutient le cours boursier. Voilà pour le concept, mais cela peut occasionner des dérives.

“La polémique autour des rachat d’actions s’intensifie”, constate Nicolas Chéron, responsable de la recherche marchés pour le courtier Binck. “Les sociétés ont préféré remercier leurs actionnaires en soutenant les cours de leurs propres actions plutôt qu’en assainissant leurs finances ou en se créant une trésorerie importante. De ce fait, frappées de plein fouet par la crise du Covid-19, elles ne peuvent absolument pas faire face et demandent de l’aide à l’État”, rajoute-t-il. “Les rachats d'actions ont été un soutien artificiel à Wall Street, soulève Sacha Pouget, directeur associé du cabinet de conseil en stratégie KB Advisors, les sociétés qui ont utilisé ce schéma devraient être interdites d'y recourir si un centime d'argent public est dépensé pour elles.”

Assurance vie : cette solution qui vous permet de sortir des unités de compte sans perte

  Assurance vie : cette solution qui vous permet de sortir des unités de compte sans perte Les épargnants qui ont récemment souscrit un contrat d’assurance vie subissent de plein fouet la chute des marchés actions qui impacte les unités de compte. Alors qu’un rachat total ou partiel est perdant à tous les coups, il est possible de récupérer sa mise. “Dès le mois de décembre 2019, nous disions qu’il fallait faire attention avant de pousser les épargnants à basculer des fonds euros vers les unités de compte (UC).

Les résidents permanents légitimes des États - Unis doivent obtenir une autorisation de voyage électronique (AVE) pour entrer au Canada à un aéroport canadien ou pour transiter par un aéroport possèdent les documents requis pour entrer aux États - Unis ; ont été légalement admis aux États - Unis .

Le département du Trésor des États - Unis (United States Department of the Treasury), fondé en septembre 1789, a pour fonction de répondre aux besoins fiscaux et monétaires des États - Unis . Il est dirigé par le secrétaire du Trésor, Steven Mnuchin depuis le 13 février 2017.

Selon une étude publiée en novembre dernier par la banque d’affaires Goldman Sachs, les grandes entreprises américaines ont dépensé 2.500 milliards de dollars pour du rachat d’actions entre 2016 et 2019. Cela s’explique notamment par les importantes baisses d’impôts décidées par Donald Trump après son élection. Sur les 480 milliards de dollars utilisés en 2019 par le S&P 500, l’indice représentant les 500 plus grosses cotations américaines, plus de 100% de leur trésorerie a été utilisé pour faire du rachat d’actions et à un degré moindre offrir des dividendes. Apple est le champion toutes catégories avec un programme de 175 milliards de dollars, selon son rapport fiscal 2019.

>> À lire aussi - Un chèque de 1.000 dollars pour chaque Américain : l’arme secrète de Trump pour sauver l’économie

Les grandes banques sous pression

Le secteur aérien américain n’est pas le seul à être pointé du doigt. Les huit plus grandes banques américaines ont annoncé le 16 mars qu’elles suspendaient leurs rachats d’actions, promettant de conserver des capitaux pour affronter la crise du coronavirus. Parmi elles, Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley ou Wells Fargo. Depuis 2010, les 17 plus grandes banques américaines ont dépensé la somme stratosphérique de 514 milliards de dollars pour racheter leurs actions.

Cette décision reflète une prise de conscience comme quoi il serait mauvais pour les banques de récompenser leurs actionnaires, alors qu’elle s’apprêtent à prendre des mesures impopulaires dans le cadre de la crise qui vient d’éclater (saisies, inaccessibilité au crédit, etc.). “Il y a une énorme pression politique sur les banques pour qu’elles conservent leur capital, cette étape devrait aider”, a déclaré dans une note Jaret Seiberg, directeur général de la recherche pour la banque d’investissement américaine Cowen. Et si la crise s’intensifie, il assure qu’elles devront aussi réduire leurs dividendes : "Cela peut davantage devenir un problème politique qu'un problème de sécurité et de solidité".

Coronavirus: les banques britanniques contraintes de renoncer aux dividendes .
Cette mesure permettrait d'économiser 15,6 milliards de livres. La Banque d'Angleterre appelle également les établissements bancaires à ne pas verser de bonus en numéraire."Pour aider les clients de Barclays à répondre aux besoins des entreprises et ménages pendant les difficultés causées par le Covid-19", la banque ne versa aucun dividende et ne fera pas de rachat d'actions en 2020, a-t-elle annoncé dans un communiqué mercredi. En outre, "en réponse à une demande à l'autorité de régulation prudentielle (de la Banque d'Angleterre)", Barclays "a accepté d'annuler le dividende de 6 pence par action au titre de 2019 qui devait être payé le 3 avril".

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!