•   
  •   

Entreprise La renationalisation de Renault n'est pas à l'ordre du jour (Senard)

16:05  22 mars  2020
16:05  22 mars  2020 Source:   latribune.fr

ADP voit sa privatisation s'éloigner à cause du coronavirus

  ADP voit sa privatisation s'éloigner à cause du coronavirus Les conditions de marché ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation, en particulier pour ADP, a indiqué Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement français. La perspective d'une privatisation d'ADP est repoussée, du fait des turbulences provoquées par la propagation du coronavirus. "L’instabilité actuelle des marchés montre que les conditions de marché ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation et en particulier en ce qui concerne ADP", a déclaré Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement français, selon les propos rapportés par Reuters.

Prié de dire si Renault pourrait solliciter un prêt de l'Etat, Jean-Dominique Senard répond : "Nous pourrions solliciter des garanties auprès de l'Etat, comme d'autres entreprises". Il ajoute en revanche qu'une renationalisation temporaire " n ' est pas à l ' ordre du jour ".

Non, une renationalisation de Renault n ’ est pas à l ’ ordre du jour ! Interrogé par le journal Le Parisien, Jean-Dominique Senard a ainsi affirmé qu’une renationalisation de Renault n ’ était pas dans les tuyaux, alors que la crise du coronavirus pourrait fortement aggraver sa situation financière, déjà

© Fournis par La Tribune "Comme pour toutes les entreprises françaises, la question de la trésorerie se pose", explique Jean-Dominique Senard, patron de Renault.

Renault pourrait solliciter des garanties auprès de l'Etat pour faire face à l'impact de l'épidémie de coronavirus, déclare dans un entretien au Parisien son président Jean-Dominique Senard qui écarte en revanche le scénario d'une renationalisation. Comme le reste du secteur, le constructeur français fait face au double défi du plongeon de ses commandes et de l'arrêt de ses usines en Europe face à la propagation de l'épidémie dans la région.

Logement : la trêve hivernale est prolongée de deux mois

  Logement : la trêve hivernale est prolongée de deux mois Face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement reporte la fin de la trêve hivernale au 31 mai. Les expulsions locatives seront donc interdites deux mois de plus que d’ordinaire. © Fournis par Le Monde Le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie, le 4 février 2020 à l’Assemblée nationale. Chaque année, du 1er novembre au 31 mars, les locataires ne peuvent, sauf exceptions, être expulsés, même si un jugement l’autorise.

Une renationalisation de Renault ' pas à l ' ordre du jour ' (président au Parisien) | Zone bourse. PARIS (awp/afp) - Une renationalisation de Renault pour surmonter la crise du coronavirus n ' est " pas à l ' ordre du jour ", a affirmé samedi le président du groupe

L'alliance Renault -Nissan est "refondée" et doit désormais améliorer ses performances, mais une fusion ou même une évolution capitalistique n ' est pas à l ' ordre du jour , a affirmé le président du groupe automobile au Losange, Jean-Dominique Senard , au Journal du Dimanche.

"Nous vivons une des épreuves les plus difficiles de notre histoire", déclare le président du conseil de Renault dans l'entretien publié dimanche.

Plongeon "spectaculaire" des commandes

Vingt-et-un sites industriels du groupe sont désormais fermés dont 12 en France et quatre en Espagne notamment, ce qui représente 60.000 salariés à l'arrêt, précise-t-il, ajoutant que le constructeur doit faire face à un plongeon "spectaculaire" de ses commandes, "parfois jusqu'à 90%". "Comme pour toutes les entreprises françaises, la question de la trésorerie se pose donc", explique-t-il, ajoutant que le constructeur travaille sur différent scenarii pour les prochaines semaines.

Prié de dire si Renault pourrait solliciter un prêt de l'Etat, Jean-Dominique Senard répond : "Nous pourrions solliciter des garanties auprès de l'Etat, comme d'autres entreprises". Il ajoute en revanche qu'une renationalisation temporaire "n'est pas à l'ordre du jour".

EDF, Engie, Renault… pas de dividende pour les entreprises dont l’Etat a des actions ? .
L'Etat actionnaire va demander aux entreprises dans lesquelles il détient des participations de ne pas verser de dividende, indique Muriel Pénicaud. EDF, Engie, Renault, Air France-KLM… Les entreprises contrôlées par l'Etat, ou dans lequel ce dernier détient des parts au capital, risquent fort de laisser leurs actionnaires sur leur faim cette année. L'Etat va en effet leur demander de ne pas verser de dividende cette année, a indiqué vendredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Un geste de "solidarité" face à la crise du coronavirus.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!