•   
  •   

Entreprise Coronavirus : les fintech, elles aussi, se mobilisent pour aider les entreprises

12:00  23 mars  2020
12:00  23 mars  2020 Source:   latribune.fr

Les entreprises peuvent-elles rompre les périodes d’essai en période de confinement?

  Les entreprises peuvent-elles rompre les périodes d’essai en période de confinement? Face aux mesures de confinement liées au coronavirus qui ralentissent considérablement l’économie française, certaines entreprises venant d’embaucher des salariés en CDI ou CDD peuvent être tentées de rompre leur période d’essai, même si les compétences du salarié ne sont pas en cause. Mais en ont-elles le droit ? Claire est écoeurée. Fraîchement recrutée en CDI dans une entreprise du “secteur culturel”, la jeune femme a eu la désagréable surprise de recevoir un mail l’avertissant de la rupture de sa période d’essai, lundi 16 mars à 18 heures.

Les banques, et les compagnies d'assurance dans une moindre mesure, ne sont pas les seules à se mobiliser pour venir en aide aux entreprises en difficulté face à la crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus .

La Russie a annoncé ce 3 février qu' elle classait le nouveau coronavirus parmi les maladies reconnues officiellement comme «particulièrement dangereuses», permettant l'adoption d'une batterie de mesures pour limiter sa propagation.

  Coronavirus : les fintech, elles aussi, se mobilisent pour aider les entreprises © Fournis par La Tribune

Article publié le 20/03/20 et mis à jour le 23/03/20

Les banques, et les compagnies d'assurance dans une moindre mesure, ne sont pas les seules à se mobiliser pour venir en aide aux entreprises en difficulté face à la crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus. La fintech française October, spécialisée dans le prêt participatif aux PME, souhaite, elle aussi, pouvoir "donner de l'air" aux petites et moyennes entreprises qu'elle finance et va reporter leurs remboursements pour les trois prochains mois afin de soulager leur trésorerie.

Selon les calculs de la fintech, parmi les quelque 800 entreprises qu'elle a financées dans cinq pays européens, 90% sont touchées par la crise du coronavirus. Dans les détails, 30% sont impactées directement, comme les restaurants, les hôtels et les petits commerces. Et, 60% le seront à moyen terme.

Le Medef exhorte l’Etat à nationaliser les entreprises en difficulté

  Le Medef exhorte l’Etat à nationaliser les entreprises en difficulté Transport aérien, tourisme, automobile, aéronautique La liste des secteurs d'activité plombés par le coronavirus est longue. Les acteurs les plus en difficulté devraient passer dans le giron de l'Etat, juge le Medef."Il faudra effectivement que l'Etat soit là si besoin pour venir au secours des entreprises qui seraient dans une situation financière très difficile", a-t-il ajouté. "On est face à un phénomène totalement unique. Il ne s'agit pas d'une crise financière comme on a pu le connaître en 2008", a-t-il encore estimé, citant notamment l'exemple d'Air France, qui "n'a plus de chiffre d'affaires, ou quasiment plus", actuellement. "Il est légitime que l'Etat français (...

Coronavirus : les fintech , elles aussi , se mobilisent pour aider les entreprises . Comme la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), l'Umih demande donc aux pouvoirs publics d'agir en reconnaissant l' « état de catastrophe sanitaire », de manière à ce que " les assurés

Coronavirus : les fintech , elles aussi , se mobilisent pour aider les entreprises . Anti polyarthrite ou anticorps de patients guéris ? De leur côté, le big pharma Sanofi et la biotech américaine Regeneron proposent aussi leur traitement injectable contre la polyarthrite rhumatoïde Kevzara.

Gel des remboursements

"La  situation est dramatique pour les entreprises. Elles ont toutes de vrais problèmes de liquidité car l'argent ne circule plus. Nous avons estimé que la situation méritait un geste", explique Olivier Goy, le directeur général et fondateur d'October.

La plateforme de financement participatif a donc appelé sa communauté de 21.000 prêteurs à se prononcer sur un gel du remboursement en capital sur une période de trois mois. Les investisseurs avaient jusqu'à jeudi soir minuit pour s'exprimer et ont largement répondu positivement. October a également reçu le soutien entier des investisseurs institutionnels, comme CNP Assurances, Bpifrance ou encore la banque d'investissement espagnole ICO, qui financent les entreprises sur sa plateforme.

ADP voit sa privatisation s'éloigner à cause du coronavirus

  ADP voit sa privatisation s'éloigner à cause du coronavirus Les conditions de marché ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation, en particulier pour ADP, a indiqué Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement français. La perspective d'une privatisation d'ADP est repoussée, du fait des turbulences provoquées par la propagation du coronavirus. "L’instabilité actuelle des marchés montre que les conditions de marché ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation et en particulier en ce qui concerne ADP", a déclaré Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement français, selon les propos rapportés par Reuters.

www.dailymotion.com/Europe1fr Ce lundi, Matthieu Belliard reçoit Nicolas Dufourcq, Président de la BPI, pour répondre à une question cruciale en cette période de crise du coronavirus : comment aider les entreprises en Dailymotion 2:34. Les entreprises sur le pont pour combattre le coronavirus .

Aide et contact. Se déconnecter. Lire le journal. Ce geste devrait apporter une petite bouffée d’oxygène aux entreprises et indépendants asphyxiés par l’absence de revenus. Mais il est considéré comme insuffisant par de nombreuses entreprises .

"En pleine crise, nous continuons à financer des entreprises. En une semaine, sept entreprises ont obtenu des financements sur notre plateforme. Lundi, alors que le CAC 40 dévissait, 1.300 personnes ont financé deux entreprises en moins d'une heure", ajoute Olivier Goy, stupéfait par un tel élan de solidarité.

???? October appelle au vote des prêteurs pour soutenir les entreprises via un gel du remboursement en capital de 3 mois ???? https://t.co/cQSvw6go9g #COVID19france #Solidaire #SoutienAuxEntreprises pic.twitter.com/zepXo1pFqm

— October (@October_EU) March 18, 2020

Limiter le taux de défaut

La startup, elle-même, ne prélèvera pas de frais auprès des entreprises durant trois mois. "C'est un vrai effort pour nous, mais cela ne nous met pas en difficulté car nous avons la chance d'avoir de la trésorerie", précise le dirigeant.

Une telle initiative n'est d'ailleurs pas totalement désintéressée car l'objectif pour October est d'éviter une explosion du taux de défaut, soit le pourcentage de non-paiement des échéances d'un emprunt.

Coronavirus: les banques britanniques contraintes de renoncer aux dividendes

  Coronavirus: les banques britanniques contraintes de renoncer aux dividendes Cette mesure permettrait d'économiser 15,6 milliards de livres. La Banque d'Angleterre appelle également les établissements bancaires à ne pas verser de bonus en numéraire."Pour aider les clients de Barclays à répondre aux besoins des entreprises et ménages pendant les difficultés causées par le Covid-19", la banque ne versa aucun dividende et ne fera pas de rachat d'actions en 2020, a-t-elle annoncé dans un communiqué mercredi. En outre, "en réponse à une demande à l'autorité de régulation prudentielle (de la Banque d'Angleterre)", Barclays "a accepté d'annuler le dividende de 6 pence par action au titre de 2019 qui devait être payé le 3 avril".

A lire aussi . Coronavirus : les routiers ont l'autorisation exceptionnelle de circuler dimanche prochain. Coronavirus : le gouvernement renforce son dispositif pour les entreprises . Coronavirus : le ministère des Armées lance un appel à projets pour trouver des "solutions innovantes".

Les entreprises déjà aidées pourront également solliciter un report d’échéances, et la région va doubler ses capacités de garanties afin de favoriser Les Hauts-de-France comptaient mercredi 222 cas de Coronavirus et 16 décès, selon l'Agence régionale de Santé (ARS), notamment dans l'Oise

"Appuyer sur la tête de quelqu'un n'est pas la meilleure technique pour le sauver. Si tout le monde exige sa dette au même moment, cela mènera forcément au dépôt de bilan pur et simple. Il faut donner leur chance aux entreprises de générer de nouveau du chiffre d'affaires", estime Olivier Goy.

Report, offre gratuite, webinar... Les start-up de la finance s'activent

Cette mobilisation n'est pas isolée. D'autres start-up du monde de la finance ont pris, à leur échelle, des initiatives pour épauler les petites entreprises et professionnels. La plateforme de crowdfunding Anaxago, propose également, mais sous certaines conditions, un report de trois mois des coupons dus entre le 1er mars et le 30 avril. Toujours en matière de financement participatif, Tudigo propose aux TPE et PME française d'emprunter entre 10 et 50.000 euros (contre 100.000 euros minimum habituellement) dans des conditions moins onéreuses et simplifiées.

De son côté, la néobanque pour PME Qonto a décidé de ne pas facturer à ses clients les cartes de paiement virtuelles, déjà créées ou qui seront créées, "pendant cette période difficile". La fintech SumUp, qui conçoit des lecteurs de cartes bancaires peu chers pour les petits commerçants, s'est engagée à supprimer des commissions sur les paiements mobiles et a mobilisé un million d'euros pour accorder des avances de fonds aux commerçants en difficultés. La start-up propose, par ailleurs, de partager avec les gouvernements des données pour identifier les entreprises les plus touchées par la crise afin de mieux les accompagner.

Coronavirus: TechnipFMC reporte sa scission

  Coronavirus: TechnipFMC reporte sa scission Le groupe poursuit néanmoins "ses préparatifs afin que les deux entreprises soient prêtes à se séparer lorsque les marchés seront suffisamment rétablis".Moins de trois ans après la fusion qui a donné naissance à TechnipFMC, le groupe avait annoncé fin août qu'il allait de nouveau se scinder pour donner naissance à deux entreprises, basées respectivement à Houston et Paris.

Avec l'épidémie de coronavirus qui se propage à toute vitesse en France, nombreuses sont les entreprises qui ont recours aux mesures exceptionnelles mises en place par le gouvernement pour ralentir ou arrêter leur activité. D'autres, au contraire, s'adaptent et se mobilisent pour aider le

Coronavirus : Guerlain, Pernod Ricard ces entreprises qui se mobilisent pour la fabrication de gel ABONNEZ-VOUS pour plus de vidéos

La start-up Libeo, spécialisée dans la dématérialisation de la gestion des factures fournisseurs, a, quant à elle, organisé un webinar pour accompagner les entreprises en difficulté dans leurs démarches. L'assurtech Alan a compilé dans un billet de blog les principales actions à suivre (rapatriement, geste au quotidien, téléconsultation etc.) et a débloqué un million d'euros pour mettre gratuitement à disposition plusieurs de ses services, comme la téléconsultation. D'autres encore mettent en avant leurs services de trésorerie. C'est le cas par exemple de la start-up Mansa, qui propose de faciliter l'accès au crédit aux travailleurs indépendants.

Taux, prêts aux PME, QE: la potion anti-coronavirus attendue de la BCE .
Pressée d'agir face à l'épidémie de coronavirus, la Banque centrale européenne devrait dégainer ce jeudi 12 mars une série de mesures pour calmer les marchés financiers en panique et soutenir les secteurs les plus touchés. Voici les principales actions envisagées.Mais les gardiens de l'euro pourraient abaisser leur "taux de dépôt", qui s'applique aux liquidités que les banques choisissent de leur confier faute de les distribuer sous forme de crédits.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 12
C'est intéressant!