•   
  •   

Entreprise Croissance : “L’Europe ne peut pas s’attendre à rebondir aussi vite que la Chine !”

16:05  24 mars  2020
16:05  24 mars  2020 Source:   capital.fr

La Volkswagen Golf n’est plus le modèle le plus vendu en Europe

  La Volkswagen Golf n’est plus le modèle le plus vendu en Europe La Volkswagen Golf n’est plus la star des ventes en Europe, depuis le mois dernier. Elle s’est fait détrôner par la Renault Clio. Mais cette situation ne devrait pas durer. Explications. La Renault Clio n’a pas gagné le titre de la Voiture de l’année 2020, mais elle a réussi à se hisser en tête des ventes en Europe le mois dernier. Une place occupée en temps normal par l'indétrônable Volkswagen Golf. Mais selon les chiffres publiés par JATO Dynamics, l’allemande s’est vendue à 24.735 unités en février 2020, contre… 24.914 pour la française. Une victoire pour la Clio, mais qui ne devrait pas durer.

>> A lire aussi - Carrefour, Intermarché, Castorama ces entreprises qui ont décidé de verser une prime à leurs salariés. Epargne retraite : Placement-direct.fr lance le PER “le moins cher du marché” Croissance : “ L ’ Europe ne peut pas s ’ attendre à rebondir aussi vite que la Chine !”

Croissance : “L’Europe ne peut pas s’attendre à rebondir aussi vite que la Chine !” © Pixabay Croissance : “L’Europe ne peut pas s’attendre à rebondir aussi vite que la Chine !”

Les réponses sanitaires et économiques que la Chine et l’Europe ont apportées à la pandémie de coronavirus diffèrent... et ça aura des conséquences, dénonce notre chroniqueur Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank.

Vous avez probablement vu ce type de graphique (voir ci-dessous, NDLR) partout. Il recense les nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) chaque jour dans le monde. Il n’y a aucun doute que la pandémie de coronavirus n’a pas encore atteint son pic dans le reste du monde. En revanche, la Chine, qui a réussi à endiguer la propagation du virus, a vu son économie repartir plus rapidement que ce que prévoyaient la plupart des observateurs. Il y a quelques jours, Fedex indiquait que la demande chinoise avait fortement rebondi et qu’entre 90% et 95% des grands fabricants chinois et entre 65% et 70% des petites entreprises avaient repris leurs activités.

BNP Paribas, Société Générale… nos banques menacées par l'impact du coronavirus ?

  BNP Paribas, Société Générale… nos banques menacées par l'impact du coronavirus ? La crise actuelle favorisera une augmentation des pertes sur crédits accordés, pour nos banques. Reste qu’elles sont en meilleur santé qu’au début de la crise de 2008-2009 et que les niveaux de valorisation des valeurs bancaires semblent relativement attractifs, aux yeux de la société de gestion Schroders. Alors que la pandémie de coronavirus se propage, nos banques sont à la peine… et leurs notes risquent d’être bientôt abaissées par les agences de notation. Avec la mise en confinement d’un nombre croissant de pays en Europe, l'activité économique se retrouve logiquement sous pression.

Ces chiffres rassurants alimentent l’espoir d’un rebond similaire dans le reste du monde, en particulier en Europe, nouveau foyer de propagation du coronavirus. Malheureusement, à ce stade, tout suggère que les conditions ne sont pas encore réunies pour une reprise aussi rapide en Europe. Il existe deux différences notoires entre les réponses sanitaires et économiques que la Chine et l’Europe ont apportées à la pandémie de coronavirus. Voici lesquelles.

>> A lire aussi - Croissance : “le coût humain et économique du coronavirus sera colossal pour la France !”

En Europe, les mesures sanitaires tardent à être mises en œuvre et se révèlent trop laxistes dans certains pays

Bien que de nombreux facteurs soient en jeu et que nous ne les comprenons pas totalement, il semble que nous puissions tirer des enseignements précieux des mesures mises en œuvre par la Province de Venise pour lutter efficacement contre la propagation du virus. Probablement influencée par les normes chinoises, Venise a adopté des mesures sanitaires très tôt, dès le mois de février.

Voiture propre : l'Europe va-t-elle trop loin avec les constructeurs ?

  Voiture propre : l'Europe va-t-elle trop loin avec les constructeurs ? C'est une course contre la montre à laquelle doivent participer les constructeurs automobiles présents sur le marché européen. Faute de réduire les émissions de CO2 de leur gamme d'ici l'an prochain, ils s'exposeront à de très fortes pénalités financières. Un défi de taille, qui tétanise toute la filière. Voilà qui valait bien une tournée générale de soju, l’alcool de riz coréen : le 28 janvier dernier, à Paris, les pontes du constructeur automobile Hyundai présentaient les résultats 2019 de leur filiale en France. Et comme tous les ans depuis 2014, date d’implantation du constructeur dans notre pays, ils étaient en hausse.

>> A lire aussi - Croissance : l’économie dans une situation comparable à celle d’une guerre, juge l’UE

Des tests de dépistage ont été réalisés à grande échelle (ciblant surtout les personnes les plus exposées au virus : personnel hospitalier, caissiers/caissières, forces de l’ordre, etc.) et des mises en quarantaine obligatoire à domicile ont été imposées (pour les cas suspects et les cas asymptomatiques). C’est loin d’être le cas dans de nombreux pays européens alors qu’il est scientifiquement prouvé que ces mesures sont les plus efficaces.

>> Lire aussi - Bourse : "le coronavirus est un choc comparable au 11 septembre et à la crise de 2008"

Sur le plan économique, le principal problème est le manque de coordination à l’échelle européenne et l’absence de mesures destinées à soutenir la demande

Au niveau national, les réponses économiques les plus logiques ont consisté à accorder des reports d'impôts, à injecter des liquidités, à allonger la durée des allocations chômage et à éviter les licenciements en recourant au travail partiel subventionné par l’argent public. Jusqu’à présent, la réponse coordonnée de l’UE est loin d’être suffisante. L’UE a dévoilé un programme de relance correspondant à environ 1% du PIB net de la zone euro et ce programme contient des initiatives qui ne sont pas nouvelles.

Étranglées par la dette, de nombreuses entreprises risquent d’être privées de financement

  Étranglées par la dette, de nombreuses entreprises risquent d’être privées de financement Avec la propagation de l'épidémie de coronavirus, tout un pan de la cote risque d'avoir de plus en plus de mal à se financer, alors que la dette des entreprises a explosé depuis la crise de 2008 et que leur chiffre d'affaires est affecté par le ralentissement de l'économie.Les entreprises chinoises, encore quasi-absentes sur le marché obligataire avant 2008, sont devenues le deuxième émetteur mondial avec 590 milliards de dollars émis en 2016. En ajoutant les emprunts contractés auprès des banques, la dette des entreprises "est à un plus haut historique de 94% du produit intérieur brut" mondial, profitant de taux d'intérêt historiquement bas, selon une note du cabinet Capital Economics.

>> A lire aussi - Croissance molle, inflation… “le monde mettra des années à se relever de la crise !”

Il faudra adopter des mesures de relance plus importantes, y compris des allègements fiscaux et des subventions publiques, pour relancer l’activité économique européenne lorsque les mesures de confinement seront levées. Sans cela, il est peu probable que la Chine puisse servir d’indicateur avancé pour l’Europe sur le front économique.

>> Retrouvez ici tous les points sur la séance de Bourse

Evolution des nouveaux cas de coronavirus

  Croissance : “L’Europe ne peut pas s’attendre à rebondir aussi vite que la Chine !” © Fournis par Capital Saxo Bank (avec MacroBond)

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l'image)

  Croissance : “L’Europe ne peut pas s’attendre à rebondir aussi vite que la Chine !” © Fournis par Capital Getty Images

>> Notre service - Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse

>> Retrouvez ici nos Conseils Bourse du jour

Chloroquine, l’autre essai clinique qui affaiblit l’espoir d’un traitement miracle .
Un nouvel essai clinique visant à évaluer l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement du coronavirus a été publié, il y a peu, par des infectiologues de l’hôpital de Shanghai (Chine). Ses résultats sont nettement moins enthousiasmants que ceux des travaux menés par le professeur Didier Raoult à Marseille. L’effet d’une douche froide.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 4
C'est intéressant!