•   
  •   

Entreprise Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées

10:05  27 mars  2020
10:05  27 mars  2020 Source:   capital.fr

Le très bonus très polémique que va toucher le PDG de Goldman Sachs

  Le très bonus très polémique que va toucher le PDG de Goldman Sachs David Solomon , qui était devenu PDG en octobre 2018, avait touché 23 millions de dollars au total cette année-là. John Waldron, le numéro 2 de la firme, va toucher 22 millions de dollars et Stephen Scherr, le directeur financier, 20 millions. C'est un montant qui va en faire bondir plus d'un. David Solomon, le PDG de Goldman Sachs, va toucher 27,5 millions de dollars, soit une augmentation de 20%, au titre de sa rémunération de 2019, une annonce susceptible d'intensifier le débat en cours aux Etats-Unis sur un sauvetage des grandes entreprises avec l'argent des contribuables.

En 2009, les fonds de retournement ont même été moins actifs que les autres années. Un patron en déroute ? Une entreprise au bord de la faillite ? "Notre métier, c'est d'apporter les fonds propres à des entreprises fragilisées pour les sauver, explique Jean-Louis Grevet, président de Perceva

Modifier en cours de route l'itinéraire prévu ou normal d'un véhicule : Dérouter un avion sur un autre aérodrome. Empêcher quelqu'un, quelque chose d'aboutir en les mettant sur une mauvaise voie : Le criminel en fuite a dérouté les recherches, la police.

Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées © Pixabay Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées

Les hedge funds se jettent sur les marchés et les entreprises malades du coronavirus. Certains achètent à bas prix des actions massacrées. D'autres misent sur la faillite des sociétés les plus fragiles financièrement.

Alors que de nombreux investisseurs en actions ont perdu gros (30.000 milliards de dollars au niveau mondial !) avec la débâcle des marchés, les fonds spéculatifs (hedge funds, qui gèrent l'argent que leur confient les plus riches et les fonds de pension ou souverains), cherchent désormais à profiter du marasme actuel. Que ce soit à la hausse ou à la baisse. Un nombre important d’entre eux veulent persuader leurs clients que la débâcle et les incertitudes économiques actuelles constituent une opportunité d’investissement unique, selon des notes internes consultées par l'AFP. Certains ont déjà eu des discussions avec des investisseurs et de potentiels nouveaux clients, à qui ils ont martelé que les actifs financiers - actions, obligations des entreprises, matières premières - n’avaient jamais été aussi peu chers depuis la crise des subprimes de 2008, selon des sources proches du dossier.

Coronavirus : les fintech, elles aussi, se mobilisent pour aider les entreprises

  Coronavirus : les fintech, elles aussi, se mobilisent pour aider les entreprises La plateforme de prêt participatif aux PME October va reporter les remboursements des entreprises qu'elle finance pour les trois prochains mois afin de soulager leur trésorerie. Ce geste n'est pas isolé et d'autres start-up du monde de la finance ont pris, à leur échelle, des initiatives pour épauler les petites entreprises et professionnels touchés par la crise du coronavirus. Dans les détails, 30% sont impactées directement, comme les restaurants, les hôtels et les petits commerces. Et, 60% le seront à moyen terme. Gel des remboursements "La  situation est dramatique pour les entreprises.

La monnaie russe a rebondi de 23 % après s'être effondrée par rapport au dollar américain, à cause du regain d'intérêt des fonds spéculatifs occidentaux qui investissent de nouveau dans des actifs en rouble.

Somme d'argent : Fonds de roulement. Ensemble de choses dont on dispose pour parer à la vie courante : Avoir un fonds de vêtement dans sa garde-robe. Dans les maisons d'édition, ensemble des produits sur lesquels s'appuie l'activité de base de l ' entreprise .

"Nous ne levons de l’argent frais que quand nous entrevoyons des opportunités sur les marchés", souligne auprès de l’AFP une source interne chez Baupost Group. Ce hedge fund, qui n’avait pas sollicité les investisseurs depuis 2011, a investi récemment 1,5 milliard de dollars dans des actifs déprimés et propose à ses clients d'augmenter leurs fonds afin de lui permettre d'être plus agressif. Les hedge funds veulent investir dans les entreprises laminées en Bourse et s’intéressent aussi aux sociétés non cotées qui sont à court de liquidités. Ils font le pari que les plans de relance massifs des gouvernements vont aider à la reprise de l’activité économique et au redressement des marchés.

>> A lire aussi - Croissance : l’économie dans une situation comparable à celle d’une guerre, juge l’UE

Les entreprises mauvais payeurs n'auront pas droit à la garantie des prêts de l'Etat

  Les entreprises mauvais payeurs n'auront pas droit à la garantie des prêts de l'Etat Les entreprises qui ne respecteraient pas les délais de paiement vis-à-vis de leurs fournisseurs n'auront pas droit à la garantie des prêts de l'Etat, avertit le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.Il a rappelé l'existence d'une garantie de l'Etat pour les prêts bancaires des entreprises, à hauteur de 300 milliards d'euros, mais prévenu que "toutes les entreprises, en particulier les plus grandes, qui ne respecteraient pas leurs obligations en terme de délais de paiement n'auront pas accès cette garantie de l'Etat".

Traductions en contexte de " des fonds spéculatifs " en français-espagnol avec Reverso Context : Toutes les autorités monétaires centrales doivent conserver une approche vigilante à l'égard des fonds spéculatifs .

Traductions de expression FONDS SPÉCULATIF du français vers anglais et exemples d'utilisation de " FONDS SPÉCULATIF " dans une phrase avec leurs traductions: Horizon est le Cette" interaction productive de la théorie et de la pratique financière" révèle en fait que" le système bancaire peut.

King Street Capital Management a adressé une lettre, consultée par l’AFP, à des investisseurs, dans laquelle le hedge fund se dit en quête "des grandes entreprises de haute qualité dont les dettes et les (demandes de) prêts ont été affectées par la débâcle". Citadel, le hedge fund du milliardaire Kenneth Griffin, un des premiers financiers à avoir mis en garde contre le Covid-19, est même allé jusqu’à créer un fonds spécifique. Baptisé "Citadel Relative Value Fixed Income Fund", d’après un document boursier, ce fonds vise à profiter de la volatilité sur les marchés, insiste Citadel, dont des véhicules d'investissements vedettes avaient accusé des pertes de 55% lors de la crise de 2008.

"Ce n’est pas une crise sanitaire chinoise. C’est une crise sanitaire mondiale", avait déclaré le 6 février au Club économique de New York M. Griffin, en référence au Covid-19. Le coronavirus est, selon lui, "probablement un des plus gros risques à court terme auxquels vont être confrontés les marchés financiers à travers le monde".

PSA - Fiat Chrysler : la crise fera-t-elle avorter le projet de fusion ?

  PSA - Fiat Chrysler : la crise fera-t-elle avorter le projet de fusion ? Des ombres planent sur le mariage annoncé entre PSA Peugeot Citroën et Fiat Chrysler Automobiles (FCA), en raison de la pandémie qui fragilise les deux géants de l'auto et menace l'équilibre de l'opération, selon des sources financières. Le coronavirus menace le mariage PSA-Fiat Chrysler. Annoncée fin octobre et censée être finalisée au plus tard début 2021, cette fusion, si elle va a son terme, doit donner naissance au numéro 4 mondial de l'automobile abritant sous le même toit des marques emblématiques comme Peugeot, Citröen, Jeep, Alfa Romeo et Maserati.

L ' entreprise , également sous-traitante du fabricant chinois d'ordinateurs «Lenovo», numéro un mondial des PC, a par ailleurs employé 117 étudiants astreints à travailler jusqu'à 12,5 heures par jour en moyenne. Les étudiants ont quitté leur emploi mais affirment ne pas avoir reçu la totalité de leur salaire.

Le Droit des entreprises en difficulté a pour objet de procéder au regroupement de tous les créanciers de certaines personnes afin d'organiser le règlement de ces dettes. Y sont soumis : les commerçants individuels, les sociétés commerciales, les personnes morales de droit privé non commerçantes

>> A lire aussi - Croissance molle, inflation… “le monde mettra des années à se relever de la crise !”

Les économistes s’accordent désormais pour dire que la pandémie de coronavirus, qui a déjà fait environ 23.000 morts à travers le monde, allait entraîner une récession de l’économie mondiale. De nombreux secteurs économiques sont à l’arrêt ou tournent au ralenti. Les compagnies aériennes sont quasiment à genoux, les groupes hôteliers, les chaînes de restaurants et les sociétés spécialisées dans les hydrocarbures de schiste agonisent.

>> Lire aussi - Bourse : "le coronavirus est un choc comparable au 11 septembre et à la crise de 2008"

D’après S&P Global, le taux d’entreprises américaines en difficultés financières susceptibles de faire défaut dans les 12 prochains mois devrait plus que tripler, de 3,1% en décembre à 10%. Ce qui fait le bonheur du hedge fund Saba Capital Management, dont le fondateur, Boaz Weinstein, a annoncé à ses clients, via un courrier, miser sur des défauts et des faillites de sociétés considérées financièrement fragiles par les agences de notation. Ces paris sont gagnants pour l'instant car il affiche des gains de 33% sur le seul mois de mars, selon M. Weinstein.

EDF, Engie, Renault… pas de dividende pour les entreprises dont l’Etat a des actions ?

  EDF, Engie, Renault… pas de dividende pour les entreprises dont l’Etat a des actions ? L'Etat actionnaire va demander aux entreprises dans lesquelles il détient des participations de ne pas verser de dividende, indique Muriel Pénicaud. EDF, Engie, Renault, Air France-KLM… Les entreprises contrôlées par l'Etat, ou dans lequel ce dernier détient des parts au capital, risquent fort de laisser leurs actionnaires sur leur faim cette année. L'Etat va en effet leur demander de ne pas verser de dividende cette année, a indiqué vendredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Un geste de "solidarité" face à la crise du coronavirus.

du cadre de travail des entreprises , nous les analysons en utilisant les outils d'identification. Les risques spéculatifs et les risques purs ont des effets opposés. En d’autres. termes, les premiers, appelés gain, sont les plus demandés par les entreprises , vus.

Un annuaire très sélectif bénéficiant d'un fort pagerank pour les entreprises qui souhaitent bénéficier d'un lien de qualité. Retrouvez dans la rubrique « Nouveautés » les dernières entreprises inscrites sur le portail et dans « Top notes » les sites les mieux notés.

>> Notre service - Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse

Il n'est toutefois pas certain que tous les hedge funds aient la même baraka, d’autant que de nombreux investisseurs sont devenus prudents et préfèrent investir leur argent dans des actifs jugés sûrs et peu volatils. Et d'autres hedge funds souffrent par ailleurs, à l'instar de Bridgewater Associates, le numéro un mondial du secteur, devenu célèbre pour avoir réussi à gagner de l’argent pendant la crise financière de 2008. Les véhicules d'investissement phares de Bridgewater ont enregistré des pertes historiques en mars, à cause de paris ratés sur la hausse continue des marchés, selon un courrier adressé aux clients et consulté par l’AFP.

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l'image)

  Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées © Fournis par Capital Getty Images

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

Bruno Le Maire promet que l'État apportera "les moyens" pour éviter le "naufrage" de l'économie .
Dans un entretien au JDD, le ministre annonce plusieurs pistes pour sauver les entreprises touchées par les répercussions du confinement lié au coronavirus. Il assure qu'en huit jours, 20 milliards d'euros de prêts ont été garantis par l'État à plus de 100.000 entreprises. L'État apportera "les moyens financiers nécessaires aussi longtemps que la crise durera", pour éviter "un naufrage" de l'économie lié à la pandémie de Covid-19. C'est la promesse forte du ministre des Finances Bruno Le Maire dans le Journal du Dimanche ce 5 avril.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!