•   
  •   

Entreprise Blablacar : le covoiturage, le bus et demain le train

13:10  03 avril  2020
13:10  03 avril  2020 Source:   capital.fr

Ces entreprises où l'intelligence artificielle est déjà au boulot !

  Ces entreprises où l'intelligence artificielle est déjà au boulot ! L’entrée des robots intelligents dans le quotidien des salariés n’est pas si massive qu’on pourrait le croire. Mais leur progression semble inéluctable. Et la transformation des métiers est bien en marche. Etat des lieux. L'intelligence artificielle n'appartient plus au futur. Si l'on en croit une étude d'IBM de janvier 2019, trois entreprises américaines, chinoises, européennes sur quatre « explorent ou mettent en œuvre » actuellement l'intelligence artificielle.

Symbole de la French Tech, BlaBlaCar semblait faire un peu du surplace ces dernières années. Avant la crise sanitaire, il était reparti à l’offensive. Notre vocation est d’agréger toutes les solutions de mobilité, le covoiturage , le bus , et demain peut-être le train . D’être la place de marché de la

BlaBlaCar met en relation des conducteurs qui voyagent avec des places libres avec des passagers recherchant un trajet sur le premier site européen de covoiturage .

Blablacar : le covoiturage, le bus et demain le train © William Beaucardet pour Capital Blablacar : le covoiturage, le bus et demain le train

Symbole de la French Tech, BlaBlaCar semblait faire un peu du surplace ces dernières années. Avant la crise sanitaire, il était reparti à l’offensive. Diversification, concurrence... son directeur général nous détaillait ses projets.

Son métier ne se limite plus au covoiturage. Il veut désormais devenir la plateforme de référence pour optimiser ses trajets, en combinant toutes les solutions. La société, qui ne publie toujours pas ses chiffres financiers, pourra alors prouver qu’elle mérite bien son titre de première licorne française. En février, Nicolas Brusson, directeur général de BlaBlaCar, nous livrait ses projets*.

Le plan d'Airbus pour faire face au coronavirus

  Le plan d'Airbus pour faire face au coronavirus Suppression du dividende, déblocage de lignes de crédits, réorganisation des usines Face au risque de reports massifs de livraisons, l'avionneur lance un grand plan d'adaptation. Le groupe assure pouvoir compter sur 30 milliards d'euros de liquidités.Guillaume Faury a mis en place un plan Covid-19 en deux étapes. D'abord, la fermeture pendant quatre jours des sites français et espagnols du groupe, afin de mettre les postes de travail aux nouvelles normes sanitaires. Le travail a repris le 23 mars, malgré les réticences de FO et de la CFDT. "Nous pouvons nous appuyer sur l'expérience de notre ligne d'assemblage chinoise d'A320 de Tianjin, assure Guillaume Faury.

Voyagez moins cher entre Luxembourg et Paris avec BlaBlaCar : choisissez parmi 43 trajets en covoiturage . Partez en toute confiance, même au dernier moment !

BlaBlaCar met en relation des conducteurs qui voyagent avec des places libres avec des passagers recherchant un trajet sur le premier site européen de Trouvez un covoiturage et voyagez moins cher en toute confiance, même à la dernière minute. Vous effectuez un long trajet en voiture ?

CAPITAL : La grève dans les transports vous a-t-elle été bénéfique ?

Nicolas Bruisson : Durant ces deux mois, l’activité de BlaBlaCar a été multipliée par deux. On a observé un élan de solidarité qui correspond bien à notre vocation. Pour moitié, cet afflux d’offres est venu de nouveaux inscrits. Le plus spectaculaire a été la croissance de notre service de trajets du quotidien, BlaBlaLines, lancé il y a dix-huit mois. Nous sommes passés de 1 à 1,5 million de membres en deux mois. Je pense que nous pourrons atteindre les 10 millions en France. Et avec une fréquence d’utilisation de 10 à 12 fois par mois, contre 3 à 4 fois par an sur la longue distance.

>> A lire aussi - BlaBlaCar a explosé les compteurs en 2019

Pourquoi le modèle de BlaBlaLines est-il différent de celui de BlaBlaCar ?

Les startups de la mobilité face au confinement, la possibilité d'un désastre...

  Les startups de la mobilité face au confinement, la possibilité d'un désastre... Les startups spécialisées dans la mobilité digitalisée ont vu leur activité plonger depuis la proclamation de l'état de confinement général pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Fondées sur un équilibre économique extrêmement précaire, certaines sont en danger absolu si la situation devait durer trop longtemps. D'autres sont plus optimistes et comptent sur le soutien de l'EtatPour les startups de la mobilité, cette bascule est une véritable catastrophe. Déjà fondées sur des modèles économiques en plein rodage et rarement rentables, l'absence d'activité risque de plomber leur trésorerie et les mettre en risque.

Voyagez moins cher entre Tours et Le-mans avec BlaBlaCar : choisissez parmi 50 trajets en covoiturage . Partez en toute confiance, même au dernier moment !

Voyagez moins cher entre Toulouse et avec BlaBlaCar : choisissez parmi 911 trajets en covoiturage . Partez en toute confiance, même au dernier moment !

Pour attaquer ce marché, il fallait inventer un nouveau produit. La caractéristique des déplacements domicile-travail, c’est bien sûr leur régularité. Nous confrontons les agendas et les trajets des conducteurs et des passagers et nous les faisons se rencontrer, sur tout ou partie de l’itinéraire. Le modèle économique sera aussi différent. Avec BlaBlaCar, nous prenons une commission sur la transaction (jusqu’à 25%). Avec BlaBlaLines, nous irons vers un financement hybride, en partie public comme c’est déjà le cas avec Ile-de-France Mobilités, qui paie de 2 à 4 euros par trajet les conducteurs qui partagent leur véhicule.

La loi d’orientation des mobilités (LOM) du 24 décembre 2019 intègre le covoiturage dans le financement public et prévoit d’allouer 400 euros par an aux employés, sous forme d’un forfait mobilité versé par l’entreprise. On attend les décrets d’application. Pour l’instant, BlaBlaLines ne nous rapporte rien et nous subventionnons même les conducteurs en dehors de la région parisienne. La priorité, c’est de créer l’usage, comme nous l’avons fait sur la longue distance.

Coronavirus: le monde du logement redoute des mois de paralysie

  Coronavirus: le monde du logement redoute des mois de paralysie Quand pourra-t-on à nouveau construire des maisons et des immeubles en France? La question est cruciale pour ne pas ajouter une crise du logement à la récession qui s'annonce à cause du coronavirus, mais le secteur redoute des mois de blocage. "Quand on sortira de la crise du Covid-19, la crise ne sera pas terminée" sur le marché du logement neuf, résume à l'AFP Nordine Hachemi, PDG de Kaufman & Broad, l'un des principaux promoteurs immobiliers français.

Voyagez moins cher entre Paris et Le-havre avec BlaBlaCar : choisissez parmi 22 trajets en covoiturage . Partez en toute confiance, même au dernier moment !

Voyagez moins cher entre Bordeaux et Toulouse avec BlaBlaCar : choisissez parmi 5 trajets en covoiturage . Covoiturage . Bus . Bordeaux → Toulouse : 5 trajets disponibles. Demain .

  Blablacar : le covoiturage, le bus et demain le train © Fournis par Capital William Beaucardet pour Capital

A l’étranger, BlaBlaCar a dû réduire la voilure en 2016. Où en êtes-vous ?

Ce qui a différencié BlaBlaCar de beaucoup de start-up, c’est sa volonté d’aller très vite à l’international , dès 2011. A l’époque, ce n’était pas dans les mentalités européennes. Nous avons ensuite ouvert dans 22 pays, mais dans certains, comme l’Inde, le Mexique ou la Turquie, nous n’avons pas pu monétiser le service. Nous y avons coupé nos dépenses marketing et fermé nos bureaux, tout en laissant la communauté s’y développer naturellement. La priorité, c’est l’Europe, la Russie, où nous avons 25 millions de membres, l’Ukraine et le Brésil, où nous investissons beaucoup. Nous sommes désormais focalisés sur l’enrichissement de notre offre, notamment avec BlaBlaBus.

>> A lire aussi - Ecov, le covoiturage adapté aux très courtes distances

Ouibus, que vous avez racheté à la SNCF, perdait beaucoup d’argent. L’avez-vous redressé ?

Nous avons totalement changé de modèle. Nous ne possédons aucun bus. Nous travaillons avec un réseau d’opérateurs partenaires que nous aidons à optimiser l’utilisation de leur parc de véhicules. Notre vocation est d’agréger toutes les solutions de mobilité, le covoiturage, le bus, et demain peut-être le train. D’être la place de marché de la mobilité partagée. C’est le cas en France, en Allemagne, au Brésil, et plus encore en Russie, où toutes les compagnies d’autocars sont branchées sur notre plateforme.

DIRECT: Face au virus, Trump annonce une période "horrible" aux USA, l'espoir renaît en Italie

  DIRECT: Face au virus, Trump annonce une période DIRECT. Face à un bilan qui a bondi à plus de 7.500 morts en France, les évacuations pour soulager les hôpitaux d'Ile-de-France vont se poursuivre dimanche, comme les contrôles pour maintenir l'effort de confinement malgré les vacances et le weekend. Après six patients du Haut-Rhin le 25 mars et Trente-six patients d'Ile-de-France le 1er avril, plusieurs dizaines de patients franciliens seront transférés en Bretagne. Au total, selon la DGS, plus de 550 patients dans un état critique ont été évacués depuis le 18 mars.

Etes-vous rentables ?

Nous avons été rentables en 2018 et avons démontré la solidité de notre business. Nous le restons en France et nous sommes à l’équilibre en Europe. Mais nous sommes entrés dans une nouvelle phase d’expansion, pour devenir un acteur multimodal, avec l’acquisition de Ouibus et de Busfor, numéro 1 de la distribution de billets de bus en ligne en Russie et en Ukraine. Ainsi 2019 et 2020 seront des années de forte croissance, mais pas dans le vert.

Vous aviez parlé d’aller en Bourse. C’est toujours d’actualité ?

Cela reste un objectif, une étape logique. Nous n’avons pas en tête d’être un jour racheté. Mais le calendrier, je ne le connais pas. BlaBlaCar a beaucoup de travail avant d’être coté en Bourse et de donner ses chiffres à ses concurrents. Nos investisseurs, comme Isai Gestion, Accel Partners ou Index Ventures, nous ont toujours suivis au cours des levées de fonds successives (NDLR : 450 millions d’euros au total depuis l’origine).

Les trois fondateurs restent-ils majoritaires ?

Nous n’avons plus la majorité absolue, mais oui, nous restons majoritaires.

Comment se répartissent désormais les rôles entre vous, Frédéric Mazzella et Francis Nappez ?

Frédéric préside l’entreprise mais n’a plus de fonction opérationnelle ; Francis est toujours directeur technique de BlaBlaCar. En termes de gouvernance, nous sommes tous les trois administrateurs au sein d’un conseil qui compte sept membres. Nous n’avons pas de droit de vote préférentiel mais une règle de conduite. Pour qu’un projet structurant soit adopté, il faut que deux des trois fondateurs l’approuvent.

L’allemand Flixbus vient de lancer son offre de covoiturage Flixcar. Est-ce une menace sérieuse ?

D’abord, une remarque générale. Sur l’offre de transport routier, en Europe, il ne reste que deux plateformes significatives, Flixbus et BlaBlaCar. Qui aurait pu imaginer cela ? Ensuite, il y a toujours eu beaucoup d’acteurs dans le covoiturage et, en l’occurrence, c’est plutôt nous qui sommes allés sur leur terrain avec BlaBlaBus. Pour répondre à votre question, la mise en place d’un service de covoiturage est très complexe. Il faut établir la confiance, la sécurité, la fiabilité . L’économie du partage, c’est avant tout une histoire de confiance. Cela prend du temps.

*Face à la situation actuelle liée à l'epidemie de coronavirus, BlaBlaCar a annoncé le 17 mars qu'il suspendait ses lignes d'autocars BlaBlaBus. Et demandait à ses clients "de ne pas voyager en covoiturage, sauf si c'est absolument nécessaire".

Lyft offre des trajets gratuits pour ceux qui en ont besoin .
© asiseeit / iStock / Getty Images Plus Femme d'affaires utilisant l'application mobile de covoiturage Alors que l'épidémie de coronavirus continue d'affecter la vie quotidienne dans le monde entier, Lyft a relancé son initiative LyftUp pour offrir promenades gratuites pour les personnes dans le besoin.

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!