•   
  •   

Entreprise Les médicaments à usage vétérinaire autorisés dans les hôpitaux pendant la crise sanitaire

15:05  03 avril  2020
15:05  03 avril  2020 Source:   capital.fr

Carrefour, Intermarché, Castorama... ces entreprises qui ont décidé de verser une prime à leurs salariés

  Carrefour, Intermarché, Castorama... ces entreprises qui ont décidé de verser une prime à leurs salariés Pour récompenser leur mobilisation pendant cette crise sanitaire, de grandes enseignes ont choisis de verser une prime de 1.000 euros aux employés exposés. Plusieurs grandes enseignes de la distribution ont annoncé dimanche 23 mars leur décision de verser une prime de 1.000 euros aux salariés mobilisés sur leur lieu de travail pendant la crise sanitaire du coronavirus, répondant ainsi aux souhaits de l'exécutif.

Le département du Travail a déjà confirmé que la hausse récente du chômage avait éclipsé les records atteints pendant la crise financière de 2007-2009 au Les licenciements ont été particulièrement nombreux dans l ’hôtellerie et la restauration, les soins es divertissements et les loisirs, le transport et

La localité, haut lieu du tourisme tunisien, fait face à la crise sanitaire du coronavirus. Petit à petit, les restaurants et les cafés ont fermé puis on a publié un communiqué pour prévenir qu'il y aurait des volontaires qui distribueraient de la nourriture et des médicaments .»

Les médicaments à usage vétérinaire autorisés dans les hôpitaux pendant la crise sanitaire © Feuray Vincent/ABACA Les médicaments à usage vétérinaire autorisés dans les hôpitaux pendant la crise sanitaire

En cas d’impossibilité d’approvisionnement, un décret permet désormais au corps médical, oeuvrant dans les hôpitaux, de substituer les médicaments à usage humain par des médicaments à usage vétérinaire..

Le gouvernement se prépare à pallier une éventuelle pénurie de médicaments. Un décret entré en vigueur, ce vendredi 3 avril, prévoit que, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, des médicaments à usage humain pourront exceptionnellement être remplacés par des médicaments à usage vétérinaire dans les hôpitaux, en cas d’impossibilité d’approvisionnement des premiers. Plusieurs conditions seront requises pour que cette substitution soit possible. Le médicament à usage vétérinaire doit bénéficier d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). En outre, la substance active, le dosage et la voie d’administration devront être strictement identiques à ceux du médicament à usage humain qui aura été remplacé.

Coronavirus : « La nouvelle crise immobilière est plus grave qu'en 2008 »

  Coronavirus : « La nouvelle crise immobilière est plus grave qu'en 2008 » ENTRETIEN. Le marché immobilier devra composer avec une paralysie quasi totale de l'activité dans les semaines à venir, assure le président du groupe Barnes.Le Point : Comment maintenez-vous votre activité dans un tel contexte épidémique ?

Hôpitaux débordés, arrestations et mises en quarantaine forcées… après le confinement d’une de ses collègues, dont le conjoint était suspecté d’infection par le SARS-CoV-2, Mathieu Lamour, employé depuis douze ans par le magasin Leclerc de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans la Seine-Maritime, et

Cet usage tardif de la chloroquine serait même «la décision la plus bête du monde !» selon le professeur Willy Rozenbaum, spécialiste du sida Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Le décret annonce par ailleurs que la liste des médicaments concernés, ainsi que leurs principes actifs et leurs conditions de préparation et d'emploi vont être fixés par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ASNM), qui publiera prochainement ces informations sur son site internet.

De nombreux vétérinaires sollicités par les hôpitaux

Dans un communiqué diffusé il y a quelques jours, l'Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) révélait que “d'assez nombreux vétérinaires [avaient été] sollicités en direct par des hôpitaux pour leur fournir des médicaments vétérinaires en vue de leur utilisation sur des patients”, depuis le début de la crise sanitaire. Anticipant le décret publié ce vendredi, l’agence assurait également que “les réquisitions ne concerneraient que les stocks de médicaments disponibles auprès des industriels pharmaceutiques vétérinaires. Les stocks disponibles chez les vétérinaires praticiens et les distributeurs en gros vétérinaires restent quant à eux réservés à la médecine vétérinaire”.

Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées

  Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées Les hedge funds se jettent sur les marchés et les entreprises malades du coronavirus. Certains achètent à bas prix des actions massacrées. D'autres misent sur la faillite des sociétés les plus fragiles financièrement. Alors que de nombreux investisseurs en actions ont perdu gros (30.000 milliards de dollars au niveau mondial !) avec la débâcle des marchés, les fonds spéculatifs (hedge funds, qui gèrent l'argent que leur confient les plus riches et les fonds de pension ou souverains), cherchent désormais à profiter du marasme actuel. Que ce soit à la hausse ou à la baisse.

Les hôpitaux se préparent à la pénurie. Des médicaments essentiels pour réaliser les anesthésies et mettre les patients en grande détresse respiratoire en coma artificiel. Or avec l'afflux de malades dans les services de réanimation, la consommation est montée en flèche ces dernières semaines.

De nombreux Français courent dans les rues désertes. Pratiquer la course à pied en période de confinement n'est cependant pas anodin. La tension est palpable dans un grand nombre d' hôpitaux dont les urgences sont littéralement submergées par les malades du coronavirus.

Invité sur TF1 jeudi soir, pour une émission consacrée à la crise, le premier ministre Edouard Philippe a reconnu que “pour certains médicaments, les stocks sont plus limités et les tensions sont réelles. C’est ma priorité numéro 1 en ce moment : nous nous battons, heure après heure, pour répondre à l'augmentation inouïe de la consommation”, a-t-il poursuivi. Les craintes d’une pénurie portent particulièrement sur les antibiotiques, les sédatifs, les antidouleurs et les relaxants musculaires dont les hôpitaux ont un besoin urgent.

>> A lire aussi - Les malades chroniques traités à la chloroquine sont-ils immunisés contre le coronavirus ?

Epargne : les Français déjà en mode défensif avant la crise .
Un tiers des Français estimait en février qu’aucun placement n’était rentable, contre 22 % en 2016, selon une enquête du Cercle de l’Épargne/Amphitéa en partenariat avec AG2R La Mondiale.L'immobilier en tête

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!