•   
  •   

Entreprise Télémédecine: les critiques acerbes de la Cour des comptes envers les pouvoirs publics

20:40  20 septembre  2017
20:40  20 septembre  2017 Source:   latribune.fr

"Il faut supprimer la dette hospitalière"

  Dans une lettre envoyée à la ministre de la Santé, la Fédération des médecins de France déplore une concurrence entre hôpitaux publics et médecins libéraux. Jean-Paul Hamon, président du syndicat, prône la suppression de la dette des hôpitaux oublics et de la T2A, qui poussent selon lui les établissements à augmenter leur activité et à concurrencer celle des médecins libéraux, au détriment d'un parcours de soin cohérent."Il faut supprimer la dette hospitalière", assène Jean-Paul Hamon, lors d'une conférence de presse, mercredi 6 septembre. Une dette qui grimpe à 29,7 milliards d'euros en 2015, année où le déficit a atteint 400 millions d'euros. Et d'ajouter: "Il faut cesser de demander aux hôpitaux d'être rentables.

Les Sages de la rue Cambon, qui prônent un déploiement télémédecine, déplorent le retard de la France. En cause selon eux des initiatives avortées et un manque de cohérence des politiques des pouvoirs publics français.

Dans son dernier rapport sur le fonctionnement de la sécurité sociale, la Cour des comptes remet en question le calcul du déficit de l'Assurance maladie effectué par le précédent gouvernement. Mais pas seulement. Les Sages de la rue Cambon critiquent sévèrement la politique de télémédecine menée en France depuis les premiers usages à la fin des années 1980. "La télémédecine demeure en France une pratique marginale, sans réel impact sur l'organisation du système de santé", lance la Cour des comptes. Les expériences actuelles "cantonnées à échelle locale" sont "hétérogènes et inabouties". Ou encore: les actions "se sont succédé sans ligne directrice claire ni continuité". Avec ce rapport, l'institution valide les critiques récurrentes des acteurs impliqués dans la discipline, notamment celles des professionnels de santé.

Immobilier ancien en Ile-de-France: les volumes de transactions record font s'envoler les prix

  Immobilier ancien en Ile-de-France: les volumes de transactions record font s'envoler les prix Sur le marché de l'immobilier ancien, les volumes de transactions record constatés au deuxième trimestre 2017 ont fait s'envoler les prix en Ile-de-France et en particulier à Paris, ont annoncé les notaires jeudi en publiant leurs derniers chiffres. Pour la France entière, un "nouveau record historique" a été établi avec 921.000 transactions à la fin juin, sur les douze mois précédents, contre 819.000 à la même période un an plus tôt, selon l'indice Pour la France entière, un "nouveau record historique" a été établi avec 921.000 transactions à la fin juin, sur les douze mois précédents, contre 819.000 à la même période un an plus tôt, selon l'indice Notaires-Insee publié jeudi.

Un nombre d'actes encore faible

114 millions d'euros ont été consacrés à la télémédecine par les Agences régionales de santé entre 2011 et 2015.© Fournis par La Tribune 114 millions d'euros ont été consacrés à la télémédecine par les Agences régionales de santé entre 2011 et 2015.

D'abord dans le viseur de la Cour des comptes: le plan national télémédecine lancé en 2011 par le troisième gouvernement de l'ère Sarkozy. 44 millions d'euros ont été investis, mais 14 millions seulement auraient permis de développer de nouvelles pratiques. Un plan qui a été abandonné par le ministère de la Santé en 2012, faute de budget dédié.

Depuis, les Sages reconnaissent que les actes de télémédecine sont plus nombreux à être pris en charge. Après avoir glané des chiffres auprès des agences régionales de santé (ARS), la Cour relève 114 millions d'euros de dépenses consacrées à la télémédecine entre 2011 et 2015. Durant cette période, le nombre d'actes pris en charge est passé de 10.703 à 257.814. Mais cela reste bien peu comparé au nombre total de consultations médicales: en 2010 la sécurité sociale en comptait 6,7 par Français en moyenne. Le nombre d'actes de télémédecine représentent ainsi 0,3% des consultations dispensées, selon la Cour. Les régions sont aussi inégalitaires d'après les données relevées par l'institution, et pas forcément celles touchées par les déserts médicaux, un des principaux problèmes contre lesquels la télémédecine est censée lutter. Enfin, dans leur critique les Sages relèvent aussi paradoxalement de "nouvelles expérimentations orientées vers la médecine de ville et généralisées malgréun échec complet".

Des industriels se joignent aux banques contre le partage de mot de passe

  Des industriels se joignent aux banques contre le partage de mot de passe L’Alliance Fido, qui regroupe des PayPal, Google, et autres Lenovo, et travaille sur l’authentification en ligne, enjoint la Commission européenne de ne pas tolérer la capture de données d’écran comme solution de secours dans le cadre de la nouvelle directive sur les paiements (DSP2), qui entrera en vigueur en janvier. Elle prône l’utilisation des interfaces de programmation (API), comme les banques. Les startups de la Fintech militent au contraire pour une transition.Il s'agit de la possibilité laissée, en « solution de secours », aux prestataires tiers de continuer à recourir à la technique dite du "screen-scraping" (capture de données d'écran), aussi appelé "web-scraping", qui leur permet d'accéder aux données du client d'une banque

La Cour prône des prescriptions électroniques

Comment déverrouiller la télémédecine ? Il faut d'urgence diffuser le dossier médical partagé, échec patent pour le moment (moins de 600.000 personnes inscrites) pour que tous les professionnels de santé aient accès aux informations des patients. Une nécessité pour inclure la télémédecine dans un parcours de soin cohérent, juge la Cour. Elle prône en outre une authentification des médecins pratiquant la médecine à distance, et une rémunération correcte, à l'instar du Royaume-Uni et du Danemark, qui auraient une "incidence forte sur les conditions de développement de la télémédecine".

L'institution juge aussi nécessaire le déploiement de la prescription électronique sécurisée d'actes, de prestations et de biens. La Caisse nationale d'Assurance maladie lance, en septembre, une expérience allant dans ce sens. Et plus largement, elle réclame la cohérence des politiques lancées par les pouvoirs publics.

Encaisser un chèque avec son mobile ? Pas si simple !

  Encaisser un chèque avec son mobile ? Pas si simple ! Le Crédit Agricole a lancé cet été la remise de chèque d'une simple photo avec son smartphone dans deux caisses régionales. La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes teste cette fonction depuis trois ans. La dématérialisation du chèque butte en France sur l’obligation légale de la remise au format papier et la crainte de la fraude.Certaines banques essaient de moderniser ce moyen de paiement, introduit en France il y a plus de 150 ans, qui peut sembler archaïque à l'heure de la carte sans contact et de la banque mobile, afin de le faire basculer à l'ère numérique.

Pour la Cour des comptes, la télémédecine sonne comme une évidence. Elle "facilite l'accès au système de soins et enrichit les possibilités de prise en charge offertes au patient [...] pour certains segments de l'offre de soins", écrit-elle. Les Sages de la rue de Cambon citent les expériences menées dans plusieurs pays étrangers, le Canada, la Norvège et les Etats-Unis en particulier les "téléconsultations et de télé-expertises en direction de populations mal desservies par l'offre de soins traditionnelle".

Néanmoins, l'institution cite peu d'études médico-économiques sur la télémédecine en général pour appuyer son argumentaire. Souvent, les rares études existantes sont réalisées par des entreprises qui sont impliquées plus ou moins directement dans le secteur. La Cour évoque 2,6 milliards d'euros d'économies envisageables dans l'Hexagone grâce à la télésurveillance du diabète traité par insuline, de l'insuffisance cardiaque, et de l'insuffisance rénale, citant une étude menée par la Mutualité française en 2015. Ou encore une enquête menée par une universitaire spécialisée dans les économies dans les télécoms montre qu'une initiative de prise en charge des plaies complexes par la télémédecine permettait d'éviter 4.600 euros de dépenses par patient sur neuf mois.

Les aéroports de Roissy et d’Orly sont-ils stratégiques? Et si oui faut-il privatiser ADP? .
Pour financer l’innovation le gouvernement planche sur des cessions d’actifs. Le dossier Aéroports de Paris fait débat au regard du caractère stratégique de Roissy et d’Orly. Analyse. Après avoir récupéré 1,5  milliard d'euros début septembre en cédant 4,15 % du capital d'Engie, le gouvernement planche sur d'autres cessions d'actifs afin d'atteindre les 10 milliards d'euros prévus pour financer l'innovation. Parmi les dossiers régulièrement cités par les observateurs figurent La Française des jeux, Orange, Safran une fois l'acquisition de Zodiac finalisée...

usr: 1
C'est intéressant!