•   
  •   

Entreprise Airbus fait le dos rond face à la crise

14:30  07 septembre  2020
14:30  07 septembre  2020 Source:   capital.fr

Immobilier : quelles mesures de soutien pour le marché de l’ancien ?

  Immobilier : quelles mesures de soutien pour le marché de l’ancien ? Henry Buzy-Cazaux, président fondateur de l'Institut du Management des Services Immobiliers, appelle le gouvernement à établir un plan de soutien à la demande de logements, via des aides ciblées sur les ménages les plus en difficulté. Faut-il aider les ménages à acheter des logements anciens ? La question va paraître singulière : la plupart des grands acteurs de la transaction immobilière en France publient depuis la fin du confinement des indicateurs qui témoignent d’une vigueur exceptionnelle du marché de la revente des biens, et ce sur tout le territoire.

Airbus qui a décidé de réduire sa production de 33 % adaptera au besoin ses cadences chaque mois. Pour décider, l’avionneur s’appuie sur sa discrète Le centre de livraisons d’ Airbus à Toulouse où les compagnies aériennes viennent réceptionner leurs avions neufs. Airbus a décidé de réduire de 33

Airbus fait le dos rond . Les conséquences de la crise économique sur les programmes et sur la capacité des États-membres de l'ESA à respecter leurs engagements pris à Séville ne sont pas encore connues et il est trop tôt pour supputer.

Airbus fait le dos rond face à la crise © Pixabay Airbus fait le dos rond face à la crise

L’entreprise française d’aéronautique est parvenue à adapter sa production de façon adéquate, mais l'avenir reste périlleux.

Comme l’ensemble du secteur aéronautique, Airbus a été frappé de plein fouet par les conséquences de la crise sanitaire. Des annulations de commandes massives et la nécessité de réduire les effectifs, ont rythmé l’été de l’entreprise basée à Blagnac. Anticipant l’évolution de la demande, l’entreprise a aussi réduit la cadence de production de 40% en avril. Une évaluation qui s’est révélée conforme à la situation, pointe Les Echos.  Dans le même temps, la plus grande partie de la flotte mondiale d’Airbus a déjà repris la voie des airs.

De Lille à Nice, ces 100 entreprises recrutent malgré la crise

  De Lille à Nice, ces 100 entreprises recrutent malgré la crise Petites ou grandes, elles ont su dépasser la crise, voire parfois en profiter. Dans la foulée, elles prévoient des dizaines de milliers de créations de postes. En ces temps de plans sociaux et de gel des salaires, voilà au moins qui est rassurant : non, le marché de l’emploi n’est pas figé ! Bien sûr, la rentrée sociale s’annonce difficile, mais bon nombre d’entreprises maintiennent, voire amplifient leurs plans de recrutement, offrant des solutions de rebond partout en France.

Cela s'appelle un "râteau". Airbus Group a confirmé avoir "étudié des opportunités d'affaires avec le groupe basé au Canada Bombardier Inc et que de telles discussions ne sont plus en cours", a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi Airbus Group dans un communiqué.

"Comment comprendre la crise économique actuelle ? Nous avons organisé une table ronde avec les économistes Frédéric Lordon et Michel Husson, le syndicaliste Pierre Khalfa de Solidaire et François Sabado de la LCR.

Au mois de juillet, Airbus a livré 49 appareils. Soit peu ou prou, le volume de production établi en avril par Guillaume Faury, le PDG. A l’époque, il a annoncé une réduction de production de 40% pour produire un total de 48 appareils par mois. Sur les mois d’avril, mai et juin, l’entreprise avait livré respectivement 14, 24 et 36 appareils. Pour août, les Echos estime que le volume devrait être proche de celui d’août 2019, à savoir 42 appareils. Sur l’ensemble de l’année 2020, Airbus a livré 285 avions civils, contre 74 pour Boeing.

>> A lire aussi - COMAC C919, le rival chinois de Boeing et Airbus

60 à 65% de la flotte en activité

Dans le même temps, le rebond de l’avionneur français se concrétise aussi dans les cieux. Si seulement 25% des avions Airbus volaient en avril, ce chiffre a grimpé entre 60 et 65% au mois de juillet. Une situation rendue possible par le positionnement de l’entreprise avec les A320 et les A220 pour les vols domestiques ou intra-européens. A l’international, ce sont notamment les A350 ou encore le Boeing 787 de son rival américain qui ont tiré le marché vers le haut.

>> A lire aussi - Avancée majeure pour Airbus dans la guerre électronique

La prudence reste toutefois de rigueur car la reprise des vols ne se fait pas avec les volumes de passagers espérés. Les compagnies aériennes qui perdent d’importantes quantités d’argent pourraient donc continuer à réduire les commandes. Pour ne rien arranger, avec 8.750 avions cloués au sol le 10 août, selon le baromètre Cirium, c’est le marché de l’occasion qui pourrait prendre son envol.

Industrie : l’emploi ne devrait pas trop profiter des relocalisations ! .
Même si la France affiche sa volonté de relocaliser pour réindustrialiser le pays, ce ne sera possible que dans les secteurs robotisables et cela ne créera pas d'emplois massivement, selon des économistes. Doper le made in France via la relocalisation devrait soutenir notre industrie... mais même si "la France a de vraies capacités d'avoir des relocalisations industrielles", comme le déclarait dernièrement le ministre de l’Économie Bruno le Maire à l'occasion de la tenue d'un Conseil national de l'industrie, il ne faut pas s'attendre à ce que cela change réellement la donne sur le front de l'emploi, selon les économistes.

usr: 1
C'est intéressant!