•   
  •   

Entreprise Engie : Suez - Veolia, une vieille rivalité… et de nombreux projets de mariage

00:15  18 septembre  2020
00:15  18 septembre  2020 Source:   capital.fr

Veolia, Engie, Suez : un houleux ménage à trois

  Veolia, Engie, Suez : un houleux ménage à trois Veolia veut se marier avec Suez, en acquérant la participation d’Engie. Mais Suez renâcle. Et Engie fait monter les enchères. On essaie d’y voir clair dans cet imbroglio boursier sur fond d’inquiétude des salariés. Deux tiers des salariés de Suez en France ont débrayé deux heures ce mardi. Ils s’inquiètent de la proposition de Veolia d’acquérir leur entreprise, en rachetant la part d’Engie. Pas simple… On essaie de démêler le rôle de chacun.Veolia, l’amoureux transiVeolia courtise Suez pour le racheter. Mais Suez n’est pas d’accord. Deux tiers des salariés de l’entreprise en France ont débrayé, mardi, pour le dire haut et fort.

Engie : Suez - Veolia, une vieille rivalité… et de nombreux projets de mariage © Bloomberg / Getty Images Engie : Suez - Veolia, une vieille rivalité… et de nombreux projets de mariage

Pionniers de la gestion de l'eau et des déchets en France, Veolia et Suez ont une longue expérience de leurs métiers. Des rivaux en France et à l'international, mais qui ont plus d'une fois envisagé le mariage, sur les 150 dernières années !

Suez (dont l'actionnaire de référence est Engie, avec plus de 30% du capital) et Veolia sont deux vieux frères ennemis... ce qui ne les a pas empêché de songer plus d'une fois à convoler. La fusion est de nouveau à l'ordre du jour depuis que Veolia a proposé à Engie de racheter ses 29,9% de parts dans Suez, pour 2,9 milliards d'euros, avant de lancer une OPA sur le reste des actions. Mais Suez veut défendre son indépendance et met en avant sa "spécificité".

Engie trouve l’offre de Veolia sur Suez pas acceptable en l’état, veut un meilleur prix

  Engie trouve l’offre de Veolia sur Suez pas acceptable en l’état, veut un meilleur prix Le Conseil d'Engie dit qu'il sera "très attentif à la juste valorisation de (sa) participation dans Suez", convoité par Veolia, ainsi qu'à "la solidité du projet industriel et aux garanties apportées à l'ensemble des parties prenantes. "Jean-Pierre Clamadieu, Président du Conseil d'Administration, a déclaré : " La cession potentielle de tout ou partie de la participation dans Suez s'inscrit dans le cadre de l'accélération de notre développement dans les infrastructures et les énergies renouvelables.

Poussées avec l'essor des villes, l'ex-Compagnie générale des eaux (CGE), créée par décret impérial en 1853, et l'ex-Lyonnaise des Eaux, née en 1880, sont des produits de la Révolution industrielle. Pour garantir l'hygiène et la santé des populations, les agglomérations se dotent alors de réseaux d'eau potable et d'assainissement. Naît un système inédit: la gestion de l'eau déléguée à une entreprise privée. Une exception française qui perdure. "Mondialement, la gestion de l'eau et l'assainissement sont publics, à 90%. Même aux Etats-Unis. En Belgique, en Suisse, en Allemagne, c'est 100%", relève Christophe Lime, du réseau de collectivités France Eau Publique.

>> A lire aussi - Engie : Suez dénonce l’offre de rachat “opportuniste” de Veolia et son prix jugé dérisoire

Engie : Suez dénonce l’offre de rachat “opportuniste” de Veolia et son prix jugé dérisoire

  Engie : Suez dénonce l’offre de rachat “opportuniste” de Veolia et son prix jugé dérisoire Le Conseil d'administration de Suez dénonce l'offre de rachat "hostile" de Veolia, qui sous-évalue largement la vraie valeur du géant des services aux collectivités, selon lui. Une offre porteuse de "grandes incertitudes" et qui soulèverait "de nombreuses critiques fondamentales".Cette approche de Veolia, également jugée "opportuniste", porte de "grandes incertitudes" et "soulève de nombreuses critiques fondamentales", poursuit Suez. "La structure d'ensemble proposée par Veolia est contestable et expose Suez à un risque de prise de contrôle dans des conditions inacceptables.

Au 20e siècle, leur activité s'étend aux déchets. Ces secteurs échappant aux nationalisations d'après-guerre, les deux groupes profitent du boom des besoins et de la croissance. Ils développent des solutions, s'internationalisent, deviennent les leaders mondiaux des "services à l'environnement". Là aussi c'est "unique au monde", note Nicolas Mazzucchi, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique: "Les autres pays ont toujours considéré ça comme des questions locales". Très vite ces deux entreprises "ont eu une vision globale, qui consiste à penser eau, environnement, déchets ensemble", dit l'économiste.

Adduction, traitement, collecte, recyclage, elles investissent toute la chaîne, développent les services: économie circulaire, déchets toxiques... Pour elles, "l'environnement est un bien commun; il peut être aussi un endroit de profits et de développement industriel et technologique, avec l'idée qu'on le fait progresser", analyse-t-il.

Alstom fait son retour sur l'indice CAC 40

  Alstom fait son retour sur l'indice CAC 40 Malgré un contexte d'incertitudes grandissantes sur la progression de la pandémie qui fragilise l'indice parisien ce lundi, l'industriel va devoir prouver sa solidité aux investisseurs.Alstom revient, lui, avec des arguments pour rassurer ses investisseurs. L'industriel vient de signer avec la Région Ile-de-France un contrat de 255 rames de RER, pour un montant maximum de 3,7 milliards d'euros. Ce nouveau modèle prévu pour 2021 a été développé et produit en consortium par Alstom et Bombardier, deux géants ferroviaires qui ont conclu leur mariage mercredi en scellant un accord sur les termes financiers de la transaction.

Les tentatives d'union n'ont pas manqué. En 2006, l'électricien italien Enel tente avec Veolia un raid sur Suez. L'Etat, opposé à l'entrée d'un groupe étranger, monte une fusion avec l'opérateur public Gaz de France. Ce sera GDF Suez (futur Engie), et l'entrée en Bourse de Suez Environnement. Des années avant, la CGE, spécialiste des délégations de services publics, s'était diversifiée dans les transports, la construction, les médias, puis rebaptisée Vivendi, présidée par Jean-Marie Messier. Vivendi Environnement, introduit en Bourse en 2000, devient Veolia six ans plus tard.

Nouvel essai de "rapprochement amical" en 2012. Là, Suez fait le premier pas, explique aujourd'hui son ex-DG Jean-Louis Chaussade. Mais "j'ai décidé de refermer ce dossier" face au non prévisible des autorités de la concurrence, a-t-il raconté aux Echos, pour mieux dire son opposition au projet actuel: "il aurait fallu vendre des actifs, mutiler des équipes, priver des clients de nos services". Pour contourner l'obstacle, Veolia compte céder les activités Eau de Suez en France au fonds Meridiam, assurant que l'emploi serait préservé.

Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois

  Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois Un rapprochement Suez-Veolia menacerait 10.000 emplois dans le monde, juge le DGA de la cible, qui s'oppose à l'offre du géant des services aux collectivités. Un adossement de Suez à Veolia détruirait jusqu'à 5.000 emplois en France et autant hors de nos frontières. C'est en tout cas l'avis du directeur général adjoint de la cible (détenue à plus de 30% par Engie), qui rejette le projet de fusion souhaité par son rival. "Evidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.

>> Retrouvez ici nos Conseils Bourse du jour

Casus belli pour Suez, premier fournisseur d'eau privé dans le monde, dont c'est le "métier-phare". Le PDG de Veolia Antoine Frérot, qui veut créer "un super champion", invoque une proximité culturelle entre les deux entités. "On se connaît depuis plus de 100 ans. Elles ont construit ce savoir-français côte à côte, en s'observant". Pour Nicolas Mazzucchi, "leurs cultures se sont forgées dans l'opposition l'une de l'autre. La concurrence est profonde", dit-il, redoutant l'impact d'une fusion sur "la saine émulation".

Les enjeux ne manquent pas. Sur fond de crise environnementale, Veolia et Suez ont présenté à quelques mois d'intervalle leur stratégie, visant à étoffer des services à haute valeur ajoutée, par exemple dans l'efficacité énergétique pour l'un ou le numérique pour l'autre. La clientèle industrielle et l'international prennent une part croissante.

>> A lire aussi - Le patron d’Engie prêt à étudier “une offre alternative” de Suez, face à Veolia

Depuis les années 2000, pour des raisons politiques et économiques, de nombreuses villes en France ont repris une gestion directe de l'eau. Aujourd'hui, environ la moitié des Français sont servis par des régies publiques, selon Christophe Lime, par ailleurs vice-président en charge de la gestion de l'eau au Grand Besançon. L'élu PCF regarde avec attention ce coup de "Monopoly" entre grands groupes. "L'histoire de ces deux entreprises, c'est aussi notre histoire", dit-il.

Veolia améliore son offre de rachat auprès d’Engie et cherche un compromis .
Veolia a dévoilé une offre améliorée pour racheter à Engie ses 29,9 % de parts de son concurrent Suez. Elle propose désormais 18 € par action. Veolia a dévoilé mercredi une offre améliorée pour racheter à Engie ses 29,9 % de parts dans son concurrent Suez. La société propose désormais 18 € par action, soit près de 3,4 milliards, contre 2,9 milliards auparavant, et a indiqué chercher un compromis. Veolia avait indiqué, lundi, qu’elle allait remettre son offre le 30 septembre, ce qu’elle a donc fait.

usr: 1
C'est intéressant!