•   
  •   

Entreprise Alinéa : “les Mulliez ont fait une bonne affaire”… au détriment du contribuable ?

14:10  25 septembre  2020
14:10  25 septembre  2020 Source:   capital.fr

GL Events : un modèle dans la tourmente

  GL Events : un modèle dans la tourmente ENQUÊTE 2/4 (en gratuit sur cette série abonnés) - Le système mis en place chez GL Events livre, en cette période de crise inédite, ses limites. Et ses failles. L’indivisibilité des activités, l’organisation hypercentralisée, la structuration capitalistique, le tropisme "croissance externe", et les "proximités" politiques du Pdg Olivier Ginon, collusives avec l’ancien maire de Lyon Gérard Collomb ou troubles avec le chef de l’Etat EmmanuelA l'heure d'une superposition kafkaïenne des mesures de protections anti-Covid-19 propres à chaque pays, se déplacer au Chili, au Brésil, en Chine, au Japon ou à Dubaï relève du parcours du combattant pour les salariés de GL Events amenés à gérer les sites, manager les équipes

Alinéa : “les Mulliez ont fait une bonne affaire”… au détriment du contribuable ? © Kévin Comte Alinéa : “les Mulliez ont fait une bonne affaire”… au détriment du contribuable ?

La famille Mulliez a procédé au rachat partiel de sa propre enseigne de meubles Alinéa, dans d’excellentes conditions… tout en faisant porter au passage “dettes sociales et fiscales” à la collectivité… “en clair au contribuable”, dénonce notre chroniqueur George Nurdin, économiste, écrivain et consultant.

Décidément, la crise de la Covid-19 a changé bien des paradigmes et a généré bien des paradoxes. Ainsi s’il est désormais obligatoire de sortir masqué, au contraire il n’est plus besoin d'avancer masqué pour s'acquérir à soi-même, pour vil prix, sa propre filiale, après - bien entendu - l’avoir mise en redressement judiciaire et fait porter dettes sociales, fiscales et autres charges à la collectivité, en clair au contribuable. C’est fou ! C’est incroyable ! C’est insensé !

Taxe foncière et taxe d’habitation : les bonnes et les mauvaises surprises de 2020

  Taxe foncière et taxe d’habitation : les bonnes et les mauvaises surprises de 2020 Dans les prochains jours, vous aurez peut-être à régler votre solde d’impôt sur le revenu. Pensez à garder de l’argent de côté pour payer les impôts locaux. Les avis de la taxe d’habitation et de la taxe foncière vont bientôt être distribués. Alors que près de 10 millions de contribuables doivent régler au fisc, dans les prochains jours, le solde de l’impôt sur leurs revenus de 2019, il ne faut pas oublier les impôts locaux. En effet, il faut les payer à l’automne, comme chaque année, ou presque… Concernant la taxe d’habitation, Emmanuel Macron a tenu sa promesse.

Mais non, pas du tout, c’est tout simplement le “Nouveau Monde”, en marche. Le progressisme sans filtre, à l'État pur (enfin, en ce qui concerne le pur, ça reste à voir…). En effet, profitant de “l'État d’urgence Sanitaire”, souvenez-vous, nous étions alors “en guerre”, le gouvernement agissant sans contre pouvoir parlementaire pour le bien de tous a pris une ordonnance le 20 mai 2020 qui, a priori, permettrait ce genre de situation. Le rapport au virus est ténu, voire inexistant, même au microscope. Quant à la logique de conquête guerrière et sanitaire derrière tout cela : on s’interroge encore.

>> A lire aussi - Comment les Mulliez ont abandonné Phildar, à l’origine de leur fortune

Par contre, il se trouve que des actionnaires, dont la fortune personnelle ou d’entreprise est par ailleurs florissante, en ont eu une lecture particulièrement intéressante, intéressante pour eux-mêmes, cela va sans dire. Alinéa, Inteva, Et caetera. La première est la propriété d’une des plus grandes fortunes de France - les Mulliez -, la deuxième est filiale d’un grand groupe mondial américain. Et cætera, c’est la kyrielle des autres actionnaires qui vont s’engouffrer dans cette disposition “sur mesure” dès que la jurisprudence sera bien établie. La crise de la Covid-19 ne sera pas éternelle, c’est comme les soldes, il faut donc en profiter pendant que cette disposition existe.

Barilla, les recettes secrètes du roi de la pasta

  Barilla, les recettes secrètes du roi de la pasta Jamais les Français n’ont acheté autant de pâtes que durant le confinement. Un coup de pouce pour Barilla, déjà leader mondial et numéro 2 chez nous. Enquête sur une belle affaire familiale. Devant des assiettes fumantes, ils sont cinq, manches retroussées, à saisir les spaghettis à pleines mains. Et vas-y que je te les étire, soupèse, renifle, croque puis laisse tomber d’un geste brusque. Comme chaque semaine, ces goûteurs professionnels testent à l’aveugle, avec juste une goutte d’huile d’olive, la tenue à la cuisson des pâtes concurrentes, pays par pays.

Si cette ordonnance offre tous les aspects de la légalité, on peut s’interroger sur l’éthique des affaires, code de gouvernance, et autres RES (Responsabilité Sociale et Sociétale des Entreprises) qui animent ces actionnaires. Mais on peut et on doit surtout s’interroger sur les éléments de jugement du Tribunal de Commerce. Tribunal, qui rappelons-le, est constitué de dirigeants professionnels des affaires, sans juge professionnel. Que de “l’entre-soi”, en somme. Il parait que c’est plus efficace ainsi. C’est sans doute vrai : quoi de mieux que des loups pour juger d’autres loups.

Car il semblerait qu’à ce stade, seule la notion extrêmement étroite, restreinte (à dessein ?), limitée d’entité légale ait été prise en compte : la société, ou la filiale sans faire entrer en perspective la notion de consolidation ou d’intégration. Or ce sont deux notions fondamentales, consubstantielles de la conduite des affaires, que les juges ne peuvent ignorer puisqu’ils la pratiquent certainement au quotidien dans leur propres entreprises, pour leur propre bénéfice.

“Arrêtons de critiquer nos banques !”

  “Arrêtons de critiquer nos banques !” Il faut en finir avec le bank bashing, juge notre chroniqueur Alain Lemasson, ex-financier enseignant l'économie et la finance.S’il est vain d’espérer la disparition complète de ce bank bashing et, pourrait-on dire, du marché bashing dont la racines plongent à la fois dans l’histoire et dans l’ignorance du rôle de la finance, il est néanmoins urgent que soit initié un travail de vérité à cet égard, un travail salutaire. Le sauvetage public des banques a sans doute été l’élément le plus choquant pour l’opinion.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

La consolidation permet pour un groupe d’additionner (pour simplifier) toutes ses activités et ainsi d’étaler sa puissance, sa solidité, son sérieux, sa surface, sa force afin, surtout s’il est coté en bourse ou fait appel à l’épargne publique, d’attirer la confiance des investisseurs. L’intégration fiscale procède à peu près du même esprit : un groupe, ou un actionnaire peut additionner les profits et retrancher les pertes de ses filiales (ou affiliées dans un certain pourcentage) de manière à niveler son résultat imposable au plus bas étiage du groupe et, à, bien sûr, en toute légalité, payer le moins d’impôt possible, voire même reporter les pertes fiscales du groupe sur les exercices futurs (carry forward) et ce, bien sûr, sur l’ensemble du périmètre dudit groupe.

Là encore, c’est une pratique au quotidien. Réflexe conditionné impossible à ignorer pour des professionnels des affaires de toujours, même revêtus de la robe de juge d’un jour…D’autant plus connue que cette technique de “déconsolidation” a été la clef de voûte des montages des désormais tristement célèbres Enron, Parmalat etc..

Privatisation des routes nationales : quelles conséquences pour les automobilistes ?

  Privatisation des routes nationales : quelles conséquences pour les automobilistes ? Adopté le 14 août, un décret publié au Journal officiel, ouvre la possibilité de céder au secteur privé des kilomètres de routes nationales. Cela signe-t-il la fin de la gratuité de ces axes routiers ? Décryptage. Ce décret aurait presque pu rester dans l’ombre. Le 14 août, en plein cœur d’un été troublé par l’épidémie de coronavirus, un texte, paru au Journal officiel « relatif aux conditions de classement de certaines sections de routes dans la catégorie des autoroutes », ouvre la possibilité de céder au privé des kilomètres de routes nationales aux concessionnaires autoroutiers.

Par ailleurs, sans parler d’intégration de jure, il est plus que fréquent, pour ne pas dire automatique, que les juges des prud’hommes valident comme parfaitement régulier, légal le licenciement d’un personnel d’une filiale, voire d’une sous ou sous-sous filiale (surtout quand il s’agit d’une articulation de poupées russes de SAS) par un employé d’une autre entité légale, fût-elle de la Holding, reconnaissant et établissant ainsi, de facto, le concept ainsi que la pratique du périmètre d’intégration sociale (ce sujet est encore beaucoup plus explicite dans d’autres juridictions européennes). Et là, dans le cadre de l’ordonnance du 20 Mai … rien ! nada ! zip ! …Champ de profondeur : zéro. Panoramique : zéro. Perspective : zéro.

Or, dans les deux cas, si la notion élémentaire de périmètre de consolidation ou d’intégration avait seulement été mise en perspective, il est évident que l’évaluation de la situation en aurait été fondamentalement différente. On aurait pu demander pour le moins que le groupe ou l’actionnaire fasse son devoir et mette les, ou plutôt ses ressources nécessaires en place pour sauver sa propre entreprise, sans en faire porter le “surcoût” à la société. Covid ou pas Covid. D’autant plus que dans ces cas, les difficultés étaient bien antérieures au Covid.

L’écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d’aide publique, annonce Roselyne Bachelot

  L’écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d’aide publique, annonce Roselyne Bachelot Accusé de pédophilie, l’écrivain Gabriel Matzneff est désormais privé de l’allocation annuelle dont il bénéficiait jusqu’à maintenant, a-t-on appris de la ministre de la Culture, ce jeudi 24 septembre. L’écrivain Gabriel Matzneff, visé par une enquête pour viols sur mineurs de moins de quinze ans, est définitivement privé de l’aide publique qu’il a longtemps touchée, a indiqué ce jeudi 24 septembre la ministre de la Culture Roselyne Bachelot à Livres Hebdo.

>> A lire aussi - Auchan, Decathlon... Qui sont les meilleurs (et les pires) patrons de la famille Mulliez ?

Sur un plan plus global, ce type de pratique, même s'il est in fine légal, dessert profondément le monde de l’entreprise car les masques tombent et on peut y voir une facette qui n’est plus dissimulée par la RES et la “communication”, la vraie. Or, c’est une facette qui est à même de détourner définitivement les jeunes (et moins jeunes) talents du monde de l’Entreprise, dont pourtant nous avons bien besoin en ces temps troublés. Mais le principal n’est-il pas de “sauver” l’emploi ? enfin “quelques emplois” … Après tout, c’est “mieux que rien” non ? …c’est ça le “progrès” …car, comme chacun le sait dorénavant, au temps de la lampe à huile, c’était bien pire… enfin peut-être.

Georges Nurdin, économiste, consultant international, essayiste et écrivain (Les multinationales émergentes, International Corporate Governance, Le temps des turbulences, Wanamatcha ! et La prophétie des Pétroglyphes, qui vient de paraître en librairie).

Palantir, le Big Brother de l’analyse de données, débarque en fanfare en Bourse .
Créée avec de l'argent de la CIA, le très secret et controversé géant de l'analyse de données Palantir, accusé de participer à la surveillance de masse et critiqué pour ses liens étroits avec les forces de l'ordre, a fusé à la hausse en Bourse suite à son introduction à Wall Street. Palantir a fait sensation mercredi à la Bourse de New York (où elle cote sous le code PLTR) pour son introduction en Bourse (IPO).

usr: 1
C'est intéressant!