•   
  •   

Entreprise Budget défense: Bercy dispose d'une arme de dissuasion massive

09:35  07 novembre  2017
09:35  07 novembre  2017 Source:   latribune.fr

Budget défense : la ministre des Armées gagne son premier arbitrage face à Bercy

  Budget défense : la ministre des Armées gagne son premier arbitrage face à Bercy C'est une première pour Florence Parly qui a gagné un premier arbitrage budgétaire face à Bercy. Le solde des surcoûts des opérations extérieures (OPEX) et intérieures (OPINT) sera payé par la solidarité ministérielle. Mais les armées restent en attente du dégel de 700 millions de crédits et doivent trouver 110 millions pour compenser le manque à gagner des ressources exceptionnelles. Et une deuxième bonne nouvelle pour la ministre des Armées Florence Parly sur le front budgétaire.

68961- budget - defense - bercy - dispose -dune- arme - de - dissuasion - massive /. Budget défense : la ministre des Armées gagne son premier arbitrage face à Bercy . Douze nouveaux Rafale à l'Egypte : Bercy ne bloque plus les négociations.

Pour les articles homonymes, voir Force de frappe. La force de dissuasion nucléaire française, aussi nommée « force de frappe », désigne les systèmes d' armes nucléaires dont la France dispose dans le cadre de sa stratégie de dissuasion nucléaire.

Selon le député Les Républicains, François Cornut-Gentille, l'article 14 "gèle le reste à payer pour les années à venir au montant de celui de 2017", soit environ 50 milliards pour le ministère des Armées, dont 35 milliards pour le seul programme 146 (Équipement).

Pour Bercy, l'article 14 du projet de loi de programmation des finances publiques est une arme de dissuasion massive. Et c'est le député Les Républicains François Cornut-Gentille, rapporteur spécial sur le budget des Armées (préparation de l'avenir), qui a révélé lors de la discussion budgétaire la semaine dernière la portée "insidieuse" de cet article, qui pourrait être fatal à bon nombre d'équipements militaires... si jamais le ministre chargé des Finances, Gérald Darmanin venait à prendre un décret d'annulation.

50 milliards, c'est le stock incroyable de dépenses à venir des armées

  50 milliards, c'est le stock incroyable de dépenses à venir des armées Le ministère des Armées a cumulé plus de 50 milliards d'euros d'engagements, qui vont néanmoins s'étaler sur plusieurs années.50,4 milliards d'euros exactement. C'est le volume des autorisations d'engagement du ministère des Armées non couvertes par des crédits de paiement à fin 2016. Dans le jargon des budgétaires, ils sont communément appelés les "restes à payer". Et très clairement, les armées ont officiellement obtenu l'autorisation de dépenser ces crédits dans les prochains budgets du ministère.

Le budget des armées confirme sa remontée en puissance. On avance", a twitté quelques heures plus tard la ministre des Armées , confirmant une information de La Tribune. Budget défense : Bercy dispose d ' une arme de dissuasion massive .

Bercy , lui, mène sa guerre contre le budget des Armées . Dans le cadre de la loi de programmation des finances publiques, votée dans la nuit de vendredi à samedi, Bercy dispose désormais d ' une arme de dissuasion massive avec l'article 14 pour empêcher les armées d 'investir pour la défense

L'article 14 "gèle le reste à payer pour les années à venir au montant de celui de 2017, soit environ 100 milliards pour l'État (50 milliards pour le ministère des Armées dont 35 milliards pour le seul programme 146)", a expliqué François Cornut-Gentille

"Dans ces conditions, la modernisation des équipements militaires au cœur de la prochaine loi de programmation militaire risque d'être sérieusement mise à mal, a fait observer le député Les Républicains. En effet, les équipements militaires obéissent à une logique pluriannuelle incompatible avec le couperet de l'article 14".

Florence Parly extrêmement attentive

Une épée de Damoclès pèse sur 50 milliards d'euros de dépenses à venir du ministère des Armées © Fournis par La Tribune Une épée de Damoclès pèse sur 50 milliards d'euros de dépenses à venir du ministère des Armées

Interrogée jeudi dernier lors de la discussion budgétaire sur la portée de l'article 14, la ministre des Armées Florence Parly a tenu à rassurer les armées en expliquant que "cet article vise à assurer un maintien des engagements de l'État au niveau constaté". Pour autant, a-t-elle précisé, "Il est évident que si cet article devait être appliqué de manière unilatérale au seul ministère des Armées, ce serait évidemment un frein majeur à la modernisation des équipements des armées".

Défense: la France lance un fonds pour protéger ses pépites technologiques

  Défense: la France lance un fonds pour protéger ses pépites technologiques Definvest doit servir à protéger des start-up et PME prometteuses face à des groupes étrangers prêts à rafler les technologies françaises. Il permettra à ces entreprises de se développer en autonomie grâce à l'augmentation de leurs fonds propres. Ce n'est pas le Pérou mais c'est mieux que rien. Le ministère des Armées et Bpifrance ont lancé un fonds d'investissement doté initialement de 50 millions d'euros, baptisé Definvest, pour soutenir des PME "stratégiques pour la défense", selon un communiqué commun publié jeudi.

Budget défense : Bercy dispose d ' une arme de dissuasion massive . Selon le député Les Républicains, François Cornut-Gentille, l'article 14 "gèle le reste à payer pour les années à venir au montant de celui de 2017", soit environ 50 milliards pour le ministère des Armées

des Armées dont 35 milliards pour le seul programme 146 », François Cornu-Gentille 132 Michel Cabirol, « Budget défense : Bercy dispose d ’ une arme de dissuasion massive », in La Tribune, le 7 novembre 2017.

Dans ces conditions, Florence Parly, soucieuse de défendre la future loi de programmation militaire, a assuré qu'elle sera "extrêmement attentive à ce que ne soit pas le cas et que la capacité d'engagement de notre ministère, dont les programmes d'équipement par construction s'étalent sur plusieurs années, soit préservé".

50 milliards d'euros de restes à payer

Sur les 50 milliards de dépenses à venir des armées (contre 44,8 milliards en 2013), près de 36 milliards d'euros sont destinés pour le seul programme 146 (Équipement des forces) en raison des délais très longs de réalisation des programmes d'armement, qui s'étalent sur des dizaines d'années. Ces "restes à payer" concernent d'ailleurs pour plus de 70 % les engagements pris sur le programme 146.

En outre, 9,4 milliards sont aussi d'ores et déjà figés pour le programme 178 (Préparation et emploi des forces). Les "restes à payer" de ce programme ont bondi de 41 % entre 2013 et 2016 (6,43 milliards en 2013).

Pour mieux vendre des armes en Asie, la Chine fait du troc .
Les industriels chinois sont capables d'échanger des chars d'assaut contre du caoutchouc, du pétrole et ds minerais. Reportage au salon Défense et Sécurité de Bangkok. La Thaïlande est d'humeur dépensière. Le budget de la défense augmente de près de 5% tous les ans depuis la prise du pouvoir par l'armée en 2014, et devrait atteindre cette année 7,7% du budget de l'Etat. Mais la Thaïlande n'est pas un cas isolé. En constante croissance depuis 2012,  le marché en Asie et en Océanie représente désormais 43% du commerce mondial des armes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!