•   
  •   

Entreprise Rachat de Suez par Veolia. Le bras de fer continue

03:40  29 septembre  2020
03:40  29 septembre  2020 Source:   ouest-france.fr

Engie trouve l’offre de Veolia sur Suez pas acceptable en l’état, veut un meilleur prix

  Engie trouve l’offre de Veolia sur Suez pas acceptable en l’état, veut un meilleur prix Le Conseil d'Engie dit qu'il sera "très attentif à la juste valorisation de (sa) participation dans Suez", convoité par Veolia, ainsi qu'à "la solidité du projet industriel et aux garanties apportées à l'ensemble des parties prenantes. "Jean-Pierre Clamadieu, Président du Conseil d'Administration, a déclaré : " La cession potentielle de tout ou partie de la participation dans Suez s'inscrit dans le cadre de l'accélération de notre développement dans les infrastructures et les énergies renouvelables.

Les présidents des deux groupes spécialistes du traitement de l'eau et des déchets sont engagés dans un bras de fer depuis des semaines. Des "discussions" entre le ministère de l'Economie et les équipes de Suez et de Veolia ont eu lieu samedi, mais séparément.

Les directions de Suez et de Veolia sont engagées dans un bras de fer autour de ce projet de fusion, Suez dénonçant des Mais Veolia n'est pas disposé à rallonger son délai. "On ne peut laisser 250.000 salariés ( de Suez et Veolia ) trop "Nous continuerons à le faire dans les jours qui viennent, avec le

Veolia, numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets, veut mettre la main sur son éternel rival en rachetant la participation détenue par Engie au sein de Suez. © ERIC PIERMONT / AFP Veolia, numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets, veut mettre la main sur son éternel rival en rachetant la participation détenue par Engie au sein de Suez.

Si Veolia entrait en possession des 29,9 % du capital de Suez, aujourd’hui détenus par Engie, les deux entreprises seraient placées dans « une situation ingérable » a prévenu, lundi soir, Bertrand Camus. La direction de Suez restant fermement opposée à cette opération.

Varin juge l'offre de Veolia sur Suez "très hostile"

  Varin juge l'offre de Veolia sur Suez L'offre de Veolia, qui propose de racheter les parts d'Engie dans le capital de Suez en vue d'une offre ultérieure sur l'ensemble du capital, et que le groupe dit "amicale" est en réalité "très hostile", juge Philippe Varin, président du conseil d'administration de Suez, dans un entretien accordé au Journal du dimanche. L'offre de Veolia, qui propose de racheter les parts d'Engie dans le capital de Suez en vue d'une offre ultérieure sur l'ensemble du capital, et que le groupe dit "amicale" est en réalité "très hostile", juge Philippe Varin, président du conseil d'administration de Suez, dans un entretien accordé au Jou

" Veolia confirme ce jour qu'Engie ayant annulé son conseil d'administration prévu le 25 septembre dernier, elle lui remettra son offre améliorée au plus Les présidents des deux groupes spécialistes du traitement de l'eau et des déchets sont engagés dans un bras de fer depuis des semaines.

Le groupe Veolia a annoncé lundi qu'il remettrait à Engie «au plus tard le 30 septembre» son offre améliorée pour le rachat des parts de Suez . Les présidents des deux groupes spécialistes du traitement de l'eau et des déchets sont engagés dans un bras de fer depuis des semaines.

Veolia a affiché lundi 28 septembre son optimisme à convaincre Engie d’accepter son offre d’achat de Suez pour créer un géant de l’eau et des déchets, mais le patron de Suez a prédit dans la soirée une « situation ingérable » si l’opération se concrétise.

« C’est un magnifique projet, celui de créer un grand champion mondial capable d’apporter les solutions pour réussir la transformation écologique. Et oui, je pense, je suis sûr, que c’est bien parti et que nous le ferons », a déclaré lundi matin sur France 2 le PDG de Veolia Antoine Frérot.

Il a indiqué qu’il remettrait une offre révisée à Engie « avant le 30 septembre », la date qu’il lui a fixée pour répondre. « Je vais encore l’améliorer », a-t-il ajouté.

Le leader des services à l’environnement avait indiqué vendredi qu’il allait relever son prix, après avoir proposé fin août 2,9 milliards d’euros en cash (15,50 € par action) à Engie pour une participation de 29,9 % dans le rival historique Suez.

L’État, actionnaire principal d’Engie, « ne se fera pas dicter son calendrier », a cependant répété lundi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire : « nous prendrons tout le temps nécessaire pour que cette opération se déroule dans les meilleures conditions, sans brutalité et dans l’intérêt des deux parties prenantes ».

« Nous avons avec le Premier ministre fixé des conditions pour cette opération. La première, ce sont des garanties formelles sur l’emploi. En deuxième, l’empreinte industrielle, et en troisième lieu, que cette opération soit majoritairement à capitaux français », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous ne pouvons pas avoir de guerre entre deux champions industriels en pleine crise économique ».

Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois

  Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois Un rapprochement Suez-Veolia menacerait 10.000 emplois dans le monde, juge le DGA de la cible, qui s'oppose à l'offre du géant des services aux collectivités. Un adossement de Suez à Veolia détruirait jusqu'à 5.000 emplois en France et autant hors de nos frontières. C'est en tout cas l'avis du directeur général adjoint de la cible (détenue à plus de 30% par Engie), qui rejette le projet de fusion souhaité par son rival. "Evidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.

La bursite (inflammation d'une bourse séreuse, sorte de poche de liquide – synovie- située autour des articulations) provoque quant à elle une douleur De fait de leur retentissement sur les mouvements des bras , ces douleurs sont vite invalidantes. Elles peuvent interférer avec les activités quotidiennes

Le gouvernement, quelque peu acculé avec l'Euro de football qui débute dans quelques jours, n’envisage pas de retrait de la loi travail, mais pourrait faire des concessions sectorielles. Est-il en train d'acheter la paix sociale ? Émission préparée par Stéphanie Villeneuve, Pauline Heilmann et Louma

« Situation ingérable »

La direction de Suez reste en tout cas fermement opposée à l’opération. Dans le Figaro lundi soir, son directeur général, Bertrand Camus, a promis le chaos si Veolia obtient gain de cause cette semaine. « Si Engie vend ses actions à Veolia, nous entrerons, tous, dans une période agitée », a-t-il prédit.

« Pendant 12 à 18 mois, nos deux entreprises seraient placées dans une situation ingérable : Veolia serait notre actionnaire, mais sans droits de vote, ni représentation. Suez serait l’objet d’une intention d’offre publique dont le prix et même le lancement seraient incertains. Aucun de nos deux groupes ne serait en mesure de convaincre un client de signer le moindre contrat dans ces circonstances », a averti le dirigeant de Suez.

Les directions de Suez et de Veolia sont engagées dans un bras de fer autour de ce projet de fusion, Suez dénonçant des risques pour la saine concurrence, l’innovation et l’emploi.

Selon le groupe, 10 000 postes seraient menacés, dont environ la moitié en France, sur un total de 90 000. Mardi, l’intersyndicale de Suez appelle d’ailleurs à un rassemblement à la Tour Engie à la Défense, le jour où le tribunal de Paris doit se pencher sur une demande en référé du CSE de Suez de suspendre le projet de rachat par Veolia.

Feuilleton Suez/Veolia: «Ils ont trahi leur entreprise, ils ont trahi la France», attaque Antoine Frérot

  Feuilleton Suez/Veolia: «Ils ont trahi leur entreprise, ils ont trahi la France», attaque Antoine Frérot Le PDG de Veolia, qui cherche à mettre la main sur Suez, a qualifié de « pitoyable » la décision de son rival de créer un dispositif juridique rendant incessible sa branche Eau française pendant quatre ans. Sur BFM Business, l'opération est décrite par Antoine Frérot comme un « coup fourré ».Interrogé sur BFM Business, le PDG de Veolia juge en effet «pitoyable» le transfert juridique à l'étranger de l'Eau France de Suez - que Veolia avait prévu dans son opération de rachat de revendre au fonds Meridiam afin d'être conforme aux règles de l'Autorité de la concurrence -. A plusieurs reprises, il a décrit la démarche, visiblement totalement inattendue par la multinationale, comme étant «un coup fourré».

Dans un entretien au Journal du dimanche, le PDG de Veolia , Antoine Frérot, a indiqué que son groupe communiquera au plus tard mercredi à Engie sa nouvelle offre, améliorée via une hausse du prix et des clarifications écrites sur l'emploi. (Henri-Pierre André et Blandine Hénault).

Engie a jusqu'à mercredi pour accepter l'offre de rachat de sa part dans Suez par Veolia . Pour l'instant aucun compromis n'a l'air possible.

« J’ai entendu les préoccupations de Bruno Le Maire », a assuré pourtant de son côté M. Frérot, expliquant s’engager par écrit au maintien de « tous les emplois » au sein de la future entité fusionnée comme au sein des activités de Suez que Veolia devra céder pour respecter la législation de la concurrence. Il a souligné qu’il en choisirait les acquéreurs en fonction des garanties apportées sur l’emploi.

Engie attend une contre-offre de Suez

Engie, qui vend ses actions dans Suez pour se recentrer sur le secteur de l’énergie, devait réunir vendredi ses administrateurs, mais le conseil a été reporté et un nouveau conclave est prévu mercredi.

Le projet de Veolia, qui inclut la cession des activités Eau France de Suez, a cependant une épine dans le pied depuis que Suez a placé mercredi dernier cette branche sous le chapeau d’une fondation destinée à la rendre incessible.

« Ceci n’entrave pas mon projet car nous avons trouvé les moyens de contourner cet obstacle », a affirmé M. Frérot, sans plus de détails.

Engie, qui veut vendre, attend toujours une contre-offre de Suez, qui ne s’est dans l’immédiat pas matérialisée. Suez explique avoir besoin de plusieurs semaines pour monter ce plan avec des investisseurs alternatifs. Sa direction a envoyé une lettre en ce sens à Engie jeudi.

Mais Veolia n’est pas disposé à rallonger son délai. « On ne peut pas laisser 250 000 salariés (de Suez et Veolia) trop longtemps dans l’incertitude, et laisser s’abîmer la crédibilité de la place financière de Paris », a justifié son patron.

Rachat de Suez : Engie donne son feu vert à Veolia ! .
Lundi 5 octobre au soir, le conseil d’administration d’Engie a voté en faveur de la vente des 29,9 % qu’il détient dans Suez au géant de l’eau et des déchets Veolia. Ce projet de fusion a beaucoup fait parler et a donné lieu à des négociations plus que tendues. Mais le premier volet arrive à son terme. Lundi 5 octobre au soir, le conseil d’administration d’Engie a fini par accepter l’offre de rachat proposée par Veolia. Il a ainsi voté pour la vente des 29,9% de sa participation dans Suez au groupe d’eau et de déchets pour la somme de 3,4 milliards d’euros.

usr: 1
C'est intéressant!