•   
  •   

Entreprise Rachat de Suez : Engie donne son feu vert à Veolia !

02:00  06 octobre  2020
02:00  06 octobre  2020 Source:   capital.fr

Alstom fait son retour sur l'indice CAC 40

  Alstom fait son retour sur l'indice CAC 40 Malgré un contexte d'incertitudes grandissantes sur la progression de la pandémie qui fragilise l'indice parisien ce lundi, l'industriel va devoir prouver sa solidité aux investisseurs.Alstom revient, lui, avec des arguments pour rassurer ses investisseurs. L'industriel vient de signer avec la Région Ile-de-France un contrat de 255 rames de RER, pour un montant maximum de 3,7 milliards d'euros. Ce nouveau modèle prévu pour 2021 a été développé et produit en consortium par Alstom et Bombardier, deux géants ferroviaires qui ont conclu leur mariage mercredi en scellant un accord sur les termes financiers de la transaction.

Le conseil d’administration d’ Engie a annoncé, lundi 5 octobre, avoir accepté l’offre du groupe de gestion de l’eau et des déchets Veolia , qui va lui racheter 29,9 % du capital de son concurrent, Suez , pour 3,4 milliards d’euros. « Le conseil a pris acte de l’ensemble des engagements pris par Veolia , et

Arnaud Montebourg fustige le projet de rachat de Suez par Veolia dans une lettre adressée à Jean Castex. Veolia souhaite acquérir près de 30% des actions de Suez détenues par Engie (dont La direction de Suez est pour l'heure opposée à l'action de Veolia , jugée non amicale par son directeur

Rachat de Suez : Engie donne son feu vert à Veolia ! © Bloomberg / Contributeur / Getty Images Rachat de Suez : Engie donne son feu vert à Veolia !

Lundi 5 octobre au soir, le conseil d’administration d’Engie a voté en faveur de la vente des 29,9 % qu’il détient dans Suez au géant de l’eau et des déchets Veolia.

Ce projet de fusion a beaucoup fait parler et a donné lieu à des négociations plus que tendues. Mais le premier volet arrive à son terme. Lundi 5 octobre au soir, le conseil d’administration d’Engie a fini par accepter l’offre de rachat proposée par Veolia. Il a ainsi voté pour la vente des 29,9% de sa participation dans Suez au groupe d’eau et de déchets pour la somme de 3,4 milliards d’euros. Dans un communiqué, le conseil d'administration d'Engie indique qu’il "a pris acte des engagements pris par Veolia et notamment de son engagement inconditionnel de ne pas déposer d'offre publique d'achat hostile à l'issue de l'acquisition de la participation d'Engie dans Suez". C’est dans ce contexte qu’il a décidé d’accepter l’offre de Veolia, et après que le fonds Ardian a renoncé à déposer une contre-offre lundi au conseil d'administration d'Engie.

Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois

  Engie : un rachat de Suez par Veolia pourrait détruire des milliers d’emplois Un rapprochement Suez-Veolia menacerait 10.000 emplois dans le monde, juge le DGA de la cible, qui s'oppose à l'offre du géant des services aux collectivités. Un adossement de Suez à Veolia détruirait jusqu'à 5.000 emplois en France et autant hors de nos frontières. C'est en tout cas l'avis du directeur général adjoint de la cible (détenue à plus de 30% par Engie), qui rejette le projet de fusion souhaité par son rival. "Evidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.

Rachat de Suez par Véolia : élus et syndicats inquiets pour l'emploi et la concurrence. Le groupe Veolia – anciennement Vivendi et auparavant Générale des eaux – qui domine au niveau mondial les services de fourniture d’eau, de traitement des déchets et d’autres services aux collectivités, a offert 3

Militant de la protection des données personnelles, Paolo Cirio expliquait avoir construit son projet Nord Stream 2 : l'agence danoise de l'énergie donne son feu vert à l'exploitation de pipelines. «Collusion possible au sein de l'Etat» : Montebourg dénonce le rachat de Suez par Veolia .

Dans la foulée du vote, le gouvernement français a indiqué qu’il avait voté contre l’opération et ce, car il souhaitait que Suez et Veolia trouvent un accord amiable. Suez considérant, depuis le début des négociations, que la démarche de Veolia lui est hostile. "En l'absence d'accord amiable entre les deux entreprises Veolia et Suez, l'Etat, actionnaire à hauteur de 22% de l'entreprise Engie, a voté contre la proposition de cession du bloc de Suez à Veolia lors du conseil d'administration d'Engie du lundi 5 octobre 2020", a ainsi indiqué le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Prendre en compte l’ensemble des actionnaires

Le conseil d'administration d'Engie « doit agir dans l'intérêt de l'ensemble des actionnaires" et pas seulement de l'Etat, a de son côté souligné le président d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu. "Nous sommes une société dans laquelle l'Etat détient 22% du capital, il est représenté par 3 administrateurs au conseil, donc il a une voix importante, mais le conseil d'administration doit agir dans l'intérêt de l'ensemble des actionnaires", a-t-il déclaré à des journalistes. "Je dois, comme le conseil, prendre en compte l'ensemble des actionnaires, l'Etat mais également les autres actionnaires, et c'est cette appréciation qui s'est traduite dans le vote du conseil d'administration", a-t-il commenté.

Feuilleton Suez/Veolia: «Ils ont trahi leur entreprise, ils ont trahi la France», attaque Antoine Frérot

  Feuilleton Suez/Veolia: «Ils ont trahi leur entreprise, ils ont trahi la France», attaque Antoine Frérot Le PDG de Veolia, qui cherche à mettre la main sur Suez, a qualifié de « pitoyable » la décision de son rival de créer un dispositif juridique rendant incessible sa branche Eau française pendant quatre ans. Sur BFM Business, l'opération est décrite par Antoine Frérot comme un « coup fourré ».Interrogé sur BFM Business, le PDG de Veolia juge en effet «pitoyable» le transfert juridique à l'étranger de l'Eau France de Suez - que Veolia avait prévu dans son opération de rachat de revendre au fonds Meridiam afin d'être conforme aux règles de l'Autorité de la concurrence -. A plusieurs reprises, il a décrit la démarche, visiblement totalement inattendue par la multinationale, comme étant «un coup fourré».

Ce vendredi 4 septembre, Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration d' Engie , revient sur la proposition de Veolia pour lui racheter sa

© Suez . Le conseil d'administration du groupe a rejeté l'offre d'achat de la multinationale, au nom de son indépendance. L'histoire ne devrait pas s'arrêter Veolia a l'intention, une fois le rachat des 30% du capital de Suez détenus par Engie (une opération déjà estimée à 2,9 milliards d'euros) bouclé, de

>> À lire aussi - Selon les syndicats de Suez, le démantèlement de l’entreprise est en route

"Engie n'est pas une entreprise publique, Engie est une entreprise à participation publique", a-t-il aussi souligné. Évoquant la volonté de l’État français d’un accord à l’amiable, Jean-Pierre Clamadieu a expliqué que avoir « la conviction que cette ‘amicalité’ - pour des raisons qui tiennent aux positions exprimées avec beaucoup de force par le conseil de Suez -, pourrait difficilement s'exprimer dans la situation actuelle. Et qu'en revanche, une fois le bloc transféré, le pragmatisme reviendrait… ». "Il me semble qu'on a aujourd'hui les bases de ce qui pourrait constituer un accord" entre les deux parties, a-t-il assuré.

"Le point essentiel qui sépare les deux entreprises dans la mise en oeuvre de ce projet a été bien identifié: c'est le périmètre qui pourrait venir compléter les activités eau de Suez en France, qui devront être désinvesties pour des raisons de concurrence", selon lui.

France's Engie cartographie un plan de 2,2 milliards de dollars pour la première ville australienne à devenir neutre en carbone .
Par Sonali Paul © Reuters / STEPHANE MAHE FILE PHOTO: Logo of Engie MELBOURNE (Reuters) - Une ville du nord tropical de l'Australie vise à être le premier dans le pays à devenir neutre en carbone d'ici 20 ans, avec l'aide d'un plan d'une valeur de 3,1 milliards de dollars australiens (2,2 milliards de dollars) conçu par l'entreprise de services publics française Engie SA.

usr: 6
C'est intéressant!