•   
  •   

Entreprise Reprise de Bio C’Bon. Biocoop améliore son offre et propose de reprendre « 100 % des salariés »

16:35  13 octobre  2020
16:35  13 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

A Béthune, élus et salariés de Bridgestone craignent l'effondrement de l'économie locale

  A Béthune, élus et salariés de Bridgestone craignent l'effondrement de l'économie locale REPORTAGE - L'annonce brutale de la décision de la fermeture de l'usine de Brigestone à Béthune dans le Pas-de-Calais remet en cause toute l'économie du Pays Artois, toujours très dépendant de l'industrie.Ici, l’annonce de l’arrêt de l’usine du japonais Bridgestone n’étonne qu’à moitié, mais malgré des signaux de plus en plus insistants, les Béthunois veulent encore garder espoir dans le fabricant de pneumatiques. “On connaît tous quelqu’un qui a travaillé là-bas ou qui y est encore, c’est forcément très inquiétant pour la ville, mais dire qu’on ne s’y attendait pas, ça serait mentir”, nous raconte Audrey, une jeune mère de famille, originaire de la ville.

Concrètement, Biocoop propose de reprendre 105 magasins en fédérant un partenaire Par ailleurs, Biocoop réfléchit à une reprise complémentaire des salariés volontaires des magasins Biocoop se dit "en capacité de générer et garantir 300 à 400 emplois supplémentaires dans les trois

Bio c ’ Bon a pour ambition de rendre le bio accessible à tous, par sa proximité, ses prix et son conseil personnalisé en magasin. Vous pouvez de nouveau prendre RDV avec nos naturopathes en magasin. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour votre sécurité et celle de nos employés.

Enseigne de magasin d’alimentation bio. Bio C'Bon. © OUEST FRANCE Enseigne de magasin d’alimentation bio. Bio C'Bon.

Le groupe Biocoop a fait mardi une nouvelle offre de reprise pour les magasins de la chaîne Bio C’Bon. Nouvel argument : un maintien de l’emploi à effectif constant.

Biocoop va proposer de reprendre 100 % des salariés, dans les magasins, à la logistique ou au siège de Bio C’Bon, dans une offre de reprise améliorée qui sera étudiée vendredi par le tribunal de commerce de Paris, a déclaré mardi 13 octobre 2020 à l’AFP son président Pierrick De Ronne.

Engie accepte l’offre de Veolia sur ses actions Suez, mais réclame un délai

  Engie accepte l’offre de Veolia sur ses actions Suez, mais réclame un délai Engie accueille favorable le nouveau prix d'achat de Veolia pour ses actions Suez, mais le Conseil a demandé au géant des services aux collectivités d'étendre la validité de sa nouvelle offre jusqu'au 5 octobre 2020.Le Conseil a considéré que cette nouvelle offre répond à ses attentes en termes de prix et de garanties sociales. Compte tenu de l'importance des enjeux pour l'ensemble des parties prenantes, le Conseil a décidé de demander à Veolia d'étendre la validité de sa nouvelle offre jusqu'au 5 octobre 2020 afin que Veolia formalise son engagement inconditionnel de ne pas lancer d'offre publique d'achat qui ne soit pas amicale.

Les candidats à la reprise de Bio c ' Bon avaient jusqu'à ce mardi pour déposer leur offre . Mais qui sera donc le futur propriétaire de Bio c ' Bon ? Voilà la question qui agite les observateurs du Avec cette offre , la Famille Zouari propose de mettre en œuvre un projet industriel et économique visant à

Cinq offres indicatives de reprise ont été déposées dès la fin août ; les offres fermes sont attendues pour le 15 septembre. Bio C ’ Bon affirme que l’activité de ses magasins a pâti de la concurrence de la grande distribution sur le marché du bio , ainsi que des grèves contre la réforme des retraites.

Les candidats à la reprise de Bio C’Bon, placé en redressement judiciaire début septembre et qui emploie un millier de personnes en France, ont jusqu’à mardi minuit pour améliorer leurs offres.

Biocoop, associé avec un autre distributeur spécialisé, Marcel & Fils, avait vu sa première offre critiquée pour un prix de cession dérisoire, de 15 € pour Biocoop et 11 € pour Marcel & Fils, alors que Carrefour, par exemple, offre 40 millions d’euros.

Une offre solide, mais il y a d’autres concurrents

Outre Biocoop, la famille Zouari, actionnaire des surgelés Picard, le groupe Carrefour ou encore Auchan sont candidats à la reprise de Bio C’Bon. Naturalia, enseigne bio du groupe Casino, avait déposé une offre conjointe aux côtés de Bernardo Sanchez Incera, ancien dirigeant de Monoprix, avant de se retirer en évoquant des zones d’ombre.

EN IMAGES. La mobilisation contre la fermeture de Marine Harvest à Poullaouen en cinq dates

  EN IMAGES. La mobilisation contre la fermeture de Marine Harvest à Poullaouen en cinq dates La fermeture de l’usine Marine Harvest, à Poullaouen (Finistère), avait bouleversé le Centre-Finistère. Grèves, manifestations, blocus… De juin à novembre 2013, salariés et syndicats avaient mené plusieurs actions pour sauver leurs emplois, puis pour négocier leur licenciement. La lutte des Marine Harvest avait rapidement rencontré celle des salariés d’autres usines agroalimentaires, également menacées, contribuant au mouvement des Bonnets rouges. © Archives Béatrice Le Grand / Ouest-France En novembre 2014, des salariés ont bloqué leur usine pendant dix jours.

Filiale 100 % Biocoop , la société Défi Bio a constitué un fonds qui permet de financer ou de cautionner des actions de développement de nos partenaires La filière française peine à offrir un nombre suffisant de produits de qualité et de proximité. C’est pourquoi il nous faut soutenir l’organisation de la

Biocoop propose à ses porteurs de projet un parcours de formation pour au mieux les accompagner dans la création ou la reprise d ’un magasin Biocoop en leur proposant un parcours de formation individualisé. Des stages à thématiques sont également proposés pour compléter le parcours.

On n’a pas le chéquier de Carrefour et on n’est pas dans les mêmes logiques qu’eux, a indiqué Pierrick De Ronne, tout en ajoutant que les deux distributeurs allaient augmenter substantiellement leur offre financière. Il n’a toutefois pas souhaité en dévoiler les contours.

On a des banques qui nous suivent et on est très à l’aise avec notre solidité financière et sur notre savoir-faire, plaide-t-il. On sait ouvrir des magasins bio, ce qui n’est peut-être pas le cas de tous.

Un connaisseur du dossier sondé par l’AFP s’attend à une offre d’une vingtaine de millions d’euros.

L’argument du maintien de l’emploi

Pierrick De Ronne indique en outre prévoir désormais la reprise de l’ensemble des salariés de Bio C’Bon. On a rencontré des personnes qui se sont beaucoup investies, qui étaient angoissées et qui ont porté Bio C’Bon à bout de bras, elles avaient envie de continuer à défendre leur travail dans le commerce bio et ça nous a confortés dans l’idée que la préservation de l’emploi était essentielle, a-t-il plaidé.

Il affirme être le seul candidat à la reprise à ne pas avoir eu de plan de départ depuis 30 ans et compte créer 200 à 300 emplois supplémentaires. Il ne reprendra en revanche pas le siège et la logistique : selon lui, si la situation en est là, c’est en raison de ces outils un peu surdimensionnés.

Près de Rennes. Chez Technicolor, « dernier round » pour des salariés en « technicolère » .
Depuis le 2 juillet 2020, les salariés de Technicolor, à Cesson-Sévigné, à la porte de Rennes (Ille-et-Vilaine), savent que 110 salariés sur 286 postes vont être licenciés. Derrière ces licenciements, il y a des hommes et des femmes en colère. « Nous sommes en technicolère, c’est le dernier round », assurent les salariés de Technicolor, implanté dans la zone des technologies de ViaSilva, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine). Un peu plus de 80 salariés ont dit leur mécontentement, ce jeudi 22 octobre 2020, au matin, « et encore, il y a des collègues en vacances. Ici, on est tous solidaires.

usr: 3
C'est intéressant!