•   
  •   

Entreprise Climat : près de 100 grands groupes français investiront 320 milliards d'euros

11:35  11 décembre  2017
11:35  11 décembre  2017 Source:   latribune.fr

Crédit Agricole prend de nouveaux engagements pour le climat

  Crédit Agricole prend de nouveaux engagements pour le climat La Banque verte, discret leader mondial des "green bonds", annonce accroître ses objectifs en la matière et exclure désormais de financer les projets les plus polluants en pétrole et gaz de schiste. Elle va aussi compenser son empreinte carbone directe jusqu'en 2040 via un fonds.A la veille de la Journée de la finance climat, le 11 décembre à Bercy, et du grand sommet One Planet organisé par Emmanuel Macron le 12, le monde de la finance va s'attacher à montrer son attachement à la protection de l'environnement. Le Crédit Agricole S.A.

Sa capitalisation totale atteint désormais les 30 milliards d ' euros . Valant 0,001 dollar pour son premier taux de change (soit 0,00071 euros) en octobre 2009, il était donc possible d'acquérir plus de 140 000 bitcoins avec seulement 100 euros.

Macron invite les 100 plus grandes entreprises françaises à recruter en banlieue 1. Trump se met l'Amérique à dos : retour sur le fiasco d'Helsinki 1. En 2017, les Français ont dépensé en ligne 81,7 milliards d ' euros , en croissance de 14,3%, grâce à une clientèle élargie, l'augmentation de la

Energies renouvelables, technologies bas carbone, lutte contre le réchauffement climatique, l'initiative d'investissement lancée il y a deux ans par une trentaine de grands groupes a rallié à sa cause de nouveaux adhérents alors que Paris accueille mardi le "One Planet Summit". Les signataires disent représenter un chiffre d'affaires de 1.500 milliards d'euros et 6 millions d'emplois dans le monde.

Une cinquantaine d'entreprises ont rejoint lundi l'initiative "French business climate pledge"  lancée il y a deux ans par 39 grands groupes français qui avaient décidé de publier leurs engagements respectifs pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

La Macif veut se rapprocher de l'assureur mutualiste Aesio

  La Macif veut se rapprocher de l'assureur mutualiste Aesio Les deux groupes d'assurance veulent joindre leurs forces d'ici à 2020 afin de faire face aux nouvelles exigences réglementaires et élargir leurs offres. La Matmt et AG2R La Mondiale ont annoncé leur propre projet de fusion fin novembre. Ebullition chez les assureurs mutualistes. Dix jours après l'ouverture de discussions exclusives entre la Matmut et AG2R La Mondiale, c'est au tour de la Macif et d'Aesio, né en juillet 2016 du rapprochement des mutuelles Adréa, Apreva et Eovi MCD, d'annoncer leur projet de rapprochement.

Les signataires disent représenter un chiffre d'affaires de 1.500 milliards d ' euros et 6 millions d'emplois dans le monde.Une cinquantaine d'entreprises ont rejoint lundi l'initiative "French business climate pledge" lancée il y a deux ans par 39 grands groupes français qui avaient décidé de publier

A elles toutes réunies, les 100 plus grosses fortunes françaises pèsent près de 327 milliards d ’ euros . Le classement des 100 Français les plus riches en 2014. Francis-Charles Pollet (Promod). Découvrez le plus gros hélicoptère au monde, aussi long qu'un A 320 .

"Nous [...] affirmons la nécessité de changer collectivement de cap, pour engager une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre de la planète", écrivent-ils dans leur manifeste, présenté lundi au siège du Medef en présence de leurs dirigeants à la veille du sommet climat de Paris, "One Planet Summit".

Ils sont donc désormais plus de 90 à afficher cette "ambition partagée" à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, dont la quasi totalité des membres CAC 40.

Ce matin au siège du Medef et en présence de Nicolas Hulot, 91 entreprises françaises ont annoncé collectivement leurs engagements concrets pour lutter contre le changement climatique #Climatepledge#OnePlanetSummit@medef@GlobalCompactFr@PierreGattazpic.twitter.com/5BM6bXDscR

Climat : Société Générale s'engage sur les sables bitumineux

  Climat : Société Générale s'engage sur les sables bitumineux A la veille du Climate Finance Day de lundi, la banque de La Défense va cesser de financer la production de pétrole issu de sables bitumineux et du pétrole en Arctique. Elle renforce aussi son objectif de réduction de ses émissions de CO2 par employé. © Fournis par La Tribune « Société Générale ne financera plus les activités de production de pétrole issu de sables bitumineux partout dans le monde, et de production de pétrole en Arctique » a promis la banque vendredi.

100 milliards d ' euros par an, c'est le coût de la pollution de l'air en France. On constate que, dans les grandes villes, les bâtiments historiques ont tendance à noircir, ce qui implique des opérations de ravalement plus fréquentes.

La société annonce également en décembre 2017 qu’elle rejoint le programme EV 100 , porté par l’organisme international The Climate Group , qui ↑ « One Planet Summit : 89 entreprises françaises investissent 320 milliards d ’ euros pour le climat », sur www.medef.com (consulté le 5 janvier 2018).

— Pascal Tebibel (@ptebibel)

Ce manifeste compile les engagements individuels de ces entreprises et réitère leur appel à l'instauration de © Fournis par La Tribune Ce manifeste compile les engagements individuels de ces entreprises et réitère leur appel à l'instauration de "mécanismes de tarification du carbone reliés entre eux dans les principales régions économiques".

11 décembre 2017

LVMH, PSA ou encore Renault parmi les nouveaux signataires

Les signataires disent représenter un chiffre d'affaires de 1.500 milliards d'euros et 6 millions d'emplois dans le monde. Des groupes importants comme Air Liquide, ArcelorMittal, Bouygues, LVMH, PSA ou Renault, ont ainsi rejoint les 39 signataires à l'origine de cette initiative, comme Solvay, Schneider Electric, Accor, LVMH, Total, Sanofi ou L'Oréal. Outre ces très grands groupes, on trouve aussi les entreprises BIC, Derichebourg, Faurecia, Nexans ou Vallourec.

#OnePlanetSummit#ClimatePledge@N_Hulot : Nous allons bâtir un "green new deal" qui posera, pour tous les secteurs, les bases et les conditions pour la neutralité carbone. L'Etat sera aux côtés de tous ceux qui jouent le jeu, en proposant des contrats de transition.

La France pionnière et moteur de la finance verte

  La France pionnière et moteur de la finance verte Si l'État a joué un rôle d'impulsion, en tant que législateur et même émetteur de « green bonds », ce sont les acteurs privés, des banques aux grands groupes et aux agences de notation extra-financières, qui ont fait de Paris une des principales places financières vertes. L'écosystème s'organise pour conforter ce « leadership » face à la concurrence. « Il faut que la finance se mette au service de la transition écologique, qu'elle mette à disposition des produits nouveaux qui permettent de financer la transition écologique, les énergies renouvelables, les projets éoliens, le secteur photovoltaïque.

1.000.000 €. Cela correspond à ce que toucherait en salaires un Français qui gagnerait 2.000 euros net par mois tout au long de sa carrière; au salaire annuel de certains grands patrons français (par exemple Martin Bouygues, PDG du groupe du même nom)

Le groupe français a investi plus de deux milliards de dollars dans ce projet opérationnel depuis 2002. Ce projet fait l'objet de critiques car il émet de grandes quantités de CO2[58]. et constitue donc une menace pour le climat alors que Total s'est engagé à respecter les objectifs de l'Accord de

— Morgane Humbert (@Humbert_Morgan)

11 décembre 2017

Ce manifeste compile les engagements individuels de ces entreprises et réitère leur appel à l'instauration de "mécanismes de tarification du carbone reliés entre eux dans les principales régions économiques", outil essentiel pour que les acteurs économiques puissent prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre liées à leur activité dans leurs choix d'investissements.

Energies renouvelables et nucléaire

Entre 2016 et 2020, ces entreprises prévoient d'investir 60 milliards d'euros dans les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, les technologies bas carbone et des pratiques agricoles durables, ainsi que de dégager 220 milliards d'euros de financement de projets "contribuant à la lutte contre le réchauffement climatique". 15 milliards d'euros seront investis dans le nucléaire et 30 milliards dans le gaz, présenté comme une "énergie de transition" en complément des énergies renouvelables.

"Ainsi, ce sont plus de 320 milliards d'euros en financement, recherche et développement et innovation qui seront engagés par elles de 2016 à 2020 pour passer à une société bas carbone", résume le communiqué.

A côté de ces financements, sur l'ensemble des signataires du manifeste, 60 ont déjà pris des engagements de réduction de leurs émissions, 27 se sont dotés d'un prix interne du carbone, et 34 ont décidé de mettre en oeuvre les récentes recommandations émanant d'un groupe de travail du G20 sur la prise en compte du risque climat dans la stratégie des entreprises.

(avec AFP)

Gemalto : Atos jette l'éponge, Thales rafle la mise .
Atos a décidé "de ne pas donner suite à sa proposition d'acquérir Gemalto". Thales est donc bien parti pour s'offrir le spécialiste des cartes à puces. © Fournis par La Tribune Gemalto va rejoindre le groupe Thales Une victoire éclair. Patrice Caine a gagné sa première bataille boursière d'une manière éclatante. Son groupe Thales va s'offrir Gemalto face à Atos qui a décidé "de ne pas donner suite à sa proposition d'acquérir la société Gemalto au prix de 46 euros par action".

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!