•   
  •   

Entreprise Naval de défense: la France résiste au raz de marée chinois

22:35  20 octobre  2020
22:35  20 octobre  2020 Source:   challenges.fr

Covid-19 : où en sont les vaccins ?

  Covid-19 : où en sont les vaccins ? Parmi les 193 candidats-vaccins en cours d’élaboration contre la Covid-19, selon l’Organisation mondiale de la santé, seulement onze sont en phase 3 des études cliniques, celle des tests sur l’homme à grande échelle. Moderna, Pfizer, AstraZeneca… Quel laboratoire sera le premier à dégainer un vaccin efficace et fiable contre la Covid-19 ? Alors que la deuxième vague épidémique prend de l’ampleur avec une hausse continue des hospitalisations et admissions en réanimation en France - sans un traitement ayant fait ses preuves contre la maladie - tous les espoirs reposent sur l’arrivée d’un vaccin.

La frégate Fremm Languedoc. L'Egypte a commandé un navire similaire © Naval Group La frégate Fremm Languedoc. L'Egypte a commandé un navire similaire

Selon une étude publiée à l'occasion du salon Euronaval, la France est le deuxième exportateur mondial de navires militaires sur la période 2015-2019. Mais la filière met en garde contre une crise contra-cyclique, avec un possible trou de production dans deux à trois ans.

Des performances bluffantes. Malgré la puissance de la concurrence chinoise, sud-coréenne ou américaine, l'équipe de France du naval de défense a parfaitement tenu son rang ces dernières années sur le marché export. Selon une étude du cabinet Janes pour le Gican (Groupement des industries de construction et activités navales), dévoilée à l'occasion du salon Euronaval, qui se tient en ligne du 19 au 25 octobre, la France a ainsi été le deuxième exportateur mondial de navires militaires sur la période 2015-2019. Avec 57.656 tonnes, les chantiers navals français ne sont devancés que par la Corée du Sud, intouchable avec 201.000 tonnes. La France termine en revanche devant la Chine (27.000 tonnes), l'Indonésie (23.200 tonnes), la Russie (18.600 tonnes) et l'Allemagne (17.500 tonnes). Sur le critère du nombre de navires militaires produits, la France est numéro trois mondiale, avec 12 navires exportés sur la période, derrière l'Allemagne (21) et la Chine (17), et devant la Corée du Sud et le Japon.

Belgique : Orange et Proximus choisissent Nokia, revers pour Huawei

  Belgique : Orange et Proximus choisissent Nokia, revers pour Huawei L'opérateur historique belge, Proximus, évince Huawei au profit de Nokia. Et son partenaire Orange a aussi choisi l'équipementier finlandais.L'opérateur historique de télécommunications en Belgique, Proximus, a annoncé de son côté qu'il allait progressivement remplacer ses équipements du groupe chinois Huawei par des produits des fournisseurs finlandais Nokia et suédois Ericsson pour renouveler son réseau mobile. Ce choix intervient alors que les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre Huawei qu'ils accusent d'espionnage pour le compte de Pékin. "Proximus a choisi Nokia pour moderniser progressivement ses réseaux 2G/3G/4G existants d'ici 2023.

La France a notamment pu compter sur les énormes commandes passés par l'Egypte à Naval Group (deux porte-hélicoptères amphibies livrés sur la période, ainsi qu'une frégate FREMM et une corvette Gowind), mais aussi sur des commandes du chantier Piriou (Concarneau) au Maroc, ou des contrats d'Ocea (Sables-d'Olonne) aux Philippines, en Indonésie et au Sénégal, et de Socarenam (Boulogne sur Mer) en Belgique. "En valeur, les exportations des chantiers français, représentent environ 35% de leur chiffre d’affaires, et s’adressent à tous les continents", souligne l'étude. Les chantiers navals français ont aussi pu s'appuyer sur les commandes de la marine nationale : 17 navires ont été livrés aux forces françaises sur la période 2015-19, pour un tonnage total de 56.900 tonnes.

Chine organise un nouvel exercice naval alors que Xi intensifie sa rhétorique militaire

 Chine organise un nouvel exercice naval alors que Xi intensifie sa rhétorique militaire Chine a mené de nouveaux exercices navals mercredi, selon un rapport citant des responsables maritimes, au milieu de l'escalade des tensions dans la mer de Chine méridionale et alors que le président Xi Jinping exhortait l'armée à «se concentrer sur la guerre préparation et capacités de combat ». © Le président chinois Xi a exhorté les troupes du pays à maintenir "un haut niveau de préparation" [Fichier: W ...

Offre complète

Pourquoi ces bonnes performances export ? Essentiellement pour trois raisons. Avec un géant mondial (Naval Group) présent sur le haut du spectre et une dizaine d'acteurs plus petit spécialistes des bâtiments plus petits, la France dispose d'une offre complète, des petits patrouilleurs côtiers aux sous-marins, porte-hélicoptères et porte-avions. L'importance des commandes nationales permet de préserver un socle technologique fort, et d'avoir des navires compétitifs à l'export. Les futurs sous-marins australiens de la classe Attack sont ainsi des dérivés à propulsion classique des sous-marins nucléaires d'attaque de la famille Barracuda commandés par la marine nationale.

BHP dit que les clients chinois du charbon ont fait des demandes d'ajournement

 BHP dit que les clients chinois du charbon ont fait des demandes d'ajournement Par Melanie Burton © Reuters / CHRIS HELGREN Les visiteurs du stand de BHP parlent avec des représentants lors de la convention PDAC à Toronto MELBOURNE (Reuters) - Le groupe BHP a reçu des demandes d'ajournement de la part de Chinois clients du charbon, a déclaré mercredi le président Ken MacKenzie, après des informations selon lesquelles la Chine avait gelé l'acceptation du charbon australien au milieu des tensions commerciales entre les deux pays.

La deuxième raison de la bonne santé du naval militaire français, c'est que le marché mondial est très dynamique. La production mondiale de navires militaires a atteint 192 milliards de dollars entre 2015 et 2019, avec 59 sous-marins produits, 282 patrouilleurs côtiers et hauturiers, et 146 destroyers, frégates et corvettes. Si l’Amérique du Nord est la première zone de production en valeur (65 milliards de dollars), du fait du haut niveau technologique de ses navires et de l'importance de ses coûts de production. l'Est asiatique (Chine, Japon, Taïwan, Corée du Sud et Corée du Nord) s'impose comme le premier producteur en volume. A elle seule, la Chine produit ainsi le double de l’Europe en tonnage (720.000 tonnes). Elle a mis à la mer 149 navires militaires entre 2015 et 2019, soit deux fois plus que les Etats-Unis (70) et cinq fois plus que la France (29).

Auchan tire un trait sur le marché chinois

  Auchan tire un trait sur le marché chinois Le distributeur français a cédé sa filiale chinoise SunArt au géant du e-commerce Alibaba. Une vente d'une valeur de quelque trois milliards d'euros."Par cette opération et son retrait de Chine, Auchan Retail réaffirme sa volonté d'accélérer le déploiement de son projet d'entreprise Auchan 2022 sur ses implantations actuelles", ajoute-t-il, en soulignant que "par cette cession d'un montant d'environ 3 milliards d'euros, il disposera ainsi des moyens financiers pour se désendetter", pour saisir de nouvelles opportunités et "se développer dans de nouveaux pays".

Mais, et c'est la troisième raison des succès français, l'écrasante majorité de la production chinoise et américaine est réservée à leurs propres besoins nationaux. Seulement 1% de la valeur produite aux Etats-Unis est ainsi destinée à l’exportation, et 3% en Chine, contre 30% en Russie et en Corée du Sud, et jusqu’à 50% en Europe. La concurrence des champions français à l'exportation est ainsi composée essentiellement d'acteurs européens : l'allemand TKMS, l'italien Fincantieri, l'espagnol Navantia... Une concurrence rude, mais gérable pour les acteurs français.

Face aux Chinois, le français Alstom montre ses muscles

  Face aux Chinois, le français Alstom montre ses muscles Plus efficace, plus numérisé, le champion français du ferroviaire se renforce avec le rachat du canadien Bombardier, validé par la Commission européenne. De quoi être mieux armé pour affronter le géant chinois CRRC. Il a bûché pendant des mois, mobilisé ses ingénieurs, ses juristes et la banque d’affaires Rothschild afin d’apporter toutes les garanties exigées par la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Cette fois-ci, le P-DG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, ne voulait rien laisser au hasard.

La LPM en soutien

Le Covid pourrait-il gripper cette belle machine ? La dizaine de chantiers navals français peut compter sur un matelas de sécurité appréciable avec un carnet de commandes de plus de 17 milliards d'euros. "Nous avons un carnet de commande solide, on a gardé tous nos clients, tous nos programmes", se réjouissait ce matin sur BFM Business le PDG de Naval Group Pierre-Eric Pommellet. La loi de programmation militaire 2019-2025 lui donne notamment une bonne visibilité, avec les livraisons prévues des dernières frégates FREMM, des premières frégates de défense et d'intervention (FDI), des premiers sous-marins nucléaires d'attaque Barracuda, mais aussi de patrouilleurs destinés à la métropole et à l'outre-mer. Avant la crise du Covid, les perspectives de recrutement étaient ainsi de 30.000 embauches ces prochaines années, dont 10.000 créations nettes d'emplois.

120 millions d’euros pour reconstruire le sous-marin nucléaire « Perle »

  120 millions d’euros pour reconstruire le sous-marin nucléaire « Perle » Cherbourg, où le SNA Perle a été construit, va effectuer la cannibalisation du Saphir pour reconstruire ce sous-marin nucléaire d’attaque fortement endommagé par un incendie, en juin, à Toulon. Le cabinet de la ministre et l’équipementier Naval Group ont apporté des précisions sur le chantier de réparation du sous-marin nucléaire d’attaque Perle endommagé par un incendie en juin, dans la base navale de Toulon. Le feu avait pris dans une section où Naval Group, l’équipementier chargé de l’entretien des SNA français, effectuait des travaux de maintenance.

La filière française ne cache pourtant pas son inquiétude pour le moyen terme. 5 à 10% des embauches prévues seraient suspendues du fait de la crise, selon le Gican. "La résilience actuelle du secteur pourrait n'être qu'un trompe-l'oeil, estime même Hervé Guillou, président du Gican. La crise du Covid, en nous empêchant de nous déplacer, a marqué un coup d'arrêt brutal à nos négociations commerciales. Nous avons encore à livrer notre carnet de commandes, mais le risque est d'assister à une crise contra-cyclique, avec un trou dans notre plan de charge dans quelques années." Traduction : à un moment où l'Etat n'aura plus forcément les moyens, ni la volonté, de remettre la main au portefeuille.

La filière appelle donc à sécuriser le lancement prochain des grands programmes militaires des prochaines décennies : porte-avions de nouvelle génération (PANG), sous-marins nucléaires lanceurs d'engin SNLE3G, mais aussi à augmenter les crédits de maintien en condition opérationnelle. "Nous appelons également à poursuivre le rattrapage des crédits d'études amont destinés au secteur naval", indique Hervé Guillou. Le président du Gican appelle également à la poursuite de la consolidation de l'industrie navale européenne, "plus nécessaire que jamais". Un premier mouvement important a été lancé mi-2019, avec la création de Naviris, coentreprise détenue par Naval Group et l'italien Fincantieri.

Paiement : le chinois ANT (Alipay) lance la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire (34 milliards de dollars)

  Paiement : le chinois ANT (Alipay) lance la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire (34 milliards de dollars) Avec sa fourmi géante, le milliardaire Jack Ma bat un nouveau record - en 2014, son IPO d'Alibaba avait déjà battu tous les records. Aujourd'hui, cette nouvelle méga introduction en Bourse répond parfaitement aux souhaits de Pékin qui veut voir les fleurons nationaux du secteur des technologies se coter sur les places boursières nationales (Shanghai et Hong Kong), dans une période de rivalité exacerbée avec les États-Unis. Ant Group est laEn pleine rivalité Pékin-Washington, ce montant colossal permet à la Chine communiste de s'afficher comme un mastodonte de la finance mondiale, dépassant les records habituellement enregistrés à Wall Street.

Paiement : le chinois ANT (Alipay) lance la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire (34 milliards de dollars) .
Avec sa fourmi géante, le milliardaire Jack Ma bat un nouveau record - en 2014, son IPO d'Alibaba avait déjà battu tous les records. Aujourd'hui, cette nouvelle méga introduction en Bourse répond parfaitement aux souhaits de Pékin qui veut voir les fleurons nationaux du secteur des technologies se coter sur les places boursières nationales (Shanghai et Hong Kong), dans une période de rivalité exacerbée avec les États-Unis. Ant Group est laEn pleine rivalité Pékin-Washington, ce montant colossal permet à la Chine communiste de s'afficher comme un mastodonte de la finance mondiale, dépassant les records habituellement enregistrés à Wall Street.

usr: 0
C'est intéressant!