•   
  •   

Entreprise Les frais bancaires ont augmenté 3 fois plus vite que l’inflation depuis 2013

15:30  11 janvier  2018
15:30  11 janvier  2018 Source:   latribune.fr

"En 30 ans, le CAC 40 est devenu un symbole, un concept politique"

  L'indice des valeurs vedettes de la Bourse de Paris fête ses 30 ans le 31 décembre 2017. Stéphane Boujnah, le patron d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, de celles de Bruxelles, d'Amsterdam, de Lisbonne et bientôt Dublin, analyse le parcours et l'avenir de cet indice qui reflète les évolutions du capitalisme français. LA TRIBUNE : Qu'est-ce que la création du CAC 40 a changé pour la Bourse de Paris ?Stéphane Boujnah : Le lancement officiel du CAC 40 a eu lieu en juin 1988, mais il a été établi avec une base à 1.000 points le 31 décembre 1987.

L’organisation de consommateurs UFC-Que Choisir a publié le 11 janvier les résultats d’une enquête sur les tarifs bancaires 2018. Cette enquête révèle notamment que les frais bancaires ont augmenté de 9 % depuis 2013

Au contraire, depuis 2013 , l'association de consommateur UFC-Que choisir a relevé une importante hausse des frais bancaires sans réelle justification et appelle les clients à renégocier ces tarifs. Entre 2013 et 2018, les frais bancaires ont augmenté trois fois plus vite que l ' inflation sur la même

Le coût moyen d’un compte bancaire a progressé de 9% pour atteindre 211 euros au 1er janvier (+2,2% en un an), selon une enquête de l’UFC Que Choisir. Les écarts varient considérablement d’une banque à l’autre et en fonction des profils. Les clients sujets au dépassement de découvert peuvent diminuer plusieurs centaines d’euros leur facture annuelle en optant pour une banque en ligne aux commissions d’intervention bien moins élevées.

« Les plus coutumiers du dépassement de découvert pourraient économiser jusqu'à 400 euros en optant pour une banque en ligne » estime l'UFC qui a épluché les brochures tarifaires de 22 banques. © Fournis par La Tribune « Les plus coutumiers du dépassement de découvert pourraient économiser jusqu'à 400 euros en optant pour une banque en ligne » estime l'UFC qui a épluché les brochures tarifaires de 22 banques.

« La guerre des prix n'a pas eu lieu » se désole l'association de défense des consommateurs UFC Que choisir. Malgré la loi Macron sur la mobilité bancaire entrée en vigueur en février dernier, l'arrivée d'une multitude de néobanques et du poids lourd Orange Bank, les tarifs ont à nouveau évolué à la hausse : après avoir épluché les brochures de 22 établissements représentatifs, l'UFC calcule un coût moyen du compte bancaire de 211 euros au 1er janvier 2018, en hausse de 2,2% en un an et de 9% depuis 2013, soit « trois fois plus rapidement que l'inflation. » Soit plus que la moyenne et la tendance constatée par le comparateur Panorabanques (194 euros, en hausse de 0,25%), qui avait analysé les tarifs de 158 banques, la différence tenant aussi aux profils de consommateurs étudiés.

Airbus finit 2017 sur les chapeaux de roues pour tenter de coiffer Boeing sur le poteau

  Airbus finit 2017 sur les chapeaux de roues pour tenter de coiffer Boeing sur le poteau Avec la signature de 200 commandes fermes depuis mi-décembre, Airbus tente une nouvelle fois de dépasser Boeing dans la dernière ligne droite dans le match des commandes qui opposent les deux géants de l'aéronautique.Mois de décembre sur les chapeaux de roues pour Airbus.

Depuis 2013 , l'UFC-Que-Choisir a calculé que les frais bancaires avaient augmenté de 9%, soit trois fois vite que l ' inflation . Le coût moyen est de 211 euros par an. Or, nous aurions tout intérêt à faire jouer la concurrence car d'une banque à l'autre, et selon votre profil

A fin Avril 2018 l ' inflation est de 1.6% en glissement annuel, sur un mois l ' inflation est de 0.2%. suite Le prix d'un café a t-il augmenté plus vite que l ' inflation ? comment déterminer le taux d'inflation à appliquer sur un matériau de construction avec pour date de départ, 2013 ?

La hausse des prix concerne aussi bien les « packages », les forfaits, qui ont augmenté de 2,5%, que les prestations facturées au détail, en particulier les services en agence qui ont « littéralement flambé » : 17% pour l'initialisation d'un virement, 11% pour la remise d'un chéquier.

Jusqu'à 400 euros d'économies en ligne

L'association a constaté que « les écarts de tarifs entre les banques sont considérables », allant de 1 à 6 pour un profil senior, de 1 à 17 pour un actif à l'utilisation standard et de 1 à 10 pour un coutumier du dépassement de découvert.

« En moyenne, un senior peut ainsi réaliser 153 euros d'économies, un actif 168 euros et un familier du dépassement de découvert pas moins de 236 euros en quittant sa banque pour un établissement moins vorace » estime l'UFC Que Choisir dans son étude.

« Les TPE sont les oubliées de la révolution digitale de la banque »

  « Les TPE sont les oubliées de la révolution digitale de la banque » La néobanque parisienne Qonto lance un outil de gestion de budget et des notes de frais pour simplifier la comptabilité des petites entreprises, en plus de son compte courant à prix cassés et sans découvert. La startup, qui a levé 12 millions d’euros, compte s’étendre en Europe dans le courant de l’année. © Fournis par La Tribune Les cofondateurs de la Fintech Qonto, Alexandre Prot, à gauche et Steve Anavi, à droite, qui ont développé une offre de néobanque pour les petites entreprises. « Quand j'ai créé ma précédente entreprise, gérer ses comptes était une énorme galère.

Les frais bancaires augmentent sans arrêt depuis quelques années et en 2017, l'addition sera salée. Comme l’explique Guillaume Clavel au Parisien, «sur la période 2013 -2017, les cotisations de cartes bancaires ont augmenté de 4,4%, soit deux fois plus vite que l ' inflation ».

D’après l’UNPI, la hausse moyenne a été de 14% entre 2011 et 2016. La fédération de propriétaires entrevoit toutefois des signes d’amélioration en 2017.

La solution pour les clients régulièrement dans le rouge est de faire jouer la concurrence et en particulier d'aller chez les banques en ligne, qui sont les moins chères et facturent des commissions d'intervention (en cas d'incident de paiement, rejet de prélèvement, de chèque, etc) « plus de 6 fois moins chers que chez les établissements de réseau. »

« Les plus coutumiers de cette pratique [le dépassement de découvert, ndlr] pourraient économiser jusqu'à 400 euros en optant pour une banque en ligne » selon l'UFC.

Les populations les plus fragiles financièrement peuvent aussi bénéficier de l'"offre spécifique", créée par la loi de 2013 mais qui reste peu mise en avant par les banques: facturée 36 euros par an maximum (3 euros par mois), cette offre, sans chéquier, prévoit un plafonnement réduit de ces fameuses commissions d'intervention, à 4 euros par opération (contre 8 euros maximum pour les autres clients) et 20 euros par mois (contre 80 euros). Cette solution est "moins chère que certaines néobanques qui ciblent les publics fragiles" considère l'UF Que Choisir. Compte Nickel (racheté par BNP Paribas), facturé 20 euros par an, évalue à 54 euros son coût moyen pour le client (en incluant les frais de retraits et dépôts). Le Crédit agricole affirme que son offre à bas coûts, Eko, lancée en novembre, aurait un coût moyen inférieur, de 31,89 euros, Welcome de Boursorama et Orange Bank apparaissant comme les plus compétitifs dans son comparatif.

L'UFC encourage les consommateurs à consulter leur récapitulatif de frais annuels et à utilisateur son comparateur en ligne, en accès gratuit jusqu'au 21 janvier. Elle demande à nouveau aux pouvoirs publics "la gratuité des transferts de comptes d'épargne réglementés (CEL, PEL)", puisque la loi Macron ne concerne que le compte courant, et "l'interdiction de l'obligation de domiciliation des revenus dans le cadre du crédit immobilier", plafonnée à dix ans depuis janvier pour les nouveaux prêts.

Industrie : les chefs d'entreprise se montrent optimistes .
Après une année 2017 meilleure que prévu, les industriels interrogés par la Banque de France semblent confiants pour les semaines à venir. Plusieurs indicateurs vont dans le sens d'une conjoncture favorable à l'industrie. Le taux de marge dans l’industrie manufacturière a retrouvé son niveau de 2001 et l’investissement des branches manufacturières accélère depuis 2013. Mais le secteur reste tout de même frappé par une morosité alimentée notamment par des faiblesses de compétitivité hors-prix (innovation, fiabilité, image). La conjoncture indique des signes d'embellie dans l'industrie.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!