•   
  •   

Entreprise Carlos Ghosn doit être indemnisé pour sa détention “arbitraire” au Japon, selon des experts de l’ONU

19:05  23 novembre  2020
19:05  23 novembre  2020 Source:   capital.fr

Malgré le succès de Pfizer, il reste encore beaucoup à faire avant le déploiement du vaccin au Canada: les experts

 Malgré le succès de Pfizer, il reste encore beaucoup à faire avant le déploiement du vaccin au Canada: les experts Le géant pharmaceutique Pfizer affirme que les premiers résultats de son essai de vaccin contre le coronavirus suggèrent un taux d'efficacité de 90% dans la prévention du COVID-19, un nombre qui a des maladies infectieuses au Canada experts prudemment optimistes quant à la possibilité de lancer un plan viable d'ici le printemps 2021.

Neuf jours après son évasion spectaculaire, Carlos Ghosn a tenu une conférence de presse, à Beyrouth au Liban, devant une centaine de journalistes. Le magnat de l 'automobile est revenu sur ses conditions de détention , « 130 jours en prison, en isolement, dans une cellule minuscule et sans

Carlos Ghosn , l’ex-patron de Renault-Nissan, s’ est exprimé pour la première fois, jeudi 2 janvier, sur sa fuite du Japon , où il était assigné à résidence Ce document tenait lieu de visa de court séjour dans l’archipel et M. Ghosn devait donc l’avoir à portée de main pour ses déplacements internes, a

Carlos Ghosn doit être indemnisé pour sa détention “arbitraire” au Japon, selon des experts de l’ONU © Hasan Shaaban/Bloomberg via Getty Images Carlos Ghosn doit être indemnisé pour sa détention “arbitraire” au Japon, selon des experts de l’ONU

La détention de Carlos Ghosn au Japon était "arbitraire", selon le Groupe de travail de l'ONU, qui juge que la réparation appropriée "serait de lui accorder un droit exécutoire à une indemnisation et à d'autres réparations, conformément au droit international" !

Alors que Carlos Ghosn poursuit actuellement sa carrière au Liban dans la formation, un Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire appelle à une indemnisation de l'ex-capitaine d'industrie, estimant que la "privation de liberté" de l'ancien dirigeant de Nissan au Japon était "arbitraire". Dans un document publié le 20 novembre, ce groupe d'experts indépendants, qui ne s'expriment pas au nom des Nations unies et dont les avis ne sont pas contraignants, expliquent que leur avis ne porte pas sur les accusations portées à l'encontre de M. Ghosn au Japon, mais sur les conditions dans lesquelles la procédure a été menée.

La banque BBVA vend sa filiale américaine à PNC pour près de 10 milliards d'euros

  La banque BBVA vend sa filiale américaine à PNC pour près de 10 milliards d'euros La banque espagnole BBVA a annoncé ce lundi avoir conclu un accord avec l'américain PNC Financial Services Group Inc pour le rachat de 100% de ses activités américaines pour 11,6 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros). Cet accord, le plus gros dans ce domaine depuis la crise financière de 2008, doit donner naissance à la cinquième banque des États-Unis. La transaction devrait être bouclée mi-2021.Le communiqué publié à Madrid affirme que la transaction, d'une valeur de 11,6 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros), est "très positive pour toutes les parties". Il s'agit du deuxième plus gros accord bancaire américain depuis la crise financière de 2008.

Carlos Ghosn est soupçonné d’avoir ordonné l’achat par Nissan de somptueuses résidences à l’étranger pour son usage personnel. Si une nouvelle interpellation est lancée, Carlos Ghosn verrait sa garde à vue prolongée de 22 jours. Le patron français nie toute malversation.

L’épouse de Carlos Ghosn , clé de voûte de l 'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, a Le processus de traitement des données personnelles est décrit en détail dans la Politique de Après que Carlos Ghosn a été arrêté au Japon le 19 novembre, son épouse, Carole Ghosn , a rédigé une

Le Groupe de travail de l'ONU est d'avis que "la privation de liberté de Carlos Ghosn du 19 novembre 2018 au 5 mars 2019 et du 4 au 25 avril 2019, en violation des articles 9, 10 et 11 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et des articles 9, 10 et 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, était arbitraire". Il note notamment que les conditions de mise en liberté sous caution imposées à M. Ghosn "semblent avoir été exceptionnellement strictes, en particulier l'interdiction, pendant la deuxième période de mise en liberté sous caution, de tout contact avec son épouse, autrement que par l'intermédiaire de ses avocats, sans autorisation préalable du tribunal et pour une durée indéterminée". "Compte tenu de toutes les circonstances de l'affaire, la réparation appropriée serait d'accorder à M. Ghosn un droit exécutoire à une indemnisation et à d'autres réparations, conformément au droit international", considère-t-il.

: Le risque de taux négatif, la surcharge du QE peuvent pousser les banques centrales vers des plafonds de rendement

: Le risque de taux négatif, la surcharge du QE peuvent pousser les banques centrales vers des plafonds de rendement Analyse Par Dhara Ranasinghe © Reuters / Leah Millis FILE PHOTO: Le bâtiment du Federal Reserve Board sur Constitution Avenue est représenté à Washington LONDRES (Reuters) - Banques centrales approfondissent leurs trousses à outils pour aider les économies à se remettre du contrôle de la courbe des rendements du coronavirus, une forme de détermination des coûts d'emprunt que davantage de pays pourraient devoir assumer dans les mois et les années à venir.

Carlos Ghosn , de héros de manga à ennemi public numéro 1. Sur cette somme, cinq millions auraient été détournés, a précisé le bureau des procureurs dans un communiqué. Il était également devenu un personnage très populaire au Japon après avoir sauvé de la faillite le constructeur nippon Nissan.

Carlos Ghosn l’a dit et répété. Il ne donnera aucun détail sur les circonstances de sa spectaculaire évasion du Japon , où il était assigné à résidence Depuis, son entourage s’ est employé à respecter la consigne donnée par l’ancien dirigeant de l ’Alliance Renault-Nissan, expliquant qu’il ne souhaitait

>> A lire aussi - Une faille de sécurité de Nissan exploitée par Carlos Ghosn pour sa fuite ?

Pour les avocats de M. Ghosn, François Zimeray et Jessica Finelle, cet avis "est une décision courageuse qui constitue un tournant décisif". L'ex-patron du numéro un mondial de l'automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors avait été arrêté le 19 novembre 2018 à son atterrissage à Tokyo, soupçonné d'avoir omis de déclarer une grande partie de ses revenus aux autorités boursières entre 2010 et 2015.

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Auto

Le 5 mars 2019, un juge japonais acceptait sa libération sous caution, avec interdiction de quitter le Japon, mais quelques semaines après, le 4 avril, il était de nouveau arrêté, accusé d'avoir utilisé 5 millions de dollars pour son bénéfice personnel avant d'être libéré sous caution le 25 avril. Carlos Ghosn, qui nie ces accusations, était arrivé le 30 décembre à Beyrouth au terme d'une fuite rocambolesque du Japon qu'il est soupçonné d'avoir quitté caché dans un caisson de matériel audio.

>> A lire aussi - Pour Nissan, la fuite de Carlos Ghosn montre son mépris pour la justice du Japon

Pas de congés payés pour les détenus qui travaillent en prison, tranche le Conseil d’État .
La haute juridiction administrative a jugé lundi que si le respect du repos hebdomadaire et des jours fériés doit être assuré aux travailleurs détenus, cela ne leur ouvre pas pour autant droit à des congés-payés. Les détenus qui travaillent n’ont pas droit à des congés payés, a tranché lundi 30 novembre 2020 le Conseil d’État saisi par la section française de l’Observatoire international des prisons (OIP), dont la requête a été rejetée.

usr: 3
C'est intéressant!