•   
  •   

Entreprise La charge de François Ruffin contre Sanofi et son plan de suppression de postes est-elle justifiée?

18:40  19 janvier  2021
18:40  19 janvier  2021 Source:   challenges.fr

Le bonus gigantesque du PDG de General Electric est une “insulte aux salariés”, pour Villeurbanne

  Le bonus gigantesque du PDG de General Electric est une “insulte aux salariés”, pour Villeurbanne Le bonus gigantesque du patron de General Electric est jugé "honteux" à Villeurbanne (69), l'une des villes concernées par les suppressions d'emplois au sein du géant américain. Le maire de Villeurbanne tire à boulets rouges sur le bonus de 47 millions de dollars promis au PDG de General Electric. "Indécent", "honteux"... "En ce début d'année, c'est une forme d'insulte aux salariés qui se battent pour sauvegarder leur emploi en même temps qu'un savoir-faire unique et d'avenir", dénonce Cédric Van Styvendael (PS), dans un communiqué cosigné avec le sénateur Gilbert-Luc Devinaz.

François Ruffin © AFP/Archives - GEOFFROY VAN DER HASSELT François Ruffin

A l'offensive ces derniers jours pour dénoncer la politique de R&D, les suppressions de poste ou le retard pris dans la course au vaccin par le géant pharmaceutique, le député La France insoumise vise-t-il juste? Sur plusieurs points ses arguments sont bel et bien fondés.

Il s'est imposé ces derniers jours comme le détracteur numéro un de Sanofi. Absence de vaccin, désengagement dans le secteur stratégique de la recherche et développement (R&D), "outil industriel broyé"... François Ruffin n'a pas ménagé sa peine dans les médias pour accabler le géant pharmaceutique, déjà distancé par ses concurrents dans la course au vaccin contre le Covid-19. Ce mardi 19 janvier, le député La France insoumise en a même remis une couche supplémentaire en se déplaçant sur le site de Sanofi Pasteur à Val-de-Reuil (Eure) pour soutenir les salariés, les syndicats ayant lancé un appel à la grève et au débrayage pour dénoncer la stratégie du groupe et la question salariale. Ces derniers reprochent notamment à la direction son plan de suppression de 750 postes de R&D en Europe dont environ 400 en France. Challenges fait le point sur trois arguments avancés dans Libération le 18 janvier par François Ruffin et sur leur véracité.

Michelin va supprimer jusqu'à 2.300 postes en France d'ici trois ans

  Michelin va supprimer jusqu'à 2.300 postes en France d'ici trois ans Le groupe Michelin a présenté un « plan de compétitivité » qui prévoit de supprimer jusqu'à 2.300 postes en France sur trois ans. Dans le même temps, son président Florent Menegaux assure qu'il n'y aura « pas de fermeture d'usine » ni « aucun départ contraint ».Le président de Michelin Florent Menegaux a précisé à l'AFP qu'il n'y aurait « pas de fermeture d'usine, aucun départ contraint. Nous anticipons environ 60% de mesures de pré-retraites et 40% de départs volontaires, dans le cadre de ruptures conventionnelles collectives (RCC) ».

1. "Sur les dix dernières années, Sanofi a supprimé la moitié de ses chercheurs"

En partie vrai. Sanofi compte à ce jour 4.100 personnes en France qui concourent à la R&D du groupe. Si le nombre de chercheurs de la branche vaccin (Sanofi Pasteur) est de l'aveu de la direction resté "stable" (environ 700 personnes), les équipes de R&D du domaine pharmaceutique ont elles profondément été revues à la baisse. Représentant 6.350 personnes en 2008, cette branche ne compte plus aujourd'hui que 3.400 salariés. "Et nous serons bientôt moins de 3.000 avec l'application du plan mis sur la table par la direction en juin 2020", précise Aline Eysseric, membre CFDT du comité social et économique (CSE) central de Sanofi Aventis R&D (SARD). Les dirigeants de la Big Pharma ont en effet annoncé l'an dernier la suppression de 1.700 emplois en Europe dont un millier en France. S'agissant de la R&D, ce plan prévoit le départ de "750 personnes en Europe, dont 400 en France et 350 en Allemagne", poursuit Aline Eysseric. Ce chiffre de "400 personnes", révélé lundi 18 janvier par France Inter, a été évoqué le 8 décembre en interne par le patron du groupe Paul Hudson selon les syndicats. Des précisions devraient être données par la direction lors d'un prochain CSE prévu le 28 janvier.

Sanofi achète le fabricant d'anticorps Kymab dans le cadre d'un accord de 1,45 milliard de dollars

 Sanofi achète le fabricant d'anticorps Kymab dans le cadre d'un accord de 1,45 milliard de dollars (Bloomberg) - Sanofi a accepté d'acheter le développeur d'anticorps monoclonaux britannique Kymab dans le cadre d'un accord d'une valeur allant jusqu'à 1,45 milliard de dollars afin d'acquérir des médicaments expérimentaux pour les maladies inflammatoires et le cancer. © Photographe: JOEL SAGET / AFP Sanofi est à la recherche d'acquisitions pour renforcer son portefeuille de nouveaux médicaments.

En attendant, le président de Sanofi France a confirmé lundi à l'AFP que ce plan allait déboucher sur "environ 1.000 départs en France, sur un calendrier de trois ans, dans différentes parties de l'organisation, dont la R&D". Concernant celle-ci, Olivier Bogillot, le président de Sanofi France, n'a pas livré plus de détails, précisant toutefois que "les premiers départs devraient arriver plutôt en deuxième partie de 2021". En tout état de cause, la branche R&D "pharma" de Sanofi ne devrait compter qu'environ 3.000 chercheurs après ce plan, soit une baisse des effectifs de 53% depuis 2008. Un chiffre très proche des propos de François Ruffin même si ce dernier semble englober les équipes R&D "vaccin" qui elles n'ont pas bougé.

2. "Il y a dix ans, il y avait onze centres de recherche en France, (...) il en restera trois à la fin de l'année"

Vrai. A ce jour, la R&D (hors vaccin) de Sanofi est répartie sur quatre sites en France: ceux de Montpellier (Hérault), Chilly-Mazarin (Essonne), Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et Strasbourg (Bas-Rhin). Seulement, comme l'a annoncé la direction en juin dernier, le site strasbourgeois va fermer ses portes. La soixantaine de chercheurs présents en Alsace sera rapatriée à Vitry-sur-Seine. "Il n'y aura bientôt plus que trois sites pour la R&D 'pharma', appuie Thierry Bodin, délégué CGT chez Sanofi. En juin, la direction a aussi acté l'arrêt définitif de la recherche sur le système nerveux central. Cela intervient après la fermeture en 2020 du site d'Alfortville (Val-de-Marne) dédié à la sécurité du médicament et à la fin de la R&D du groupe dans le domaine cardio-vasculaire". En 2015, Sanofi avait aussi cédé au groupe allemand Evotec son centre de R&D de Toulouse. Au total, d'une douzaine en 2009, les sites de R&D "pharma" du géant tricolore ne seront bientôt plus que trois en 2021.

GSK, Vir testera des anticorps pour le traitement COVID-19

 GSK, Vir testera des anticorps pour le traitement COVID-19 (Reuters) - Le fabricant britannique de médicaments GSK et la société américaine Vir Biotechnology évalueront un deuxième traitement à base d'anticorps chez des patients atteints de COVID-19 léger à modéré dans un stade précoce à moyen -étape d'essai, ont annoncé mardi les entreprises.

S'agissant de la partie vaccin, Sanofi compte quatre sites à Val-de-Reuil, et dans le Rhône à Lyon, Neuville-sur-Saône et Marcy-l'Étoile. En juin dernier, le groupe a d'ailleurs annoncé qu'il allait investir 610 millions d'euros sur ces deux derniers sites pour accroître ses capacités dans la recherche et la production de vaccins. Un investissement important qui confirme le virage pris par le groupe depuis l'arrivée aux commandes de Paul Hudson en septembre 2019. Deux mois plus tard, le patron britannique avait présenté son plan, "play to win", dans lequel il annonçait un retrait des champs du diabète ou des maladies cardiovasculaires et un recentrage du groupe sur les vaccins ou l'oncologie. Dans ces derniers domaines, les investissements de R&D du groupe restent très significatifs. "Sanofi investit en France deux milliards par an dans la R&D, et effectivement on est en train de les flécher là où cela a le plus de valeur scientifique pour nous: donc plutôt en cancérologie, plutôt dans les vaccins, dans des aires thérapeutiques importantes pour notre développement", a d'ailleurs déclaré Olivier Bogillot, à l'AFP lundi.

PER, SCPI… ces placements malins auxquels vous n’avez (peut-être) pas pensé pour vos enfants

  PER, SCPI… ces placements malins auxquels vous n’avez (peut-être) pas pensé pour vos enfants Placer l’argent de votre enfant n’est pas anodin. Faire fructifier cette épargne peut en effet lui permettre de jouir d’un joli matelas financier quelques années plus tard pour réaliser ses projets. Tour d’horizon des solutions activables, de la naissance au début de la vie active. Vous avez l’habitude de gâter vos enfants à l’occasion de Noël et de leur anniversaire en leur offrant régulièrement une petite somme d’argent et vous ne savez que faire de leur butin ? Vous venez de devenir parent et souhaitez assurer la sécurité financière de votre nouveau-né grâce à une épargne accumulée au fil des années ? Vous avez tout intérêt à étudier les

3. "Après une décennie de casse (...), d'absence d'investissements, comment espérer qu'un vaccin surgisse soudain de ce chaos?"

Plus complexe que cela. Expliquer aujourd'hui le retard de Sanofi dans la course au vaccin par son "absence d'investissements" est aller un peu vite en besogne. D'une part, si la partie R&D "pharma" a beaucoup souffert ces dernières années, cela est moins vrai du côté de Sanofi Pasteur, un des navires amiraux du groupe (16% du chiffre d’affaires en 2019). "Côté vaccin, l'emploi et les investissements de R&D ont été sanctuarisés et renforcés" plaide-t-on au sein de la société. D'autre part, le retard de Sanofi revêt plusieurs raisons. Même s'il a noué un partenariat avec la biotech américaine Translate Bio, spécialiste de l'ARN Messager, Sanofi misait surtout sur son vaccin à base de protéine recombinante mis au point avec le mastodonte britannique GSK et dont l’Union européenne a commandé 200 millions de doses. Or, alors qu'il aurait dû être disponible à la fin du printemps, une erreur de sous-dosage de l’antigène du vaccin a fait perdre quatre précieux mois à Sanofi. "C'est regrettable mais si le vaccin avait été disponible en juin, nous n'en ferions pas autant sur le retard de Sanofi, réagit-on à Bercy. Rappelons qu'AstraZeneca, autre Big Pharma mondiale, n'a pas encore reçu l'aval de l'agence européenne du médicament". Reste que le géant suédo-britannique devrait quand même obtenir le précieux sésame plusieurs mois avant Sanofi.

Lire aussiPourquoi Sanofi est en retard face à Pfizer ou Moderna

Autre explication avancée par les experts: Sanofi n'a pas pris le virage des biotechs contrairement à ses rivaux anglo-saxons. "C'est vrai, mais on peut aussi dire que si Sanofi avait acquis plus de biotechs, il aurait peut-être réduit encore plus ses investissements de R&D, poursuit cette même source. Aujourd'hui, les grandes firmes internalisent de moins en moins la R&D et préfèrent acheter des pépites qui ont développé des molécules prometteuses." C'est notamment ce que vient de faire Sanofi en rachetant pour 1,1 milliard de dollars Kymab, société qui pourrait lui permettre de développer un médicament pour le traitement de diverses maladies auto-immunes et inflammatoires.

Course aux vaccins: l'impitoyable guerre de souveraineté et de puissance entre États .
La récente polémique entre Londres et Bruxelles qui s'arrachent les vaccins de la Big Pharma suédo-britannique, AstraZeneca, met en lumière les très forts enjeux de souveraineté et même de puissance que revêt cette course à l'antidote au Covid-19.Dans ce conflit, l'exécutif européen n'a pas eu la main tremblante. Face aux arguments de la firme pharmaceutique qui justifiait ce retard par une baisse de rendement sur l'un de ses sites de production, en Belgique, la Commission a envoyé une mission d'inspection.

usr: 0
C'est intéressant!