•   
  •   

Entreprise Ces start-up françaises veulent être les géants de demain

14:40  26 janvier  2021
14:40  26 janvier  2021 Source:   capital.fr

Les nouveautés très attendues de Renault

  Les nouveautés très attendues de Renault Les nouveautés très attendues de Renault La "Renaulution" est-elle en marche ? Une nouvelle R5 électrique, des plans pour Alpine et des Renault vendues plus cher : le constructeur français doit dévoiler, jeudi 14 janvier, sa feuille de route pour affronter la révolution du secteur automobile. Le groupe doit d'abord présenter, mardi 12, ses chiffres de vente mondiales pour 2020, une année marquée par une chute inédite des ventes de voitures liée à la crise sanitaire. En France, le groupe a vu ses ventes de voitures particulières dévisser de 24,9%, selon le comité des constructeurs français, à 412.

Levées de fonds toujours plus importantes, marchés de plus en plus internationaux, croissances fulgurantes, recrutements continus, les start - up françaises n'ont pas dit leur dernier mot. Elles sont désormais. Aux côtés de ces désormais géants , de nombreuses jeunes boîtes sont sur les starting-blocks. Le cabinet EY est formel: les start - up hexagonales n'ont jamais levé autant d'argent, dépassant la barre des 5 milliards l'année dernière, deux fois plus qu'en 2017. Le vent semble tourner pour nos jeunes pousses, qui réussissent désormais des levées de fonds XXL, autrefois rares.

Start - up du Web : des valorisations excessives ? HOMIDO est fier de son casque de réalité virtuelle. L’Oculus Rift de Facebook et le Google Cardboard ? La réalité virtuelle serait le futur de la vidéo, une innovation comparable à celle du cinéma dans l’industrie du divertissement. Jusqu’à présent, les vidéos 360 degrés nécessitaient un titanesque travail de montage des images. C’ est pour simplifier ce processus que Nicolas Burtey a fondé VideoStitch et créé le logiciel Vahana VR, qui permet d’enregistrer une telle vidéo en associant les images en direct.

Ces start-up françaises veulent être les géants de demain © SP Payfit Ces start-up françaises veulent être les géants de demain

Levées de fonds toujours plus importantes, marchés de plus en plus internationaux, croissances fulgurantes, recrutements continus, les start-up françaises n'ont pas dit leur dernier mot. Elles sont désormais nombreuses à croquer l'avenir, attendant, ou espérant, devenir des licornes. Et pour certaines, bien plus.

Il y aura plus de 400 licornes dans le monde. Non, nous n'avons pas la berlue à vous évoquer des animaux mythologiques : nous parlons ici de start-up! Et plus précisément, selon ce terme créé en 2013 dans la Silicon Valley, de jeunes sociétés non cotées en Bourse, tournées vers les nouvelles technologies et réussissant à dépasser le milliard de valorisation. Selon le cabinet d'études CB Insights, qui les liste religieusement, la France en compte six. Pour les citer dans l'ordre chronologique : OVHcloud, BlaBlaCar, Deezer, Doctolib, Meero, et depuis cet été, Voodoo. Le spécialiste du traitement de données Dataiku est également considéré comme une licorne depuis l'entrée du fonds d'investissement de Google à son capital. Criteo est aujourd'hui cotée en Bourse et demeure l'un des plus grands succès de la French Tech.

Je fais construire ma maison : notre guide pour ne pas se tromper

  Je fais construire ma maison : notre guide pour ne pas se tromper Choix d’un type de construction, relations avec les professionnels, garanties… Nos conseils pour que cette belle aventure ne se transforme pas en parcours du combattant ni en cauchemar. Trouver le terrain, choisir un modèle dans le catalogue d’un constructeur, étudier les personnalisations possibles, en fonction des contraintes techniques, de la disponibilité des matériaux et de l’impact sur le coût total, éplucher les devis, consulter le Conseil en architecture, en urbanisme et de l’environnement (CAUE) : c’est le parcours classique d’un particulier qui souhaite faire cons truire sa maison.

Dans la foulée, des start - up se sont créées pour proposer gratuitement ces masses de données. Au grand dam des géants du secteur qui ne comptent pas se laisser plumer aussi facilement. Parmi les premières à avoir dégainé son offre, Pappers fournit donc sur son site, gratuitement, l’ensemble des informations d’identité légale des sociétés, les comptes annuels non confidentiels des entreprises, et tous les éléments retraçant la vie des entreprises immatriculées au RNCS. Au total, il est question de plus de 70 millions de documents, dont certains confidentiels.

Ces start - up françaises veulent être les géants de demain . Exclu Capital Seniors : ces 40 start - up françaises de la silver économie qui se distinguent. Les inventions françaises pourraient étonner le monde.

Aux côtés de ces désormais géants, de nombreuses jeunes boîtes sont sur les starting-blocks. Le cabinet EY est formel: les start-up hexagonales n'ont jamais levé autant d'argent, dépassant la barre des 5 milliards l'année dernière, deux fois plus qu'en 2017. Le vent semble tourner pour nos jeunes pousses, qui réussissent désormais des levées de fonds XXL, autrefois rares.

  Ces start-up françaises veulent être les géants de demain © Fournis par Capital SP Backmarket

Parmi les possibles futures licornes figure Back Market. Ce spécialiste du reconditionné s'est offert une levée à neuf chiffres au printemps : 110 millions d'euros, après un tour déjà conséquent de 41 millions en 2018. Thibaud Hug de Larauze, cofondateur et P-DG, constate lui aussi cette accélération : «Tout a changé : les fonds disponibles et investis dans l'écosystème tech sont beaucoup plus importants. Auparavant, tout le monde se concentrait sur les Etats-unis et l'Asie. Les belles success stories européennes, comme celle de Spotify (qui a dépassé les 50 milliards de valorisation en juin 2020), ont débloqué quelque chose dans le milieu des investisseurs.» Du coup, de plus en plus de fonds internationaux entrent désormais au capital de sociétés françaises. La preuve : parmi les investisseurs derrière la levée de Back Market se trouve notamment la banque d'affaires Goldman Sachs.

Course au vaccin: pourquoi Sanofi est en retard face à Pfizer, AstraZeneca ou Moderna

  Course au vaccin: pourquoi Sanofi est en retard face à Pfizer, AstraZeneca ou Moderna La Big Pharma tricolore, leader mondial concernant les ventes de vaccins pédiatriques et grippaux, ne livrera son remède anti-Covid que fin 2021. Plusieurs mois après ceux des rivaux (Pfizer, AstraZeneca) et des biotechs championnes de l'ARN Messager comme Moderna ou BioNTech. Aveu d’impuissance. Le 7 janvier, 24 heures à peine après le feu vert donné par l’Agence européenne des médicaments (EMA) à un deuxième vaccin, celui de la biotech américaine Moderna, Sanofi acte officiellement son retard pris sur la concurrence.

French Tech. 3 start - up qui pensent le luxe de demain . Par Stéphanie Gendron publié le 12/11/2019 à 09:53 , mis à jour à 10:04. Simulation par Woodoo d'un tableau de bord en bois tactile et translucide dans une voiture de luxe. Woodoo, c' est l 'histoire d'un jeune architecte - formé auprès des plus grands (Kengo Kuma, Sanaa, Herzog et De Meuron ) - qui a inventé son propre matériau pour répondre aux enjeux de l'habitat de demain . Issu de 5 ans de recherche à Harvard et au MIT, ce matériau multi-breveté et multi-récompensé est un bois un dit "augmenté", à la fois solide, translucide

Nos start - up innovent aussi bien du côté des infrastructures, comme SecludIT (sécurité) ou Teevity (analyse des coûts), que sur le terrain des services vendus via le cloud, tels que Bime (business intelligence) ou PriceMatch (yield management). Avec Clever Cloud à Nantes, Quentin Adam et Kevin Decherf ont réussi à se faire remarquer par le fonds de Xavier Niel (Kima Ventures), qui y a investi plusieurs centaines de milliers d'euros. Ces start - up françaises veulent être les géants de demain .

>> Notre service - Faites des économies avec nos comparateurs de forfaits mobiles et de Box Internet

Jean-Stéphane Arcis confirme. Cofondateur de Talentsoft, il revendique un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros, avec une croissance à deux chiffres malgré la crise. «Une chose est sûre : on ne reviendra pas en arrière. Il y a cinq ans, quand nous avons levé 25 millions auprès de Goldman Sachs, la presse internationale avait du mal à comprendre pourquoi cette banque avait investi autant d'argent dans une boîte française ! Aujourd'hui, tout a été multiplié par quatre : les montants comme le nombre de transactions», estime-t-il. Et si le statut de licorne n'est pas un objectif en tant que tel, un avis partagé par l'ensemble des entrepreneurs et dirigeants interrogés, Talentsoft n'en est concrètement plus très loin. «L'entreprise a un modèle récurrent, par abonnement. Elle est en croissance de 25% et demeure profitable. En cochant tous ces critères, une entreprise de notre secteur est généralement valorisée à environ sept fois le chiffre d'affaires», précise le P-DG. Le champion du logiciel RH serait donc aux deux tiers du chemin.

Avec la crise, les petits patrons risquent de voir leur patrimoine fondre

  Avec la crise, les petits patrons risquent de voir leur patrimoine fondre Les confinements et les baisses d’activité vont conduire de nombreux chefs d’entreprise et indépendants à la faillite, malgré les mesures de soutien mises en place par le gouvernement. «Je me suis rendu à l’évidence : il vaut mieux dire stop, cela ne sert à rien d’user sa santé et son mental», soupire Jacques Rolancy. Une page de la vie de cet entrepreneur niçois, propriétaire des restaurants Le Rolancy’s et Le Bistrot des Viviers, est en train de se tourner : il vient de décider de placer ses deux affaires en liquidation judiciaire.

Bousculé à son tour par la révolution numérique, l'immobilier n'hésite plus à se réinventer. Traitement des données, intelligence artificielle, réalité virtuelle, IoT sont autant de technologies sur lesquelles surfent les proptech ("property technologies"), autrement dit, les start - up immobilières qui conçoivent le logement de demain . De plus en plus nombreuses, celles-ci commencent à se rassembler. Ainsi, depuis janvier dernier, l'association Real Estech cherche à fédérer les acteurs du secteur autour des questions d'innovation.

Cette start - up propose elle aussi des repas en poudre à mélanger avec de l’eau. Les recettes de ces “meal-shakes” ne sont pas encore sans gluten ni sans lactose, mais elles sont végétariennes, sans OGM et sans conservateur. Sous forme de barre nutritive, de boisson ou de shaker, ces “repas du futur” sont eux aussi sans gluten, sans lactose, sans OGM, sans noix et fabriqués en France. De plus, ce sont les seuls à être végans. En plus de vous simplifier la vie, le fondateur, Anthony Bourbon, entend contribuer “contribuer à l’un des défis majeurs des années à venir : nourrir une population

Et si nos jeunes pousses s'en sortent aussi bien, c'est aussi parce qu'elles osent et se tournent d'emblée vers l'international. C'est l'avis de Franck Lebouchard, directeur général de Devialet. Forte d'avoir levé plus de 80 millions au cours des douze derniers mois, l'entreprise aurait dépassé la barre des 100 millions de chiffre d'affaires, en se tournant vers les marchés asiatiques. «L'international est devenu une évidence pour les sociétés comme la nôtre. Pendant le confinement, nous nous sommes par exemple déployés au Vietnam et en Indonésie, et si la France représente encore 30% de notre CA, l'Asie est en train de passer devant l'Europe parmi nos clients. Je pense que beaucoup d'entrepreneurs sont décomplexés si l'on compare à il y a quelques années, et que nous compterons de plus en plus de licornes. Il y a cinq ans, lever 100 millions d'euros était un événement pour une boîte française. Aujourd'hui, c'est beaucoup plus fréquent.» A ses yeux, la mise en place du label Next40, créé en 2019 pour promouvoir les jeunes entreprises prometteuses, a par exemple «facilité les choses».

Pour Louis Échelard, avec la nouvelle appli, Ouest-France « veut être au plus près de ses lecteurs »

  Pour Louis Échelard, avec la nouvelle appli, Ouest-France « veut être au plus près de ses lecteurs » À la faveur de la sortie de sa nouvelle application, mercredi 27 janvier, le président du directoire d’Ouest-France et directeur de la publication, Louis Échelard, réaffirme les missions et ambitions du plus grand quotidien de France dont la force repose sur son indépendance, sa ligne éditoriale de la commune au monde, et son engagement volontariste sur tous les supports. © Thomas Bregardis / Ouest-France Louis Échelard. Ouest-France lance sa nouvelle application en cette fin janvier 2021.

>> Création d'entreprise ou d’association, gestion des factures et rédaction des statuts : entrepreneurs, tous notre service pour vous accompagner dans vos démarches

L'an dernier, Emmanuel Macron s'est prononcé sur le sujet, annonçant attendre 25 licornes, au moins, d'ici 2025. Certains entrepreneurs se montrent encore plus enthousiastes, comme Loïc Soubeyrand, fondateur de Lunchr, devenu Swile. Un autre prétendant au titre de licorne, ayant levé 30 millions d'euros l'an dernier, puis 70 millions au début de l'été 2020. «Je pense que l'on peut être beaucoup plus ambitieux. Il faudrait que, dans les années 2030, la moitié du CAC 40 soit constituée de boîtes fondées dans les années 2010 ! Le ticket d'entrée du CAC est de 10 milliards, nous avons tout pour y arriver : il y a une mutation globale du monde, qui se digitalise, les capitaux sont là, nous avons les moyens de créer des “décacornes” en France, qui valent justement ce montant. Alors créer vingt décacornes d'ici 2030, dans des domaines aussi variés que l'assurtech, la fintech, le divertissement, c'est possible», souligne-t-il. Sa propre société pourrait franchir le cap et devenir une licorne dans les deux prochaines années.

  Ces start-up françaises veulent être les géants de demain © Fournis par Capital SP Payfit

Naturellement, pour accompagner ces croissances à deux chiffes, toutes ces sociétés recrutent massivement. Back Market comptait 345 collaborateurs cet été, mais ambitionne de finir l'année avec plus de 400 salariés. Swile en rassemble 250, mais table sur une équipe de 400 personnes fin 2021. PayFit, spécialiste du logiciel de paie, grossit lui aussi à vue d'œil, en accueillant pas moins de 200 nouvelles recrues cette année, malgré la crise. «Nous continuons en effet à recruter : vu que nous avons de plus en plus de clients, dans tous les pays, il nous faut en toute logique davantage de commerciaux, d'experts de la paie pour servir les clients, mais aussi des postes en marketing, ressources humaines, finance…

Armées. Engagez-vous, rengagez-vous… pour échapper à la crise du Covid

  Armées. Engagez-vous, rengagez-vous… pour échapper à la crise du Covid La crise économique induite par la pandémie a convaincu de nombreux militaires de ne pas quitter, prématurément ou à la fin de leur contrat, des armées qui ont du mal, d’habitude, à fidéliser leurs soldats. On a beaucoup écrit l’an dernier sur les effets négatifs de la pandémie de coronavirus sur le recrutement des Armées. Un recrutement rendu plus difficile du fait des confinements et des mesures sanitaires en vigueur qui ont limité les déplacements des candidats vers les centres d’information et de recrutement.Pour autant le niveau des engagements dans les forces armées s’est avéré satisfaisant au final.

>> Notre service - Vous cherchez un emploi ou voulez en changer ? Retrouvez des milliers d'offres sur notre site

La R&D est aussi un service important, pour poursuivre l'amélioration de nos produits», détaille Firmin Zocchetto. Et s'il vise le palier des 800 salariés d'ici trois ans, le cofondateur et CEO de PayFit souhaite conserver une spécificité dans son recrutement qui lui tient à cœur : «Nous n'avons jamais fait entrer une personne dans l'entreprise sans un entretien avec l'un des trois cofondateurs. Même si cela prend quinze minutes, nous continuons à le faire. Je pense que c'est important, car cela nous permet de rester en contact avec chaque salarié. La culture d'entreprise est primordiale pour nous et je préfère grandir moins vite, si la croissance se fait au détriment de nos valeurs.»

Autre secteur, mêmes problématiques. Biolog-id se voit bien devenir une licorne de la biotech française. Avec 80 millions levés en deux tours, l'entreprise basée en Ile-de-France et en Normandie revendique une valorisation «à mi-chemin entre 200 et 300 millions d'euros, à l'été 2020», selon Bruno Chappert, le nouveau dirigeant. Objectif: 700 millions de valorisation et trois fois plus de salariés en 2023. «Aujourd'hui, nous sommes une centaine au total. Les deux profils prioritaires sont les commerciaux et les ingénieurs d'application, mais nous recrutons également des chefs de projet, développeurs software, développeurs d'applications mobile, testeurs, spécialistes du big data, ingénieurs cloud…», explique-t-il. Dont quelques seniors, mais aussi beaucoup de juniors.

Ces Français font du business en Chine et ils y réussissent !

  Ces Français font du business en Chine et ils y réussissent ! Que l’on soit une multinationale ou une PME, il faut beaucoup de patience et de diplomatie pour s’implanter dans ce pays. Mais c’est possible. Cyril Giorgini se félicite d’avoir ouvert une succursale à Shanghai il y a treize ans. Car, cette année, c’est bien d’elle que viendra le salut de son groupe, Auditoire, l’un des leaders français de l’événementiel. «Avant la crise, la France était de loin notre premier marché, avec 60 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 29 millions pour la Chine.

  Ces start-up françaises veulent être les géants de demain © Fournis par Capital CHOUKHRI DJE/SP OpenClassRooms

Pour cela, OpenClassrooms dispose d'un avantage certain : la société est spécialiste de l'enseignement à distance, elle peut ainsi former ses futurs employés. L'entreprise, qui met en avant une croissance annuelle de 100 à 150%, compte 220 salariés, avec une soixante de postes ouverts. «Cela concerne toutes les fonctions : ingénieur, commercial, fonction support, finance, RH, marketing et pédagogie, évidemment. Le développement de produit, l'ingénierie et les métiers de product manager, product designer, développeur, représentent le plus de volume. Nous avons également du mal à trouver des développeurs salesforce, car ce sont des profils rares. Nous avons nous-mêmes créé une formation dédiée, dans laquelle nous recrutons bien sûr nos propres alternants!», explique Pierre Dubuc, cofondateur et CEO. Porté par l'accélération de l'attention sur l'éducation en ligne cette année, OpenClassrooms fait partie des edtechs françaises les plus prometteuses.

L'avenir dira si la France réussira à atteindre, voire à dépasser l'objectif présidentiel des 25 licornes en 2025. Mais nos entrepreneurs visent de toute façon plus haut, comme le pointe Firmin Zocchetto, de PayFit : «Je me projette sur un horizon plus long. Cela prendra du temps, mais c'est ainsi que nous bâtissons l'entreprise sur du très long terme : j'espère aller bien au-delà de la licorne. Ce sera la preuve que nous aurons réussi à construire une superbe boîte, qui change la vie de ses clients.»

>> Tous nos conseils pour devenir incontournable dans votre entreprise. C’est la Une du dernier numéro de Management. Accédez en quelques secondes à ce dossier en vous abonnant, à partir de 2,50 euros par mois, sur la boutique en ligne Prismashop

Immobilier: ces applis qui veulent simplifier la recherche de logement .
Les assistants de recherche de logement se multiplient. Objectif: fidéliser les clients le plus en amont possible afin de leur proposer un maximum de services. Elles s'appellent Les Clefs de chez moi, Folhomee, Pretto Search, Jinka, Léon… Encore méconnues du grand public, ces applications mobiles gratuites simplifient pourtant la recherche d'un bien immobilier, à l'achat ou à la location. Il suffit de s'inscrire et de remplir ses critères, et les annonces arrivent directement sur son smartphone dès leur publication.

usr: 3
C'est intéressant!