•   
  •   
W

Entreprise Military place le Myanmar à un carrefour dangereux et inquiétant

07:40  01 février  2021
07:40  01 février  2021 Source:   news.sky.com

Carrefour. Pourquoi l’État avait le pouvoir de refuser le rachat par Couche-Tard

  Carrefour. Pourquoi l’État avait le pouvoir de refuser le rachat par Couche-Tard L’État français a bloqué l’offre d’acquisition du géant français de la distribution, proposée par le groupe québécois Couche-Tard. Mais des collaborations restent en discussion. La France s’oppose au rachat de Carrefour par l’enseigne canadienne Couche-Tard. La crise diplomatique couve. Mais l’État avait-il le pouvoir de s’opposer à cette transaction ? Voici des éléments de réponse.Qui voulait racheter Carrefour ?Le groupe québécois Couche-Tard, 44 milliards d’euros de chiffre d’affaires contre 80 pour Carrefour. Mais en Bourse, Couche-Tard vaut deux fois plus que le géant français.

Le mouvement voyou de

Les signes avant-coureurs se sont multipliés mais beaucoup espéraient que l'armée n'entraînerait pas le Myanmar sur cette route périlleuse.

Myanmar's military has seized power in a coup against the democratically elected government of Aung San Suu Kyi © Reuters L'armée birmane a pris le pouvoir lors d'un coup d'État contre le gouvernement démocratiquement élu d'Aung San Suu Kyi

Mardi dernier, l'armée a déclenché l'alarme lorsqu'un porte-parole a refusé d'exclure un coup d'État. Mais au fur et à mesure que la semaine avançait, il semblait ramer en arrière, notant qu'il devait «respecter la constitution».

En déclarant l'état d'urgence et en annonçant qu'ils prenaient le pouvoir pendant un an via ce mécanisme, les chefs militaires tentent clairement de suggérer que leurs actions sont légitimes et se font par des moyens constitutionnels.

Pas de rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard mais des "partenariats opérationnels" ?

  Pas de rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard mais des Le français Carrefour et le canadien Couche-Tard avaient annoncé samedi 16 janvier avoir "interrompu" leurs discussions sur un "rapprochement amical" après le veto du gouvernement français. Nouveau rebondissement dans le dossier Carrefour et Couche-Tard. Samedi 16 janvier, il semblait que tout rapprochement était enterré, notamment après le veto français. Mais dans la soirée de samedi, les groupes français et canadien "ont décidé de prolonger leurs discussions pour examiner des opportunités de partenariats opérationnels".

a group of people in front of a fence: A state of emergency has been declared in Myanmar © Reuters L'état d'urgence a été déclaré au Myanmar

Mais, ne vous y trompez pas, c'est un coup d'État en tout sauf en son nom.

Il n'y a pas d'état d'urgence au Myanmar , le tissu social ne s'effondre pas et l'élection contestée ne justifie certainement pas d'en imposer une.

Officiellement, tout état d'urgence doit être signé par le président, mais Win Myint a été arrêté et détenu avec le chef de facto du pays, Aung San Suu Kyi, et d'autres responsables lors de raids avant l'aube.

a group of people standing in front of a building: People line up outside a bank branch in Yangon © Reuters Des gens font la queue devant une agence bancaire à Yangon

Les arrestations ont eu lieu quelques heures avant l'annonce publique de l'état d'urgence, ce qui rend le tableau encore plus trouble.

Quelle que soit la justification donnée par l'armée, c'est un développement particulièrement préoccupant.

“Superstar”, “minimaliste”... Carrefour renonce à son programme d’évaluation des salariés

  “Superstar”, “minimaliste”... Carrefour renonce à son programme d’évaluation des salariés Présenté fin janvier, ce programme, inspiré du modèle anglo-saxon, qui devait classer les salariés parmi huit catégories, a été très mal perçu. C'est ce que l'on appelle un projet mort-né. Ou un rétropédalage. Comme le rapportent nos confrères du magazine Linéaires, le géant de l'alimentaire Carrefour va renoncer à un programme d'évaluation qu'il avait pourtant annoncé le 25 janvier dernier. Un programme inspiré du modèle anglo-saxon, qui n'avait pas convaincu loin de là, et même choqué à certains égards les salariés.

"Quelle que soit la façon dont vous voyez cela, c'est une prise de pouvoir illégale par les militaires du gouvernement civil et élu. En termes réels, c'est un coup d'État", a déclaré Ismail Wolff, directeur régional de Fortify Rights, un groupe de défense des droits humains.

La question est: que se passe-t-il maintenant?

Des pays dont les États-Unis et l'Australie se sont déjà prononcés pour dénoncer fermement toute attaque contre la démocratie, tout comme l'ONU, et à mesure que la journée se poursuivra, d'autres avertissements suivront sans aucun doute.

Mais l'armée birmane est habituée à résister aux critiques internationales - plus récemment à propos du génocide présumé du Rohingya en 2017.

Les informations sur ce qui se passe dans les rues sont limitées, les lignes Internet et téléphoniques étant apparemment en panne dans certaines les images qui apparaissent montrent que le public est inquiet, faisant la queue aux distributeurs automatiques pour essayer de retirer son argent.

Dans le passé, des affrontements entre le peuple et l'armée ont fait couler du sang civil, et Aung San Suu Kyi et son parti sont populaires, remportant 80% des voix aux élections de novembre.

Cette décision malhonnête de l'armée a placé le Myanmar à un carrefour dangereux et inquiétant.

Suez-Veolia: Antoine Frérot redonne la priorité aux actionnaires .
EDITO - En lançant son OPA sur Suez, le PDG de Veolia fait le choix de la démocratie actionnariale. Contre la position de Bruno Le Maire, mais aussi en contradiction avec ses choix profonds. Qui va décider ? Les hostilités ayant repris le 8 février dans le combat que se livrent Veolia et Suez, les géants mondiaux de l’environnement, à qui doit revenir le dernier mot : aux actionnaires de Suez, convoité par Veolia, qui seront convoqués en assemblée générale d’ici fin juin ; à la justice, qui doit statuer le 18 février sur l’OPA hostile, bloquée en référé ; aux autorités de marché, qui ont un mois pour se prononcer ; ou au ministre

usr: 0
C'est intéressant!