•   
  •   
W

Entreprise Suez-Veolia: Antoine Frérot redonne la priorité aux actionnaires

16:37  09 février  2021
16:37  09 février  2021 Source:   challenges.fr

Veolia lance une OPA sur Suez

  Veolia lance une OPA sur Suez Le champion de l'eau et des déchets a mis près de 8 milliards d'euros sur la table pour cette opération, lancée sans l'accord de Suez.Face à l'intransigeance de Suez, le conseil d'administration de Veolia a décidé de lancer une offre publique d'achat au prix de 18 euros par action, sur les 70,1% du capital qu'il ne détient pas, soit une opération d'un montant de 7,9 milliards d'euros en numéraire. Sa cible a immédiatement réagi auprès de l'AFP : "Veolia est dans l'impossibilité juridique de déposer une OPA", a souligné une porte-parole de Suez, dénonçant une "rupture de l'engagement d'amicalité" pris par Veolia.

Antoine Frérot © Philippe Wojazer Antoine Frérot

EDITO - En lançant son OPA sur Suez, le PDG de Veolia fait le choix de la démocratie actionnariale. Contre la position de Bruno Le Maire, mais aussi en contradiction avec ses choix profonds.

Qui va décider ? Les hostilités ayant repris le 8 février dans le combat que se livrent Veolia et Suez, les géants mondiaux de l’environnement, à qui doit revenir le dernier mot : aux actionnaires de Suez, convoité par Veolia, qui seront convoqués en assemblée générale d’ici fin juin ; à la justice, qui doit statuer le 18 février sur l’OPA hostile, bloquée en référé ; aux autorités de marché, qui ont un mois pour se prononcer ; ou au ministre de l’Economie et des Finances, qui s’est jeté en travers d’une opération inamicale ?

Offre de Veolia sur Suez : qu’est-ce qu’une OPA ?

  Offre de Veolia sur Suez : qu’est-ce qu’une OPA ? Une « Offre publique d’achat » : c’est ce que Veolia propose aux actionnaires de Suez. Voici des clés pour comprendre les enjeux de cette bataille boursière entre deux concurrents français. Veolia, qui possède 29,9 % de Suez, veut acquérir le reste du capital via une OPA. On vous explique les enjeux.Qu’a annoncé Veolia ?Le lancement d’une OPA (Offre publique d’achat) sur son concurrent Suez. Ces deux mastodontes français, rivaux depuis le XIXe siècle, se partagent les marchés de la gestion de l’eau et des déchets pour des municipalités ou des industriels.

Lire aussichronologie - suez-Veolia: les grandes dates de la bataille entre les deux géants de l'environnement

Antoine Frérot, le pourtant placide PDG de Veolia, a brûlé ses vaisseaux en déposant son projet d’offre sur les 70,1 % de Suez dont il ne dispose pas, rompant ainsi son "engagement inconditionnel à ne pas déposer d’offre hostile", pris il y a quatre mois. Il faut dire que Suez a bien profité de la période pour tout faire et tenter de se soustraire à l’emprise de son concurrent en poussant les feux d’une contre-OPA. Comme si dans un couple essayant de se rabibocher, un des conjoints continuait allégrement à vivre ses aventures ailleurs. Frérot a certes en apparence la lenteur et la robustesse d’un diesel, mais il a la sagesse et la sagacité d’un amoureux des Arts premiers. Sa seule échéance, il la connaît : l’assemblée de Suez, d’ici la fin du premier semestre. Là, les actionnaires se compteront ; là, ils décideront éventuellement de renverser le conseil s’ils jugent que les administrateurs ont joué contre leurs intérêts. Ne sont-ils pas, après tout, les propriétaires ?

Suez décroche de gros contrats en Chine

  Suez décroche de gros contrats en Chine Suez décroche pour 266 millions d'euros de contrats en Chine.Début janvier, Suez avait déjà annoncé renforcer sa présence en Chine via le rachat pour 693 millions d'euros des parts détenues par son partenaire hongkongais NWS Holding Limited dans leurs coentreprises Suez NWS et Suyu. Dans la continuité de la collaboration initiée en 2007 avec le China National Petroleum Corporation (CNPC), Suez a également signé deux nouveaux contrats, l'un à Yulin (province du Shaanxi) et l'autre avec Dalian Petrochemical (province du Liaoning) portant sur de nombreux projets de traitement des eaux usées.

Démocratie actionnariale

Ce choix de la démocratie actionnariale va pourtant à l’encontre de toutes les thèses développées depuis plusieurs années par le PDG, par ailleurs président de l’Institut de l’entreprise. Dans cette enceinte et ailleurs, un Antoine Frérot assez visionnaire fait souvent l’apologie d’une entreprise "qui est d’intérêt général, et ne sert pas seulement les intérêts des patrons et des actionnaires", faute de quoi le capitalisme court à sa perte. Au premier rang des "parties prenantes qui doivent trouver leur compte", évidemment les salariés, et ceux de Suez rament à fond contre l’OPA de Veolia, plaçant son PDG dans une contradiction que tous les placards publicitaires vantant les mérites de l’opération ne parviendront pas à effacer.

Mais la priorité redonnée aux actionnaires permet au moins de s’affranchir de la tutelle encombrante du ministre. On ne voit en effet pas de quel droit Bruno Le Maire s’invite dans ce débat. Suez et Veolia sont deux entreprises privées. Les autorités de la concurrence de Bruxelles sont saisies, et c’est pour cela que les actifs français de Suez sont déjà promis à un fonds d’investissement de long terme qui a fait ses preuves. Avec l’Economie, les Finances et la Relance, il y a suffisamment à faire pour que notre ministre ne s’improvise pas une nouvelle fois celui des Fusions-Acquisitions.

Spitfire Signature Aviation accepte de prendre le contrôle de 3,5 milliards £ .
Le fabricant de pièces © Fourni par This Is Money Logo MailOnline Signature Aviation, qui a fourni des pièces pour les avions Spitfire et Hurricane pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu'il était rachat par un consortium qui comprend la société d'investissement de Bill Gates.

usr: 0
C'est intéressant!