•   
  •   

Entreprise “Superstar”, “minimaliste”... Carrefour renonce à son programme d’évaluation des salariés

12:30  13 février  2021
12:30  13 février  2021 Source:   capital.fr

Carrefour ne serait finalement pas intéressé par le rachat de Grand Frais

  Carrefour ne serait finalement pas intéressé par le rachat de Grand Frais Le groupe dirigé par Alexandre Bompard, évoqué comme un acquéreur potentiel ne voudrait pas participer au processus. Ce serait donc une fin de non-recevoir. Si le nom de l'entreprise Carrefour était évoqué pour acquérir Prosol, le pôle fruits, légumes, poissonnerie et crémerie de l'enseigne Grand Frais, majoritairement détenu par le fonds Ardian, il n'en serait finalement rien. Le distributeur cité parmi les repreneurs potentiels, n'est pas intéressé selon une source proche du dossier mercredi.

“Superstar”, “minimaliste”... Carrefour renonce à son programme d’évaluation des salariés © Wikimedia “Superstar”, “minimaliste”... Carrefour renonce à son programme d’évaluation des salariés

Présenté fin janvier, ce programme, inspiré du modèle anglo-saxon, qui devait classer les salariés parmi huit catégories, a été très mal perçu.

C'est ce que l'on appelle un projet mort-né. Ou un rétropédalage. Comme le rapportent nos confrères du magazine Linéaires, le géant de l'alimentaire Carrefour va renoncer à un programme d'évaluation qu'il avait pourtant annoncé le 25 janvier dernier. Un programme inspiré du modèle anglo-saxon, qui n'avait pas convaincu loin de là, et même choqué à certains égards les salariés. Selon Linéaires, l'entreprise avait entrepris de faire passer un entretien individuel à chacun des collaborateurs et ensuite de les classer parmi huit catégories : "insuffisant, minimaliste, diamant caché, confort, pro, future star, star et superstar".

Carrefour-Danone: Bompard et Faber, bon et mauvais élèves de la grande conso

  Carrefour-Danone: Bompard et Faber, bon et mauvais élèves de la grande conso SERIE MATCH DES ENTREPRISES 3/4 - A l’aune des derniers résultats publiés par les grands groupes, la crise sanitaire aura servi de révélateur: ceux en avance dans le numérique, plus innovants ou bien implantés en Chine ont mieux résisté. Troisième épisode de notre série consacrée au crash test des fleurons français face au Covid, dédié aujourd'hui aux stratégies divergentes de Carrefour et Danone. Violente, la pandémie du coronavirus a servi de révélateur quant à la solidité des grandes entreprises françaises qui ne tirent pas leur épingle du jeu de la même manière chacune dans leur secteur.

Une méthode pointée du doigt par les partenaires sociaux, révèle Linéaires qui l'ont jugée "stigmatisante et dégradante", d'autant que sur le plan humain, elle paraît irréalisable, jugent les organisations. Et si la méthode est anglo-saxonne à l'origine, elle n'a pas forcément porté ses fruits là-bas non plus, notent-elles de surcroît.

>> A lire aussi - Carrefour rappelle des lots de lardons, pour “risque microbiologique”, et Franprix du confit d’oignon

Période de tensions

Pas question donc de se mettre à dos ses salariés ni les partenaires sociaux pour Carrefour qui a préféré renoncer avant même de commencer, même si ces entretiens avaient pour but à l'origine "l'amélioration continue de notre fonctionnement managérial", réagit Carrefour France auprès de Linéaires. La société ajoute : "Dans le cadre du dialogue social constructif de l'entreprise, il a donc été décidé de revoir le contenu et les objectifs du projet." Pas de tensions donc en pleine pandémie de coronavirus, qui met déjà les équipes sous pression. De même que s'ouvre une période de négociations de salaires dans l'entreprise, toujours sujette à de vives négociations.

Suez-Veolia: Antoine Frérot redonne la priorité aux actionnaires .
EDITO - En lançant son OPA sur Suez, le PDG de Veolia fait le choix de la démocratie actionnariale. Contre la position de Bruno Le Maire, mais aussi en contradiction avec ses choix profonds. Qui va décider ? Les hostilités ayant repris le 8 février dans le combat que se livrent Veolia et Suez, les géants mondiaux de l’environnement, à qui doit revenir le dernier mot : aux actionnaires de Suez, convoité par Veolia, qui seront convoqués en assemblée générale d’ici fin juin ; à la justice, qui doit statuer le 18 février sur l’OPA hostile, bloquée en référé ; aux autorités de marché, qui ont un mois pour se prononcer ; ou au ministre

usr: 1
C'est intéressant!