•   
  •   

Entreprise Discrimination à l’embauche. Adecco renvoyé en procès après 20 ans de procédure

20:36  25 février  2021
20:36  25 février  2021 Source:   ouest-france.fr

Coupez la police, construisez plutôt des logements abordables, dit B.C. commissaire aux droits de la personne

 Coupez la police, construisez plutôt des logements abordables, dit B.C. commissaire aux droits de la personne © Fourni par La Presse canadienne VICTORIA - Le comité multipartite chargé de réviser la Police Act de la Colombie-Britannique devrait envisager de déployer moins d'agents de police et d'utiliser l'argent économisé pour construire des logements abordables, déclare le commissaire aux droits de la personne de la province.

Le logo d’Adecco. © LOIC VENANCE / AFP Le logo d’Adecco.

Le groupe de travail temporaire sera jugé pour discrimination à l’embauche. Plusieurs associations lui reprochent d’avoir classé les personnes de couleur avec un code.

Après 20 ans de procédure judiciaire, la Maison des potes, SOS Racisme et d’anciens intérimaires ont obtenu le renvoi en correctionnelle d’Adecco, le spécialiste suisse du travail temporaire, et de deux anciens directeurs pour discrimination à l’embauche.

« Enfin, on va pouvoir publiquement juger un système de discrimination monstrueux », a réagi Samuel Thomas, président de la Maison des potes et ancien vice-président de SOS Racisme à l’origine de la procédure.

Bristol-Myers, Sanofi condamné à payer à Hawaï 834 millions de dollars sur l'étiquette d'avertissement Plavix

 Bristol-Myers, Sanofi condamné à payer à Hawaï 834 millions de dollars sur l'étiquette d'avertissement Plavix (Reuters) - Bristol-Myers Squibb Co et Sanofi SA ont été condamnés lundi par un juge américain à payer plus de 834 millions de dollars à l'État d'Hawaï pour ne pas avertir correctement les patients non blancs des risques pour la santé liés à son anticoagulant Plavix.

Il y a vingt ans, en mars 2001, une information judiciaire avait été ouverte à Paris après une plainte de SOS Racisme.

Code « PR IV »

L’association avait été alertée par un ancien salarié chargé du recrutement dans une agence parisienne d’Adecco d’un classement des candidats avec un code « PR IV » pour spécifier les personnes de couleur.

Ce code visait à octroyer ou à refuser certaines missions, comme commis de salle ou chefs de rang dans des restaurants, à ces candidats, lorsque l’entreprise cliente réclamait « un BBR » (Bleu-Blanc-Rouge) ou « non PR IV », selon l’employé.

Cette agence, Adecco restauration Montparnasse, spécialisée dans l’hôtellerie, travaillait entre autres avec le ministère des Affaires étrangères, Eurodisney et la Société des wagons-lits.

NY AG poursuit pour fermer l'application crypto Coinseed, alléguant avoir vendu une monnaie sans valeur et fraudé des investisseurs

 NY AG poursuit pour fermer l'application crypto Coinseed, alléguant avoir vendu une monnaie sans valeur et fraudé des investisseurs Coinseed n'était pas légalement autorisé à vendre sa propre pièce, selon le procès. La procureure générale de New York, Letitia James, a annoncé qu'elle avait intenté une action en justice pour fermer Coinseed, une application de trading de crypto-monnaie. Elle a déclaré dans un dépôt que la société avait fraudé des milliers d'investisseurs sur plus d'un million de dollars. Elle a allégué que l'entreprise avait vendu frauduleusement sa propre monnaie et n'était pas enregistrée auprès de l'État.

Le code « PR IV » concernait des personnes ne « sachant pas ou peu lire, et/ou compter et/ou rencontrant des difficultés d’adaptation au poste », s’est défendu Adecco tout au long de la procédure. « Toutes les personnes se voyant attribuer ce critère n’étaient pas noires », selon la société, rappelant que la majorité de ses intérimaires était d’origine étrangère.

Vingt ans de bataille judiciaire

En 2010, la chambre de l’instruction avait infirmé une première décision du juge d’instruction, conforme à l’avis du parquet, d’abandonner les poursuites, et ordonné de nouvelles auditions et confrontations.

Mais sept ans après, en janvier 2017, un juge d’instruction avait à nouveau rendu un non-lieu. « L’existence et le recours » à un classement spécifique des « intérimaires de couleur noire […] n’avaient pu être clairement déterminés », avait-il considéré.

Mais en 2018 la chambre de l’instruction, saisie par les parties civiles scandalisées, avait pris le contre-pied du magistrat. « Il résulte du dossier des indices graves ou concordants rendant vraisemblable » que la société Adecco et deux de ses cadres « aient pu participer comme auteur ou complice » à une discrimination à l’embauche et à un fichage à caractère racial, avait-elle estimé.

Loueur en meublé : gare aux impayés que les exploitants de résidences accumulent

  Loueur en meublé : gare aux impayés que les exploitants de résidences accumulent Qu’il s'agisse de chambres destinées aux touristes comme aux étudiants ou aux seniors, la crise n’a fait qu'accentuer les pratiques déloyales du secteur. Nos conseils pour vous défendre. Le meilleur des placements pour sa retraite ! A en croire ses promoteurs, l'achat d'une chambre en résidences services ne présente que des avantages. A la stabilité apportée par des baux longs de neuf à douze ans s'ajoute en effet la possibilité de récupérer la TVA. Ou de bénéficier d'une réduction d'impôts, qui a atteint, suivant la période, de 11 à 25% du prix d'acquisition.

Elle avait ordonné les mises en examen de deux anciens directeurs, Olivier Poulin et Mathieu Charbon, ainsi qu’Adecco, en tant que personne morale, pour discrimination et fichage « en raison de l’origine, de la nationalité ou de l’ethnie ».

Lors d’une nouvelle audience, le 19 novembre dernier, sur l’éventualité d’un procès, le parquet général avait encore requis l’abandon des poursuites.

500 victimes potentielles

« Toutes les personnes affectées du critère PR IV (ont) de toute façon travaillé » et « des personnes manifestement européennes de couleur blanche se (sont vu) attribuer ce critère », avait une fois encore fait valoir l’avocat d’Adecco et de M. Poulin, Me François Vaccaro, balayant l’accusation de discrimination « parfaitement choquante et contraire à la réalité ».

Trois mois après, la chambre de l’instruction n’a pas suivi leurs arguments et ordonné jeudi 25 février un procès pour la société et les deux hommes.

« L’enjeu est d’avoir un procès pour montrer qu’il n’y a pas d’impunité. Quelle que soit la puissance économique d’un groupe ou d’une entreprise, il faut que la loi s’applique », a considéré Samuel Thomas. Il espère que les 500 victimes potentielles « puissent être informées qu’elles peuvent se constituer parties civiles pour obtenir réparation ».

Adecco ne fait pas de commentaires

Adecco a dit n’avoir « aucun commentaire à faire sur la procédure en cours » et « examiner l’éventualité d’un recours » devant la Cour de cassation.

Contactés, les avocats des mis en cause n’avaient pu être joints.

Adecco a déjà été condamné en France pour discrimination à l’embauche en 2007 avec sa filiale Ajilon (ex-Districome) et le fabricant de produits de beauté Garnier pour une consigne de recrutement portant uniquement sur des animatrices de vente « BBR » lors d’une campagne en 2000.

Gaz, étiquette énergie, tabac… tout ce qui change au 1er mars .
Les prix du gaz augmentent sensiblement, 30.000 offres de stages font leur apparition sur le site Internet “1 jeune, 1 solution” et la nouvelle étiquette énergie devient officielle. Panorama des principaux changements. Augmentation des prix du gazAu 1er mars, les tarifs réglementés hors taxe d’Engie augmentent de 5,7% en moyenne par rapport au mois de février.

usr: 3
C'est intéressant!