•   
  •   

Entreprise Face à Amazon, "les petites entreprises se mettent debout" aux Etats-Unis

18:50  06 avril  2021
18:50  06 avril  2021 Source:   capital.fr

Sénateurs Question Amazon sur l'utilisation de caméras pour surveiller les pilotes de livraison

 Sénateurs Question Amazon sur l'utilisation de caméras pour surveiller les pilotes de livraison Un groupe de cinq sénateurs américains a envoyé une lettre ouverte mercredi à Amazon PDG Jeff Bezos Poser des questions sur l'utilisation de la surveillance des pilotes d'Amazon pour surveiller ses pilotes de surveillance de la livraison. Le programme, d'abord signalé en février , vise les caméras propulsés par AI à partir du fabricant de logiciels Netradyne aux pilotes afin de pavillon des problèmes de sécurité.

Face à Amazon, © Amazon Face à Amazon, "les petites entreprises se mettent debout" aux Etats-Unis

Exhortant les Etats-Unis à instaurer des lois anti-monopoles plus strictes, des organisations de petites entreprises ont lancé une campagne. Dans le e-commerce, Amazon est particulièrement visé ! "La mainmise d'Amazon sur le commerce en ligne est l'une des principales menaces que doivent affronter les commerces indépendants", avertit Small Business Rising.

Face à la toute puissance d'Amazon aux Etats-Unis, une coalition de petites entreprises monte au créneau pour briser ce "monopole". Intitulée "Small Business Rising" ("Les petites entreprises se mettent debout"), la coalition appelle les régulateurs à prendre des mesures fortes pour lutter contre les pratiques anticoncurrentielles des géants américains tels que la firme fondée par Jeff Bezos. "Nous exhortons les responsables politiques à briser le pouvoir des monopoles et à préserver notre droit de rivaliser et de servir les besoins de nos communautés", écrit le groupe sur son site internet.

Alerte ! Les sociétés françaises sont devenues des proies faciles pour les étrangers

  Alerte ! Les sociétés françaises sont devenues des proies faciles pour les étrangers Le cas Carrefour pourrait ne pas être isolé : déjà fragiles, nos entreprises sont devenues encore plus vulnérables à des rachats par des investisseurs étrangers. Mais, depuis peu, l’Etat s’est donné les moyens de les protéger. Dans le monde d’après, les yaourts seront-ils des produits stratégiques ? La question peut avoir l’air d’une boutade, mais elle semble désormais réellement se poser dans notre pays. Lorsqu’il a appris en début d’année que le québécois Couche-Tard avait l’intention de racheter Carrefour, Bruno Le Maire s’est en effet empressé de mettre son veto.

Ses membres souhaitent "empêcher les monopoles de la tech, comme Amazon, de contrôler le marché en ligne en les démantelant et en les régulant." "La mainmise d'Amazon sur le commerce en ligne est l'une des principales menaces que doivent affronter les commerces indépendants", peut-on lire sur le site de "Small Business Rising". L'Association américaine des libraires, l'Association nationale des épiciers ou encore l'Association nord-américaine des quincaillers font partie de cette nouvelle coalition.

La moitié des entreprises a thésaurisé son PGE d'où 100 milliards d'excès de trésorerie

  La moitié des entreprises a thésaurisé son PGE d'où 100 milliards d'excès de trésorerie La Fédération bancaire française s'est penchée sur l'état d'esprit des 669.883 entreprises auxquelles les banques ont distribué à prix coûtant dans l'urgence des prêts garantis par l'État. Et surprise, sur les 135,9 milliards d'euros empruntés, une centaine n'auraient pas été dépensés - par prudence explique la CPME ("Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras"). Et si l'étude de la fédération bancaire révèle que les entreprises préfèrent en grandeCes prêts, lancés en urgence en mars 2020 et distribués à prix coûtant par les banques, ont bénéficié − à la date du 19 mars 2021 − à exactement 669.

>> A lire aussi - Amazon peut fermer votre compte si vous demandez trop souvent des remboursements

Plusieurs groupes parlementaires et des agences fédérales de régulation se penchent sur la domination de pans entiers par les Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple), dont l'influence s'est renforcée durant la pandémie. En octobre dernier, un groupe de travail de la sous-commission antitrust de la Chambre des représentants avait notamment publié un dossier accusant les Gafa de monopoles et d'abus de position dominante dans leurs secteurs respectifs.

L'Arabie saoudite veut attirer 500 multinationales à Ryad, après un ultimatum !

  L'Arabie saoudite veut attirer 500 multinationales à Ryad, après un ultimatum ! Alors que les entreprises étrangères souhaitant obtenir des contrats publics avec l'Arabie saoudite - plus grande économie arabe - devront y installer leur siège régional d'ici 2024, Riyad cherche à attirer jusqu'à 500 multinationales, quand Dubaï accueille environ 140 sièges, le record du Moyen-Orient. Certains dirigeants occidentaux critiquent en privé l'ultimatum saoudien, y voyant un moyen de "tordre le bras" des entreprises.Situé au coeur de la capitale, ce quartier veut capitaliser sur l'ultimatum : celles qui souhaitent obtenir des contrats publics avec la plus grande économie arabe devront y installer leur siège régional d'ici 2024.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

"Small Business Rising" dit approuver les conclusions de ce travail parlementaire qui a montré qu'Amazon "demande des commissions exorbitantes, impose des conditions étouffantes et soutire des données de grandes valeurs de fabricants et de commerçants indépendants pour les utiliser sur sa plateforme." Le président américain Joe Biden a fait part de son intention de serrer la vis face aux géants de la tech en nommant à l'autorité américaine de la concurrence (FTC) la juriste Lina Khan, une célèbre pourfendeuse des Gafa.

>> A lire aussi - Amazon lâche une prime pour les salariés et les livreurs

M. Biden a également demandé à Tim Wu, un défenseur de lois anti-concentration strictes, de rejoindre le prestigieux Conseil économique national (NEC). Amazon n'a pas réagi dans l'immédiat au sujet de la formation de cette nouvelle coalition.

poussent la demande «Investissement social» Demande .
Les catastrophes L'investissement financier n'est plus seulement du profit, mais un meilleur bien. © Darren Angleterre / AAP Photos La récente pandémie, les inondations et les feux de brousse ont conduit les investisseurs en faveur de l'investissement socialement responsable, L'environnement et l'humanité figurent parmi les derniers moteurs pour ceux qui ont suffisamment d'argent à investir.

usr: 2
C'est intéressant!