•   
  •   

Entreprise Orange lance une OPA sur sa filiale en Belgique

14:20  13 avril  2021
14:20  13 avril  2021 Source:   capital.fr

Procès Ikea. Les parties civiles demandent un « jugement exemplaire »

  Procès Ikea. Les parties civiles demandent un « jugement exemplaire » Ikea France est accusé d’avoir espionné des centaines de salariés dont des syndicalistes. Les avocats des parties civiles ont demandé « un jugement exemplaire » de l’enseigne.« L’heure des comptes a sonné » : au cinquième jour du procès d’Ikea France, les avocats des parties civiles ont demandé lundi 29 mars « un jugement exemplaire » de l’enseigne, accusée d’avoir espionné des centaines de salariés dont des syndicalistes.

Orange lance une OPA sur sa filiale en Belgique © Nicolas Sandanassamy/Capital Orange lance une OPA sur sa filiale en Belgique

Orange propose 22 euros par action pour acquérir Orange Belgium, sa filiale en Belgique. Une opération à près de 0,6 milliard d'euros. Concernant les actifs d'infrastructure de tours, Orange a réaffirmé qu'il n'existait pas de "valeur cachée".

Orange lance une OPA sur Orange Belgium. Une transaction au prix de 22 euros par action, qui fait notamment ressortir des primes de 36 %, 48 %, 49 % et 38 % respectivement par rapport au dernier cours de clôture et aux cours moyens pondérés par les volumes sur les 3 mois, 6 mois et 12 mois précédant l'annonce de l'opération. Degroof Petercam Corporate Finance SA a été mandaté comme expert indépendant et a conclu que le prix d'offre ne méconnait pas l'intérêt des actionnaires minoritaires. Concernant les actifs d'infrastructure de tours, Orange a réaffirmé qu'il n'existait pas de "valeur cachée".

Suez "nous propose de discuter avec un pistolet sur la tempe", selon Veolia

  Suez Veolia dénonce la façon de négocier de Suez, qui s'apparente à un chantage, selon le géant des services aux collectivités. "La direction de Suez nous demande de racheter le groupe avec un prix très élevé", souligne-t-il.Le numéro un du secteur de l'eau et des déchets, qui a déja acquis 29,9% de son rival auprès d'Engie, a lancé une OPA sur les actions restantes. Face à l'opposition de Suez, qui met en garde contre une casse industrielle et sociale, Veolia propose de maintenir un Suez France, dont il céderait tous les actifs nationaux au fonds Méridiam. Mais la direction de Suez invoque la nécessité d'actifs internationaux, et a trouvé des investisseurs via les fonds Ardian et GIP.

"En Belgique, l'ensemble des opérateurs bénéficient de la réglementation qui prévoit une obligation de partage des sites d'antennes à un tarif réglementé depuis 2008, précise l'opérateur télécoms. Cette réglementation distingue le marché belge des tours des autres marchés européens". Par ailleurs, le groupe a ajouté que la priorité d'Orange Belgium demeurait l'optimisation de la gestion de ses sites et la réduction de son parc de tours à travers la mise en œuvre de l'accord de partage d'équipements actifs et passifs (RAN sharing) signé en 2019 avec Proximus.

>> A lire aussi : Orange : Stéphane Richard, ou l’art de passer entre les gouttes

"Ces éléments sont déjà pris en compte en totalité dans le prix de l'offre", précise Orange, qui n'a pas l'intention de le modifier. "Dans ces conditions, une cession de tours s'assimilerait à une simple opération financière de sale-and-lease-back qui détériorerait la capacité de création de valeur d'Orange Belgium. Pour ces raisons spécifiques, Orange n'envisage donc ni l'intégration des actifs consolidés d'Orange Belgium à sa TowerCo européenne TOTEM ni une cession à un tiers".

Les contradictions d’Arnaud Montebourg, entre politique et business

  Les contradictions d’Arnaud Montebourg, entre politique et business Banque en ligne, voiture qui roule sur des rails, déshumidification d’air. : l’ancien ministre est devenu un serial entrepreneur. Mais ce n’est pas toujours simple de faire des affaires en accord avec ses convictions patriotiques et écologistes. Arnaud Montebourg affrontera-t-il Emmanuel Macron en 2022 ? Il ne s’est pas encore officiellement déclaré candidat mais une chose est sûre, lui aussi croit à la start up nation. Depuis quelques mois, le chantre du redressement productif lance des business tous azimuts.

>> Notre service - Testez notre comparateur de comptes-titres pour faire baisser vos frais de Bourse

Mais même si Degroof Petercam Corporate Finance a conclu que le prix d'offre "ne méconnaissait pas l'intérêt des actionnaires minoritaires", l'un d'entre eux, en l'occurrence Polygon Global Partners LLP, y a déjà manifesté sa vive hostilité. "Polygon estime que l'offre de prix de 22 euros par action formulée par Orange SA revient à sous-évaluer substantiellement la société Orange Belgium sur une base stand-alone", a déclaré hier la société d'investissement dans un long communiqué. Le britannique, qui détient 5,29% de l'opérateur belge, ajoute que le rapport d'expertise de Degroof Petercam "n'explique et ne justifie pas suffisamment certaines hypothèses de travail et parvient à des conclusions qui, de l'avis de Polygon, ne résultent pas logiquement d'une analyse raisonnable".

Veolia appelle Suez "au dialogue"

  Veolia appelle Suez Veolia demande à Suez, rappelé à l'ordre par l'Autorité des marchés financiers, de "désactiver" sa fondation de droit néerlandais pour débloquer la situation. C'est un nouvel épisode dans le feuilleton à rebondissements entre Veolia et Suez. Le leader du secteur de l'eau et des déchets, est revenu à la charge lundi 5 avril dans sa tentative de prise du contrôle de son rival, profitant du rappel à l'ordre adressé à ce dernier par le gendarme de la Bourse.

"Plus important encore, continue Polygon, [...] Degroof Petercam n'attribue absolument aucune valeur au portefeuille de tours de télécommunication d'Orange Belgium, qui est pourtant substantiel, et donc, de l'avis de Polygon, ne tient pas compte de la réalité de la situation économique". Pour sa part, Orange a réaffirmé qu'il n'existait pas de "valeur cachée" concernant les actifs d'infrastructure de tours, en raison de la réglementation belge spécifique qui prévoit une obligation de partage des sites d'antennes à un tarif réglementé depuis 2008. Le groupe a ajouté que la priorité d'Orange Belgium demeurait l'optimisation de la gestion de ses sites et la réduction de son parc de tours à travers la mise en œuvre de l'accord de partage d'équipements actifs et passifs (RAN sharing) signé en 2019 avec Proximus.

"Ces éléments sont déjà pris en compte en totalité dans le prix de l'offre, précise Orange. Dans ces conditions, une cession de tours s'assimilerait à une simple opération financière de sale-and-lease-back qui détériorerait la capacité de création de valeur d'Orange Belgium. Pour ces raisons spécifiques, Orange n'envisage donc ni l'intégration des actifs consolidés d'Orange Belgium à sa TowerCo européenne TOTEM ni une cession à un tiers". Mais alors que l'opérateur français n'a pas l'intention de modifier son offre, Polygon ne semble pas disposer à l'accepter et pense que les autres actionnaires n'apporteront pas davantage leurs actions, "à moins et jusqu'à ce qu'une offre juste soit faite". Le britannique, qui s'est attaché les services de la banque d'investissement Ondra, estime que la valeur d'Orange Belgium, sur une base stand-alone, se situe à un niveau situé entre 32 et 36 euros par action, "voire jusqu'à 45 euros par action dans le cas d'une monétisation partielle ou totale de ses tours de télécommunication". La situation semble donc pour le moment dans l'impasse.

En Inde, EDF en route pour construire 6 EPR d'un coup... soit la plus grande centrale nucléaire au monde .
C'est un projet gigantesque : la centrale sera, à terme, capable d'alimenter en électricité 70 millions de foyers à elle seule. Et EDF annonce avoir franchi une étape cruciale dans la conclusion d'un contrat ferme et définitif avec l'Inde en remettant une "offre technico-commerciale engageante française en vue de la construction de six (réacteurs) EPR sur le site de Jaitapur". Remise en perspective d'un projet de coopération franco-indienne surveillé de près Cela permettrait de lancer enfin la construction d'un chantier évoqué depuis plus d'une décennie et surveillé de près par les autorités françaises et indiennes.

usr: 0
C'est intéressant!