•   
  •   

Entreprise Automobile : la transition vers l’électrique menace 100 000 emplois

08:05  29 avril  2021
08:05  29 avril  2021 Source:   ouest-france.fr

Voiture électrique : les géants chinois Alibaba, Huawei, Xiaomi et DJI veulent se faire une place

  Voiture électrique : les géants chinois Alibaba, Huawei, Xiaomi et DJI veulent se faire une place Alors que le secteur concurrentiel de la voiture électrique est très porteur, les géants chinois de la high-tech s'y engouffrent ! D'ici 4 ans, une voiture sur quatre vendue en Chine pourrait être électrique. La ruée des BATX (Gafa chinois) sur la voiture électrique dope le secteur ! Les fabricants de smartphone Xiaomi et Huawei, le leader du e-commerce Alibaba, ou encore DJI (le premier constructeur mondial de drones) ont mis un pied dans le marché local de la voiture électrique, le plus important au monde, et qui semble avoir encore de beaux jours devant lui.

Lors d’une manifestation pour préserver l’emploi à la fonderie de Caudan, en mars (Morbihan). © Thierry Creux / Ouest-France Lors d’une manifestation pour préserver l’emploi à la fonderie de Caudan, en mars (Morbihan).

Blocage de la Fonderie de Bretagne, dans le Morbihan, plan social chez Bosch, à Rodez (Aveyron)… L’industrie automobile, déjà fragilisée par la concurrence, subit les premières secousses du déclin du thermique.

Les 350 salariés de la fonderie de Caudan, dans le Morbihan, s’inquiètent pour leur avenir. Renault a annoncé en mars la mise en vente de l’usine. L’occasion de se pencher sur l’avenir de la filière automobile, qui subit le choc de la transition vers l’électrique.

Que pèse l’industrie automobile ?

Mettez des freins sur la taxe d'automobile électrique, VIC exhorté à exhorter les fabricants de voitures

 Mettez des freins sur la taxe d'automobile électrique, VIC exhorté à exhorter les fabricants de voitures et les groupes environnementaux se sont associés à l'impôt proposé par les véhicules électriques du gouvernement victorien pour arrêter le plan qu'ils décrivent comme régressif. © Mick Tsikas / AAP Photos Le Parlement de Victoria est instamment prié d'éliminer les plans de la taxe proposée sur les véhicules électriques.

Le nombre de véhicules assemblés en France continue de baisser. La filière s’organise autour des trois constructeurs encore présents dans l’Hexagone : Renault, Stellantis (Peugeot, Citroën…) et Toyota. Le secteur compte également quatre équipementiers français de dimension mondiale : Faurecia, Valeo, Plastic Omnium, Michelin. Ils sont approvisionnés par 4 000 entreprises sous-traitantes. Soit, au total, 400 000 emplois, contre 500 000 en 2008.

Pourquoi cette érosion de l’emploi ?

« En raison d’un problème de compétitivité, ​répond Marc Mortureux, le directeur de la Plateforme de la filière automobile (PFA). Le coût salarial et les impôts de production restent plus élevés qu’ailleurs.​ » Si bien que les constructeurs produisent de plus en plus à l’étranger : pays d’Europe de l’Est, Maroc, etc. « Avant le Covid, ils avaient décidé de ne plus produire en France la Clio et la 208, déplore Jean-Marie Robert, de la CFDT métallurgie. Cela devait faire passer le nombre de véhicules produits de 2,2 millions en 2019 à 1,7 million en 2020. » ​La crise a aggravé la dégringolade. À peine 1,3 million de voitures ont été produites en 2020.

Lebanon lance une première voiture électrique malgré la crise

 Lebanon lance une première voiture électrique malgré la crise Une voiture électrique fabriquée par le Liban a fait ses débuts samedi, la première fois que le pays méditerranéen a fabriqué une automobile, malgré la difficulté au sein d'une crise économique réduite avec des coupes de puissance fréquentes.

Quelles perspectives ?

La filière subit un nouveau choc : le déclin des moteurs thermiques et la transition vers l’électrique. Les conséquences sociales sont déjà palpables, comme en témoignent le blocage de la Fonderie de Bretagne et la suppression de 750 postes à l’usine de l’équipementier allemand Bosch de Rodez (Aveyron). « Il ne s’agit pas de dire : on ne change rien, ​commente Marc Mortureux. La transition énergétique, on est à fond dedans. Plus de 350 000 voitures électriques ou hybrides ont été vendues l’an dernier. Nous demandons un cap clair et stable. »

Que craint la filière ?

Un durcissement accéléré de la réglementation européenne. « En juin, la Commission annonce ses nouvelles préconisations pour réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2) »​, poursuit le directeur de la PFA. Les constructeurs risquent aujourd’hui des amendes si leurs véhicules neufs vendus en Europe dépassent en moyenne 95 g de CO2 par kilomètre. « Jusqu’à présent, il était prévu que ce taux diminue de 37 % d’ici à 2030. La Commission pourrait porter la baisse à 50 %. » ​La norme d’émissions polluantes tolérée à partir de 2025 (dite « Euro 7 ») pourrait, elle aussi, être durcie.

ENTRETIEN. Geoffroy Roux de Bézieux : « On ne peut pas transiger avec la transition écologique »

  ENTRETIEN. Geoffroy Roux de Bézieux : « On ne peut pas transiger avec la transition écologique » Le président du Medef plaide pour une accélération de la transition écologique en prenant appui sur les entreprises. Comme le ministre de l’Économie, il affiche son soutien à l’énergie nucléaire pour accélérer la décarbonation de l’économie. Le président du Medef sera ce mardi 27 avril 2021 en visite à Cherbourg, dans la Manche, une terre qui compte dans la filière nucléaire française. Geoffroy Roux de Bézieux en est persuadé avec les énergies renouvelables, le nucléaire est appelé à jouer un rôle central dans la transition écologique. Il plaide aussi pour un dialogue social au plus près des salariés, dans les entreprises.

Tout cela risque d’entraîner une accélération du calendrier. La fin des moteurs thermiques, programmée par l’Assemblée nationale en 2040, pourrait bien intervenir plus tôt. « Les constructeurs doivent investir dans l’électrique. Mais aussi dans l’hybride (électrique plus thermique) ​pour diminuer les émissions. Si les normes sont trop dures, ils seront contraints d’abandonner l’hybride. Et on se retrouverait avec du tout électrique. » ​De quoi menacer 100 000 emplois d’ici à 2035, calcule l’Observatoire de la métallurgie.

Que faire ?

« La France doit attirer massivement les investissements dans les batteries, l’hydrogène, le recyclage », ​dit Marc Mortureux. « Il faut arrêter les délocalisations, ​estime, lui, Jean-Marie Robert. Et imposer une taxe carbone aux pièces importées, y compris au sein de l’Europe. »

ENTRETIEN. DS Automobiles a une « volonté profonde d’électrification », selon sa directrice .
Joli coup de com’ pour DS Automobiles, début mai 2021, lorsque le prince Albert se rendit au salon automobile Ever, installé dans l’habitacle élégant de la toute nouvelle DS9. Il était en compagnie de Béatrice Foucher, directrice générale de la marque depuis un an, avec laquelle nous avons fait le point sur le constructeur haut de gamme qui soufflera, début juin, ses sept bougies. © DR Béatrice Foucher, directrice générale de DS. Comment DS Automobiles traverse la crise sanitaire et économique ?Pas trop mal, au sens où la marque a été profitable en 2020. En Europe, nous avons augmenté notre part de marché en 2020.

usr: 3
C'est intéressant!