•   
  •   

Entreprise Covid-19. Le PDG de Pfizer s’oppose à la levée des brevets sur les vaccins

22:20  06 mai  2021
22:20  06 mai  2021 Source:   ouest-france.fr

Variants indien, brésilien : “on affole les populations exagérément”

  Variants indien, brésilien : “on affole les populations exagérément” Infectiologue à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, Jean-Daniel Lelièvre décrypte pour Capital les préoccupations suscitées, à tort ou à raison, par les variants du coronavirus. Variants brésilien, indien… Quel sera le prochain à provoquer la panique ? Si la souche britannique semble moins inquiéter la population depuis que la Haute autorité de santé (HAS) a admis que les vaccins anti-Covid conservent leur efficacité, ses cousines sud-africaine, brésilienne et maintenant indienne laissent beaucoup de questions sans réponse.

Albert Bourla, PDG de Pfizer. © JOHN THYS / AFP Albert Bourla, PDG de Pfizer.

Albert Bourla, le PDG du géant pharmaceutique américain Pfizer, a déclaré ce jeudi 6 mai qu’il n’était « pas du tout » en faveur de la décision des États-Unis de soutenir la suspension temporaire des brevets des vaccins anti-Covid.

Le PDG du géant pharmaceutique américain Pfizer, Albert Bourla, a déclaré jeudi qu’il n’était pas du tout en faveur de la décision des États-Unis de soutenir la suspension temporaire des brevets des vaccins anti-Covid, estimant dans un entretien à l’AFP qu’il fallait plutôt accroître la production des sites existants.

Lire aussi : Vaccins contre le Covid-19. Qu’est-ce que changerait la levée des brevets ?

Pfizer pourrait être disponible à la fin de l'année

 Pfizer pourrait être disponible à la fin de l'année La pilule COVID à la maison de © fournie par courrier quotidien MailonLine Logo Pfizer's Inc Drogue orale expérimentale qui serait la première spécialement conçue pour arrêter le nouveau coronavirus pouvait être disponible à la fin de cette année. La pilule antivirale appartient à une classe de médicaments appelée inhibiteurs de protéase et travaux en inhibant une enzyme que le virus utilise pour faire des copies de lui-même.

Alors que Washington soutient la suspension temporaire des protections de propriété intellectuelle pour les vaccins, afin d’en accélérer la production et la distribution, Albert Bourla a pointé la difficulté d’ouvrir des usines fabriquant le sérum BioNTech-Pfizer ailleurs que dans les sites existants aux États-Unis et dans l’UE (Belgique et Allemagne).

« Des promesses vides »

Nous devons concentrer nos efforts (sur les usines existantes), qui ont la capacité suffisante pour produire des milliards de doses, et nous assurer que l’on ne perturbe pas ces opérations avec des annonces politiquement motivées. Ce sont des promesses vides, a-t-il affirmé.

Un vaccin basé sur la technologie inédite de l’ARN messager, comme celui mis au point par Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, suppose un processus très long et une expertise technique pointue pour mettre sur pied un site de fabrication, explique Albert Bourla.

FDA définit pour autoriser le vaccin anti-pfizer pour les adolescents de la semaine prochaine

 FDA définit pour autoriser le vaccin anti-pfizer pour les adolescents de la semaine prochaine La Food and Drug Administration se prépare à autoriser l'utilisation du vaccin Pfizer-Biontech Covid-19 dans les adolescents de 12 à 15 ans au début de la semaine prochaine, selon les responsables fédéraux familiers Avec les plans de l'agence, ouvrant la campagne de vaccination de la nation à des millions d'Américains. © Shanon Stapleton / Reuters Briana Justice, 16 ans, a reçu sa première dose du vaccin Pfizer Covid-19 à New Hyde Park, N.Y., le mois dernier.

Comme des vaccins à ARN messager n’avaient encore jamais été produits, le problème est qu’il n’existe pas de telles usines dans le monde en dehors de celles que nous avons construites nous-mêmes […] à partir de rien, souligne-t-il.

Les machines spécialement conçues pour fabriquer la formule du vaccin BioNTech-Pfizer ont été commandées à des entreprises spécialisées dans les équipements industriels, et les sites adaptés pour les accueillir.

Rien de tel n’existe dans des pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud, assure-t-il, alors que ces pays, qui comptent de nombreuses usines pharmaceutiques, militent pour la levée des brevets.

« Goulet d’étranglement »

Et il faut insister sur le goulet d’étranglement pour les matières premières (des composants vaccinaux) : actuellement, le moindre gramme de matière première produite dans le monde arrive directement à nos usines, et ne reste pas un jour en entrepôt avant d’être transformé en vaccin – et chaque dose, une fois la qualité contrôlée, n’est pas entreposée un jour avant d’être livrée, plaide le patron de Pfizer.

Cela signifie que si d’autres endroits commencent à commander également de la matière première, celle-ci risque de rester stockée dans leurs entrepôts en attendant qu’ils trouvent un moyen de la convertir en doses de vaccin. Ce serait un revers sérieux si cela arrive, s’alarme Albert Bourla.

Pfizer privilégie les transferts de technologie et la délivrance de licences

BioNTech-Pfizer assure avoir la capacité de produire jusqu’à 3 milliards de doses cette année et plus de 3 milliards l’année prochaine.

Le duo germano-américain privilégie les transferts de technologie et la délivrance de licences ciblées pour augmenter la production de son vaccin, a réaffirmé BioNTech ce jeudi, soulignant être en étroite collaboration avec plus de 15 partenaires, dont les laboratoires Merck, Novartis, Sanofi et Baxter.

Vaccin Covid-19 : la levée des brevets, un nouveau modèle ? .
Et si la levée des brevets sur les vaccins anti- Covid-19 n’était pas une si mauvaise affaire pour les laboratoires, après tout ?, s'interroge notre chroniqueur George Nurdin, Economiste, consultant, écrivain ("Les multinationales émergentes", "Le temps des turbulences", "Wanamatcha !").Les labos qui ont investi des milliards en R&D et en capacité de production ne veulent pas “donner” ou “brader” leurs (chers ) brevets au moment même où le tiroir-caisse commence à fonctionner à plein régime. Certains Etats au nom de l’argument “éthique” voient dans les brevets un “bien commun de l’Humanité”.

usr: 1
C'est intéressant!