•   
  •   

Immobilier Exode urbain, fin des bureaux... le monde d'avant est-il vraiment enterré ?

12:18  07 juin  2021
12:18  07 juin  2021 Source:   capital.fr

Une maison de campagne à 150000 euros dans l’un des Plus Beaux Villages de France, c’est possible !

  Une maison de campagne à 150000 euros dans l’un des Plus Beaux Villages de France, c’est possible ! Une maison de campagne à 150000 euros dans l’un des Plus Beaux Villages de France, c’est possible !C’est là qu’il se rend désormais tous les week-ends : « C’est à deux heures de Paris, à dix kilomètres de la sortie d’autoroute, donc c’est pratique. La maison a de beaux éléments architecturaux et le village est magnifique et vivant. On a plus d’espace, un petit jardin, le tout pour un prix correct. » Le couple a déboursé 140 000 euros pour réaliser son souhait d’une vie « plus authentique », mais à ce prix-là, il y a beaucoup de travaux à faire : au moins six mois de chantier.

L ' exode urbain correspond au déplacement de populations, principalement des classes moyennes et supérieures, à la recherche d'une amélioration des conditions de vie, qui quittent les villes pour s'installer dans les zones périurbaines ou la campagne située à proximité des zones urbaines . Depuis les années 1970, l ' exode urbain , qui a pris la relève de l ' exode rural, touche essentiellement les pays développés. L ' exode urbain a pour conséquence d'importantes migrations pendulaires, le matin et le soir, pour tous ceux qui travaillent en ville et habitent en périphérie.

Au-delà des aspects médicaux, en faisant du télétravail à la campagne pendant plusieurs semaines, tout le monde va se rendre compte de plusieurs choses. Qu’il est bien plus agréable de travailler dans une maison de 140 m² que dans un clapier de 15 pour le même prix, que le travail ou le non-travail est le même en télé-travail ou en présentiel ou presque. Mais aussi que beaucoup d’employeurs se passeront de certains salariés par la suite et inversement, beaucoup de salariés décideront de se passer de certains patrons.


Vidéo: Celtics - Stevens : "Nous avons traversé beaucoup d'épreuves" (Dailymotion)

Exode urbain, fin des bureaux... le monde d'avant est-il vraiment enterré ? © Judith Angenendt / EyeEm Exode urbain, fin des bureaux... le monde d'avant est-il vraiment enterré ?

Pour Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Management des Services Immobiliers, le monde d'avant... n'a peut-être pas totalement disparu.

Il est de bon ton de parler avec dédain du monde d’avant. Dans l’immobilier plus encore que dans n’importe quel domaine, prévaut l’idée que ni les envies ni les besoins ne ressembleront à ce qu’ils étaient, comme si les ruptures les plus brutales et les plus franches affectaient nos marchés et nos habitudes, pour habiter, pour travailler, pour consommer. C’est une authentique idéologie qui s’installe : elle aveugle sur l’ampleur réelle des changements, et surtout elle jette sur le passé un regard déformé en desservant au fond les évolutions, plus lentes et plus progressives et plus profondes que de simples réactions à un événement, aussi grave eût-il été. Ce sont ces aspirations intimes, ces lames de fond qu’il faut identifier, loin de l’instant, loin même du moment.

Les achats de maisons à la campagne s’envolent avec la crise sanitaire

  Les achats de maisons à la campagne s’envolent avec la crise sanitaire Dopé par la crise sanitaire et le développement du télétravail, les achats de maisons de campagne ont atteint un « nombre record » en 2020, selon la fédération nationale des organes de régulation du foncier. Allergie aux espaces urbains confinés, essor du télétravail : la crise sanitaire s’est traduit en 2020 par un « nombre record » de transactions portant sur des maisons à la campagne, a rapporté jeudi la fédération nationale des organes de régulation du foncier (FNSafer).

Il est l ’heure aussi de vous poser les bonnes questions et de choisir. Le système qui a permis ce désastre ne L’ exode rural de l’après-guerre a vidé nos villages pour alimenter des mégapoles en Choisir l’ exode urbain c’est partir pour construire un monde à une autre échelle, ce « monde La campagne est un espace où règne avant tout la solidarité. Il y a de la place dans les maisons vides

Penser l ’ exode urbain . Cela fait longtemps que je dis que si l ’ exode rural a eu lieu, c’ est parce que le modèle économique actuel consumériste supposait avant tout de regrouper dans de grandes usines beaucoup de bras et d’ouvriers afin de produire en grande quantité. En 1945 la France est encore très rurale. Pourtant, dès le début des années 2000 les phénomènes de fonds qui ont alimenté cet exode rural vont commencer à s’inverser. La région parisienne voit le coût de l ’immobilier exploser à la hausse, les délocalisations ferment les usines, et nous perdons depuis la fin des années 80 des

Oui, la pandémie a catalysé des mouvements qui étaient déjà à l’œuvre avant elle, qu’on parle de l’intérêt des ménages pour une meilleure qualité de vie et par conséquent pour les villes moyennes, plus calmes, plus humaines, plus aérées, ou qu’on parle d’une plus grande flexibilité dans le travail, notamment grâce au télétravail. Idem pour les lieux de commerce, déclarés clusters à haut risque, surtout pour certains rayons, barrés façon scènes de crime : au fond, commander sur Amazon, Ebay ou Wish était déjà une tendance, qui n’a fait que s’accélérer. Même les restaurants ont donné le sentiment d’être périmés: au fond, il est plus simple de ne pas bouger de chez soi et d’y consommer la cuisine préparée ailleurs. Beaucoup d’observateurs et d’experts de tous poils sont allés bien au-delà de ces constats, et on a eu tôt fait de brûler les idoles

L'immobilier s'envole et le Pays basque s'enflamme

  L'immobilier s'envole et le Pays basque s'enflamme "Euskal Herria ez da salgai" ou "Le Pays Basque n'est pas à vendre" : ces inscriptions fleurissent sur les devantures des agences immobilières et les façades des maisons à vendre de la côte basque où les prix au m2 s'envolent, poussés par le marché des résidences secondaires et des nouveaux arrivants. "Ce n'est pas la première fois que nos agences immobilières ou des maisons sont ciblées", acquiesce Marie-Pierre Burre-Cassou, maire de Guéthary, village de 1.300 habitants, "avec plus de 50% de résidences secondaires" et un prix moyen de vente à 7.400 euros le m2.

Il est ingénieur agricole. Il vient de démissionner de la Fonction publique car. 1/12. Deutsche Welle Learning by ear. Exode urbain . Ep.1. il n'y parvenait à réaliser son rêve : mettre ses compétences au service des paysans. Son projet est de constituer une coopérative de services techniques. Oncle, je suis ingénieur agronome. En tout, presque huit ans d'études acharnées. Et depuis que j'ai fini, on m'a mis dans un bureau où il n'y a aucun travail à faire. Nos chefs nous demandent même de ne pas venir tous ensemble parce qu' il n'y a que deux fauteuils dans le bureau alors que nous sommes cinq.

” De l ’ exode rural à l ’ exode urbain …” Les précurseurs ! Mes chères contrariennes, mes chers contrariens ! Comme vous le savez, je fais partie de ceux qui pensent que nous ne vivons pas une simple crise économique, sinon cela ne durerait pas depuis plus de 7 ans de façon paroxystique et depuis plus de 30 ans si l ’on regarde l ’évolution à la hausse et inexorable du chômage de masse ainsi que de longue durée. Nous vivons un changement de système, un changement de paradigme et quelque part, la fin du modèle de la croissance infinie dans un monde fini le tout reposant sur des

Quelles sont ces idoles immolées sur l’autel de la crise sanitaire, économique et sociale?

D’abord les grandes villes, sinon les grandes agglomérations, dans lesquelles la vie serait épouvantable. Les ménages français qui résident là n’auraient plus qu’une envie, les quitter. D’ailleurs, on nous produit déjà des statistiques de l’exode, couplées à des statistiques de la baisse du nombre des transactions qui s’y réalisent. Dès les premiers mois de la crise sanitaire, on aurait senti ce désamour. Il s’est même traduit beaucoup plus tôt dans les chiffres des consultations des sites d’annonces. Les regards de nos compatriotes, comme dirait le Président Macron, se tourneraient vers les villes moyennes et vers les zones rurales, parées de toutes les vertus.

Idoles d’hier encore, les beaux bureaux modernes et agréables que les entreprises avaient la fierté de faire construire, de louer et d’acheter, et que les salariés avaient la fierté de rejoindre le matin. Au passage, haro sur l’entreprise à l’ancienne, qui astreint ses collaborateurs à venir travailler en son sein. Fini tout ça, on reste tous chez nous, on gagne 20% de productivité et on est payé pareil, par virement sur notre compte évidemment. Bien sûr, tout commence par la formation : à quoi servent les salles de classe et les amphithéâtres et les campus ? D’ailleurs, les élèves et les étudiants n’ont jamais eu qu’une obsession: ne pas aller à l’école. Qu’ils se rassurent, et que Charlemagne se retourne dans son tombeau, on tourne cette page douloureuse de l’humanité.

Immobilier : Paris plaît toujours autant aux ultra-riches

  Immobilier : Paris plaît toujours autant aux ultra-riches Paris se classe troisième ville en termes d'attractivité pour les acheteurs ultra-riches, derrière Londres et New York. Les grèves et les attentats n'ont, semble-t-il, pas terni l'image de la capitale.Comme le soulignent nos confrères du Figaro Immobilier, le résultat peut surprendre au vu des quelques dernières années agitées qu’a connues Paris. Entre les grèves des transports, la crise des "gilets jaunes" et les attentats, les potentiels acheteurs immobiliers auraient pu se détourner de la capitale. L’engouement reste pourtant au rendez-vous et Paris arrive juste derrière Londres et New York.

L 'étude de l 'Institut Weizmann estime qu'en moyenne, chaque personne sur le globe produit désormais chaque semaine plus de masse anthropique que son poids corporel. "La constatation que la masse anthropique, c' est -à-dire les substances fabriquées par l 'homme, pèse désormais autant que tous les êtres Le processus massif de géo-ingénierie initié par l 'homme s' est accéléré lorsque des matériaux comme le béton et les granulats sont devenus largement disponibles. Ces deux matériaux constituent une composante majeure de la croissance de la masse anthropique. Même l 'aventure humaine

Sommes -nous en train d’assister à un « exode urbain » à l ’échelle mondiale ? Depuis quelques mois, le discours est en tout cas sur toutes les lèvres. Ancienne conseillère politique devenue paysanne en Bretagne, l ’autrice Claire Desmares-Poirrier nous expliquait en mai dernier percevoir un « C’ est la même chose au Canada, le phénomène est vraiment anecdotique, nous explique par téléphone Matti Siemiatycki, professeur au sein du département Géographie et Planification urbaine de l ’université de Toronto. Les discours sur le déclin des villes existent depuis des siècles, la pandémie ne fait que les

Dernières victimes de cet aggiornamento radical de l’ancien monde, les commerces : pourquoi diantre vous dérangeriez-vous jusqu’à un magasin pour acheter le produit de vos rêves ? Un click, et c’est parti. Les plateformes digitales ont enfin périmé ce mode de distribution archaïque. Idem pour les repas : n’est-on pas mieux chez soi, sans ces inconnus qui nous entourent et parlent fort ?

Mais alors quelle est la situation regardée de façon posée, passé l’enthousiasme des mois de confinement ? La réalité est toute autre. Oui, on va un meilleur équilibre des territoires pour le logement, et c’est heureux. Heureux que les villes moyennes reprennent du poil de la bête. Elles y travaillent depuis vingt ans avec la dernière énergie. Heureux que les couronnes de plus grandes villes en profitent et perdent du même coup leur statut humiliant de banlieue. Heureux que les prix se calment à Paris, Bordeaux ou Lyon et remontent au Mans, à Saint-Étienne ou à Pau. Heureux enfin que les campagnes, qui avaient toujours payé le plus lourd tribut lors des précédentes crises en termes de baisse des prix, sortent de cet épisode par le haut.

Rennes. Trois nouveaux immeubles d’ici fin 2023 dans le nouveau quartier de la gare

  Rennes. Trois nouveaux immeubles d’ici fin 2023 dans le nouveau quartier de la gare Le programme Beaumont, porté par Legendre immobilier près de la gare de Rennes, comprend trois immeubles de 17 et 8 étages, pour quelque 25 000 m2 de logements, bureaux et commerces. Un programme original, dans sa conception et ses usages. Le promoteur revendique une « architecture résolument new-yorkaise ». Et des édifices de béton : « C’était le seul matériau possible compte tenu de la contrainte des vibrations de la voie ferrée juste à côté ». Le programme immobilier situé boulevard de Beaumont, entre la gare de Rennes et le siège d’Yves-Rocher, vient s’ajouter aux tours qui garnissent le paysage du nouveau quartier EuroRennes.

Il reste qu’habiter une grande ville n’est pas ce qu’on en a vu pendant l'emprisonnement du confinement. Une ville, c’est le territoire de toutes les opportunités, de toutes les aménités, de tous les services publics et privés, de laculture, des infrastructures sportives les plus évoluées. Il y a même des espaces verts, et on peut même quitter une sa ville le temps d’un week-end. Ce qu’on a vu de la ville depuis un an n’est pas la ville. Bref, les grandes villes gardent leur attractivité, et que les investisseurs institutionnels y regardent de nouveau le logement avec les yeux de Chimène est une bonne nouvelle. Chez les investisseurs particuliers, on sent un peu de mou semble-t-il : qu’ils continuent de considérer nos villes, les plus importantes aussi, comme d’indiscutables choix de localisation.

Les bureaux ? Oui, il va rester de cette période une part de télétravail, sans doute de l’ordre de deux jours par semaine pour la plupart des entreprises, mais une entreprise, c’est un destin collectif, qui ne se vit pas à distance. Les salariés ont envie et besoin d’échange et de partage, informels aussi, pour eux-mêmes et pour innover et avancer dans la boîte. Sans compter qu’on tient des discours de privilégiés, lorsqu’on fait semblant de croire que tous bénéficient chez eux de conditions de travail optimales, avec un bureau, une bande passante suffisante, le calmeet la lumière. Un bureau, c’est comme une école un lieu d’égalité, de compensation des différences de condition entre les êtres. Bref, les bureaux, sans doute avec des besoins moindres en mètres carrés, pas peut-être pas tant qu’on l’imagine, ont un bel avenir. Pour ceux qui ne serviront plus, oui il est opportun de penser à la conversion en habitations et ce mouvement ne sera pas si marginal.

Logement à Bordeaux : Besoin de 7.000 à 10.000 nouvelles constructions par an

  Logement à Bordeaux : Besoin de 7.000 à 10.000 nouvelles constructions par an « On se prépare à des moments difficiles », alertent les professionnels de la construction dan une étude présentée ce mercredi © Mickaël Bosredon/20 Minutes Illustration construction ; grues ; chantier à Bordeaux IMMOBILIER - « On se prépare à des moments difficiles », alertent les professionnels de la construction dan une étude présentée ce mercredi Ils ne veulent surtout pas politiser le débat et martèlent que la crise immobilière sur Bordeaux ne date pas des dernières élections municipales.

Les commerces pour terminer ne sont pas morts. S’agissant des cafés et des restaurants, on le voit d’ores et déjà : ils sont par excellence les endroits du vivre ensemble et le click and collect demeurera une modalité dégradée,pas un substitut. Le commerce de proximité est également perçu comme bien autre chose qu’un mode de distribution: c’est l’animation de nos cœurs de villes, grandes, moyennes ou petites, et c’est le lieu d’expériences clients uniques. Incontestablement, la vente à distance va gagner du terrain et il faudra à nos boutiques faire preuve de plus d’originalité que par le passé, mais elles ont une fonction économique et sociale établie. Les investisseurs, passée la prise en compte des dégâts causés par la panne de la crise sanitaire, n’auront que des raisons d’apprécier cet actif immobilier. Quant aux centres commerciaux, ils sont déjà en train de se réinventer: de zones marchandes, ils vont devenir des lieux d’événements permanents, où la finalité n’est pas seulement de consommer et d’acheter, mais de partager là encore.

En somme, le monde d’après ne sera certes pas le même que le monde d’avant, mais gardons-nous de brûler les idoles pour paraître intelligents ou visionnaires, en oubliant les fondamentaux comme on le rappelle au rugby. Gardons-nous également de cette malhonnêteté intellectuelle qui consisterait à prétendre les problèmes d’hier réglés d’office : oui il faudra continuer de se battre pour que l’offre de logements dans nos métropoles croissent avec des prix tolérables, oui il faudra aux entreprises être assez solides pour assumer leurs charges d’immobilier et leurs salaires et oui la santé des commerces restera une préoccupation pendant de longs mois.

Immobilier: les villes moyennes proches des métropoles profitent de la crise sanitaire .
Les villes moyennes situées à proximité des métropoles ont enregistré une augmentation des ventes de maisons et appartements en 2020, selon le deuxième baromètre des villes moyennes bénéficiaires du programme Action cœur de ville (ACV) publié mardi. "En comparaison avec certains territoires métropolitains qui ont connu une forte baisse de leur volume de ventes, ces chiffres montrent plus qu'une résistance des villes moyennes", précise le"En comparaison avec certains territoires métropolitains qui ont connu une forte baisse de leur volume de ventes, ces chiffres montrent plus qu'une résistance des villes moyennes", précise le baromètre co-réalisé par le Conseil supérieur du notariat et la direction du programme

usr: 2
C'est intéressant!