•   
  •   

Immobilier Logements : les "passoires thermiques", un fléau bien plus important que prévu ?

20:20  17 septembre  2021
20:20  17 septembre  2021 Source:   capital.fr

Rénovation énergétique : un nouveau prêt bientôt déployé pour financer vos travaux

  Rénovation énergétique : un nouveau prêt bientôt déployé pour financer vos travaux Le gouvernement vient d’officialiser le déploiement par la Banque Postale et le Crédit Mutuel du "prêt avance rénovation", un crédit hypothécaire destiné à financer des travaux d'économies d'énergie. Celui-ci sera proposé dès janvier 2022.>> Notre service - MaPrimeRénov’, CEE… découvrez les aides auxquelles vous êtes éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique

Logements : les © Paul Blenkhorn/Unsplash Logements : les "passoires thermiques", un fléau bien plus important que prévu ?

Les professionnels de l'immobilier ont tiré la sonnette d'alarme, vendredi 17 septembre. Selon eux, le nombre de logements énergivores et menacés d'être interdits à la location est bien plus élevé que le chiffre évoqué par l'exécutif.

Les professionnels du secteur immobilier sonnent l'alerte ! Le fléau des "passoires thermiques", ces logements classés comme particulièrement énergivores et qui sont menacés d'être interdits à la location, est bien plus étendu que prévu. Leur nombre serait en effet bien supérieur à celui avancé par le gouvernement. Ce dernier fait la chasse à ces logements, en vertu du projet de loi climat. Classés F et G, ces "passoires thermiques" ne devraient plus pouvoir être proposés à la location respectivement en 2028 et 2025.

Paris: 35 logements d'ici 2024 dans l'ex-magasin Tati de Barbès

  Paris: 35 logements d'ici 2024 dans l'ex-magasin Tati de Barbès Environ 35 logements, dont un tiers de logements sociaux, vont être créés d'ici 2024 dans l'ex-magasin Tati du quartier Barbès, à Paris, dont la crise sanitaire a précipité la fermeture, a annoncé vendredi la mairie en choisissant le développeur immobilier. Le magasin populaire coiffé de l'enseigne vichy rose Tati depuis 1948 avait été repris en 2017 par le groupe GPG, qui avait annoncé en juillet 2020 sa fermeture, la fréquentation ayant été fortement affectée par la crise sanitaire.

Le 1er juillet, un nouveau Diagnostic de performance énergétique (DPE) a été mis en place: selon ses critères, le gouvernement estimait dans le parc locatif privé à un peu plus de 500.000 le nombre de logements classés G en France, et environ 900.000 les logements classés F. "Les premières remontées laissent présager qu'au lieu d'avoir 500.000 [logements] G, nous devrions en avoir entre 800.000 et 1 million", a assuré Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM), qui dit se baser sur les données des administrateurs de biens. Le président de la FNAIM ne s'est en revanche pas prononcé sur le nombre de logements classés F.

>> À lire aussi - Rénovation énergétique, logements neufs… la ministre du Logement dévoile les dernières priorités du quinquennat

Les locataires plus libres de réaliser des travaux d’économie d’énergie

  Les locataires plus libres de réaliser des travaux d’économie d’énergie Une disposition de la loi Climat et résilience permet à un locataire souhaitant effectuer des travaux d’économie d’énergie dans son logement de désormais considérer le silence de son propriétaire comme un accord. Peut-on installer soi-même un poêle à bois dans son salon pour économiser sur ses factures d’énergie, sans demander à son propriétaire ? En général, réaliser des travaux importants dans un logement dont on est locataire nécessite une autorisation écrite du propriétaire. Seuls les travaux ou des aménagements légers, comme repeindre une pièce ou poser une étagère, sont possibles sans autorisation.

De son côté, le ministère du Logement défend son nouveau DPE, "plus fiable et plus complet". Depuis juillet, le diagnostic énergétique des logements ne se base plus sur les factures d'énergie, mais sur les caractéristiques du bâtiment (qualité de l'isolation, type de fenêtres, système de chauffage...). Le ministère ajoute qu'il sera en mesure "d'ici quelques semaines de partager des données fiables" sur son impact réel. "Voter le calendrier sans connaître la réalité du parc, c’était jouer avec le logement des Français", ont dénoncé dans un communiqué commun la FNAIM, l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) et l'association Plurience.

Un risque de désinvestissement dans le parc locatif privé

"Cela signifie que d'ici 3 ans, on aura des centaines de milliers de logements indécents énergétiquement et si on ne peut pas les rénover, on ne pourra pas les relouer", détaille Jean-Marc Torrollion. Les trois organismes spécialisés dans l'immobilier pointent ainsi un risque de désinvestissement dans les logements du parc locatif privé.

>> À lire aussi - Ces propositions remises au gouvernement pour améliorer la qualité de nos logements

Pour l'éviter, ils réclament un ajustement de la fiscalité, en doublant le plafond de déficit foncier imputable aux bailleurs pour les gros travaux d'économie d'énergie, et l'élargissement de la réduction d'impôt de la loi Denormandie aux maisons et appartements classés F et G. Au total, le gouvernement estime à 4,8 millions le nombre de "passoires thermiques" en France, dont un tiers occupés par des propriétaires à faibles revenus.

Logements sociaux : une série d’annonces pour booster la construction .
Le Premier ministre Jean Castex a dévoilé ce mardi plusieurs mesures pour relancer la construction de logements sociaux, en s’appuyant sur les maires.«La situation n’est pas satisfaisante», a déclaré le Premier ministre, en ouverture du Congrès HLM, organisé à Bordeaux. Il s’est dit «inquiet» du niveau actuel de la production de logements. Par la voix de son Premier ministre, le gouvernement s’est notamment engagé à prendre en charge le coût de l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) pour les logements sociaux, actuellement à la charge des communes, et ce «pour les dix premières années de service».

usr: 1
C'est intéressant!