•   
  •   

Immobilier COMMENTAIRE. « Logement : la France au pied du mur »

10:45  22 septembre  2021
10:45  22 septembre  2021 Source:   ouest-france.fr

Les locataires plus libres de réaliser des travaux d’économie d’énergie

  Les locataires plus libres de réaliser des travaux d’économie d’énergie Une disposition de la loi Climat et résilience permet à un locataire souhaitant effectuer des travaux d’économie d’énergie dans son logement de désormais considérer le silence de son propriétaire comme un accord. Peut-on installer soi-même un poêle à bois dans son salon pour économiser sur ses factures d’énergie, sans demander à son propriétaire ? En général, réaliser des travaux importants dans un logement dont on est locataire nécessite une autorisation écrite du propriétaire. Seuls les travaux ou des aménagements légers, comme repeindre une pièce ou poser une étagère, sont possibles sans autorisation.

Entre 2000 et 2018, selon l’Insee, le prix des logements anciens a été multiplié par 2,3 et par 2,1 pour les logements neufs. © OUEST FRANCE ARCHIVES Entre 2000 et 2018, selon l’Insee, le prix des logements anciens a été multiplié par 2,3 et par 2,1 pour les logements neufs.

Étudiants, travailleurs pauvres, jeunes professionnels… Pour ces derniers, se loger en France, c’est aujourd’hui affronter un parcours du combattant. On ne construit pas assez. Et surtout, on n’anticipe pas assez les besoins d’une société qui vieillit mais a aussi besoin d’être plus mobile.

Les taux sont bas. C’est vrai. Mais les prix n’ont jamais été aussi élevés. Entre 2000 et 2018, selon l’Insee, le prix des logements anciens a été multiplié par 2,3 et par 2,1 pour les logements neufs. Et ceci sans parler du cas particulier de l’agglomération parisienne.

Le nombre de ministres occupant un logement de fonction a augmenté

  Le nombre de ministres occupant un logement de fonction a augmenté Le nombre de logements de fonction accordés aux membres du gouvernement a augmenté de 45% entre mai 2019 et septembre 2020. Une évolution liée au remaniement de juillet 2020, assure le cabinet de Jean Castex à Capital. Les membres du gouvernement sont de plus en plus nombreux à être logés aux frais de la République. Alors que 16 des 29 ministres du gouvernement Philippe II avaient ce privilège, au 1er mai 2019, 23 des 42 membres du gouvernement Castex occupaient un logement de fonction à la date du 1er septembre 2020.

Le Haut conseil de stabilité financière vient de donner un coup de frein pour parer les risques d’emballement du marché et prévenir tout risque de crise financière. Ce n’était jusqu’à présent qu’une simple recommandation. La durée des prêts immobiliers est désormais limitée, sauf exception, à 25 ans, et l’endettement immobilier ne peut plus dépasser 35 % des revenus. Une mesure de précaution qui ne règle rien sur le fond.

Une France de propriétaires ; on en est loin

Nicolas Sarkozy rêvait d’une France de propriétaires. On en est loin. La génération qui arrive sur le marché du travail fait désormais face à un mur. Les plus modestes sont relégués à la périphérie des grandes agglomérations. À Rennes, les prix ont augmenté de 53 % en cinq ans, de 31 % à La Rochelle et de 30 % à Angers.

Logement de fonction: qui sont les ministres les mieux lotis?

  Logement de fonction: qui sont les ministres les mieux lotis? Six membres du gouvernement disposent d’un logement de fonction, alors qu’ils sont déjà propriétaires d’un bien privé à Paris.À noter qu’en proportion, les ministres (et secrétaires d’État) vivant dans un logement de fonction sont quasiment autant: près de 55% (23 sur 42) contre environ 52% (16 sur 29) en 2019. «Ces logements se trouvent dans des immeubles domaniaux qui se situent exclusivement, sauf lorsque les lieux ne s’y prêtent pas, dans l’enceinte des ministères», précise Matignon dans sa réponse adressée à la députée de la majorité.

Se loger même est devenu un casse-tête. À chaque rentrée, la course pour trouver un studio ou même une simple chambre ressemble à un parcours d’obstacles pour de nombreux étudiants.

L’immobilier est devenu une source d’enrichissement pour une petite classe privilégiée et une cause profonde de tensions et d’appauvrissement pour le reste de la société. 10 % des ménages les plus modestes consacrent 40 % de leurs revenus pour se loger.

La pierre valeur refuge peut aussi devenir un boulet. Consacrer une part de plus en plus importante à ce poste oblige aussi à faire des sacrifices sur l’éducation, les loisirs, les enfants. Cet argent qui dort aurait aussi pu être investi pour créer les richesses de demain.

On ne sait pas anticiper les nouveaux besoins

On ne sait ni anticiper les nouveaux besoins liés au vieillissement, ni répondre aux attentes des jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur. Dans un rapport de 2015, la Cour des comptes dénonçait déjà des lacunes ​dans l’offre des logements étudiants. Pour l’année universitaire 2019-2020, il y avait 720 000 étudiants boursiers mais seulement 175 000 places dans les Crous (Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires).

APL, rénovation, hébergement d’urgence... les priorités du budget 2022 pour le logement

  APL, rénovation, hébergement d’urgence... les priorités du budget 2022 pour le logement Mercredi, le gouvernement a présenté les grandes lignes du budget qui sera consacré au logement dans le projet de loi de Finance 2022. APL, rénovation énergétique, hébergement d’urgence… Voici les missions qui seront dopées par l’exécutif l’année prochaine. Le “quoi qu’il en coûte” reste d’actualité dans le monde du logement. Pour preuve, le budget de ce ministère devrait grimper en 2022 : voilà en tout cas ce que prévoit le projet de loi de Finances 2022, présenté mercredi par l’exécutif. Dans le détail, l'État a planifié 17,1 milliards d’euros l’année prochaine pour ce ministère, contre 16,1 milliards d’euros en 2021.

Promis, 60 000 logements étudiants avec des prix compris entre 300 et 400 € avaient été annoncés en 2018. Le plan a pris du retard. De la même façon, le choc de l’offre promis par la loi Elan (Évolution du logement de l’aménagement et du numérique) est retombé comme un soufflé.

Comme souvent en France, on ne manque ni de textes ni de règlements. Certains méritent d’être salués ou encouragés. C’est le cas du prolongement pour trois ans de l’expérimentation de l’encadrement des loyers ou la prolongation au-delà de 2025 de l’obligation d’avoir 20 % ou 25 % selon les cas de logements sociaux prévus dans le cadre de la loi 4D.

Mais la marche est haute. En 2019, selon l’Agence nationale du contrôle du logement social, 19 % seulement des demandes avaient été satisfaites. Et les acteurs qui devaient être en pointe sur ce sujet traînent parfois des pieds. La loi Elan avait prévu la mise en place d’un système de points accordé aux handicapés ou victimes de violences conjugales pour faciliter leur accès à un logement HLM. Trop compliqué à mettre en œuvre ont dit les organismes concernés qui ont obtenu de reporter l’application à 2023.

Réparations et travaux: locataire ou propriétaire, qui doit payer? .
PRATIQUE - Un logement peut nécessiter des réparations ou des travaux, parfois dans l'urgence: mais qui du propriétaire ou du locataire doit payer la facture? La question se pose souvent de savoir qui, du propriétaire ou du locataire, doit prendre en charge certains travaux ou réparations liés au logement loué. Définis par le Code civil et la loi n° 89-462 du 6-7-1989, trois paramètres clés déterminent qui doit payer la facture des travaux relatifs au logement lui-même ou aux équipements qui le composent. Il s'agit de la vétusté, de la nature des installations et des causes des éventuelles détériorations.

usr: 0
C'est intéressant!