•   
  •   

Immobilier Marseille surtaxe les résidences secondaires pour limiter les locations saisonnières

02:25  03 octobre  2021
02:25  03 octobre  2021 Source:   challenges.fr

Flambée de l’immobilier : Marseille paye cash le prix de sa hype

  Flambée de l’immobilier : Marseille paye cash le prix de sa hype Dans certains quartiers comme dans le 7ème arrondissement, les prix de l’immobilier flirtent avec les tarifs parisiens. Les Parisiens, l’influence d’Airbnb sur le parc locatif et le manque de constructions à Marseille expliquent la flambéeOn aurait pu imaginer qu’une ville marquée par l’effondrement d’immeubles qui a fait huit morts et entraîné des évacuations massives il y a à peine trois ans réfrénerait l’enthousiasme d’acquéreurs exogènes. Mais selon les derniers chiffres communiqués par la chambre de notaires des Bouches-du-Rhône, les Franciliens représentent 7,3 % des acheteurs de logement, à Marseille, entre juillet 2020 et juin 2021.

« On attend de cette surtaxe que les logements à Marseille qui sont peu ou pas utilisés soient remis dans le circuit normal de la location », a expliqué l'élu, évoquant notamment le cas des biens gelés pour de la location saisonnière durant l'été via la plateforme Airbnb. « C'est une taxe supplémentaire qui peut Mais elle ne touchera pas les locations saisonnières rapportant plus de 5.000 euros par an à leur propriétaire, qui sont déjà astreintes à une autre taxe, « la cotisation foncière des entreprises CFE », payée à la Métropole. Avant Marseille , d'autre grandes villes comme Paris, Lyon, Montpellier

Investir dans une résidence secondaire à Marseille (Bouches-du-Rhône) coûtera bientôt plus cher. La mairie va augmenter la barre communale de la taxe d'habitation de 60%. L'objectif est d'inciter les propriétaires à remettre leurs biens en location . La mesure est bien accueillie par les Marseillais. "L'idée, c'est de fluidifier le marché de l'immobilier, que les résidences secondaires peu exploitées re-rentrent dans le marché de la location ou de la vente", explique Joël Canicave, adjoint au maire. Certains quartiers sont très prisés. Près de l'Opéra, à côté du Vieux-Port, de nombreux immeubles

Marseille © AFP/Archives - BORIS HORVAT Marseille

Après Paris, Bordeaux ou Montpellier, Marseille a voté en conseil municipal, ce vendredi après-midi, la surtaxe d'habitation de 60% sur les résidences secondaires pour lutter contre la location saisonnière, dans un contexte immobilier de plus en plus tendu.

C’est fait : ce vendredi 1 octobre, à 15 heures, le conseil municipal de Marseille a voté une surtaxe d’habitation de 60% sur les résidences secondaires. "Marseille attire, Marseille est de retour dans le concert des villes attractives ! a annoncé, le visage sévère, Joël Canicave, l’adjoint aux finances. Venus de toute la France, nombreux sont ceux qui cherchent à acquérir un bien, un pied à terre ici. Mais parfois, les propriétaires prennent un bien sans chercher à l’occuper, et participent à faire grimper le marché de la location". Ce marché est en forte hausse depuis des années, +7,2% sur les loyers sur la seule année 2020, selon la chambre des notaires. Dans une ville pauvre comme Marseille, où une large partie de la population est éligible à l’habitat social, le logement est un problème majeur. Or, on estime que 15.000 résidences secondaires sont louées à la semaine ou pas louées du tout…

Marseille : Résidences secondaires, Airbnb, taxe d'habitation... Comment la ville tente de limiter la hausse des prix de l'immobilier

  Marseille : Résidences secondaires, Airbnb, taxe d'habitation... Comment la ville tente de limiter la hausse des prix de l'immobilier La municipalité tente d’enrayer l’offre de meublés de tourisme pour donner de l’air au marché immobilier © SENER YILMAZ ASLAN/SIPA L'attractivité actuelle de Marseille tend le marché immobilier TOURISME - La municipalité tente d’enrayer l’offre de meublés de tourisme pour donner Les décisions municipales successives pour enrayer le phénomène Airbnb et l’immobilisation d’une partie du parc immobilier de la ville vont-elles redonner de l’air au marché Marseillais ? « Il y a une pénurie de logement, constate Jean Berthoz, président de l’union des syndicats de l’immobili

Malheureusement pour les propriétaires de résidences secondaires , nombre de stations huppées se situent en "zone tendue", ce secteur où les maires ont le droit, depuis 2015, de leur appliquer une surtaxe d’habitation, dont le taux maximal a été porté de +20 à +60%. A en croire notre tableau (voir ci-dessous), réalisé avec le site Rendementlocatif.com, l’amortissement peut être atteint en un peu plus d’un mois, à condition que les charges de la résidence soient maîtrisées et que le tarif à la nuitée soit confortable. Par contre, dans les immeubles avec piscine, et pour peu que la ville applique la surtaxe

Les résidences secondaires sont soumises à la taxe foncière, ainsi qu'à la taxe d'habitation et d'enlèvement des ordures ménagères. Même si le logement n'est pas occupé toute l'année, son propriétaire ou locataire devra tout de même s'affranchir des impôts locaux. Cette taxe est basée sur la valeur locative du logement. Pour les résidences secondaires , elle est souvent plus élevée, ce type de biens immobiliers étant souvent plus cher qu'une résidence principale, puisque située généralement dans une région touristique. De plus, les taux varient suivant les collectivités locales.

La précédente municipalité, présidée par Jean-Claude Gaudin (LR) avait déjà réagi en faisant voter une surtaxe d’habitation de 20%. "Face aux tensions persistantes du marché locatif, la Ville de Marseille, à l’instar d’autres grandes villes comme Paris, Lyon, Montpellier, Nice ou Bordeaux, souhaite affirmer sa volonté d’agir durablement contre la sous-occupation de certains logements”, précisait la délibération soumise au vote. Cet après-midi, Joël Canicave a invité les membres du conseil à aller vérifier sur leBonCoin : "Sur la première page, il n’y a exclusivement que des locations saisonnières". Par cette surtaxe, la mairie espère donc inciter les propriétaires à remettre leur bien sur le marché de la résidence principale, soit en vendant, soit en louant à l’année. "La mesure n’est pas injuste : des exonérations par l’administration fiscale sont possibles pour certains cas particuliers", a prévenu Joël Canicave, anticipant ainsi les critiques venues de petits propriétaires qui ont pu hériter d’un ou plusieurs biens.

Marseille va augmenter la taxe d'habitation sur les résidences secondaires

  Marseille va augmenter la taxe d'habitation sur les résidences secondaires Pour faire face à la pénurie de logements et le flambée des prix de l'immobilier, la municipalité marseillaise va voter vendredi une augmentation de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires. La décision passe mal auprès des propriétaires qui louent leur résidence de manière occasionnelle. Après Paris, Lyon ou Bordeaux, le Conseil municipal de Marseille va voter vendredi une augmentation de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, afin de favoriser le retour de biens à la location, sur un marché marqué par une flambée des prix.

Toute l’actualité sur le sujet Locations saisonnières . Consultez l’ensemble des articles, reportages, directs, photos et vidéos de la rubrique Locations saisonnières publiés le samedi 11 septembre 2021.

Vous faites peut-être partie de ces 4 millions de Français qui possèdent une résidence secondaire . Mauvaise nouvelles pour vous : plusieurs grandes villes ont décidé d'augmenter considérablement la taxe sur ce logement. Depuis peu de temps où dans les mois à venir, cette surtaxe d'habitation pourrait doubler voire tripler. La justification officielle d’une telle hausse ? Limiter les locations saisonnières de type Airbnb.

Construire plus

L’opposition de droite a mis en doute l’efficacité d’une telle mesure : "Monsieur Canicave a besoin de sous !", a ironisé Pierre Robin (Une volonté pour Marseille, LR). L’élu, que l’on entend de plus en plus en conseil municipal sur les questions de finances, poursuit : "En termes d’efficacité, je doute qu’une augmentation de 200 euros par an va faire changer d’avis les gens qui viennent acheter à Marseille. Croyez-vous sérieusement que ce sera suffisant pour leur faire changer leurs habitudes ? Que ça va arrêter l’envolée des prix et des loyers à Marseille ? Je n’y crois pas vraiment !" En droite ligne avec la politique menée par Jean-Claude Gaudin, l’élu pousse une autre proposition : "Je crois que la solution c’est tout simplement de faire construire plus de logements. Le vrai problème se règlera avec des permis de construire". Il rejoint ainsi les rangs des promoteurs et constructeurs qui, depuis l’arrivée du Printemps Marseillais (union des gauches) à la tête de Marseille, s’affolent du très petit nombre de chantiers accordés par la ville.

Bretagne : Le nombre de résidences secondaires a été multiplié par trois

  Bretagne : Le nombre de résidences secondaires a été multiplié par trois En cinquante ans, le nombre de maisons construites dans la région a plus que doublé, dont une majorité à destination des habitants de passage © C. Allain / 20 Minutes Vue de résidences secondaires sur le littoral à Penmarc'h en Bretagne. IMMOBILIER - En cinquante ans, le nombre de maisons construites dans la région a plus que doublé, dont une majorité à destin Voilà un chiffre qui ne va pas rabibocher les Bretons avec « les Parisiens », terme générique qui qualifie les habitués de la région, peu importe qu’ils soient de Paris, de Nantes ou de Rennes.

La municipalité de Marseille change les règles des locations saisonnières . Lors du conseil municipal de ce vendredi, les élus doivent voter une nouvelle limite du nombre de résidences secondaires qu'un propriétaire peut louer en courte durée : une seule au lieu de cinq aujourd'hui. Autre changement : une habitation classique ne pourra être transformée en location touristique ou en bureau que pendant quatre ans, contre six auparavant.

Régies par la loi Alur, les locations saisonnières présentent quelques particularités qu'il est bon de connaitre. Plus d'informations dans notre article. En effet, la loi du 7 octobre 2016 autorise certaines communes à imposer la déclaration de la résidence principale à des fins locatives , ainsi qu’à attribuer un numéro d’enregistrement à faire apparaître sur les annonces publiées en ligne. C’est le cas des villes de Paris, Bordeaux et Nice ; d’autres villes sont susceptibles de rejoindre cette liste.

En réalité, selon la droite, Joël Canicave veut surtout renflouer les caisses de la ville. Un argument peu convaincant, la mairie estimant à 3 millions environ annuels ce que pourrait lui rapporter cette surtaxe d’habitation. "Cela pourra nous aider à développer des projets vertueux, ramener la nature en ville par exemple, a reconnu Joël Canicave, Mais ce n’est qu’un élément parmi d’autres pour améliorer la situation du logement à Marseille. Touche après touche, nous voulons faire évoluer le marché. Ce n’est pas l’alpha et l’omega de la solution immobilière, c’est un pas pour détendre la situation".

Biarritz : Airbnb ne va pas obliger les loueurs à se déclarer en mairie

  Biarritz : Airbnb ne va pas obliger les loueurs à se déclarer en mairie A Biarritz, Airbnb profite de la loi pour ne pas imposer aux propriétaires souhaitant louer de se déclarer en mairie © Markus Schreiber/AP/SIPA La ville de Biarritz IMMOBILIER - A Biarritz, Airbnb profite de la loi pour ne pas imposer aux propriétaires souhaitant Airbnb, la plateforme de location entre particuliers, a annoncé qu’elle respecterait bien la réglementation sur les meublés touristiques dans le Pays basque, sauf à Biarritz ( Pyrénées-Atlantiques). Or, cette dernière concentre la majorité des locations basques.

Hausse des impôts, le retour d'une vieille lune

Le Rassemblement national a, lui, fustigé "cette gauche qui augmente les impôts" en revenant à ses vieilles lunes : "Il y a d’autres pistes, lutter efficacement contre le squat, reconquérir les territoires perdus de la république, stopper l’immigration et rétablir la priorité nationale pour le logement." La proposition a ensuite été adoptée sans plus de commentaires par le conseil.

«Airbnb partout, logements nulle part» : contre «les dérives» des meublés de tourisme, des collectifs font maison commune .
Des associatifs franciliens, mais aussi de Saint-Malo ou du Pays basque, se sont retrouvés, samedi, devant le siège parisien d’Airbnb. Ils dénoncent une même pression locative dans leurs territoires.Parmi les militants, Véronique Deschamps et Franck Rolland du collectif «Saint Malo, j’y vis, j’y reste».

usr: 1
C'est intéressant!