•   
  •   

Immobilier POINT DE VUE. «Que penser de l’idéal des Français : la maison avec jardin ?»

10:45  22 octobre  2021
10:45  22 octobre  2021 Source:   ouest-france.fr

Comment Herta est devenu le premier charcutier de France

  Comment Herta est devenu le premier charcutier de France Derrière la marque la plus achetée par les Français se cache un outil industriel sophistiqué. Herta espère maintenant s’imposer au rayon traiteur végétal. Un sacré défi. Un gros tuyau chromé propulse une étrange substance rose vers un grand bac. Cette préparation est composée de viande et de gras de porc, broyés et mixés, rallongés d’un peu d’eau, assaisonnés d’épices, de divers liants et d’agents de texture. La matière passe ensuite par une trémie avant d’être dirigée vers un grand entonnoir.

Maisons individuelles avec des petits jardins dans la grande banlieue rennaise, sur la commune de Brécé (35). © Ouest-France Maisons individuelles avec des petits jardins dans la grande banlieue rennaise, sur la commune de Brécé (35).

« Cet idéal de la maison avec jardin est toujours la première réponse à la demande de logement », selon Jean-Yves Chapuis, consultant en stratégie urbaine (*). Mais est-ce toujours la bonne solution ?

La lancinante question de la maison individuelle avec jardin serait un non-sens dans la transition écologique et la protection des terres agricoles ? Propos tenus par la ministre du logement, alors que le dernier livre de Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely démontre que l’idéal des Français, c’est la maison avec jardin, terrasse, le barbecue….

Pourquoi la production des masques 100 % made in France « tourne à moins de 15 % de sa capacité »

  Pourquoi la production des masques 100 % made in France « tourne à moins de 15 % de sa capacité » Si le gouvernement se défend de l’abandon de la filière française des masques et incite à acheter du 100 % « made in France », ils sont nombreux dans le secteur public à continuer de passer des appels d’offres à des entreprises dont les produits sont importés depuis l’étranger, notamment depuis la Chine. Explications. « On a applaudi l’initiative de relance de fabrique de masques (et autres produits), enfin des gens courageux qui osent et relancent une fabrication nationale. Il n’a pas fallu longtemps pour que les acheteurs reviennent à leurs vieux démons, acheter au moins cher ailleurs », souligne Serge, un lecteur de Ouest-France fin septembre.

Comment en sortir ? Cet idéal de la maison avec jardin est toujours la première réponse à la demande de logement. Cela se comprend dans une société où l’individu passe avant toute chose Mon bien-être d’abord et je dirais pourquoi pas ?

Mon expérience dans de nombreuses collectivités (comme consultant en stratégie urbaine du Périgord vert à la métropole lyonnaise) me fait dire que les choses sont plus complexes quand on interroge les citoyens. Les personnes âgées qui se retrouvent souvent seules nous disent que le jardin, elles en ont assez quand on vieillit et surtout quand on se retrouve seul. Prendre sa voiture pour aller acheter une baguette de pain devient pénible aussi. Des jeunes nous ont dit qu’ils n’avaient pas les moyens de s’acheter un terrain et construire une maison.

Condamnation de la maison individuelle : un déni de démocratie

  Condamnation de la maison individuelle : un déni de démocratie Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers, revient sur la polémique déclenchée par le ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, à propos de la maison individuelle. La polémique lancée par une petite phrase de la ministre en charge du Logement jeudi, alors qu’elle clôturait à la Cité de l’architecture une séquence de deux mois de réflexion sur le thème "Habiter la France de demain", ne doit pas être exagérée.

De nouvelles formes urbaines en fonction de différents besoins

Il faut permettre aux personnes âgées de revenir en centre-ville dans de petits collectifs. De même il faut permettre aux jeunes d’avoir un appartement et faire de la mixité intergénérationnelle. C’est à partir de ces éléments que l’on peut imaginer de nouvelles formes urbaines.

L’allongement de la vie pose la question de l’autonomie de la personne ; se trouver dans un petit immeuble avec des services collectifs et rester autonome dans son appartement permet de ne pas aller tout de suite en Ehpad. Réaliser les maisons de retraite au centre des bourgs permet aux personnes de sortir même pour faire quelques pas dans l’espace public.

Il est donc possible sans dénoncer la maison individuelle avec son jardin, de donner d’autres possibilités par rapport à d’autres attentes. On peut ainsi réduire les lots libres pour permettre de réaliser plus de maisons individuelles en consommant moins de terrain et permettre à plus de citoyens d’avoir une maison. On peut retrouver dans l’espace public les m2 que l’on perd dans l’espace privé. On peut aussi montrer que prendre un architecte pour construire sa maison n’est pas toujours plus cher que d’acheter une maison d’un lotisseur.

En fait chaque commune peut inventer ces formes urbaines et essayer, au mieux, de répondre à la demande qui évolue en fonction de l’âge, des désirs et des contraintes. L’allongement de la durée de vie, les situations personnelles qui peuvent changer, le nombre de familles monoparentales : toutes ces évolutions des modes de vie demandent de s’adapter à des demandes multiples sans pointer du doigt telle ou telle forme d’habitat. De nombreux architectes et urbanistes aujourd’hui intègrent ces évolutions.

De la même façon que la mobilité doit être plurielle, l’habitat doit l’être aussi sans lancer d’anathèmes qui ne correspondent pas à la réalité des choix de chacune et chacun.

(*) Ancien élu à l’urbanisme à Rennes et ancien vice-président chargé des formes urbaines à la métropole rennaise

Présidentielle 2022 : Pourquoi la précarité énergétique va devenir un thème de campagne .
Un Français sur cinq est concerné par ce fléau, et cela pourrait encore s’aggraver avec l’augmentation à venir des prix de l’énergie © Pixabay Le prix de l'électricité va encore augmenter cette année, ce qui empêchera de nombreux Français de se chauffer à leur guise. SOCIAL - Un Français sur cinq est concerné par ce fléau, et cela pourrait encore s’aggraver avec l’augmentation A six mois de l’élection présidentielle, les prix de l’énergie sont plus que jamais un sujet sensible pour l’exécutif.

usr: 0
C'est intéressant!