•   
  •   

Immobilier La moitié des logements des stations de ski sont des passoires thermiques

09:20  29 novembre  2022
09:20  29 novembre  2022 Source:   lefigaro.fr

Transports et mobilités vertes: encore des défis à relever

  Transports et mobilités vertes: encore des défis à relever De la trottinette au bus, l'énergie électrique est devenue la partenaire incontournable de nos déplacements. Mais si son bénéfice environnemental est réel, elle n'est pas encore adaptée à tous les moyens de transport. En 2019, le secteur des transports était responsable de 43% des émissions de gaz à effet de serre en France, selon les chiffres du ministère de la Transition Ecologique. Face à ce constat, l'énergie électrique représente, à court terme, la meilleure solution pour réduire la pollution locale, c'est-à-dire émise au moment de l'utilisation du moyen de transport.

Bellefontaine, dans le Jura, est la station la plus économe du classement avec 15 % de passoires thermiques alors qu’Isola 2000, pourtant dans les Alpes du Sud, en compte 90 %. © tchipouille - stock.adobe.com Bellefontaine, dans le Jura, est la station la plus économe du classement avec 15 % de passoires thermiques alors qu’Isola 2000, pourtant dans les Alpes du Sud, en compte 90 %.

Les températures commencent à chuter mais la neige est loin d’être abondante. Val Thorens a même décalé l’ouverture de ses pistes pour profiter d’un enneigement plus conséquent. Magré ces contraintes, la saison de ski 2022/2023 a débuté le week-end dernier. L’occasion pour Heero, société spécialisée dans le financement de la rénovation énergétique, de s’intéresser au classement énergétique des stations de ski françaises en s’appuyant sur les stations les plus chères qui accueillent le plus de monde. Au total, 70 stations, plus ou moins connues, ont été étudiées, issues des principaux massifs français: les Alpes, le Massif central, les Vosges, le Jura et les Pyrénées. Le résultat est édifiant: la moitié des logements situés dans les stations de ski sont des passoires énergétiques (avec un DPE F ou G), contre une moyenne nationale de 16,9 %. Certaines stations comme Isola 2000 dans les Alpes du Sud comprennent jusqu’à 90 % de logements F ou G.

Immobilier: les agences pointées pour leurs annonces de location trop succintes

  Immobilier: les agences pointées pour leurs annonces de location trop succintes Oubli de mentionner le dépôt de garantie, le diagnostic énergétique, le montant des charges… De nombreuses annonces immobilières ne comprennent pas des informations réglementaires pour la location d’un logement, selon une étude de la CLCV. L’association de consommateurs demande aux agences immobilières et aux sites de transactions entre particuliers d’être plus rigoureux et appelle à un renforcement des contrôles pour éviter les abus. Méconnaissance de la réglementation ou manque de rigueur voire de transparence? Dans une étude publiée ce vendredi 18 novembre, l’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) a passé au crible 1.

«Un résultat à mettre en lien avec la réglementation qui entrera en vigueur en janvier 2023. Les logements les plus énergivores vont disparaître du parc locatif. Jusqu’ici, les locations de tourisme n’étaient pas concernées mais le ministre du Logement, Olivier Klein, a annoncé il y a quelques semaines son intention: que tous les logements de tourisme soient contraints par l’interdiction de louer . La moitié du parc de logements des stations de ski ne pourra donc plus être louée si rien n’est fait», s’inquiète Romain Villain, directeur général de Heero à Nantes. En effet, dès le 1er janvier 2023, les logements G avec un DPE indiquant une consommation supérieure à 450 kWh par m2 seront interdits à la location. À partir du 1er janvier 2025, tous les logements classés G seront concernés, puis à partir du 1er janvier 2028, les logements classés F seront sortis du parc locatif puis ceux classés E à partir du 1er janvier 2034.

Copropriété : les prix de l'énergie font (encore) grimper les charges à Paris

  Copropriété : les prix de l'énergie font (encore) grimper les charges à Paris En 2022, les charges des copropriétés devraient fortement augmenter à Paris, notamment pour les immeubles avec chauffage collectif. La 10e édition de l'Observatoire des charges de copropriété de la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) du Grand Paris, publiée lundi 21 novembre, n'augure rien de bon pour les copropriétaires de logements parisiens. Selon cette étude qui se base sur les charges d'environ 100.000 lots (soit près de 3.

Des stations de ski moins rentables

Le risque étant pour les stations de ski d’être moins rentables si le parc de logements n’est pas rénové. «Si les biens ne sont plus louables et mettent du temps à se vendre, les stations connaîtront une baisse de la fréquentation et seront donc moins rentables. Cette donnée s’ajoute à l’inflation et à un enneigement moindre », alerte Sandrine Allonier, co-rédactrice de l’étude Heero. En Savoie, par exemple, 43% des logements sont des résidences secondaires. Les propriétaires n’ont pas forcément les moyens de les rénover et si elles restent en l’état, «une dépréciation du patrimoine dans les stations de ski avec des biens qui coûteraient moins chers notamment», note Romain Villain.

La société relève des écarts importants entre les stations: de 15 % de passoires thermiques dans le Jura, à Bellefontaine, station la plus économe du classement, à 90 % de passoires à Isola 2000, dans les Alpes du Sud. L’altitude est un facteur déterminant, même si le climat et la qualité de la construction jouent également. «Les stations de ski les plus énergivores, celles qui comptent plus de la moitié de passoires énergétiques dans leur parc de logements, se situent majoritairement dans les Pyrénées et les Alpes, alors qu’au contraire celles qui ont la plus faible part de logements F ou G, inférieure à un tiers du parc, se trouvent plutôt dans les Vosges, le Jura et le Massif central», précise Romain Villain. La construction est aussi plus aisée dans les Vosges, le Jura ou le Massif central que dans les Hautes-Pyrénées, avec des coûts moins élevés et des matériaux souvent de meilleure qualité. À Isola 2000, les logements ont été construits trop rapidement, avec des matériaux peu performants, selon l’étude.

INFOGRAPHIES. Crise énergétique : où se trouvent les passoires thermiques en France ?

  INFOGRAPHIES. Crise énergétique : où se trouvent les passoires thermiques en France ? Alors qu'une potentielle pénurie d'électricité menace la France cet hiver, franceinfo se penche sur la localisation et les caractéristiques des sept millions de passoires thermiques françaises, ces logements particulièrement énergivores. Pour passer l'hiver et faire face à la crise énergétique, tous les logements ne se valent pas. Les factures de gaz et d'électricité s'envoleront avant tout dans les passoires thermiques. Un terme qui désigne les logements dont le diagnostic de performance énergétique (DPE) est classé F ou G, car ils consomment plus de 330 kWh/m2 et par an.

Les stations de ski exemptées de l’interdiction de louer?

Effectivement, les premières stations de ski françaises ont émergé dans les années 20 dans les Alpes, comme Megève par exemple, ou dans les Pyrénées comme Barèges ou la Mongie. Dans les années 60-70, les stations de ski se développent à grande échelle et sont construites en altitude, comme la Plagne ou les Arcs, en Savoie (73), de manière très rapide, avant la première réglementation thermique. L’isolation est insuffisante, les températures plus rudes et le système de chauffage pas toujours performant. Plus la station est située en altitude, plus la construction est complexe et plus les matériaux coûtent cher. Des régions ont pris les choses en main comme la région Auvergne-Rhône-Alpes où Laurent Wauquiez, le président de région (LR), a mis en place un plan d’investissement de 100 millions d’euros, dont 10 millions d’euros consacrés pour la rénovation des hébergements et des centres de vacances notamment.

«Nous espérons une prise de conscience des stations de ski pour qu’elles accompagnent les propriétaires dans la rénovation énergétique de leurs logements et une prise en compte des pouvoirs publics avec peut-être une adaptation de l’interdiction de louer des passoires thermiques aux zones géographiques, afin que la nouvelle contrainte ne concerne pas les stations de ski dans un premier temps par exemple», conclut Sandrine Allonier.

Prix élevé, durcissement du crédit : la fin de l’euphorie immobilière touche les primo-accédants .
En raison du contexte économique, les primo-accédants sont de moins en moins nombreux. Selon une étude de Drimki-BVA, ils ne sont plus que 33% à vouloir acheter leur premier bien immobilier, contre 44% en début d’année. Mais les investissements locatifs ont le vent en poupe. En cette fin d’année 2022, les Français souhaitant investir dans la pierre sont toujours aussi nombreux, bien que certains profils d’acheteurs ont tendance à reporter leur projet. C’est ce que révèle la dernière étude DRIMKI, spécialiste de l’estimation immobilière, et BVA, société d’études et de conseils.

usr: 4
C'est intéressant!