•   
  •   

Immobilier Pourquoi l’indice des prix à la consommation devrait prendre en compte l'immobilier

14:35  04 février  2020
14:35  04 février  2020 Source:   europe1.fr

Immobilier : ces scandaleux loyers de chambres de bonnes que personne n’arrive à limiter

  Immobilier : ces scandaleux loyers de chambres de bonnes que personne n’arrive à limiter A Paris, Lyon et dans les villes tendues, les bailleurs n’hésitent pas à louer à prix d’or les plus petites chambres de bonnes. Ces locations aux rapports prix/surface abominables prospèrent, sans qu’aucun dispositif ne soit vraiment efficace pour en limiter l’inflation. Explications. Louer à peine 11 mètres carrés au dernier étage d’un immeuble sans ascenseur, avec WC sur le palier, pour 620 euros mensuels. Soit plus d’un demi-SMIC par mois. Cette histoire n’est pas une fiction inspirée des Misérables de Victor Hugo. Il s’agit au contraire d’une annonce tout à fait sérieuse trouvée mi-janvier, sur le portail Leboncoin.

Pour les articles homonymes, voir IPC et CPI. L ' indice des prix à la consommation ou IPC (en anglais, Consumer Price Index ou CPI) mesure l'évolution du niveau moyen des prix des biens et services consommés par les ménages

l ’ indice des prix à la consommation de l’Espace économique européen (IPCEEE). Ce manuel devrait être prêt fin 2010. Le coût du logement pour les propriétaires (loyers imputés, charge d'intérêt sur prêt immobilier ) est souvent pris en compte dans le calcul des indices de prix nationaux[14].

L’indice des prix à la consommation sous-estime l’inflation, car son calcul ne prend pas en compte les prix de l'immobilier, l'achat d'un logement étant considéré par l'Insee comme un investissement, et non comme un bien de consommation. Toutefois, la Banque centrale européenne pourrait revoir cette définition. © OLIVIER MORIN / AFP L’indice des prix à la consommation sous-estime l’inflation, car son calcul ne prend pas en compte les prix de l'immobilier, l'achat d'un logement étant considéré par l'Insee comme un investissement, et non comme un bien de consommation. Toutefois, la Banque centrale européenne pourrait revoir cette définition.

Depuis des années, nos dirigeants assurent que les prix n'augmentent pas. À peine 1,4% en 2019. Et pourtant, le ressenti des Français est bien différent. Il faut dire qu'un élément capital, essentiel même, n'est pas pris en compte dans le calcul des prix : l'immobilier. Et pourtant, en 20 ans, les prix de l’immobilier ont doublé, voire triplé dans les grandes villes. Soit une augmentation de plus de 200%. C'est ce que l’on appelle une inflation galopante.

Immobilier : Paris, ville la plus convoitée au monde par les super riches

  Immobilier : Paris, ville la plus convoitée au monde par les super riches Paris, New York, Tokyo : voici les trois villes où les multimillionnaires ont eu le plus envie d’investir dans la pierre, selon l'agence de luxe Barnes. La capitale française profite du déclin de Londres, dont le marché du luxe est plombé par le Brexit. Paris est-elle redevenue le plus beau des paradis des millionnaires ? A en croire le Barnes City Index de 2019, oui. Selon le réseau d’agences immobilières de luxe, aucune ville au monde n’attire plus les familles au patrimoine supérieur à un million de dollars que la capitale française. Dans le classement 2019 de Barnes, Paris devance New York, Tokyo et Los Angeles.

L ' indice des prix à la consommation (IPC), calculé en France par l'Insee, mesure l'évolution du niveau moyen des prix des biens et services consommés par les ménages, pondérés par leur part dans la consommation moyenne des ménages.

L ’ indice des biens à la consommation ne prend pas en compte l ’évolution de certains actifs considérés comme des biens d’investissement. Voilà pourquoi il faut épargner en dehors des monnaies officielles, indépendamment des indicateurs dévoilés par nos chers statisticiens nationaux.

L'Insee ne tient pas compte de l'immobilier dans l'indice des prix, parce qu’elle calcule l'indice des prix "à la consommation". Tout est question de définition. Acheter un appartement ne fait pas partie de la consommation. On ne consomme pas un appartement, il s’agit d’un investissement qui garde toute sa valeur, et que son propriétaire pourra transmettre à ses enfants.

>> Retrouvez toutes les chroniques économiques d'Axel de Tarlé en replay et en podcast ici

Vers un changement des règles de calcul

L'Insee prend simplement en compte les loyers dans son calcul de l'indice des prix. Et même s’ils augmentent, ils ne pèsent que pour 6% dans cet indice. Et pourtant, le logement est devenu l’un des premiers sujets de préoccupation des Français. Il absorbe plus de 25% du budget des ménages. Cette question est d’ailleurs au cœur des élections municipales.

La Banque centrale européenne veut changer cette règle. "Nous devons davantage prendre en compte l'immobilier dans le calcul des prix", déclare son chef économiste dans les colonnes du Financial Times. L’inflation se trouverait automatiquement revalorisé par ce changement, avec de nombreuses conséquences positives, puisque les retraites, le Smic et les taux d'intérêts sont revalorisés en fonction de l'inflation. Il faut dire que ne pas tenir compte de l'immobilier, quand on parle du budget des ménages, c’est refuser de voir l'éléphant au milieu de la pièce !

Immobilier : ces régions où les prix du neuf ont explosé .
Non, la frénésie des prix ne touche pas que les logements anciens. En un an, les maisons neuves ont vu leur cote grimper de 3,2%, et les appartements de 4,4%. Les régions les plus inflationnistes ne sont pas forcément celles que vous croyez… Explications. Qui a dit que les logements neufs étaient épargnées par la flambée des prix de l’immobilier ? Bien au contraire. Les prix des commandes de nouvelles maisons et de nouveaux appartements ont respectivement grimpé de 3,2% et 4,4% en un an, selon le service des données et études statistiques (SDES) du gouvernement. Dans certaines régions, l’explosion a même été énorme.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!