•   
  •   

Immobilier Grand Paris : ces futures gares qui ont (ou vont faire) flamber les prix de l’immobilier

20:30  06 février  2020
20:30  06 février  2020 Source:   capital.fr

Immobilier : une baisse de 8 à 10% des crédits aux ménages est prévue en 2020 selon des projections

  Immobilier : une baisse de 8 à 10% des crédits aux ménages est prévue en 2020 selon des projections L'Observatoire des crédits aux ménages prévoit une baisse de 8 à 10% des crédits immobiliers accordés aux ménages en 2020, selon l'économiste Michel Mouillard."Certainement nous aurons un recul de 8 à 10%" des crédits immobiliers accordés par les banques aux ménages, rapporte l'économiste Michel Mouillard. L'économiste a contribué au rapport 2019 de l'Observatoire des crédits aux ménages. "La réalisation de leur projet immobilier est contrariée. Nous l'avons déjà vu en décembre, le mois de janvier 2020 le confirme", explique-t-il.

Grand Paris : ces futures gares qui ont (ou vont faire) flamber les prix de l’immobilier © BIG & Silvio d’Ascia Architecture - Station de métro de la Ligne 15 Est du Grand Paris Express Bondy Grand Paris : ces futures gares qui ont (ou vont faire) flamber les prix de l’immobilier

Avec le projet du Grand Paris, quatre nouvelles lignes de métro doivent être creusées d’ici 2030, en plus du prolongement de la ligne 14. Ces 200 kilomètres supplémentaires de transports devraient valoriser l’immobilier autour des 68 gares à relier. D’ailleurs, les prix de la pierre flambent déjà autour de certaines d’entre elles. Explications.

Les prix de l'immobilier vont-ils flamber le long des futures lignes de métro du Grand Paris ? Oui, selon toute vraisemblance. Autour de certaines stations, on observerait même déjà un “effet gare”, à en croire les chiffres publiés par les notaires du Grand Paris. Dans une étude publiée le 30 janvier, les notaires ont en effet compilé les évolutions de prix des appartements anciens, dans un périmètre de 800 mètres à vol d’oiseau autour de chaque future station.

Paris : Un hôtel particulier en ruines vendu 35 millions d'euros

  Paris : Un hôtel particulier en ruines vendu 35 millions d'euros Le bien était mis à prix à 6 millions d'eurosIl n’aura fallu que 20 minutes pour multiplier par près de six le prix de vente. Une propriété en ruine située en plein 7e arrondissement était mise aux enchères ce jeudi à 14h au tribunal de grande instance de Paris à 6 millions d’euros. Elle a trouvé preneur pour 35,1 millions d’euros, indique un communiqué de l’agence Féau immobilier.

Et voici le constat. Le long de certaines lignes, les envolées sont spectaculaires. Autour de la station Saint-Ouen RER, qui sera desservie par le prolongement nord de la ligne 14, les prix médians au mètre carré ont augmenté de 76% entre 2008 et 2019. Et à la station Mairie de Saint-Ouen, la hausse atteint 68%. C’est beaucoup, comparé au dynamisme de l’immobilier local. Sur la Plaine commune, le territoire réunissant la ville de Saint-Ouen et ses voisines, les prix n’avaient en effet augmenté que de 32% sur la même période. A la station Saint-Denis Pleyel, dans la commune limitrophe, les prix ont eux grimpé de 41% en dix ans. Et les évolutions de prix aux stations Pont-Cardinet et Porte de Clichy sont tout aussi impressionnantes (respectivement + 64% et + 55%).

Pourquoi l’indice des prix à la consommation devrait prendre en compte l'immobilier

  Pourquoi l’indice des prix à la consommation devrait prendre en compte l'immobilier L’indice des prix à la consommation sous-estime l’inflation, car son calcul ne prend pas en compte les prix de l'immobilier, l'achat d'un logement étant considéré par l'Insee comme un investissement, et non comme un bien de consommation. Toutefois, la Banque centrale européenne pourrait revoir cette définition.L'Insee ne tient pas compte de l'immobilier dans l'indice des prix, parce qu’elle calcule l'indice des prix "à la consommation". Tout est question de définition. Acheter un appartement ne fait pas partie de la consommation. On ne consomme pas un appartement, il s’agit d’un investissement qui garde toute sa valeur, et que son propriétaire pourra transmettre à ses enfants.

>> Notre service - Estimez le prix d’un bien immobilier (immédiat, gratuit et sans engagement)

Des hausses de prix sensibles autour des lignes 14 et 15

Les hausses les plus sensibles sont surtout constatées autour des futures lignes 14 et 15. Dans le prolongement sud de la ligne 14, par exemple, les prix autour de Maison Blanche-Paris XIIIe ont grimpé de 50% entre 2008 et 2019, pour se hisser à 7.920 euros du mètre carré. Au Kremlin-Bicètre, la station suivante, c’est plus 36% (5.530 euros du mètre carré). Et à la suivante, Villejuif Institut Gustave Roussy, la flambée atteint encore 36%. Le prix moyen y atteint 4.050 euros du mètre carré. “Les écarts entre les prix peuvent être considérables d’une station à l’autre” constatent les notaires.

Autour la future ligne 15, qui sera longue de 75 kilomètres, on observe là aussi un “effet gare” sur certaines stations. Exemple à Bécon-les-Bruyères, où les prix ont grimpé de 45% depuis 2008. Mais aussi autour de Châtillon Montrouge, qui enregistre 38% de hausse, ou encore à Pont de Sèvres, qui progresse de 54%.

Immobilier : Paris devient la ville la plus convoitée par les grandes fortunes mondiales

  Immobilier : Paris devient la ville la plus convoitée par les grandes fortunes mondiales La capitale française continue de faire rêver à l’étranger et devient la ville préférée des grandes fortunes devant New York, Tokyo, Los Angeles et Hong Kong. Malgré les grèves contre la réforme des retraites et la crise des « gilets jaunes », la capitale française profite d’une bonne image à l’étranger et reste très convoitée : en un an, l’agence Barnes a enregistré une hausse de 30 % de son volume d’activité dans l’Ouest parisien.

Encore peu d'impact sur les lignes 16, 17 et 18

Néanmoins, les notaires restent prudent sur l'importance de “l’effet gare” dans ces inflations. “Les prix restent essentiellement représentatifs des zones géographiques dans lesquelles ils s’inscrivent”, communiquent-ils. Et c’est vrai. Les quartiers qui étaient déjà chers avant le projet du grand Paris le restent... Et ceux qui l’étaient beaucoup moins, aussi. Par exemple, autour de la gare de Sevran–Beaudottes (ligne 16), le prix médian du mètre carré s’est écroulé de 15% en dix ans, atteignant 1.640 euros du mètre carré en 2019. Soit un prix inférieur à la moyenne de la ville de Sevran (2.369 euros).

>> A lire aussi - Immobilier : les prix autour de 63 gares du supermétro du Grand Paris

D’ailleurs, si l’on observe les futures des lignes 16, 17 et 18, difficile d'identifier pour le moment un “effet gare.” Seules les alentours de Massy-Palaiseau (+ 19%) et Versailles Chantiers (+ 30%) semblent pour l’instant sensibles au projet du Grand Paris. Il faudra de toute façon encore patienter pour connaître l’impact réel des nouvelles lignes de métro sur les prix de l’immobilier francilien. Les premiers tronçons ne devraient en effet voir le jour qu’à partir de 2024.

Immobilier : comment les prix des biens de luxe évoluent dans votre région .
Selon le dernier baromètre SeLoger, les biens dont la valeur excède un million d’euros ont vu leur prix au mètre carré fortement augmenté pour atteindre de nouveaux sommets dans certaines régions… Des chiffres qui donnent le tournis. Selon le baromètre* LPI-SeLoger publié par Capital, les demeures de luxe s’échangent à prix d’or. L’an passé, ces biens de prestige - c’est-à-dire dont le prix excède 1 million d’euros - se sont vendus en moyenne 5 millions d’euros dans l’ex-région du Limousin, 3,5 millions en outre-mer et près de 3 millions en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 9
C'est intéressant!