•   
  •   

Immobilier Coup de frein sur le crédit: les jeunes ménages et les investisseurs pénalisés

12:35  08 février  2020
12:35  08 février  2020 Source:   challenges.fr

Paiement : Crédit Agricole s'offre la fintech Linxo

  Paiement : Crédit Agricole s'offre la fintech Linxo Au terme de cette transaction, dont le montant n'a pas été révélé, Crédit Agricole détiendra 85% de la fintech, qui propose "des briques API (Application Program Interface)" ainsi que des applications mobiles en marque blanche.Créé en 2010, Linxo comptait déjà le groupe bancaire mutualiste parmi ses investisseurs de la première heure.

J’ai d’ailleurs dû me battre pour qu’il accepte de participer à ce projet et il me coûte très cher. Il est aidé d’un comptable qui l’aide à décortiquer les rapports financiers des entreprises dans le détail. Grâce à ce second expert, il est certain de ne rien laisser passer. Ces analyses sont ensuite mises en forme par

Du côté des émetteurs, on retrouve donc les entreprises qui viennent financer leurs projets en bourse en levant des capitaux propres (actions) ou en empruntant (obligations) Les titres d'Etat se retrouvent ainsi placés dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels français ou étrangers.

Le robinet du crédit immobilier se ferme... © ShutterStock Le robinet du crédit immobilier se ferme...

Les nouvelles règles du crédit immobilier, telles qu'elles ont été recommandées par la Banque de France, pénalisent tous les ménages emprunteurs, mais particulièrement ceux qui achètent pour la première fois et ceux qui achètent pour mettre en location.

Richard ne comprend pas : cette fois-ci, c’est le Crédit agricole qui lui a dit non. Déjà, il y a deux jours, la Caisse d’épargne avait refusé sa demande. Pour cet ingénieur de 56 ans, qui avait réalisé sans problème il y a sept ans un investissement locatif financé à 100% par emprunt, se voir refuser une nouvelle opération est plutôt mal vécu : "Je ne comprends pas : ma maison est payée, les enfants sont casés, j’encaisse des loyers et un salaire et on refuse de me prêter ? C’est le monde à l’envers !"

Immobilier : une baisse de 8 à 10% des crédits aux ménages est prévue en 2020 selon des projections

  Immobilier : une baisse de 8 à 10% des crédits aux ménages est prévue en 2020 selon des projections L'Observatoire des crédits aux ménages prévoit une baisse de 8 à 10% des crédits immobiliers accordés aux ménages en 2020, selon l'économiste Michel Mouillard."Certainement nous aurons un recul de 8 à 10%" des crédits immobiliers accordés par les banques aux ménages, rapporte l'économiste Michel Mouillard. L'économiste a contribué au rapport 2019 de l'Observatoire des crédits aux ménages. "La réalisation de leur projet immobilier est contrariée. Nous l'avons déjà vu en décembre, le mois de janvier 2020 le confirme", explique-t-il.

Les banques ont fermé le robinet du crédit facile à la demande du Haut Comité de stabilité financière. Près de 25 % étaient dans ce cas, en septembre 2019, notamment bon nombre d’ investisseurs achetant un bien « Les plus pénalisés sont les jeunes avec de petits salaires ».

( Crédits : Philippe Wojazer). Le trou d'air de début d'année s'est poursuivi au deuxième trimestre L'institut souligne ce 27 juillet que ces conflits ont pénalisé la consommation des ménages en services, qui ont tout juste progressé de 0,1 Coup de frein sur la croissance française au premier trimestre.

Il ne croit pas si bien dire : le monde est à l’envers, bouleversé par la baisse des taux. Depuis novembre dernier, la Banque de France, par le biais du Haut Conseil à la sécurité financière, a mis en garde les banques : en prêtant trop, à des conditions trop périlleuses pour elles, elles mettent en danger leur structure financière. Vendredi matin, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a, à nouveau, rappelé les "règles de bon sens : éviter les crédits de plus de 25 ans, et éviter d'aller au-delà de 33% quand on rapporte la mensualité par rapport aux revenus. Nous avons tous intérêt à agir tant qu'il est temps." La Banque de France ne veut certes pas donner des instructions qui tomberaient "comme un couperet", mais veut agit "tant qu'il est temps". Et les banques, qui dépendent de la Banque de France pour leur accès au marché des capitaux, ont reçu le message 5 sur 5 : depuis janvier, elles appliquent ces "recommandations" avec plus ou moins de zèle. Avec des conséquences déjà sensibles sur le marché du crédit...

Accès au crédit immobilier : pas d'exclusion en masse, assure la Banque de France

  Accès au crédit immobilier : pas d'exclusion en masse, assure la Banque de France La Banque de France conteste les chiffres de l'Observatoire des crédits aux ménages, selon lesquels plus de 100.000 ménages pourraient être exclus du marché de l'immobilier."L'accès au crédit immobilier sera maintenu, sans le moindre doute", promet l'institution dans un communiqué commun avec l'ACPR, régulateur du secteur. "Le crédit immobilier continuera de croître en France, sur des bases plus saines et plus durables", a-t-elle ajouté.

Chaque élément constitutif du contrat de crédit -bail demeure négociable, de la durée à la périodicité, en passant par le montant des loyers. Les inconvénients du dispositif. Cependant, bien qu'il permet à l'entreprise de disposer de nombreux avantages, le crédit -bail a également quelques inconvénients

En devenant membre du blogue, vous recevrez de façon automatisée un courriel électronique vous avisant des derniers ajouts sur le blogue. d'un Investisseur Autonome. Bienvenue ! InvestissHeure est un blogue financier personnel qui contient des articles et des analyses financières portant sur

Lire aussiBanques et courtiers en crédit immobilier: relations tendues en cette fin d'année

Les refus de dossiers explosent

Premier effet : les taux ont cessé de baisser. Il sont même remontés légèrement (0,1% en moyenne). Ce n’est pas beaucoup, mais c’est un signe. Et la remontée devrait se poursuivre, notamment sur les durées longues ou les ménages les plus fragiles... Les taux moyens tournent actuellement autour de 1,15 % sur 15 ans, de 1,35 % sur 20 ans et de 1,55 % sur 25 ans. Même les meilleurs dossiers n’obtiennent plus mieux que 0,8 % sur 15 ans, 0,9 % sur 20 ans et 1 % sur 25 ans. Ensuite, deuxième effet, un resserrement assez brutal du crédit. En durcissant les conditions d’accès au crédit à l’aide de quelques clauses assez simples : exigence d’un apport personnel d’au moins 10% (alors que certains dossiers passaient avec 5%, voire aucun apport dans le cas des investisseurs).

"Ce critère d’apport devient déterminant de l’accord ou non du prêt, ou du taux d’intérêt obtenu avec des écarts qui vont de 0,20 jusqu’à 0,55 % dans certaines banques", explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. Pour Ludovic Huzieux, le PDG d’Artémis Courtage, "l’effet est très net, notamment dans des régions où il y a beaucoup de ménages qui réalisent leur première acquisition, comme en Bretagne et dans les Hauts-de-France, et où les apports personnels sont inexistants. Dans ces cas-là, nous avons la moitié des dossiers qui étaient acceptés avant Noël qui sont désormais refusés". La casse devrait être importante puisqu’il y a plus de 400.000 primo-accédants en France chaque année!

Crédit immobilier : sous la pression de Bercy, les banques raccourcissent les durées d'emprunt

  Crédit immobilier : sous la pression de Bercy, les banques raccourcissent les durées d'emprunt Les recommandations formulées en décembre dernier par le HCSF incitent les banques à resserrer les conditions d'octroi de crédits immobiliers, en ce début d'année. Les durée d'emprunt ont ainsi nettement reculé au mois de janvier. Le taux d'intérêt moyen des crédits immobiliers est resté stable en janvier, après avoir fini l'année 2019 quasiment à son plus bas niveau historique. A 1,13% en moyenne, les taux des crédits immobiliers accordés par le secteur concurrentiel ont entamé l'année au même niveau que décembre 2019, détaille dans un communiqué l'observatoire Crédit Logement/CSA.

Des catégories d’ investisseurs selon le stade de développement de l’entreprise. • L’ancien chef d’entreprise, le adre supérieur et le jeune retraité, dont la fourchette Les structures d'investissements institutionnelles. A : Les investisseurs régionaux : Lorsque les montants à mobiliser sont trop élevés

Plusieurs pays sont pénalisés par la chute des cours du pétrole. Ici, une raffinerie au Nigeria. Car ils sont nombreux à construire leur budget, c'est-à-dire les investissements publics et surtout la redistribution aux ménages , sur les revenus futurs du pétrole.

Des investisseurs pénalisés

L’autre population la plus touchée est celle des investisseurs. Ils sont, dans le neuf, plus de 70.000 par an, et, dans l’ancien, entre 200 et 250.000. Eux aussi cherchaient jusqu’à présent à optimiser leur montage en mettant le moins d’apport possible dans leur achat. Il n’était pas rare de trouver des dossiers à 110%, c'est-à-dire des dossiers où les banques finançaient jusqu’aux frais d’achat… C’est terminé, désormais. "Les recommandations privilégient les acheteurs de leur résidence principale, et risquent d'exclure ceux qui sont dans une optique d'investissement et qui ont représenté 20 % des acheteurs en 2019", rappelle Jérôme Robin, DG de Vousfinancer.

D’autant que ces investisseurs font aussi face à un deuxième problème : le mode de calcul de leur taux d’endettement. En effet, lors d’un achat à crédit, la banque tient compte du surcroît de revenu (les loyers) que va procurer l’investissement en question. Elle en tient compte partiellement, à hauteur de 70% généralement. Or, jusqu’à présent, de nombreuses banques acceptaient un calcul différentiel du taux d’endettement de leur emprunteur. Il consistait à soustraire 70% des loyers des remboursements du crédit, et à le comparer aux revenus. Désormais, les banques appliquent un calcul nettement moins intéressant : il consiste à ajouter 70% des loyers aux revenus de l’emprunteur, et de les rapporter aux charges.

C’est la même chose, direz-vous ? Erreur. Penons un emprunteur ayant 2.000 de revenus, 1.000 euros de remboursement de prêt et 800 de loyers. Dans un premier cas, cela donne (1000-800 x 70%)/2000, soit 22% d’endettement. Et dans l’autre, 1000/(2000+800 x 70%), soit 39% d’endettement. La situation est la même dans les deux cas. Sauf que dans le deuxième, l’endettement dépasse les 33% et le dossier est refusé. "On a du mal à comprendre pourquoi les autorités de marchés veulent freiner un marché qui ne présente pas de risque particulier, notamment celui des investisseurs dans le neuf, qui viennent en substitution d’un Etat qui ne construit pas assez de logements sociaux", s’étonne Ludovic Huzieux, d’Artémis Courtage.

Rénovation énergétique : comment tirer parti des aides .
Le soutien à l’amélioration de la performance énergétique des logements évolue. Décryptage. © DR Paris Match. Où en est l’aide fiscale à la rénovation ?Florence Clément. Tous les contribuables propriétaires occupants pouvaient jusqu’ici prétendre au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) afin de financer des travaux dans leur résidence principale. Mais, depuis le 1er janvier, l’accès aux aides à la rénovation énergétique dépend avant tout de la composition du ménage et des revenus.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 13
C'est intéressant!