•   
  •   

Immobilier Paris, Nice, Toulouse… ces grandes villes qui comptent le plus de logements vides

12:40  17 février  2020
12:40  17 février  2020 Source:   capital.fr

Municipales: le logement à Paris, sujet incontournable pour les candidats

  Municipales: le logement à Paris, sujet incontournable pour les candidats Hausse des loyers, au moins 10.000 euros le mètre carré à l'achat, plus de 3.000 personnes dans les rues: le logement est un des thèmes principaux dans la campagne des municipales à Paris. Et "environ 1% de ces logements seront consacrés à des personnes à la rue".Cinq candidats aux municipales à Paris (la LR Rachida Dati ayant annulé sa venue) se sont retrouvés vendredi pour débattre à l'invitation de la Fondation Abbé Pierre. Si tous sont d'accord pour atteindre 25% de logements sociaux d'ici 2025 (conformément à la loi Solidarité et renouvellement urbain, dite SRU), les méthodes pour y arriver ne sont pas les mêmes, les trajectoires, divergentes et le panel de mesures, varié.

Si les trois plus grandes villes du Sud du pays ont été promptes à modifier leur site Internet pour Pour ce qui est de Paris , aucune mention du Grand débat national sur la page d'accueil, mais un peu de Il s'agit de Nice , de Strasbourg et de Lyon. Interrogée par Sputnik sur les raisons de l'absence

Initiative de la société Mercer, ce classement vise à établir parmi 450 villes , la liste de celles où il est le plus dangereux de travailler. L'objectif, aider les multinationales à déterminer les compensations versées à leurs employés expatriés. Si la plupart des villes européennes comptent parmi les plus

Le gouvernement vient de lancer un plan pour mobiliser les logements inoccupés et inciter leurs propriétaires à les louer. Mais à combien s’élève le taux de vacance dans les plus grandes villes de France ?

3 millions. C’est, selon les derniers pointages des pouvoirs publics, le nombre de logements laissés vacants dans l’Hexagone. Soit environ 8% des logements du parc à l’échelle nationale. “Depuis 2006 et son plus bas niveau historique (6,3%), la vacance locative a progressé de manière régulière, année après année”, observe Franck Vignaud, le directeur général du Laboratoire de l’immobilier. “Ce qui est assez paradoxal, puisqu’on construit de plus en plus”, ajoute-t-il. Face à ce constat, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a lancé, lundi 10 février, un grand plan national de mobilisation de ces logements. Objectif : inciter les propriétaires de logements inoccupés à les louer, pour remettre quelque 200.000 biens sur le marché locatif.

Évidemment, la proportion de logements laissés vides n’est pas la même partout. “Les plus forts taux de vacance se concentrent dans les zones rurales, en déclin démographique et où la demande est donc faible”, analyse Franck Vignaud. Elle est en revanche plus faible dans les grandes agglomérations tendues. Pour autant, du fait de la concentration de la demande dans ces aires urbaines, c’est bien là que le besoin en logement se fait le plus sentir. Et, à un mois des municipales, l’enjeu est énorme. “Les logements vacants et les résidences secondaires constituent un énorme réservoir, nous devons tout faire pour les ramener à la location”, avançait récemment Cédric Villani, candidat à la mairie de Paris. A Lille, la question de la réquisition des logements vides est même posée.

Pourquoi ne parvient-on pas à éradiquer ce phénomène ? “L’exemple de Toulouse est assez représentatif”, témoigne le directeur général du Laboratoire de l’immobilier. “La superficie intra muros est plus importante qu’à Paris, mais on se refuse à densifier. Entre les recours et les obligations de la mairie, qui sont encore plus contraignantes que le plan local d’urbanisme, il devient difficile de construire”. Un autre problème se situerait dans les quartiers anciens. “Certains centres-villes anciens, où l’habitat est vétuste et où les propriétaires n’ont pas les moyens de rénover, concentrent une forte part de logements vacants, épluche Franck Vignaud. Et la proximité avec des monuments complexifie encore les rénovations, du fait des réglementations. Ajoutez à cela l’absence de parkings et la fuite de certains commerces en périphérie et il devient très difficile de faire revenir les habitants en centre-ville”. Résultat : la vacance augmente un peu plus dans le centre.

Paris, Nice, Toulouse… ces grandes villes qui comptent le plus de logements vides © Gabor Nagy / Getty Images Paris, Nice, Toulouse… ces grandes villes qui comptent le plus de logements vides
Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Immobilier : voici à quelle vitesse les prix ont flambé dans les grandes villes depuis les dernières élections municipales .
Vous souvenez-vous des prix qui étaient pratiqués dans votre ville lors des dernières élections municipales ? Amiens, Metz, Rennes, Strasbourg, Toulouse… En cinq ans, la plupart des métropoles de plus de 100.000 habitants ont vu leur immobilier flamber. Mais à quelle vitesse ? La réponse ici. Parmi les communes de plus de 100.000 habitants, combien ont vu leurs prix baisser depuis les dernières élections ? Seulement deux : celles de Perpignan et de Toulon, d’après les chiffres communiqués par le baromètre LPI-SeLoger. Dans les 33 autres plus grandes métropoles du pays, c’est l’inverse.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!