•   
  •   

Immobilier Immobilier et Covid-19 : le pire n'est pas du tout le plus sûr

15:10  27 mars  2020
15:10  27 mars  2020 Source:   latribune.fr

Crédit immobilier : le nombre d’emprunteurs exclus pourrait être pire que prévu en 2020

  Crédit immobilier : le nombre d’emprunteurs exclus pourrait être pire que prévu en 2020 Une première estimation faisait état d’environ 100.000 ménages écartés du marché du crédit immobilier pour 2020. Selon le courtier Meilleurtaux, c’est un scénario plus grave qui pourrait se produire, avec au moins le double d’emprunteurs exclus. Des taux toujours aussi bas - 1,13% en février -, mais des banques bien plus sélectives. Le marché du crédit immobilier vit en ce moment une période bien paradoxale.

C' est inévitable : l' immobilier va se faire rattraper par le Covid - 19 . D'abord, parce qu'un achat immobilier demande, comme tout gros investissement, de la visibilité sur le long terme, notamment sur ses revenus, et un climat de confiance. [ ]

C' est inévitable : l' immobilier va se faire rattraper par le Covid - 19 . D'abord, parce qu'un achat immobilier demande, comme tout gros investissement, de la visibilité sur le long terme, notamment sur ses revenus, et un climat de confiance. [ ]

  Immobilier et Covid-19 : le pire n'est pas du tout le plus sûr © Fournis par La Tribune

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui: immobilier et Covid-19, le pire n'est pas du tout le plus sûr

C'est inévitable : l'immobilier va se faire rattraper par le Covid-19. D'abord, parce qu'un achat immobilier demande, comme tout gros investissement, de la visibilité sur le long terme, notamment sur ses revenus, et un climat de confiance. Les futurs acheteurs vont donc temporiser quelques mois et attendre que la situation se soit calmée pour se lancer. Ensuite, une transaction immobilière demande beaucoup d'échanges humains : avec les agents immobiliers, les banquiers, le notaire, les artisans pour les travaux sans compter les visites. Pendant cette période d'épidémie et de confinement, cette chaîne va être, c'est inévitable, momentanément rompue.

Immobilier : Pourquoi le patron de Century 21 ne croit pas à une "bulle immobilière"

  Immobilier : Pourquoi le patron de Century 21 ne croit pas à une INTERVIEW - Alors que les prix de l'immobilier ont augmenté de 25% en dix ans en France, progressant encore de 6,6% en moyenne l'an dernier à Paris, le patron de Century 21 ne croit pas à une "bulle immobilière".Pour qu’il y ait une bulle, il faut qu’il y ait de la spéculation. Ce que l’on observe dans nos agences, ce sont des gens qui achètent pour habiter, et, pour un quart d’entre eux, pour investir sur le long terme. Mais pas pour spéculer. Ce qui a fait monter les prix, ce n’est pas la spéculation, ce sont les taux bas, et tant qu’ils resteront bas, le marché restera dynamique. Je ne vois, à ma connaissance, aucune bulle à l’horizon.

Le virus est minuscule donc on ne peut pas le voir à l’œil nu. Mais il est capable de s’allonger sur des surfaces, comme le métal, mais aussi le bois, le Parfois, en particulier chez les enfants, le virus ne cause rien du tout . Mais si un enfant n ’ est pas ou peu malade, il peut contaminer d’autres personnes

L’histoire de Mattia est belle et triste. Premier Européen à avoir été hospitalisé après avoir contracté le Covid - 19 , Mattia est rentré chez lui dimanche dernier. Le 9 mars, première bonne nouvelle : près de trois semaines après son entrée à l’hôpital, Mattia n ’ est plus sous respirateur artificiel.

Un bref décrochage des ventes à court terme

Certes, les visites virtuelles sur les sites des professionnels vont se multiplier. Mais dans de nombreux cas, cela n'ira pas au bout, pas tout de suite. Il faut donc s'attendre à un sérieux décrochage des ventes. Dans un contexte d'incertitude radicale, difficile de mettre un chiffre en face de ce décrochage. Le choc sera d'une violence instantanément plus intense que celui de la Grande récession, mais normalement beaucoup plus court aussi : 2008-2009, deux années qui ont vu les transactions passées de 800 à 560 000 transactions, soit une chute de 30%, cela donne un ordre de grandeur. Mais c'est une borne supérieure. La nature du choc n'est en outre pas du tout le même. Avec la Grande récession, les acheteurs avaient déserté le marché, les vendeurs beaucoup moins même si certains ont pu faire de la rétention en retirant leurs biens en attendant des jours meilleurs. La chute des transactions s'était donc très rapidement transmise aux prix, en repli de 9,4% entre début 2008 et la mi-2009.

Coronavirus: les courtiers demandent des mesures exceptionnelles pour le crédit immobilier

  Coronavirus: les courtiers demandent des mesures exceptionnelles pour le crédit immobilier Alors que la France est paralysée par l'épidémie de Covid-19, l’Association professionnelle des intermédiaires en crédits demande aux pouvoirs publics des aménagements pour aider les emprunteurs à rembourser leur emprunt. Pour soutenir l’activité du marché immobilier durant la crise liée au Covid-19, les courtiers demandent aux ministères du Logement et des Finances de prendre des mesures temporaires pour aider les ménages à faire face au remboursement de leur crédit immobilier ou à la mise en place de celui-ci.

Immobilier et Covid 19 : le pire n ' est pas du tout le plus sûr [Alexandre Mirlicourtois] - Продолжительность: 3:28 Xerfi Canal Recommended for you.

La CJR est la seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions. Parmi les plaintes ne figure toutefois pas celle de trois médecins, représentants d'un collectif de soignants, qui avait été annoncée le 19 mars.

Avec le coronavirus, les acheteurs comme les vendeurs seront massivement absents du marché pendant quelques mois. Des ventes continueront à se faire, mais sur de très petits volumes, avec des vendeurs sous contraintes fortes à la recherche urgente de liquidités par exemple. Les prix baisseront donc mais cela ne sera pas significatif.

Un choc sans précédent qui appelle des réponses inédites

Une fois l'épidémie passée, trois éléments seront à prendre en compte :

1. Les taux d'intérêt sont partis pour rester historiquement bas. Ils étaient déjà à un plancher à peine supérieur à 1% et ne devraient pas beaucoup varier. Les OAT à 10 ans — qui donnent la direction des taux d'intérêt des crédits immobiliers — sont également descendus à des niveaux inconnus. Et ni la politique de la BCE, ni la fuite vers les placements les plus sûrs qui s'étaleront bien après la fin du Covid-19 permettent d'entrevoir un véritable retournement. La concentration des risques sur les États peut les faire remonter transitoirement. Mais ils resteront durablement bas.2. Les placements alternatifs à l'immobilier ont pris une telle claque, la volatilité du CAC 40 est si hallucinante, que cela restera longtemps dans les mémoires. C'est ce qui est appelé l'effet d'hystérésis. Le marché action aura du mal à se remettre d'une chute aussi brutale qui lui a fait perdre 32% de sa valeur entre le 20 janvier et la mi-mars.3. La capacité de rebond va largement dépendre de la faculté de la France et de l'Europe à répondre à cette crise inédite. De deux choses, l'une : ou la réponse européenne est inédite, les dettes contractées durant cet épisode seront rayées et passées en pertes et profits. Ou bien, chacun sera comptable de ce qu'il a mis en œuvre, les bilans bancaires seront dégradées et l'économie affectée pendant de longues années, avec à la clé, croissance en deuil, hausse du chômage, baisse des revenus des ménages et un marché de l'immobilier affaibli.

Ce n'est pas le plus sûr et l'immobilier pourrait bien sortir renforcé du Covid-19.

Coronavirus : Je devais déménager mais le confinement est arrivé, comment je fais ?

  Coronavirus : Je devais déménager mais le confinement est arrivé, comment je fais ? Un déménagement ne se décide pas une semaine à l’avance. Certains se retrouvent coincés par le confinement lié au coronavirus © IStock / City Presse Des aides publiques prennent en charge les frais de déménagement des ménages, sous conditions. LOGEMENT - Un déménagement ne se décide pas une semaine à l’avance. Certains se retrouvent coincés par le « Restez à la maison ». S’il a parfois eu du mal à entrer dans les esprits, le mot d’ordre pour faire face au Covid-19 commence à porter ses fruits.

Immobilier et Covid 19 : le pire n ' est pas du tout le plus sûr [Alexandre Mirlicourtois] - Продолжительность: 3:28 Xerfi Canal 3 418 просмотров.

Il n’existe pas de vaccin contre le coronavirus COVID - 19 pour le moment. De nombreux laboratoires travaillent sur l’élaboration de vaccins, mais ceux-ci ne devraient pas être disponibles avant plusieurs mois. Ainsi, dans le cas d’une infection au coronavirus COVID - 19 , le paracétamol est recommandé.

AUSSI SUR MSN - Les questions : Les prix immobilier baisseront-ils forcément ? - 27/03

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Immobilier : l’encadrement des honoraires des vendeurs en Pinel va-t-il faire baisser les prix ? .
Dans le "Grand rendez-vous de l'immobilier" du mois de mars, le président de l'Anacofi immo - porte-parole des conseillers en gestion de patrimoine - se demande si l'encadrement des honoraires de vendeurs en Pinel est susceptible de faire baisser le prix des logements neufs. Jean-Philippe Ruggieri, directeur général de Nexity, lui répond. Extrait. En début d'année, un décret est venu plafonné à 10% les honoraires des professionnels de l’immobilier qui commercialisent des logements neufs en Pinel. Objectif du gouvernement : limiter certains abus et faire baisser les prix des logements pour les particuliers.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!