•   
  •   

Immobilier Immobilier: Cosse lance son dispositif fiscal « gagnant gagnant »

18:05  02 février  2017
18:05  02 février  2017 Source:   latribune.fr

Vous pourrez bien résilier votre assurance-emprunteur au-delà de la première année

  Vous pourrez bien résilier votre assurance-emprunteur au-delà de la première année Les parlementaires ont réintroduit cette mesure rejetée au mois de décembre par le Conseil Constitutionnel pour des raisons de procédure. L’assurance représente un coût non négligeable dans le cadre d’un prêt immobilier, qu’il sera plus facile de faire baisser.Introduite par un amendement du sénateur socialiste Martial Bourquin, la mesure a été adoptée en commission mixte paritaire à l’unanimité, tous groupes politiques confondus. «Il ne devrait donc pas y avoir de recours d’un groupe contre cette disposition devant le Conseil constitutionnel», se félicite le sénateur.

Un nouveau dispositif fiscal vient d'être créé dans l'immobilier. Il est déjà surnommé le © Fournis par La Tribune Un nouveau dispositif fiscal vient d'être créé dans l'immobilier. Il est déjà surnommé le "Cosse ancien".

Ce jeudi, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse a présenté son nouveau dispositif fiscal pour l'immobilier, qui vise à remettre des logements vacants sur le marché. « Depuis le 1er février, ce nouveau dispositif nommé « Louer abordable » permet aux propriétaires louant un logement à un niveau de loyer abordable pour des ménages modestes de bénéficier d'une déduction de 15 à 85% sur leurs revenus locatifs », a indiqué le ministère du Logement dans un communiqué. Surnommé « Cosse ancien » dans le secteur immobilier, il remplace les régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien », qui reposaient sur des exonérations du même type et doivent disparaître progressivement. Le but avoué de cette nouvelle mesure est de mobiliser le parc de logements vacants privés pour en faire du logement social et solidaire dans les zones urbaines.

Immobilier : où investissent les ultra-riches ?

  Immobilier : où investissent les ultra-riches ? L'enquête de Wealth X sur l'attractivité des différentes villes du monde envers les ultra-riches met en lumière certaines réalités assez surprenantes.Les très riches, High Net Worth Individuals (HNWI) en version originale, sont les individus dont la fortune est comprise entre 1 et 30 millions de dollars. Les ultra-riches, ou UHNWI, ont pour leur part une fortune qui dépasse les 30 millions de dollars. Comme le rappelle l'étude, ces ultra riches étaient moins de 100.000 en 1995. Aujourd'hui, ils sont 212.615 et "représentent 12% des richesses de la planète"... Richesse qu'ils investissent à hauteur de 8,9% dans des biens immobiliers haut de gamme.

Abattement de 85% qui fait polémique

Ainsi, la nouvelle incitation fiscale est proportionnelle à l'effort consenti par le propriétaire : « plus le loyer est abordable, plus la déduction est importante », note-on au ministère du Logement. Concrètement, les taux d'exonération fiscale pour les propriétaires acceptant de louer en dessous des prix du marché sont d'entre 15 à 70% dans 6.174 communes jugées « tendues ». Le dispositif prévoit par ailleurs une déduction minimale de 30% du montant des loyers perçus dans les communes « les plus tendues », où on constate « un déséquilibre important entre l'offre et la demande de logements, entraînant des difficultés d'accès au logement sur le parc locatif existant », indique le communiqué du ministère.

Savez-vous où Louis XIV a laissé son empreinte à Paris?

  Savez-vous où Louis XIV a laissé son empreinte à Paris? VIDÉO - La ville lumière fait rêver. Mais connaissez-vous vraiment son histoire? En partenariat avec Le Pavillon de l’Arsenal, chaque semaine, le Figaro Immobilier vous fait remonter le temps. Troisième épisode: découvrez comment le Roi-Soleil a donné un nouveau souffle à la ville.» Lire aussi: Retrouvez tous les épisodes à la découverte de Paris

L'abattement est même majoré à 85 % pour les propriétaires choisissant de confier la gestion de leur bien à une association agréée faisant de la location sociale ou de l'intermédiation locative. Ce que les agents immobiliers « classiques » déplorent. « Il est absurde de limiter le bénéfice de l'abattement de 85% aux seuls biens gérés par une association agréée. Les professionnels de l'immobilier doivent être associés à cette démarche. Nous n'accompagnerons pas ce dispositif en l'état et proposerons donc des solutions alternatives à nos clients », indiquait en fin d'année dernière Jean-François Buet, le président de la fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).

Lutter contre la vacance

Ouvert jusqu'à fin 2019, le « Cosse ancien » a pour objectif précis « la remise sur le marché de 50.000 logements vacants en trois ans ». La ministre du Logement Emmanuelle Cosse estime en fait à 100.000 le nombre total de logements vacants immédiatement mobilisables en zones tendues. Pour résoudre la crise du mal-logement en France, le bon sens préconiserait en effet en premier lieu de remettre sur le marché les logements vacants, qui seraient au nombre de ... 2,8 millions selon l'Insee, sur un parc total de 35 millions de logements. Une manne considérable qui, si elle était en partie mobilisée, pourrait venir résoudre à elle seule la crise du logement en France.

Mais évidemment, la situation est très complexe. Le chiffre de 2,8 millions de logements vacants est largement surestimé, car il comprend notamment la vacance temporaire, c'est-à-dire des logements proposés à la vente ou à la location, ou déjà attribués à un acheteur ou un locataire, et en attente d'occupation. Par ailleurs, certains logements vacants sont localisés sur des territoires, notamment ruraux, où la demande en logement est très faible, et qui n'ont donc pour beaucoup plus raison d'être: ce n'est pas en mobilisant ce parc que la demande située dans les zones tendues sera satisfaite. C'est pourquoi Emmanuelle Cosse ne compte que 100.000 logements vacants mobilisables immédiatement en France.

Immobilier : de gauche à droite, les propositions des candidats à la présidentielle .
De Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, en passant par Benoit Hamon, Emmanuel Macron et François Fillon, voici les principales mesures préconisées par les candidats à l’élection présidentielle en matière de politique du logement.Olivier MARINCrédit photo : Jean Christophe Marmara et Sébastien Soriano pour Le Figaro.

usr: 1
C'est intéressant!