•   
  •   

Immobilier Après le coronavirus, la crise du logement menace la France

14:25  02 juillet  2020
14:25  02 juillet  2020 Source:   lexpress.fr

Les prix des maisons australiennes devraient chuter de 7% par rapport à l'année prochaine - Documents RBA

 Les prix des maisons australiennes devraient chuter de 7% par rapport à l'année prochaine - Documents RBA © Reuters / Daniel Munoz FILE PHOTO: Deux femmes marchent à côté du siège de la Reserve Bank of Australia dans le centre de Sydney SYDNEY (Reuters) - Les prix des maisons australiennes devraient chute de 7% au cours de l'année prochaine, en grande partie en raison du coup porté à la confiance des acheteurs de la pandémie de COVID-19, a déclaré la banque centrale dans ses prévisions de référence pour le marché immobilier.

La progression du coronavirus représente « une menace inédite » qui « appelle du gouvernement de la rigueur, beaucoup de rigueur, de la transparence, beaucoup « Il n’est absolument pas à l’ordre du jour de repousser les élections municipales » en raison de la crise du coronavirus , a aussi affirmé la

Face à la crise , le directeur de général l'AP-HP Martin Hirsch appelle à la mobilisation du personnel volontaire. En France , le seuil des 1.000 décès a été atteint mardi. Après le Grand-Est, c'est au tour des hôpitaux d'Ile-de- France d'affronter une hausse des cas de contaminations au coronavirus .

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a estimé que le nombre d'immeubles autorisés allait reculer de 100 000 logements cette année.

Avec la crise du coronavirus, les mairies ont largement cessé l'examen des projets immobiliers. © afp.com/PATRICK KOVARIK Avec la crise du coronavirus, les mairies ont largement cessé l'examen des projets immobiliers.

À cause du coronavirus, des dizaines de milliers d'immeubles et de maisons risquent de ne pas être construits cette année en France, laissant craindre une crise durable alors que le besoin de logements reste fort.

Entre mars et mai, soit en gros la période de confinement décrétée en France contre la propagation du coronavirus, la construction de 53 900 logements a débuté en France, selon les chiffres donnés jeudi par le gouvernement. Il s'agit d'une chute de 44%, par rapport à un an plus tôt, sans surprise alors que de multiples chantiers ont dû s'arrêter pendant des semaines, le temps de mettre en place des mesures sanitaires.

BMW se prépare à supprimer 10.000 postes d'intérimaires

  BMW se prépare à supprimer 10.000 postes d'intérimaires Afin de limiter de limiter de la crise du coronavirus, BMW a décidé de ne pas renouveler les contrats de 10.000 employés intérimaires. BMW ne renouvellera pas les contrats de 10.000 employés intérimaires afin de réduire ses coûts face à la crise du coronavirus, a-t-on appris auprès du constructeur vendredi. La direction de BMW a annoncé vendredi la conclusion d'un accord avec le comité d'entreprise sur un ensemble de mesures touchant le personnel, dans le but d'assurer un "avenir viable" à l'entreprise.

Les résultats pour la France ont été présentés jeudi 12 mars à l’Elysée. Quelques heures avant que le président ne prenne solennellement la parole devant les Lors d’une réunion de crise samedi soir, le modélisateur a présenté ce scénario à la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Le crise sanitaire a paralysé l'activité des loueurs de voitures, qui déplorent le manque de soutien public alors que ce secteur représente 15.000 emplois en France . Si les loueurs professionnels ne l'évoquent pas comme une menace directe, on peut noter une hausse de la location entre particuliers.

Pire encore pour l'avenir, les mairies ont largement cessé l'examen des projets immobiliers. Les permis de construire ont chuté de 40% à 65 700 unités. C'est donc un déficit durable de nouveaux logements qui s'annonce, une tendance préoccupante car il faut maintenir une offre solide pour contenir des prix qui augmentent déjà depuis des années en France, en particulier dans plusieurs grandes villes.

Les professionnels pessimistes

Le sujet est d'autant plus crucial que le logement représente une grande part des dépenses des ménages et que ces derniers vont être confrontés à une récession économique d'une ampleur historique : -11% cette année en France, selon les dernières estimations.

Est-il encore temps de rattraper le retard pris en matière de logements neufs ? Le gouvernement a pris des mesures pour que l'examen des permis reprenne rapidement après la fin du confinement, mais les professionnels sont pessimistes.

Au regard de la loi, qu’entend-on exactement par logement « décent » ?

  Au regard de la loi, qu’entend-on exactement par logement « décent » ? En France, tout bailleur, public ou privé, se doit de respecter un certain nombre de critères lorsqu’il souhaite mettre en location son bien © IStock / City Presse Un logement décent va aujourd'hui de pair avec des critères de performance énergétique. IMMO - En France, tout bailleur, public ou privé, se doit de respecter un certain nombre de critères lorsqu’il souhai Faute de moyens, certaines personnes acculées sont poussées à accepter tout et n’importe quoi pourvu de trouver un toit.

Une décision prise deux jours après avoir pourtant déclaré sur France Inter qu'elle ne pourrait "pas être candidate". "J'avais déjà un agenda très chargé, j'ai beaucoup de réformes dans le ministère, et s'est rajouté un surcroît de travail avec la crise du coronavirus , qui aujourd'hui m'occupe énormément.

Coronavirus Informations, Paris. 4.3K likes. Page d’information sur l'actualité liée au coronavirus . Cette page fiable relaie des informations Le coronavirus semble loin, comme disparu. Il est pourtant encore bien présent. La preuve à Sarcelles, où les indicateurs « interpellent ».

Le mois dernier, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) estimait que le nombre d'immeubles autorisés allait reculer de 100 000 logements cette année. Et cela ne comprend même pas les maisons individuelles, l'autre pilier du marché.

LIRE AUSSI>> Logement : un jeune sur quatre aurait déjà triché pour louer un appartement

Les inquiétudes du secteur sont multiples car elles concernent à la fois l'offre et la demande. Sur le premier plan, le logement neuf fait face depuis près d'un an à un enchaînement de situations néfastes à l'octroi de permis de construire.

Il y a d'abord eu la perspective des élections municipales avec un phénomène systématique, selon les professionnels : les maires sont timides à autoriser des projets potentiellement impopulaires. Là-dessus est arrivée la crise du virus qui a non seulement bloqué l'examen des permis de construire mais aussi prolongé cette période électorale de plusieurs mois, avant que le second tour se tienne enfin fin juin.

700.000 euros pour un taudis : l'incroyable annonce immobilière publiée à New York

  700.000 euros pour un taudis : l'incroyable annonce immobilière publiée à New York L’annonce est accompagnée d’une longue liste de photos montrant l’état de délabrement du logement situé dans le quartier du Queens. La crise du logement à New York autorise-t-elle tous les abus ? Une annonce publiée pour une maison dans la Grosse pomme fait froid dans le dos. Repérée par le site américain TwistedSifter, elle propose à la vente un bien totalement délabré et "pas vivable en l’état". Une maison de 250 m² située dans le quartier du Queens et affichée à 828.888 dollars, soit environ 738.000 euros.

Le bilan du Coronavirus laisse redouter un impact significatif sur l'économie mondiale, alors que d’importantes perturbations se font déjà ressentir sur le

Les articles du journal et toute l'actualité en continu : International, France , Société, Economie Bonjour, est-ce que l'épidémie du coronavirus va affecter la guerre commerciale en cours entre la Chine et les Etats-Unis ? Sébastien Jean : Cela dépendra principalement de la durée de la crise .

"Ensuite, à la sortie de ça, on a des majorités compliquées, qui regroupent des gens qui ont des divergences", estime auprès de l'AFP Marc Villand, un dirigeant de la FPI. Il estime qu'un certain nombre de nouvelles équipes ont été élues par "dégagisme" et risquent de peiner à s'accorder sur une politique cohérente.

Côté demande, les promoteurs et les constructeurs de maisons regrettent que les autorités financières maintiennent des restrictions sur les crédits immobiliers.

Restriction des emprunts

Ces limites ont été mises en place fin 2019 par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), qui regroupe entre autres Banque de France et ministère de l'Economie, par crainte que l'essor des emprunts immobiliers finisse par aboutir à des situations difficiles pour les ménages les plus modestes.

Les banques ont notamment été invitées à ne plus accepter des remboursements supérieurs à un tiers des revenus d'un ménage.

LIRE AUSSI>> Logement : maison de campagne, balcon... le confinement a fait naître de nouveaux désirs

Le secteur immobilier espérait que la crise du virus infléchisse l'attitude des autorités, dans l'idée de ne pas freiner la reprise du marché du logement à la sortie de la crise. Mais il n'en a rien été. Le marché immobilier connaît "une reprise d'activité rapide", a jugé le conseil en juin, maintenant ces mesures et suscitant les critiques de plusieurs acteurs du monde du logement.

Les conclusions des autorités financières sont "hors sol", a estimé dans un communiqué Alain Dinin, PDG de Nexity, premier promoteur français. "Il n'y a (...) pas de reprise rapide de l'immobilier", mais "il y a pénurie d'offres et il y a 'désolvabilisation' de la demande", a-t-il conclu, annonçant lui aussi une chute durable des nouveaux logements.

Fin de la trêve hivernale : "Une vague d'expulsions locatives redoutable dans les années à venir" .
INTERVIEW - Avec la fin de la trêve hivernale, samedi 10 juillet, les expulsions locatives peuvent reprendre. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, explique pourquoi la plus grosse vague d'expulsion est à venir.La trêve hivernale, qui avait été prolongée au-delà du 31 mars en raison de l'épidémie de coronavirus, s'arrête ce samedi. Les expulsions locatives, qui ont bondi de 41% en dix ans, seront de nouveau possibles. Avec la fin de l'état d'urgence sanitaire, s'annonce également la fin des dispositifs d'hébergements d'urgence pour les personnes sans domicile fixe. Les associations sont inquiètes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 5
C'est intéressant!