•   
  •   

Immobilier Crédit immobilier. Qui peut encore profiter des meilleurs taux ?

13:15  18 septembre  2020
13:15  18 septembre  2020 Source:   ouest-france.fr

Immobilier : comment le gouvernement veut booster la construction de logements dans les villes

  Immobilier : comment le gouvernement veut booster la construction de logements dans les villes Construire plus d’habitats en ville… sans bétonner les sols : c’est l’un des objectifs du plan de relance à 100 milliards d’euros. Pour ce faire, le gouvernement va subventionner la réhabilitation des friches industrielles. Et inciter financièrement les élus à délivrer plus de permis de construire. 650 millions d’euros. C’est le montant prévu, au sein du plan de relance à 100 milliards, pour booster la construction de logements. Et cela, on l'a bien compris, sans bétonner davantage de surfaces aux sols ! C’est en tout cas ce qu’espère le ministère chargé du Logement, qui a détaillé mercredi les mesures du plan de relance touchant son secteur.

Il y a encore un an, avec de bons revenus, un peu d’apport et un endettement raisonnable, il était facile de se voir proposer un taux de 1 % pour un crédit immobilier sur 20 ans dans les banques françaises (photo d’illustration). © MARC OLLIVIER / ARCHIVES OUEST FRANCE Il y a encore un an, avec de bons revenus, un peu d’apport et un endettement raisonnable, il était facile de se voir proposer un taux de 1 % pour un crédit immobilier sur 20 ans dans les banques françaises (photo d’illustration).

Il est toujours possible de décrocher un taux canon pour son prêt immobilier malgré la crise du coronavirus. Mais plus que jamais, ce privilège est réservé à une poignée d’acquéreurs.

Crédit immobilier : les conditions d’emprunt resteront strictes jusqu'à la fin de l’année

  Crédit immobilier : les conditions d’emprunt resteront strictes jusqu'à la fin de l’année Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a confirmé ce jeudi qu’il ne comptait pas assouplir les règles d’endettement imposées aux banques et aux ménages dans le cadre d’un crédit immobilier. Les courtiers alertent pourtant les autorités sur un marché à “deux vitesses”, laissant de nombreux emprunteurs sur le carreaux. Les banques seront toujours aussi attentives aux profils des ménages contractant un crédit immobilier.

L’appétit des particuliers pour l’immobilier ne faiblit pas. À en croire les derniers chiffres publiés le 10 septembre par les notaires et l’Insee au titre du deuxième trimestre, l’engouement des Français pour la pierre est toujours là malgré les conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus. Une demande soutenue qui entretient la hausse des prix. L’immobilier reste une valeur refuge pour tout le monde, résume Maël Bernier, la directrice de la communication du courtier Meilleurtaux. Et bonne nouvelle pour les acquéreurs potentiels, les taux pour les prêts immobiliers demeurent toujours à des niveaux très bas, proches même des records historiques.

Pourtant, à y regarder de plus près, la situation est plus complexe qu’il n’y paraît. Il y a encore un an, avec de bons revenus, un peu d’apport et un endettement raisonnable, il était facile de se voir proposer un taux de 1 % pour un crédit immobilier sur 20 ans. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus compliqué. Si la norme tourne autour de 1,3 %, il est toujours possible de décrocher un crédit à 1 % ou moins. Mais ce privilège est désormais réservé à moins d’un emprunteur sur dix, selon Maël Bernier.

Ikea va ouvrir son premier magasin de meubles d’occasion

  Ikea va ouvrir son premier magasin de meubles d’occasion L'entreprise souhaite réduire son empreinte climatique globale de 70% en moyenne par produit d'ici 2030.Olivier Véran autorise les tests antigéniques plus tôt que prévu

De gros revenus et un bel apport exigés

En effet, il est possible d’avoir un taux jusqu’à 0,90 %, voire moins. Cependant, il faut montrer patte blanche. Les revenus annuels nets du ménage doivent dépasser les 80 000 €, voire près de 100 000 € à Paris ! Ce n’est pas tout : mieux vaut avoir de l’argent de côté. Les banques demandent presque toutes systématiquement 10 % d’apport pour financer les frais liés à l’achat ainsi qu’une épargne résiduelle après opération, de 5 000 € en moyenne, en cas d’imprévus ou de coup dur. Et pour avoir un bon taux et limiter le risque, mieux vaut avoir encore 10 % d’apport de plus, de façon à ce que la banque ne finance que 90 % de la valeur du bien. Au total, cela fait plus de 20 % d’apport demandé !, constate Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer.

Pas plus de 33 % d’endettement

Par ailleurs, le taux d’endettement – c’est-à-dire le rapport entre les revenus et les mensualités de l’emprunt – ne doit pas dépasser les 33 %. Une règle suivie à la lettre par les banques depuis que le Haut Conseil de stabilité financière, le « conseil des Sages de la finance » , présidé par le ministre de l’Économie, a exigé fin 2019 qu’elles resserrent le robinet du crédit immobilier pour éviter un emballement du marché. Résultat, selon Maël Bernier : des dossiers qui ne passent pas à 35 %, malgré un bon reste à vivre. Exemple avec un ménage gagnant 9 000 € nets par mois, avant impôt sur le revenu : aujourd’hui, la mensualité maximum proposée ne pourra pas dépasser 3 000 € alors qu’avant une banque aurait accepté un remboursement de 3 150 € pour avoir un crédit plus important.

Parmi les autres critères permettant d’avoir un taux alléchant : la situation professionnelle des emprunteurs, et notamment le secteur d’activité, entre en ligne de compte, surtout au regard des incertitudes économiques pour les mois à venir. Dernier argument de poids pour achever le banquier de faire une proposition en or : disposer d’une épargne, en plus de l’apport, que vous pourrez lui confier.

Action Logement (encore) ponctionné, quelles conséquences pour les salariés ? .
Pour Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Managament des Services Immobiliers, la nouvelle ponction de l'Etat sur Action Logement ( ex-1% Logement) ne sera évidemment pas sans conséquences pour les particuliers. On assiste à l’extrême ponction sur les fonds d’Action Logement, l’organisme chargé de transformer en offre de logements pour les salariés la contribution obligatoire des entreprises.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!