•   
  •   

Immobilier Confinement : « Pas un client ne s’engagera sur une visite virtuelle », prévient une professionnelle de l’immobilier

20:15  02 novembre  2020
20:15  02 novembre  2020 Source:   20minutes.fr

Déménagement, vente, travaux… ce que change le confinement pour vos projets immobiliers

  Déménagement, vente, travaux… ce que change le confinement pour vos projets immobiliers Le confinement, qui pourrait être amené à durer au-delà du 1er décembre, remet certaines opérations immobilières en question. Voici des précisions sur ce que vous pouvez encore faire durant cette période… et ce qui est désormais interdit. Puis-je déménager de mon logement et solliciter l’aide de déménageurs professionnels ? Puis-je me rendre à un état des lieux ? Ou encore puis-je me rendre à ma banque pour souscrire un prêt immobilier ? Depuis l’annonce de ce nouveau confinement, les questions des propriétaires et locataires se multiplient dans le domaine de l’immobilier.

Même si les agents immobilier peuvent continuer de travailler, les particuliers ne sont pour l’heure pas autorisés à sortir pour visiter des biens, qu’il s’agisse de location ou de vente

La ville de Bordeaux © Bordeaux Tourisme La ville de Bordeaux Covid-19 - Même si les agents immobilier peuvent continuer de travailler, les particuliers ne sont pour l’heure pas autorisés à sortir pour visiter des biens, qu’il s’agisse de location ou de vente

Un casse-tête de plus pour le gouvernement. Faudra-t-il des aménagements au nouveau confinement pour le secteur de l'immobilier ? Comme le relève Thierry Guérin, président de la Fnaim (Fédération des agents immobiliers) en Gironde, « même si les agences immobilières ne sont pas ouvertes, nous pouvons continuer de travailler par téléphone ou par mail, et nos salariés peuvent se déplacer. Mais en ce qui concerne la transaction, qu'il s'agisse de vente et de location, nous ne pouvons pas faire visiter nos biens puisque le particulier n'a pas d'attestation lui permettant de voir un bien immobilier. »

Crédit immobilier : pourquoi vos dossiers continueront à être traités durant le confinement

  Crédit immobilier : pourquoi vos dossiers continueront à être traités durant le confinement De nouveaux confrontées à un confinement jusqu’au 1er décembre au moins, les banques assureront le traitement des dossiers déjà déposés, tout comme la production de crédit immobilier. Quant aux ménages s'acquittant déjà de mensualités de remboursement, des modulations ou reports d’échéances sont prévus par les contrats. C’est ce qui s’appelle apprendre de ses échecs. Les banques assureront le traitement des dossiers de crédit immobilier, et ce dès les premières semaines de ce nouveau confinement.

Du coup, « la Fnaim demande d'instaurer, grâce à un bon de visite, un justificatif de déplacement aux particuliers en recherche, car se loger fait partie des éléments essentiels. La proposition a été faite, et nous espérons une clarification dans la semaine. »

« Certaines personnes risquent de se retrouver dans une situation d'urgence »

En attendant, les professionnels ne peuvent guère espérer mieux que conclure des projets bien engagés. Certes, « pour l’ensemble des acteurs de la transaction immobilière (agences, notaires, banques, etc.), la situation n’est plus inédite, analyse le réseau Meilleurs Agents. Tout le secteur est désormais bien mieux préparé et digitalisé pour poursuivre une certaine activité. » Perrine Gautheron, directrice du réseau lesvillas.fr, agence spécialisée dans les maisons haut de gamme en Gironde, confirme « multiplier les visites virtuelles. » Par exemple, « ce mardi, une collaboratrice organise deux visites qu'elle effectuera toute seule, en appelant les clients sur WhatsApp ». Cependant, « je n'ai pas un client qui s'engagera sur une visite virtuelle, prévient-elle. En tout cas pas dans le secteur du résidentiel haut de gamme. Donc, de fait, cela va stopper notre activité. »

Immobilier : plombé par la crise et les incertitudes liées au reconfinement, le marché pourrait se replier

  Immobilier : plombé par la crise et les incertitudes liées au reconfinement, le marché pourrait se replier En octobre 2020, la stabilisation des prix s'est confirmée. Si certaines villes enregistrent un léger soubresaut, d’autres connaissent une pression baissière, en cette période d’incertitude économique. MeilleursAgents anticipe une nouvelle phase de repli pour le marché. Après un léger rebond, la crise s’installe sur le marché immobilier. En octobre, la stabilisation des prix s’est confirmée et les dix plus grandes villes ont poursuivi leur phase d'atterrissage. Sur un mois, les prix n’y ont pas évolué, quand ils ont légèrement reculé en zone rurale (-0,2%). A l’échelle nationale, les prix ont très légèrement progressé, de 0,2%.

« En plus, par rapport au premier confinement, poursuit Thierry Guérin, nous ne sommes pas dans le blocage complet, ce qui veut dire que des mutations se poursuivent et des personnes sont amenées à déménager. Le logement n'est pas quelque chose d'accessoire, et certaines personnes risquent de se retrouver dans une situation d'urgence. »

« Depuis le mois d'août, nous constatons un retour à la normale »

Après le coup d'arrêt brutal du premier confinement, le marché de l'immobilier avait rebondi de manière spectaculaire lors du déconfinement. Une euphorie qui était retombée depuis la rentrée : « Depuis le mois d'août, nous constatons un retour à la normale », analyse Benjamin Salah, directeur du réseau La Bourse de l’Immobilier. Le marché restait toutefois jusque-là dynamique, et l’immobilier un secteur « préservé dans cette crise, du moins dans l’ancien. »

On enregistrait sur le dernier trimestre (d’août à octobre), une stagnation des prix en France, selon la plupart des professionnels. Pour La Bourse de l'Immobilier, le prix de vente moyen d’une maison sur le territoire national s’établissait fin octobre à 200.000 euros. Un ralentissement qui se confirme sur la métropole de Bordeaux : alors que la hausse était située entre 4 et 5 % depuis le début de l'année, Meilleurs Agents relève une baisse de 0,7 % à Bordeaux en octobre (pour un prix moyen de 4.626 euros/m2). Selon La Bourse de l’Immobilier, le prix moyen des appartements (d’environ 65 m2) sur Bordeaux et sa première couronne stagne à 239.000 euros depuis le mois d'août, et celui des maisons (d’environ 120 m2) a légèrement progressé, pour passer de 413.000 à 418.000 euros.

Achat de maison : comment bien gérer son prêt immobilier ?

  Achat de maison : comment bien gérer son prêt immobilier ? Les négociations avec un établissement bancaire en vue d'un prêt immobilier sont très importantes. Il faudra en effet bien gérer votre prêt bancaire pour éviter les difficultés financières comme le surendettement après l'achat de votre maison. Comparer pour dénicher les meilleures offres, bien négocier les mensualités et accéder à un prêt rapidement sont parmi les clés d'un prêt avantageux. Vous souhaitez souscrire un prêt immobilier pour acheter une maison ou un appartement ? Découvrez les avantages du courtier et nos autres conseils pour bien gérer votre prêt immobilier.

Les Français « veulent la fibre et un jardin, et ils hésitent beaucoup moins à s’éloigner des villes »

Benjamin Salah note en effet que « le marché de la maison continue d'être plus soutenu que celui des appartements depuis le déconfinement, cela a l’air de s’inscrire dans la durée. » « Les nouvelles envies des Français pour le logement se confirment, assure également Perrine Gautheron. Ils veulent la fibre et un jardin, et ils hésitent beaucoup moins à s’éloigner des villes. »

Dans ce contexte, « le marché se porte même mieux en zones rurales et périurbaines » poursuit Benjamin Salah. Un véritable changement par rapport aux dernières années, au cours desquelles les métropoles semblaient aspirer l’essentiel de la demande. « Il y a l’effet confinement, mais cela s’explique aussi par le niveau des prix : il y a une limite à tout, surtout quand vous voyez des appartements dans le Triangle d’Or à Bordeaux partir à 8.000 euros le m2 ! » précise le spécialiste. Résultat, des villes moyennes comme Libourne ou Angoulême tirent particulièrement bien leur épingle du jeu. Cestas, Léognan ou encore Marcheprime montrent également un certain dynamisme. « Et le Bassin d’Arcachon, qui a été le grand gagnant de la crise du Covid, poursuit sur sa lancée. »

Pinel : la solution du gouvernement pour faire baisser les loyers

  Pinel : la solution du gouvernement pour faire baisser les loyers Le gouvernement a déposé un amendement au Budget pour 2021 pour recentrer le dispositif Pinel sur l’offre de logements intermédiaires. En jeu, l’interdiction pour les investisseurs de pratiquer des loyers supérieurs aux prix de marché. Le dispositif Pinel est dans le viseur du gouvernement. Ce mécanisme de réduction d’impôt en faveur de l’investissement locatif pourrait en effet voir son avantage restreint pour certains propriétaires qui s’engagent à acquérir ou faire construire un logement neuf et à le louer en respectant des conditions de revenus du locataire et des plafonds de loyers.

Sur la métropole de Bordeaux, la demande est plus forte en première couronne que dans l’hypercentre, notamment sur le secteur de Talence, Pessac, Mérignac Bègles et Villenave-d’Ornon. « Les prix sont plus bas et on peut y trouver un extérieur… » « Gradignan est beaucoup demandé aussi » relève pour sa part Perrine Gautheron.

« On peut être assez sûrs que les prix n’augmenteront pas en 2021 »

Reste à savoir comment le marché va réagir dans les prochains mois. « Ce qui a surtout évolué depuis la rentrée, note pour sa part Perrine Gautheron, c’est que les acheteurs sont un peu plus attentistes. Les gens ont peur pour leur emploi. Ils continuent de visiter, ils nous font part de leurs projets, mais les décisions sont plus lentes. Et on observe un retour à la négociation. »

« Nous sommes dans un climat d’incertitude et les volumes de transaction sont revenus à des niveaux plus raisonnables », confirme Benjamin Salah. Il ne croit pas pour autant au « scénario d’effondrement. » « La demande reste trop importante, et les taux restent bas et attractifs. » Il s’attend toutefois à un marché en 2021 plus attentiste, « avec moins de volumes et des prix stables ou en légère baisse. »

« Il y aura toujours besoin de se loger, donc je ne pense pas qu’il y aura un écroulement, confirme Perrine Gautheron. Mais ce dont on peut être assez sûrs, c’est que les prix n’augmenteront pas en 2021. »

Rénovation énergétique et aides publiques : de fâcheux malentendus .
Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Management des Services Immobiliers, revient sur le renforcement des aides à la rénovation énergétique, acté dans le plan de relance du gouvernement. Selon lui, les ménages français ne consentiront un effort supplémentaire que si les professionnels de l'immobilier jouent le jeu et si l'État leur donne tous les outils juridiques utiles. Ce sont d’abord des réactions favorables que le plan de relance du pays, largement fondé sur la rénovation énergétique, a suscitées.

usr: 1
C'est intéressant!