•   
  •   

Immobilier Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction

12:25  01 février  2021
12:25  01 février  2021 Source:   20minutes.fr

Crédit immobilier : ces particuliers qui peuvent de nouveau emprunter cette année

  Crédit immobilier : ces particuliers qui peuvent de nouveau emprunter cette année Découvrez dans notre diaporama les profils de 6 emprunteurs qui verront leur dossier se débloquer en 2021, suite aux allègements des conditions d’octroi de crédit annoncés par Bercy. La nouvelle devrait ravir l’ensemble des emprunteurs. En fin d’année dernière, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), organe présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a décidé de revenir en partie sur les recommandations qu’il avait formulées aux établissements bancaires en 2019. Ces incitations - aux formes d’injonctions - avait pour but de faire respecter scrupuleusement la règle d’endettement de 33%.

Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Aujourd’hui, deux universitaires nous détaillent les conséquences énergétiques des confinements successifs

Environ un quart des ménages français déclare s’imposer des restrictions de chauffage © Yevhen Prozhyrko Shutterstock (via The Conversation) Environ un quart des ménages français déclare s’imposer des restrictions de chauffage CHAUFFAGE - Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Aujourd’hui, deux universitaires nous détaillent les conséquences énergétiques des confinements successifs

En 2019 en France, parmi les dépenses de consommation énergétique liées au logement, 72 % concernaient uniquement le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Ventes, prix… Malgré la crise, l’immobilier résiste

  Ventes, prix… Malgré la crise, l’immobilier résiste Les ventes de logements ont baissé en 2020, après cinq années de progression. Mais la hausse des prix s’est poursuivie. Et elle profite notamment aux métropoles régionales. Les confinements et la crise n’ont pas encore eu raison de l’attrait pour la pierre. Certes, les ventes de logements anciens ont baissé de 8 % en 2020, selon les estimations de la Fnaim, le syndicat des professionnels de l’immobilier.980 000 ventesMais, il faut dire que cette année si particulière s’est faite au rythme des confinements qui ont grippé, à plusieurs reprises, la machine, freinant les visites et les signatures chez les notaires.

Si de nombreuses politiques publiques sont mises en place pour inciter les ménages à rénover leur logement, une grande partie des gains en efficacité pourraient être atténués par l’augmentation de la taille des logements, mais surtout par le comportement des ménages.

Ainsi, dans un contexte où les taux d’occupation des logements sont plus importants, comme pendant le premier et le second confinement – qui ont eu lieu respectivement au printemps et à l’automne (période pendant laquelle on chauffe les logements, même si le climat est clément) – on aurait pu s’attendre à une hausse de la facture énergétique des ménages, même si nous ne disposons pas encore de ces données.

La consommation d’énergie varie en effet en fonction des préférences thermiques, de la température de chauffage et des taux moyens d’occupation. Un bon moyen pour illustrer statistiquement ce phénomène consiste à recourir à des données d’enquête comme celles de la base Phébus de 2012.

L'immobilier de luxe résiste à la crise sanitaire

  L'immobilier de luxe résiste à la crise sanitaire Les plus riches continuent-ils d'acheter des logements luxueux, en dépit de la crise du coronavirus ? Par contraste, chez les plus riches, ces envies sont parfois si pressantes que quelques achats, pourtant de plusieurs millions d'euros, ont été bouclés à distance sans que l'acquéreur ou ses représentants mettent les pieds dans le logement. "Normalement, ces gens-là envoient au moins un assistant, mais là on a vraiment fait des ventes 100% virtuelles", s'étonne M. Kraft.

Efficacité thermique et précarité énergétique

En s’appuyant sur ces données, on peut remarquer – en fonction de l’étiquette de performance énergétique (basée sur les diagnostics de performance énergétique ou DPE) et donc de la qualité énergétique du bâtiment – que les catégories les plus représentées sont les D et E et qu’en moyenne les ménages à faibles revenus vivent plutôt dans les étiquettes les plus basses.

  Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction © Fournis par 20 Minutes Les étiquettes énergie et climat pour les logements © Ministère de la Transition écologique (via The Conversation)   Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction © Fournis par 20 Minutes Répartition des ménages par étiquette énergétique et revenu moyen © Phébus - calcul des auteures (via The Conversation)

Les prix des logements en Australie dépassent le sommet de 2017

 Les prix des logements en Australie dépassent le sommet de 2017 Les prix des logements ont encore augmenté en janvier pour dépasser leur précédent sommet de 2017, la valeur des propriétés régionales augmentant deux fois plus vite que les marchés des capitales. © Lukas Coch / AAP PHOTOS Les prix des logements en Australie ont encore augmenté en janvier pour dépasser leur précédent sommet de 2017.

En moyenne, la température déclarée à l’intérieur des logements en période de chauffe est plus faible (19,8 °C) dans les logements les moins bien isolés comparés aux logements les plus efficaces (20,2 °C), avec des disparités plus prononcées pour les logements de la catégorie G (+ ou -2 °C en moyenne), selon nos calculs à partir des données de Phébus.

Les mal-logés paient le prix fort de la crise sanitaire, alerte la Fondation Abbé Pierre

  Les mal-logés paient le prix fort de la crise sanitaire, alerte la Fondation Abbé Pierre Selon le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre, moins de logements sociaux ont été attribués en 2020 en raison des lenteurs administratives provoquées par la crise du Covid-19. Face à la détérioration des conditions économiques, l'association alerte sur un risque d’explosion des expulsions en 2021. La Fondation Abbé Pierre s'inquiète des conséquences de la crise sanitaire en France sur les ménages les plus modestes. "Alors que les chiffresLa Fondation Abbé Pierre s'inquiète des conséquences de la crise sanitaire en France sur les ménages les plus modestes.

Environ un quart des ménages français déclarent s’imposer des restrictions de chauffage, et cette part de la population se caractérise par un budget total plus faible (7100 euros de moins en moyenne par an). Parmi les Français, 17,7 % des ménages ont déclaré souffrir de froid pendant au moins 24 heures pendant l’hiver ; ils sont 16,1 % à vivre dans un logement classé D ou inférieur. On notera aussi que ces ménages sont ceux qui ont de nouveau les revenus les moins élevés.

Confinements : l’explosion des factures ?

Si on combine ces informations avec celle du taux d’occupation, on peut s’interroger sur le comportement que les ménages ont adopté pendant les deux confinements.

Lors d’une semaine ordinaire, plus des deux tiers des ménages déclarent s’absenter de leur logement sur une durée allant de 4 à 8 heures, au moins un jour par semaine. Un week-end ordinaire, c’est le cas de 17 % des ménages le samedi et de 15 % le dimanche.

  Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction © Fournis par 20 Minutes Consommation énergétique et dépenses moyennes par ménage et par an en fonction du temps d’inoccupation par semaine ordinaire (du lundi au vendredi) © Phébus - calcul des auteures (via The Conversation)

Eoliennes : un gigantesque champ offshore lancé en Corée du Sud

  Eoliennes : un gigantesque champ offshore lancé en Corée du Sud Encore dépendante de ses importations de charbon, la Corée du Sud a signé un contrat de 36 milliards d'euros (48.000 milliards de won) pour faire émerger le plus grand parc éolien offshore au monde ! Accélération sur le front des énergies renouvelables en Corée du Sud. Un contrat à 36 milliards d'euros portant sur la construction du plus grand parc éolien offshore au monde a été signé. Pauvre en ressources énergétiques traditionnelles, la Corée du Sud s'est fixée pour objectif d'atteindre d'ici 2050 la neutralité carbone.

Lorsqu’un ménage occupe son logement quasiment toute la journée, il dépense annuellement en moyenne 1 746 euros contre 1 250 euros pour un ménage absent la moitié du temps (soit plus de 12 heures). Si on raisonne en quantité d’énergie, cela représente quasiment 40 kWh/m2/an.

Nous pouvons tous faire le calcul : si nous avions l’habitude de quitter notre logement la moitié de la journée et que nous nous sommes retrouvés confinés, nous pouvons nous attendre à une augmentation de notre facture énergétique d’environ 30 %.

Ce surcoût est lié à tous les usages confondus : l’eau chaude sanitaire que nous avons utilisée, mais également les appareils électriques que nous avons fait fonctionner, sans mentionner le chauffage que nous avons peut-être décidé d’augmenter pour accroître notre confort pendant le télétravail. En moyenne, un degré supplémentaire de chauffage, c’est 6,2 % de consommation supplémentaire. Avec un coût moyen du kilowatt-heure d’électricité de 0,1899 € TTC et du gaz de 0,0792 € TTC pour le premier semestre 2020, faites vos calculs !

Notre dossier « Chauffage »

Le risque d’autorestriction

Cette surconsommation énergétique liée à notre taux d’occupation plus important va par ailleurs inciter certains ménages au budget contraint à limiter ces coûts. Dans ce contexte, le comportement reste un facteur clé de la consommation.

Air liquide et Siemens s’allient en Europe sur des projets "à grande échelle"

  Air liquide et Siemens s’allient en Europe sur des projets Air Liquide et Siemens Energy vont "coopérer" dans de grands projets de la filière hydrogène en Europe. Les ministres de l'économie de la France et de l'Allemagne applaudissent.Les deux entreprises indiquent dans leur communiqué vouloir collaborer dans "la co-création de projets à grande échelle dans la filière hydrogène, la production industrielle d'électrolyseurs en Europe, notamment en Allemagne et en France, et la Recherche et Développement pour mettre au point ensemble la prochaine génération d'électrolyseurs".

Si la part des dépenses énergétiques de logement représente en moyenne 5,7 % du budget des ménages, plus de 11 % des ménages français sont concernés par un phénomène de précarité énergétique, c’est-à-dire qu’ils consacrent plus de 10 % de leur budget à leur facture énergétique pour le logement. Ces derniers sont d’autant plus vulnérables qu’ils vivent souvent dans les logements les moins bien isolés.

  Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction © Fournis par 20 Minutes

À un moment donné, la dépense d’énergie ne peut plus excéder un certain montant sans provoquer des phénomènes d’autorestriction et donc une perte de confort thermique qui à terme peuvent générer des pathologies.

En 2012, par exemple, environ 15 % des ménages français déclaraient avoir périodiquement baissé la température ou éteint le chauffage de leur logement au cours de l’hiver précédent. Le phénomène touche essentiellement des personnes à bas revenu, vivant dans des logements collectifs du secteur privé, des familles nombreuses et des retraités.

Un enjeu de santé publique

L’inconfort hygrothermique, fortement lié à l’efficience énergétique de l’habitat, est à l’origine de nombreuses pathologies respiratoires et cardiovasculaires : l’Organisation mondiale de la santé estime qu’en dessous de 16 °C, un logement peut avoir des effets délétères sur la santé des individus. Les faibles températures à l’intérieur des habitations provoquent annuellement 12,8 décès pour 100 000 habitants.

La hausse des factures d’énergie cause à terme des dégâts plus importants : les ménages pour qui elles représentent un poids trop lourd étant tentés de réduire d’autres postes de dépenses, comme l’alimentation.

Taxes foncières et d’ordures ménagères : pourquoi les maires pourraient les augmenter cette année

  Taxes foncières et d’ordures ménagères : pourquoi les maires pourraient les augmenter cette année Crise du Covid, poursuite de la suppression de la taxe d’habitation… En pleine préparation de leur budget, les collectivités locales sont sous pression. Pour faire face, elles pourraient augmenter les impôts locaux en 2021. Les budgets des collectivités locales ne sont pas encore votés en ce mois de février, mais la messe semble dite. La facture des impôts locaux devrait s’alourdir pour les contribuables cette année. “Qu’on le veuille ou non, la taxe foncière va augmenter.

En cette période de crise sanitaire, la question de la maîtrise de la demande d’énergie et l’amélioration de la performance énergétique du parc résidentiel français apparaît comme un défi majeur qui combine enjeux environnementaux et sociaux.

Cette analyse a été rédigée par Anna Risch, maître de conférences en sciences économiques à l'Université Grenoble Alpes et Dorothée Charlier, maître de conférences HDR en économie de l’énergie et de l’environnement à l'Université Savoie Mont Blanc.

L’article original a été publié sur le site de

The Conversation.

  Confinements et hausse des factures d’énergie : Le risque de l’autorestriction © Fournis par 20 Minutes

Taxes foncières et d’ordures ménagères : pourquoi les maires pourraient les augmenter cette année .
Crise du Covid, poursuite de la suppression de la taxe d’habitation… En pleine préparation de leur budget, les collectivités locales sont sous pression. Pour faire face, elles pourraient augmenter les impôts locaux en 2021. Les budgets des collectivités locales ne sont pas encore votés en ce mois de février, mais la messe semble dite. La facture des impôts locaux devrait s’alourdir pour les contribuables cette année. “Qu’on le veuille ou non, la taxe foncière va augmenter.

usr: 0
C'est intéressant!