•   
  •   

Immobilier Avec les banques, la fidélité ne paie pas !

14:25  25 février  2021
14:25  25 février  2021 Source:   capital.fr

Les banques britanniques sont confrontées à des conflits d'intérêts climatiques: étude

 Les banques britanniques sont confrontées à des conflits d'intérêts climatiques: étude Les banques britanniques sont confrontées à des conflits d'intérêts potentiels sur le changement climatique car près de 80% des membres du conseil d'administration ont des liens avec des secteurs très polluants, a montré mardi une étude.

Avec les banques, la fidélité ne paie pas ! © fizkes / iStockphoto / Getty Images Avec les banques, la fidélité ne paie pas !

Voilà bien longtemps que ne souffle plus l’esprit de la concurrence dans un univers bancaire toujours plus «cartellisé». Et qu’il apparaît, au moins en apparence, que la fidélité n’y paie pas. C'est l'avis de MIichel Guillaud, président de l’association de défense des consommateurs bancaires France Conso Banque.

Pour ceux qui pourraient en douter, rappelons qu'à peine une demi-douzaine d’enseignes se partagent le gros pactole des intérêts et commissions en tout genre. Et ce ne sont pas les décès annoncés du Crédit du Nord et de la banque HSBC qui vont améliorer ce paysage où l’on compte déjà les disparitions pures et simples du Crédit foncier et du Crédit immobilier de France, deux enseignes majeures il y a encore peu de temps. Résultat, le taux de mobilité bancaire, c’est-à-dire le nombre de clients qui changent de banque, est en France un des plus faibles d’Europe. Selon le décompte de l’association France Conso Banque, à peine 1,3 million de clients auraient ainsi changé de banque en 2019, soit en pourcentage 2,9%. Un taux qui nous place à la traîne par rapport à nos voisins européens : près de 10% en Allemagne et aux Pays-Bas, 14% en Espagne…

Australia lance une enquête sur les banques qui soutiennent les industries d'exportation

 Australia lance une enquête sur les banques qui soutiennent les industries d'exportation MELBOURNE (Reuters) - Un comité parlementaire australien a lancé une enquête sur l'impact des changements dans les politiques d'investissement des banques, des fonds de pension de retraite et d'autres institutions financières sur les industries d'exportation du pays, comme les mines de charbon.

Dans ce contexte, certains attendaient beaucoup de la loi Macron du 6 février 2017 et de son article 43 donnant la possibilité aux particuliers de changer gratuitement de banque grâce à un service automatisé. Mais pourquoi ne pas bousculer les 42% de la population n’ayant jamais changé de banque ou les 57% des moins de 25 ans qui conservent celle de leurs parents ? Car, à côté de ces irréductibles qui, par fidélité ou par inertie, ont choisi de rester fidèles à leur banque, 20% aimeraient bien voir ailleurs si l’herbe n’est pas plus verte… Mais n’y arrivent pas.

>> A lire aussi - Pour changer de banque, c'est toujours le parcours du combattant

En cause, une mobilité réduite au seul compte courant et des coûts de transfert des produits d’épargne prohibitifs – comptez ainsi une centaine d’euros pour un plan épargne logement –, voire un transfert impossible pour le Livret A. Dans le même ordre d’idées, la légalisation, depuis 2018, des clauses de domiciliation pour les emprunteurs, auparavant condamnées par la jurisprudence, envoie un bien mauvais signal à ceux qui voudraient tenter l’aventure hors de leurs établissements bancaires. Dès lors, dans cet univers faiblement concurrentiel, pourquoi les banques auraient-elles à cœur de bien traiter leurs clients actuels ? Il faut faire jouer la concurrence !

Banque : faire « compte à part » en couple, bonne ou mauvaise idée ?

  Banque : faire « compte à part » en couple, bonne ou mauvaise idée ? Lorsque l’on est en couple depuis quelque temps, la question de la gestion des dépenses se pose. Faut-il ouvrir un compte joint ou conserver des comptes individuels ? Voici des pistes pour faire mûrir votre réflexion. Vous êtes en couple ? Définir qui paie le loyer ou la mensualité de crédit immobilier, les abonnements, les courses ou tout autre type de dépense peut vite devenir un véritable casse-tête. C’est d’ailleurs pour cela qu’en France deux couples sur trois optent pour l’ouverture d’un compte joint. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? Quels sont les risques ? Explications.

>> Notre service - Économisez jusqu’à 300 euros par an en testant notre comparateur de tarifs bancaires

Pour cela, on peut citer au moins deux exemples, lorsqu’on fait un emprunt ou suite à l’ouverture d’un compte. Les banques pratiquent en effet la politique des barèmes «à tiroirs», qui, en matière de prêts, fluctuent non pas en fonction du risque mais en fonction de l’origine du client : anciens clients, clients en renégociation, primo-accédants, nouveaux clients. A chacun son barème ! Les nouveaux clients, dans cette logique, étant bien entendu les mieux servis. Encore plus parlant : à l’occasion d’une ouverture de compte, vous pouvez pratiquement demander tout ce que vous voulez, comme l’exonération des frais de tenue de compte, une carte bancaire gratuite, un découvert autorisé, etc. Et il faut en profiter, car, passé la première année, le carrosse bancaire risque de se transformer en citrouille et les réductions tarifaires se faire aussi rares qu’une baisse d’impôts.

Quand les banques et leurs assurances scrutent votre carnet de santé

  Quand les banques et leurs assurances scrutent votre carnet de santé Comme environ 58% des foyers français, beaucoup de personnes comptent acheter un bien immobilier. Cet engagement commun dans une vie relève du parcours du combattant pour certaines. Âge, troubles mentaux ou physiques chroniques, cancer, IMC jugé trop élevé sont autant d'obstacles exposant à devoir payer une surprime souvent exorbitante, ou à se faire refuser le prêt ou l'assurance de celui-ci.Même si l'assurance n'est pas une obligation légale dans la demande d'un prêt immobilier, les banques en font un élément incontournable en cas d'incapacité totale de travail et de décès.

Par MIichel Guillaud, président de l’association de défense des consommateurs bancaires France Conso Banque (franceconsobanque.fr)

>> Cet article est au sommaire du dernier Capital disponible en kiosque et sur Prismashop

  Avec les banques, la fidélité ne paie pas ! © Fournis par Capital DR

Une loge de concierge reste un atout pour valoriser un logement .
Si ce service tend à se raréfier à Paris, sa présence dans un immeuble accroît encore et toujours la valeur des logements qui s’y trouvent. » LIRE AUSSI - Les loges de concierge ont contribué à la baisse des charges à Paris

usr: 1
C'est intéressant!