•   
  •   

Immobilier Paris : le prix des logements anciens commence à baisser

20:36  25 février  2021
20:36  25 février  2021 Source:   lepoint.fr

Passoires énergétiques : le DPE change de méthode de calcul afin de pouvoir être systématiquement fourni

  Passoires énergétiques : le DPE change de méthode de calcul afin de pouvoir être systématiquement fourni Du fait de l’ancienne méthode de calcul se fondant sur les factures du précédent occupant, 20 % des logements ne disposent pas à ce jour de diagnostic de performance énergétique. Une refonte du diagnostic de performance énergétique (DPE) reposant sur une nouvelle méthode de calcul entrera en vigueur le 1er juillet pour les logements à la location ou à la vente dans le cadre de la lutte contre « les passoires énergétiques », a annoncé lundi 15 février le ministère du logement.

  Paris : le prix des logements anciens commence à baisser © Fournis par Le Point

Les prix des logements anciens à Paris ont grimpé de 5,4 % sur un an au quatrième trimestre 2020, avec une moyenne de 10 770 euros le mètre carré, mais ont amorcé une légère baisse qui pourrait se prolonger en 2021, selon la Chambre des notaires. Dans la capitale, « les prix ont fait une pause du 3e au 4e trimestre 2020 en passant de 10 790 euros le m2 à 10 770 euros », selon la Chambre des notaires du Grand Paris.

« Après un record historique en novembre 2020 (10 850 euros le m2) suivi d'une baisse, la tendance baissière des prix devrait se prolonger dans les prochains mois à Paris. La hausse annuelle pourrait être inférieure à 1 %, ce qui n'est pas arrivé depuis 2015 », ajoute l'organisation dans un communiqué.

Covid-19 : anciens bureaux cherchent futurs habitants

  Covid-19 : anciens bureaux cherchent futurs habitants Avec la crise sanitaire et le développement du télétravail, des milliers de bureaux ne sont plus occupés et pourraient être transformés en logements.Dans un scénario post-Covid où 41 % des entreprises passeraient à deux jours de télétravail par semaine, le gain de surface envisagé serait de 27 % soit 3,3 millions de m2 de bureaux dans les 10 prochaines années en Île-de-France, estime l'Institut d'épargne immobilière (IEIF) dans une étude publiée en janvier.

Le marché résiste malgré la crise

« Aujourd'hui, la tension [sur les prix] diminue » mais « quand les biens sont au prix du marché, les ventes se font sans négociation », a commenté au cours d'une conférence de presse Thierry Delesalle, le président de la commission des statistiques immobilières de la Chambre des notaires. Le « freinage, commencé dans Paris, se dessine et se diffuse progressivement vers la proche périphérie », selon la Chambre. Globalement, selon les notaires, de nombreux éléments décrivent en Île-de-France « un marché qui résiste, compte tenu d'un contexte économique, psychologique et social particulièrement difficile, mais qui s'essouffle et se fragilise ».

À LIRE AUSSIImmobilier : en 20 ans, les Français ont perdu 18 mètres carrés

Airbnb : des centaines de loueurs suspendus à un arrêt de la Cour de cassation

  Airbnb : des centaines de loueurs suspendus à un arrêt de la Cour de cassation Un arrêt très attendu de la Cour de cassation doit être rendu ce jeudi 18 février, à propos des sanctions applicables aux propriétaires qui louent leur résidence secondaire sur Airbnb. Près de 400 assignations de la Ville de Paris sont suspendues à cette décision. Voici le dernier chapitre d’une affaire qui dure depuis plus de 5 ans, et concerne des centaines de propriétaires. La Cour de cassation est appelée à trancher ce jeudi 18 février, sur les règles applicables aux locations de résidences secondaires sur les plateformes telles que Airbnb, Booking ou Leboncoin.

Ainsi à Paris « les prix, qui augmentaient encore de 8 % par an au 1er trimestre 2020, de 7,8 % au 2e trimestre puis de 7 % au 3e trimestre, n'étaient plus qu'en hausse annuelle de 5,4 % au 4e trimestre 2020 », selon l'organisation professionnelle. D'après les indicateurs avancés sur les avant-contrats, dans Paris, « le mouvement légèrement baissier se prolongerait début 2021 pour laisser un prix au mètre carré attendu à 10 600 euros en avril 2021, en baisse de 0,4 % en 3 mois ». Il serait ainsi quasiment identique (+ 0,8 %) à la valeur d'avril 2020 (10 520 euros le m2), selon la même source.

La Grande Couronne attire

Au quatrième trimestre, les prix au m2 s'échelonnent entre 9 210 euros dans le 19e arrondissement et 14 240 euros dans le 6e, c'est-à-dire « 1,55 fois plus cher que le 19e » ce qui est un « ratio historiquement bas », selon les notaires. Dans cette période, le quartier le plus onéreux était cinq fois plus cher que le quartier le plus abordable, rappelle la Chambre des notaires. Quatre arrondissements se situent encore en dessous de 10 000 euros le m2 (12e, 13e, 19e et 20e), tandis que quatre dépassent 12 000 euros le m2 (Paris centre, 5e, 6e et 7e). Le 6e arrondissement est le seul à dépasser 14 000 euros le m2. Conséquence de l'épidémie de Covid-19 et des restrictions de déplacement, le nombre d'acquéreurs étrangers non résidents, habituellement très présents sur le marché de l'immobilier haut de gamme, n'a jamais été aussi bas, avec 1,8 % des ventes contre 2,5 à 3 % habituellement.

Airbnb : pluie de sanctions à venir pour les loueurs en infraction ?

  Airbnb : pluie de sanctions à venir pour les loueurs en infraction ? Dans son arrêt tant attendu, la Cour de cassation confirme la validité des mécanismes mis en place par la Ville de Paris pour limiter la location de résidences secondaires sur Airbnb. Les procédures initiées contre les loueurs vont donc reprendre. Victoire pour la Ville de Paris ! La décision de la Cour de cassation était très attendue et elle est sans appel. Elle confirme la condamnation au paiement d’une amende de 15.000 euros prononcée en 2017 contre un propriétaire qui louait sa résidence secondaire sur Airbnb. Location qui n’avait pas reçu l’autorisation préalable de la mairie, qui l’estimait donc en infraction.

À LIRE AUSSIParis : une vingtaine d'immeubles menacés d'effondrement

Pour 2021, les notaires restent prudents, car l'année sera « la résultante, complexe et incertaine, d'un contexte économique qui pourrait se durcir pour les ménages et d'une situation sanitaire toujours très fragile ». Par ailleurs, la situation sanitaire, les confinements et le développement du télétravail semblent précipiter les choix de vie pour certains en poussant de nombreux Parisiens hors de la capitale. Le marché de la maison en Île-de-France « a bel et bien profité d'une attractivité renforcée avec une croissance de ses volumes de ventes de 8 %, uniquement imputable à la Grande Couronne (+ 13 %), où l'offre est abondante et les prix plus modérés ». Les notaires de la Grande Couronne indiquent rencontrer davantage d'acquéreurs parisiens et de la Petite Couronne que dans le passé, intéressés par de grandes maisons.

Bordeaux : Les prix de l’immobilier « en phase d’atterrissage », selon les notaires .
Après plusieurs années de hausses significatives, les prix de l’immobilier continuent à se stabiliser sur la capitale girondine et à augmenter sur la métropole bordelaise © TRAVERS/SIPA Illustration de la place des Quinconces à Bordeaux. LOGEMENT - Après plusieurs années de hausses significatives, les prix de l’immobilier continuent à se stabiliser sur la capitale girondine et à augment L’envol des prix sur Bordeaux serait bel et bien terminé.

usr: 1
C'est intéressant!