•   
  •   

Immobilier Télétravail, bureaux vides: comment La Défense fait face à la crise

10:50  01 mars  2021
10:50  01 mars  2021 Source:   challenges.fr

Covid-19 : anciens bureaux cherchent futurs habitants

  Covid-19 : anciens bureaux cherchent futurs habitants Avec la crise sanitaire et le développement du télétravail, des milliers de bureaux ne sont plus occupés et pourraient être transformés en logements.Dans un scénario post-Covid où 41 % des entreprises passeraient à deux jours de télétravail par semaine, le gain de surface envisagé serait de 27 % soit 3,3 millions de m2 de bureaux dans les 10 prochaines années en Île-de-France, estime l'Institut d'épargne immobilière (IEIF) dans une étude publiée en janvier.

La Défense Eria Altarea © 2Portzamparc La Défense Eria Altarea

Dans le premier quartier d'affaires d'Europe, la désertion des bureaux a fait chuter le prix des loyers. De nouvelles tours cherchent des locataires.

En pleine période de crise sanitaire et de télétravail, le chiffre a de quoi surprendre: +32% pour la location ou l'achat de bureaux à la Défense en 2020. Alors même qu'en Ile-de-France , "locations et achats ont chuté de 42 % l'an dernier", rappelle Boris Cappelle, PDG de Savills. L'explication? "Un effet trompe-l'œil, qui tient à deux grandes transactions", analyse Grégoire de la Ferté, directeur général adjoint Bureaux Ile-de-France de CBRE. A savoir, l'annonce par Total de l'installation de son futur siège de 130.000 m² dans les tours The Link, et la location de l'immeuble Latitude par le groupe Sopra Steria sur 22.000 m². Mais cette année, l'offre disponible devrait bondir, avec l'ouverture de nouvelles tours, comme les récentes Trinity et Alto. "Nous sommes en train de livrer Eria, un ensemble de 26.000 m² sur lequel nous sommes en négociation exclusive avec le Campus Cyber, et Landscape sur 70.000 m²", précise Adrien Blanc, président d'Altarea Entreprise.

Pourquoi l'immobilier résiste à la crise du Covid-19

  Pourquoi l'immobilier résiste à la crise du Covid-19 Les notaires et l'architecte-urbaniste Christine Leconte analysent comment le marché de l'immobilier a résisté pendant la crise du Covid-19. En 2020, la crise sanitaire a bouleversé nos modes de vie. Pour autant, le marché national immobilier a tenu, malgré un coup d'arrêt qui semble avoir changé notre rapport à l'habitat. Près d'un an après le premier confinement, bilan, perspectives et éclairages avec David Ambrosiano, président du Conseil supérieur du notariat et l'architecte-urbaniste Christine Leconte, enseignante-chercheuse à l'Ecole d'architecture de Versailles (Yvelines).

Lire aussiTélétravail, flex-office: la vérité sur la nouvelle vie de La Défense

Et la liste n’est pas terminée, sans compter les bureaux déjà vacants. La tour Areva, ce grand parallélépipède noir de 184 m de hauteur, copropriété de Nuveen Capital, Amundi et HSBC est partiellement vide. "Pour l’instant nous nous questionnons sur la bonne stratégie à adopter avant de la proposer à la location, confie Christel Zordan, directrice générale chez Nuveen Real Estate. Très bien placée, elle offre des plateaux de 2.000 m² efficaces, articulés autour d’un noyau central avec de belles hauteurs sous plafond. Nous réfléchissons à engager des travaux plus ou moins importants pour positionner son loyer correctement par rapport au marché.

Loueur en meublé : gare aux impayés que les exploitants de résidences accumulent

  Loueur en meublé : gare aux impayés que les exploitants de résidences accumulent Qu’il s'agisse de chambres destinées aux touristes comme aux étudiants ou aux seniors, la crise n’a fait qu'accentuer les pratiques déloyales du secteur. Nos conseils pour vous défendre. Le meilleur des placements pour sa retraite ! A en croire ses promoteurs, l'achat d'une chambre en résidences services ne présente que des avantages. A la stabilité apportée par des baux longs de neuf à douze ans s'ajoute en effet la possibilité de récupérer la TVA. Ou de bénéficier d'une réduction d'impôts, qui a atteint, suivant la période, de 11 à 25% du prix d'acquisition.

"Question de timing"

Va-t-il y avoir trop de bureaux vides à la Défense? Non, répondent les professionnels qui se veulent rassurants. "Les fondamentaux du plus grand quartier d'affaires européen sont solides, souligne Vincent Bollaert, président de Knight Frank France. Et ils sont renforcés par la politique de dynamisation du quartier, plus vert, mieux doté en services, et bientôt relié aux gares Saint-Lazare et du Nord avec la future ligne de RER Eole." Des crises, La Défense en a connu beaucoup… "L’histoire montre que La Défense se remplit toujours, c’est une question de timing, rappelle Grégoire de la Ferté. Et puis il y a actuellement beaucoup de visités, il n’y a pas de désintérêt".

Lire aussiBureaux: La Défense, un quartier bien mal préparé au "post-Covid"

Mais surtout, passée la stupéfaction du premier confinement, le marché a réagi: démarrant aux alentours des 400 euros le m² par an, les loyers sont passés sous la barre des 500 euros le m² par an et s'accompagnent de franchises, notamment, qui peuvent atteindre 30% du loyer facial. Des valeurs nettement plus abordables que dans Paris QCA (Quartier Central des Affaires), où les loyers s’élèvent en moyenne à 600 euros le m² par an, tandis que les mesures d’accompagnement ne sont que de 11% en moyenne selon le GIE Immostat. Un marché gris se développe également. "Selon leur bail, les locataires en place peuvent proposer une partie de leurs bureaux, généralement entre 10 et 25%, à la sous-location, afin d'alléger leurs charges, même s'ils ne peuvent sous-louer plus cher qu'ils ne louent", explique Christel Zordan. De quoi, une nouvelle fois, passer la crise.

Un hôtel transformé en espace de coworking, des chaussures à louer... ces innovations d'entreprises pour faire face à la crise

  Un hôtel transformé en espace de coworking, des chaussures à louer... ces innovations d'entreprises pour faire face à la crise Innover ou… mettre la clé sous la porte. Mises au pied du mur par la crise, de nombreuses entreprises ont dû se réinventer en urgence. Souvent pour le meilleur. Potimarrons, bananes et poêles dans les rayons de livres. En novembre dernier, l'humoriste Bertrand Usclat imaginait en vidéo un libraire converti à la vente de produits essentiels pour rester ouvert. Un scénario pas si improbable. Chahutées par le Covid, beaucoup d'entreprises cherchent à se réinventer.

HEKLA. Imaginés par Jean Nouvel, ces 76 000 m2 de bureaux et services devraient être livrés mi-2022. Développée par Hines et AG Real Estate, avec ses 220 mètres, ce sera la deuxième tour la plus haute de France. © Fournis par Challenges HEKLA. Imaginés par Jean Nouvel, ces 76 000 m2 de bureaux et services devraient être livrés mi-2022. Développée par Hines et AG Real Estate, avec ses 220 mètres, ce sera la deuxième tour la plus haute de France.

HEKLA. Imaginés par Jean Nouvel, ces 76.000 m² de bureaux et services devraient être livrés mi-2022. Développée par Hines et AG Real Estate, avec ses 220 mètres, ce sera la deuxième tour la plus haute de France.

(Ateliers Jean Nouvel)

THE LINK. Portée par Groupama, conçue par l\'agence PCA-Stream et construite par Vinci Immobilier, cette tour deviendra en 2025 le siège de Total. Sur 130 000 m2, elle se compose de deux ailes, Arche (228 mètres) et Seine (165 mètres), reliées entre elles sur 30 étages. © Fournis par Challenges THE LINK. Portée par Groupama, conçue par l\'agence PCA-Stream et construite par Vinci Immobilier, cette tour deviendra en 2025 le siège de Total. Sur 130 000 m2, elle se compose de deux ailes, Arche (228 mètres) et Seine (165 mètres), reliées entre elles sur 30 étages.

THE LINK. Portée par Groupama, conçue par l'agence PCA-Stream et construite par Vinci Immobilier, cette tour deviendra en 2025 le siège de Total. Sur 130.000 m², elle se compose de deux ailes, Arche (228 mètres) et Seine (165 mètres), reliées entre elles sur 30 étages.

(PCA-Stream)

TRINITY. Livrée en novembre dernier, elle a été imaginée par l\'agence Cro&Co Architecture et s\'élève à 140 mètres (33 étages) de hauteur. Le projet d\'Unibail-Rodamco-Westfield, qui a renoncé à s\'y installer, offre 49 000 m2 de bureaux et 1 500 m2 d\'espaces extérieurs végétalisés. © Fournis par Challenges TRINITY. Livrée en novembre dernier, elle a été imaginée par l\'agence Cro&Co Architecture et s\'élève à 140 mètres (33 étages) de hauteur. Le projet d\'Unibail-Rodamco-Westfield, qui a renoncé à s\'y installer, offre 49 000 m2 de bureaux et 1 500 m2 d\'espaces extérieurs végétalisés.

TRINITY. Livrée en novembre dernier, elle a été imaginée par l'agence Cro&Co Architecture et s'élève à 140 mètres (33 étages) de hauteur. Le projet d'Unibail-Rodamco-Westfield, qui a renoncé à s'y installer, offre 49.000 m² de bureaux et 1.500 m² d'espaces extérieurs végétalisés.

Résidence principale, les Parisiens se mettent au vert

  Résidence principale, les Parisiens se mettent au vert Convertis au télétravail, chassés par la hausse des prix, les Parisiens se mettent au vert… à moins de deux heures de route et en gardant un pied dans la capitale. A quelque chose malheur est bon. Covid et hausse des prix incitent de plus en plus de Parisiens à tout quitter pour s'installer au vert. Ces acquéreurs à la recherche d'une nouvelle résidence principale dynamisent les marchés immobiliers de grande couronne et de province… à deux heures de Paris. "La pandémie de coronavirus a servi d'accélérateur à de nombreux particuliers ayant le projet de quitter Paris", témoigne Kelly Simon, la cofondatrice de Paris-jetequitte.

(L. Zylberman/Graphix-Images)

LANDSCAPE. Le projet d\'Altarea Cogedim et de Goldman Sachs est le résultat de la restructuration des tours Pascal. Signé par Dominique Perrault, le bâtiment compte 29 étages sur 70 000 m2, avec un accès direct au centre Les 4 Temps. © Fournis par Challenges LANDSCAPE. Le projet d\'Altarea Cogedim et de Goldman Sachs est le résultat de la restructuration des tours Pascal. Signé par Dominique Perrault, le bâtiment compte 29 étages sur 70 000 m2, avec un accès direct au centre Les 4 Temps.

LANDSCAPE. Le projet d'Altarea Cogedim et de Goldman Sachs est le résultat de la restructuration des tours Pascal. Signé par Dominique Perrault, le bâtiment compte 29 étages sur 70.000 m², avec un accès direct au centre Les 4 Temps.

(Dominique Perrault Architecture)

ALTO. Signée par IF Architectes pour LaSalle IM, cette tour surprend : si elle se déploie sur 51 000 m2 et culmine à 152 mètres, la surface des niveaux augmente avec les étages : 700 m2 au pied de la tour, mais 1 700 m2 au sommet. © Fournis par Challenges ALTO. Signée par IF Architectes pour LaSalle IM, cette tour surprend : si elle se déploie sur 51 000 m2 et culmine à 152 mètres, la surface des niveaux augmente avec les étages : 700 m2 au pied de la tour, mais 1 700 m2 au sommet.

ALTO. Signée par IF Architectes pour LaSalle IM, cette tour surprend : si elle se déploie sur 51.000 m² et culmine à 152 mètres, la surface des niveaux augmente avec les étages : 700 m² au pied de la tour, mais 1.700 m² au sommet.

(A. Da Silva/Graphix-images)

Immobilier en Ile-de-France : « Depuis le confinement, le prix des maisons en banlieue a augmenté » .
Les confinements et couvre-feu successifs ont-ils fait évoluer les envies des Franciliens en matière d’immobilier ? © S. Salom Gomis/ SIPA Illustration d'une agence immobilière INTERVIEW - Les confinements et couvre-feu successifs ont-ils fait évoluer les envies des Franciliens en matière d’immobilier ? C’est peut-être l’un des effets inattendus de cette pandémie : ses répercussions sur l’immobilier, notamment à Paris et dans sa banlieue. Coincés entre quatre murs, souvent bien étroits, beaucoup de Franciliens se sont pris à rêver d’une maison en banlieue, d’un jardin ou d’une petite terrasse.

usr: 11
C'est intéressant!